Le cinéma letton

  • Mis à jour : 2 mai

Le cinéma letton désigne la totalité des activités de production, de diffusion, et de consommation de films, en Lettonie, et/ou par et pour des Lettons.

HISTOIRE

L’histoire du cinéma letton remonte à l’année 1910 avec la réalisation de courts métrages. La première projection cinématographique à Riga a eu lieu le 28 mai 1896. Le premier documentaire des archives cinématographiques lettons est tourné par le caméraman Aleksandrs Stanke, il immortalise la visite de l’empereur Nicolas II de Russie à Riga.

La chronique « Conquête de Riga » ("Rīgas ieņemšana" 1917) montre la traversée de Daugava par les troupes allemandes pendant la Première Guerre mondiale ainsi que l’arrivée dans la capitale du roi de Prusse Guillaume II le 7 septembre 1917 et la parade des vainqueurs sur l’esplanade de Riga. Les archives cinématographiques lettons contiennent également les documentaires de cette époque filmés par Édouard Tissé.

La première période d’indépendance de la Lettonie est marquée par la production de plusieurs films comme « Es karā aiziedams de Vilis Segliņš » (1920), « Lāčplēsis d’Aleksandrs Rusteiķis » (1930)

et « Zvejnieka dēls de Vilis Lapenieks » (1939).

Les documentaires : « Mūsu pelēkais dārgakmens » (1936), « Tēvzemei un brīvībai » (1938), « Cēsis- Latvijas karoga šūpulis » (1939) de Voldemārs Pūce, « Brauciens caur ziedošo Zemgali » (1937), « No I līdz IX Dziesmu svētkiem. Kam drosme ir... » (1938) de Vilis Lapenieks. On peut également noter les chroniques des nouveautés cinématographiques Latvijas filmu hronika (1921- 1933), Latvijas skaņu hronika (1933-1940).

En 1940, à la suite de la fusion de plusieurs compagnies de production privées, on a fondé Rīgas Mākslas filmu studija [studio du film de fiction]. Le film « Kaugurieši » sera sa première production (1941). En 1948, en fusionnant avec Kinohronikas studija (studio du film documentaire), elle deviendra Rīgas Mākslas un hronikālo filmu studija [Studio de la fiction et de la chronique de Riga] (1948—1959).

RÉALISATEURS ET GRANDS ACTEURS LETTONS LETTONS

- Édouard Tissé (1897-1961) est un caméraman, réalisateur et acteur letton, il fut notamment le directeur de la photographie de tous les films de Sergueï Eisenstein. Édouard Tissé se passionne très tôt pour la peinture. C’est à la fin de ses études d’art et de photographie, en 1914, que Tissé devient réalisateur officiel au front pour l’armée russe. Comme réalisateur Tissé fera en tout et pour tout trois films (voir la filmographie). On lui remet également le diplôme d’honneur au Festival de Venise, en 1956, pour son film « La Garnison immortelle ».

- Voldemārs Pūce, né le 24 août 1906 à Vestienas pagasts et mort le 21 juillet 1981 à Riga en Lettonie, est un réalisateur et metteur en scène letton.
Le parcours cinématographique de Voldemārs Pūce a commencé pendant la première période d’indépendance de Lettonie, quand il devint assistant réalisateur du film « Lāčplēsis » (lv) d’Aleksandrs Rusteiķis en 1930.

En 1935—1944, il dirigeait la troupe de Latvijas drāmas ansamblis. En 1938, à l’Opéra de Riga, il a mis en scène Pagliacci. En 1943-1944, sous le gouvernement de Reichskommissariat Ostland, il était le directeur du studio cinématographique de Riga où on tournait principalement les films de propagande. ,À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Pūce émigre en Allemagne, mais revient en 1947. Il participe comme deuxième réalisateur au tournage du film soviétique « Rainis » (lv) de Youli Raizman dont le tournage a débuté en 1948. Il est arrêté le 13 octobre de la même année par la Tcheka sur son lieu de travail pour sa contribution au film de propagande nazi « Sarkanā migla » de Konstantīns Tumilis (1942). Il est condamné à 25 ans de camps et déporté à Vorkouta. Son épouse et leur fils Kaspars âgé de sept mois ont été déportés à leur tour l’année suivante en tant que membres de la famille d’un ennemi du peuple. En Sibérie, naquit leur fille Dace. Ils sont libérés seulement après la mort de Staline, le 28 juin 1956. De retour en Lettonie, la famille habite à Teika, rue Kuršu. En 1968, il est invité pour le tournage du film de Riga Film Studio « Le Temps des arpenteurs » (lv) adapté du roman éponyme de Reinis et Matīss Kaudzīte, dont la plupart des épisodes sont tournés dans sa région natale.

