Il y cinquante ans

  • Mis à jour : 21 mars

IL Y A 50 ANS

- Le 21 mars 1969 : Sortie du film « Le Grand Amour » de Pierre Etaix

Synopsis =
Pierre, un homme de quarante ans, directeur d’une usine de tannerie, se retrouve marié avec Florence, sans amour, ni désamour, mais plutôt par convention. Se passent quelques années d’une vie ennuyeuse, monotone et douillette. Et puis un jour sa vieille secrétaire lui présente sa remplaçante, une jeune et jolie jeune femme. Elle s’appelle Agnès. Elle a 18 ans. Elle est ravissante. Il en tombe éperdument amoureux, l’invite au restaurant mais ne peut se déclarer car très timide.

Distribution =
Pierre Étaix : Pierre, un quadragénaire qui s’est marié par conformisme
Annie Fratellini : Florence, l’épouse de Pierre
Nicole Calfan : Agnès, la nouvelle secrétaire de Pierre, jeune et ravissante
Alain Janey : Jacques
Ketty France : Madame Girard
Louis Maiss : Monsieur Girard
Jacqueline Rouillard : Madame Louise
Renée Gardès : une commère
Billy Bourbon : le poivrot
Micha Bayard : la secrétaire de Bourget
Claude Massot : le serveur
Jane Beretta : une commère
Magali Clément : Irène

- Le 15 mars 1969 : Sortie du film « La voie lactée » de Luis Buñuel

Synopsis =
Le film est construit à la façon des récits picaresques. Deux hommes se rendent à Saint-Jacques-de-Compostelle, non pour le pèlerinage, mais dans l’intention de voler quelques pèlerins. Pierre est âgé et croyant ; Jean1 jeune et athée. Ils y feront des rencontres troublantes, les unes symboliques (Dieu le père qui se sépare en trois personnages en les quittant), les autres les faisant voyager dans l’espace comme dans le temps. Le film est parsemé de nombreuses citations en clin d’œil aux spectateurs avertis en théologie2. Bien que le film possède plusieurs niveaux de lecture, il reste accessible au plus grand nombre.

La plupart des grandes hérésies sont évoquées, ainsi que les rapports entre la religion et l’ordre social (scène du restaurant, intervention des gendarmes…) ou la vie intime (scène de l’hôtel) dans un climat souvent onirique ainsi qu’il est de coutume chez Buñuel. Le film se termine sur une image d’aveugles qui, leur chemin barré par un minuscule fossé où se perd leur canne, ne peuvent suivre Jésus dispensant son enseignement.
FILM COMPLET

Distribution =
Paul Frankeur : Pierre
Laurent Terzieff  : Jean
Denis Manuel : Rodolphe
Daniel Pilon : François
Édith Scob : la Vierge Marie
Bernard Verley : Jésus-Christ
Delphine Seyrig : la prostituée
Georges Marchal : le jésuite
Pierre Clémenti  : l’Ange de la Mort
Julien Guiomar : le prêtre
Julien Bertheau : M. Richard
Alain Cuny : l’homme à la cape
Michel Piccoli  : le marquis de Sade
Christine Simon : Thérèse
Ellen Bahl : Mme Garnier
Agnès Capri : la directrice d’école
Muni : la mère supérieure
Claude Jetter : la jeune vierge
Jacqueline Rouillard : la fille de salle
Béatrice Costantini : une fille de Priscillien
Rita Maiden : une fille de Priscillien
Claudine Berg : une mère
Augusta Carrière : une nonne
Pierre Maguelon : le caporal
Jean Piat : le janséniste
Claude Cerval : le brigadier
Claudio Brook : l’évêque
François Maistre : le curé fou
Marcel Pérès : l’aubergiste espagnol
Michel Creton : un serveur
Jacques Rispal : un serveur
Georges Douking : le berger
Michel Etcheverry : l’inquisiteur
Bernard Musson : l’aubergiste français
Jean-Claude Carrière : Priscillien
José Maria Berzosa : le premier diacre de Priscillien
Jean Clarieux : Saint Pierre
Stéphane Bouy
Jean-Louis Broust
Luis Buñuel
Gabriel Gobin
Pierre Lary