- Rolands Kalniņš est un réalisateur letton né le 9 mai 1922 à Istra.

- Ada Neretniece, née Armīda Neretniece le 2 juin 1924 à Leningrad et morte le 29 décembre 2008 à Riga en Lettonie, est une réalisatrice lettonne et soviétique. Le père de Armīda Neretniece fut déporté en Sibérie en 1937. Sa mère était comptable.En 1949, après les études à l’Institut national de la cinématographie de Moscou, dans la classe de maître de Sergueï Guerassimov et Tamara Makarova, elle obtient son diplôme de réalisatrice et part pour la Lettonie où elle fera sa carrière à Riga Film Studio. Jusqu’à 1954, elle tourne les documentaires et les courts métrages. En 1957, sort son premier film « Rita » qui sera récompensé par un prix au festival cinématographique de Kiev en 1959.

En 1988, elle a été récompensée par le prix pour l’ensemble de son œuvre au Festival de cinéma letton Lielais Kristaps.

- Dzidra Ritenberga est une actrice et réalisatrice lettonne et soviétique née le 29 août 1928 et morte le 9 mars 2003 (à 74 ans). Elle fait ses études au studio du théâtre dramatique à Riga qu’elle finit en 1948. Elle travaille ensuite au théâtre de Liepāja, puis, en 1957, au Théâtre russe de Riga. De 1962 à 1975, au Théâtre d’art de Moscou. En 1974, elle obtient le diplôme de réalisatrice au conservatoire national de Lettonie et tourne 8 films en tant que réalisatrice à Riga Film Studio (1975—1990). En 1958, Ritenberga devient membre de l’association cinématographique lettonne, depuis 1966, membre du parti communiste.

- Varis Krūmiņš, né le 23 mai 1931 à Riga en Lettonie et mort le 24 juillet 2004 dans la même ville, est un réalisateur et scénariste letton principalement spécialisé dans le tournage des films documentaires

- Gunārs Cilinskis, né le 23 mai 1931 à Riga et mort le 25 juillet 1992 à Ādažu novads en Lettonie est un acteur, réalisateur et scénariste letton. Cilinskis étudiait à l’école technique de Ogre, puis, en 1950-1952 travaillait comme ingénieur forestier. Entre temps, en 1951, il est entré à la faculté d’art dramatique du conservatoire de Riga, dont il fut diplômé en 1955. Il fit sa carrière au Théâtre National de Lettonie. Son début au cinéma a eu lieu en 1958, à Riga Film Studio.

- Gunārs Piesis, né le 19 juillet 1931 à Riga et mort le 9 février 1996 également à Riga en Lettonie, est un réalisateur et scénariste letton. Piesis fait ses études à l’Institut national de la cinématographie à Moscou dont il sort diplômé en 1962. De retour dans son pays, il travaille à Riga Film Studio. Son premier film « Kārkli pelēkie zied » (1961) est sujet aux féroces critiques, après quoi le cinéaste préfère se tourner vers le genre documentaire.

L’une des œuvres notables de cette période est la biographie de « Sviatoslav Richter » (1966). Il a également tourné les épisodes de la série de communication télévisuelle Māksla .Piesis s’essaie de nouveau à la fiction seulement en 1971, avec« À l’ombre de la mort » (en letton : Nāves ēnā), une adaptation de la nouvelle de Rūdolfs Blaumanis qui devient un grand classique du cinéma letton inclus dans le Canon culturel letton. Il enchaîne, en 1973, avec l’adaptation de l’œuvre de Rainis ,« Soufflez les vents, soufflez ! » (Pūt, vējiņi !) dont il a également coécrit le scénario avec le poète Imants Ziedonis. Le tournage a été ponctué de nombreux conflits notamment entre les deux scénaristes à cause de l’interprétation des idées de Rainis. Finalement le film remporte un franc succès et, en 1974, a reçoit le prix du Festival national du cinéma. En 1979, Piesis réitère le succès avec la fiction dramatique « Ton fils » (Tavs dēls 1979), destiné au jeune public. L’un de ses derniers films particulièrement réussi « Sprīdītis » (1985), d’après le conte d’Anna Brigadere, sera récompensé au Festival du film pour enfants à Tallinn et au Festival national du cinéma à Tbilissi en 1987, ainsi qu’au Festival de cinéma jeune public à Buenos Aires en 19885.

- Oļģerts Dunkers né le 11 février 1932 à Riga et décédé le 10 septembre 1997 également à Riga en Lettonie est un réalisateur et acteur letton. Il est également connu comme une figure politique dans son pays.
Après avoir obtenu, en 1954, le diplôme de bibliothécaire à l’école technique, Dunkers étudie à l’Académie des arts du théâtre de Saint-Pétersbourg en Russie (1954-1957). Il a commencé sa carrière de metteur en scène au Théâtre dramatique de Valmiera (1957-1958), puis, poursuivit au Théâtre musical de Daugavpils (1958-1959), au Théâtre dramatique Pouchkine à Krasnoïarsk (1962-1964), au théâtre d’opérette de Riga (1989-1993). Il participait aux spectacles de Théâtre de Liepāja et du Nouveau théâtre de Riga. Parallélement, en 1959-1963, il était professeur au Conservatoire national de Riga et à la Maison de la Culture de Riga1.
En 1964-1989, Dunkers travaille à Riga Film Studio où il a tourné vingt films, fictions et documentaires. Il était également acteur dans les films de ses collègues « Mans draugs - nenopietns cilvēks » (Jānis Streičs, 1975),

« Nāve zem buras » (Ada Neretniece, 1976), « Agrā rūsa » (Gunārs Cilinskis, 1979), « Nepabeigtās vakariņas » (Jānis Streičs, 1979), ainsi que dans son propre film « Vīrietis labākajos gados » (1977)
Après l’indépendance du pays, Dunkers a délaissé le cinéma pour la politique. Il s’était présenté et a été élu aux élections de la VIe Saeima avec le parti Latvijai, puis, avec Tautai un taisnībai et le Parti démocratique "Saimnieks".

-  Jānis Streičs, né le 26 septembre 1936 à Preiļu pagasts en Lettonie est un réalisateur, scénariste et acteur letton. Il est docteur honoris causa de l’Académie des sciences de Lettonie. En 1959, il s’inscrit à la faculté des réalisateurs du Conservatoire de Riga. À la fin de ses études, en 1964, il est engagé en qualité d’assistant par Aleksandrs Leimanis pour le film « L’Armée de Bergeronnette » (Cielaviņas armija). Un an plus tard, ils travaillent de nouveau ensemble dans « Tobago change le cap » (Tobago maina kursu, 1965)1.
Le Centre national cinématographique de la Lettonie considère Streičs comme probablement le plus important réalisateur letton des années 1970-1980 et compare son œuvre à celui de Frank Capra.

- Ansis Epners né le 26 octobre 1937 à Riga et mort le 2 avril 2003 dans la même ville est un réalisateur, scénariste et producteur de cinéma letton principalement spécialisé dans le tournage des films documentaires. Il est l’un des fondateurs du festival cinématographique letton Lielais Kristaps. Diplômé de la faculté d’histoire et philosophie de l’Université de Lettonie en 1962, il devient rédacteur en chef de la compagnie de télévision nationale de Lettonie. En 1971, il complète ses études aux cours supérieurs de formation des scénaristes et réalisateurs à Moscou. De 1968 jusqu’à 1991, sa carrière se poursuit à Riga Film Studio où il réalise entre autres deux documentaires consacrés à Sergueï Eisenstein. En 1991, Epners fonde sa propre société de production Studija AVE. Son œuvre cinématographique compte une soixantaine de films, la plupart des courts métrages, mais aussi quelques apparitions dans les films de ses collègues et amis : Pēdējā reportāža (Dzidra Ritenberga, 1986), Piejūras klimats (Rolands Kalniņš, 1974), Pieskāriens (Rostislavs Gorjajevs, 1973).
En 1993, il porte sur le grand écran le roman La Cage (Būris) d’Alberts Bels, qui sera récompensé par le prix Lielais Kristaps du meilleur film de fiction. Trois de ses documentaires, « Četri meklē miljonu » (1979), « Labas gribas spēles » (1986) et « No Everesta līdz paradīzei » (1998) recevront également un Lielais Kristaps. Il préside de 1992 à 1995 l’Association des producteurs de cinéma letton (Latvijas kinoproducentu asociācija).

- Andris Rozenbergs né le 20 mai 1938 à Riga en Lettonie est un réalisateur letton et soviétique. À partir de 1964, il collaborait régulièrement avec la télévision lettonne. À la fin de ses études, Rozenbergs travaillait au Musée national d’Histoire de Lettonie. En 1974, il complète ses études à Institut national de la cinématographie à Moscou dans la classe de maître de Igor Talankine et Grigori Tchoukhraï. Le 3 février 1975, il est embauché comme réalisateur à Riga Film Studio, mais son premier film« Reflets sur l’eau » (en letton : "Atspulgs ūdenī") sera tourné seulement en 1977.

Il reçoit le prix pour le meilleur début cinématographique au Festival national du cinéma à Erevan et le prix de la revue Sovetski ekran (en russe : "Советский экран"). Le cinéaste a également travaillé dans le genre documentaire. Son film « Le châtiment pour un rêve » ("Sods par sapni", 1995) a été récompensé au Festival international du Film documentaire à l’île de Bornholm.

- Varis Brasla
Varis Brasla, est né le 25 avril 1939 à Riga en Lettonie, dans la famille d’acteurs Žanis et Valija Brasla. En 1957-1962, il étudiait à l’Académie des arts du théâtre de Saint-Pétersbourg, puis, en 1968, dans le studio de réalisateurs et scénaristes à Moscou. À partir de 1965, Varis Brasla travaillait à Riga Film Studio. Il y était assistant des réalisateurs Rolands Kalniņš, Oļģerts Dunkers, Aloizs Brenčs, Gunārs Cilinskis et Rostislavs Gorjajevs. Pour son premier long métrage « Sonate au-dessus d’un lac » (1976) réalisé avec Gunārs Cilinskis.
Ses films « Novēli man lidojumam nelabvēlīgu laiku » (1980) et Emīla nedarbi (1985), « Par mīlestību pašreiz nerunāsim » (1988), « Ūdensbumba resnajam runcim » (2005) ont reçu le prix du meilleur film au festival du film letton Lielais Kristaps. Dans les années 1990, le cinéaste s’est tourné vers le genre documentaire et s’est distingué avec la biographie d’acteur Eduards Pāvuls Kā tev klājas, Eidi ? (1996).

- Pēteris Krilovs, né le 18 février 1949 à Riga en Lettonie, est un réalisateur et metteur en scène letton. À la fin de ses études secondaires en 1966, Krilovs est engagé comme accessoiriste au Riga Film Studio, où un an plus tard, il fait sa première expérience d’assistant réalisateur auprès d’Aloizs Brenčs (Kad lietus un vēji sitas logā, 1967). Il s’inscrit à l’Institut national de la cinématographie, dans la classe de maître d’Igor Talankine en 1969. Diplômé en 1975, Krilovs réalise son premier film en 1977. En 1988-1993, il enseigne à la faculté d’art dramatique au Conservatoire national de Lettonie. Son film « Entre ciel et terre. Augšdaugava » est récompensé au festival Lielais Kristaps en 1994. En 1995, il est directeur du festival international de théâtre Homo Novus. En 2008, il porte à l’écran la biographie de son compatriote, peintre constructiviste Gustav Klucis qui dans les années 1920 travaillait à la diffusion du message de propagande soviétique avant de succomber lui-même au régime stalinien. Le film est sorti en France sous le titre « Klucis, l’homme qui créa l’image du paradis soviétique » (titre letton Gustavs Klucis. Nepareizais latvietis)

- Juris Podnieks, né le 5 décembre 1950 à Riga et mort le 23 juin 1992 à Rajons de Kuldīga en Lettonie est un réalisateur, producteur, caméraman letton principalement spécialisé dans le tournage des films documentaires1. À l’âge de 17 ans il commence à travailler comme assistant de caméraman. Diplômé en photographie de l’Institut national de la cinématographie de Moscou en 1975, il est embauché la même année par le réalisateur Hercs Franks pour le tournage du documentaire « Zone interdite » (Aizliegtā zona 1975). Il débute comme réalisateur avec les épisodes de la série de communication télévisuelle Padomju Latvija. La consécration vient en 1986, avec le film « Est-il facile d’être jeune ? » qui sera projeté dans 80 pays et récompensé par le Prix Nika à Moscou de 1987. Quatre de ses films ont été récompensés par le grand prix du Festival de cinéma letton Lielais Kristaps. En 1990, Podnieks fonde sa propre société de production qui, après son décès, sera reprise par la réalisatrice Antra Cilinska.
Le 13 janvier 1991 à Vilnius, Podnieks filme l’assaut des bâtiments de la radio et de la télévision publiques par les troupes armées soviétiques, puis, lors des événements de janvier à Riga, en filmant les affrontements entre les forces séparatistes lettones et l’OMON il perd deux de ses amis et collègues, Andris Slapins et Gvido Zvaigzne.
Le 23 juin 1992, le réalisateur périt, en se noyant dans le lac Zvirgzdu dans la région de Kurzeme. Les circonstances de sa mort semblent inexplicables et plusieurs versions circulent les concernant.

- Laila Pakalniņa née le 4 juin 1962 à Liepāja est une artiste et cinéaste lettonne. En 1986, elle est diplômée en journalisme télévisuel à l’Université de Moscou et en 1991, elle obtient son diplôme de réalisation cinématographique à l’Institut national de la cinématographie de Moscou. Ses films ont été plusieurs fois présentés au Festival de Cannes et à la Mostra de Venise. Au mois d’aout 2014, la réalisatrice a commencé le tournage du nouveau film qu’il est prévu d’appeler « Ausma » qui va relater l’histoire de l’icône du communisme Pavlik Morozov.

- Antra Cilinska, est née le 12 mars 1963 à Iecava en Lettonie, dans une famille de médecins. Diplômée de la faculté des langues étrangères de l’Université de Lettonie elle a suivi les cours des réalisateurs et producteurs de cinéma au Danemark organisés par EAVE. En 1981-1990, elle travaillait à Riga Film Studio, notamment au montage du film de Juris Podnieks, Est-il facile d’être jeune ?. Antra Cilinska a repris la direction de la société de production Juris Podnieks après la tragique disparition de son fondateur le 23 juin 1992. Elle organise également les séminaires à l’Académie de la Culture de Lettonie.
Elle réalise son premier film en 1993 « Nepabeigtā filma » ; Elle poursuit avec « Tālā gaita ».1997 : Čaka ielas meitenes - 1997 : Vai viegli būt...?2000 : Rebellious Lives : Ten Years on in Latvia - 2000 : Baltijas sāga - 2001 : Kas no kā rodas ? - 2001 : Mūsu barikāžu laiks - 2001 : Rīga skatās bildes - 2004 : ES - 2006 : Vai citi ? - 2005 : Provokācijas anatomija - 2006 : Papiņš - 2010 : Is It Easy...? After 20 Years - 2014 : 4.maija republika - 2014 : Other Seven Ways

ŒUVRES

Film Fictions =

1930 : Lāčplēsis
1930 : « Misères de femmes, joies de femmes »

1930 : L’Appel de la vie
1941 : Kaugurieši
1956 : La Garnison immortelle
1956 : Causes et conséquences/Cēloņi un sekas (court-métrage)
1957 : « Fils du pêcheur/Zvejnieka dēls »

1959 : « Écho/Atbalss »

1960 : Ilze
1961 : Na poroge buri
1961  : Kārkli pelēkie zie
1963  : Nekur vairs nav jāietèfilm musical, court métrage réalisateur
1963 : Pazeme
1963 : Pod zemlyoy
1966 : « Akmens un skembas »

1967 : « Quatre chemises blanches (Elpojiet dzili ou Četri balti krekli) »

1967  : Kapteiņa Enriko pulkstenis
1968 : Le Temps des arpenteurs
1970 : Karalienes bruninieks
1970 : Dzejniece
1971  : À l’ombre de la mort
1971 : Héritiers du chemin de guerre/Kara ceļa mantinieki
1972 : « Ceplis »

1972  : Vālodzīte
1973 : Pirmais virspavēlnieks
1973 : Līdumnieks
1973  : « Pūt, vējiņi »

1974 : Par lauksaimniecības objektu noturību
1974 : Gatavoties miera laikā
1974  : « Uzticamais draugs Sančo »

1975 : Cetri pavasari
1975 : Saules ritmi
1975  : « Mans draugs - nenopietns cilvēks »

1976  : Meistars
1976 : « Sonate au-dessus d’un lac » ("Ezera sonāte" )

1976 : Cette porte du balcon dangereuse (Šīs bīstamās balkona durvis)
1977 : « Un rases lāses rītausmā »

1977 : Otrā jaunība
1977 : « Reflets sur l’eau ("Atspulgs ūdenī") »

1977 : Aizsardzība pret bakterioloģiskajiem ieročiem
1978  : « Teātris »

1978  :« Tavs dēls »

1978  : « Vīru spēles brīvā dabā »

1978 : Valsts - bērniem
1979 : Nakts bez putniem
1979 : « Agrā rūsa »

1979  : « Nepabeigtās vakariņas »

1979 : Vasara bija tikai vienu dienu
1979 : Trīs minūšu lidojums
1979 : Attendez John Grafton ("Gaidiet Džonu Graftonu")
1980 : Vakara variants
1981 : Limousine dans les couleurs de la nuit de la Saint-Jean
1981 : Atcerēties vai aizmirst
1981 : Laikmetu griežos
1981 : Spēle
1982 : Vie privée du père Noël ("Salavecim personīgā dzīve")
1982 - Pats garākais salmiņš
1982 : Mana ģimene
1982 : Tri dnya na razmyshleniye
1982 : Tarāns
1983 : Akmenainais cels
1983  : Svešās kaislības
1984 : Mon ami petit Socrate ("Mans draugs Sokrātiņš")
1984 : Durvis, kas tev atvērtas
1984 : Kad bremzes netur
1985 : Nomale
1985 : Kā mēs aizgājām no mājām
1985 : Match sostoitsya v lyubuyu pogodu
1985  : Sprīdītis fiction scénariste
1985  : Tikšanās uz Piena Ceļa
1985 : Svešs gadījums
1986 : Bailes
1986 : Pēdējā reportāža
1986  : Aizaugušā grāvī viegli krist
1987 : Dīvainā mēnessgaisma
1987 : Homme de la courre ("Svītas cilvēks")
1987 : La vainqueure ("Uzvarētāja")
1987 : Ja mes visu to parcietisim
1988 : Māja bez izejas
1989 : Sižeta pagrieziens
1989 Carmen Horrendum
1990 : « Vilkaču mantiniece »

1990 : Âmes à l’abri ("Dvēseles aizvējā" )
1990 : Valsis mūža garumā
1990 : Maestro, court métrage (56 min)
1990 : Glābiet bērnus
1990  : Maija un Paija fiction réalisateur
1991 : Indrāni
1991 Cilvēka bērns
1991 : Vecrīga-uz āru, Vecrīga-uz iekšu
1991 : Tēvijai un brīvībai
1994 : Starp debesīm un zemi. Augšdaugava
1995  : Māksla Nr.1 documentai
1997  : Likteņdzirnas
1998 : Leģenda par Jāni Tīdemani
1999 : Muzigais Fausts
2000  : Vecās pagastmājas mistērija
2002  : Naktssargs un veļas mazgātāja
2004  : Rudens rozes
2005 : Dina
2007 : Rugtais vins
2008 : Nepareizais latvietis
2010  : Rūdolfa mantojums

Documentaires
1936 : Mūsu pelēkais dārgakmens
1940 : Latvji, brauciet jūriņā !
1963 : Ne tikai cirst
1964 : Rudens balāde
1964 : Lidmašīna un cilvēki
1964  ; Pakāpeniska meža ciršana
1965 : Plūsmas metodes ražas novākšanā
1965 : Labsajūtas radītāji
1965 : Sarkani vakari
1965  : Zemes atmiņa
1966  : « Svjatoslavs Rihters »

1966 : « Jānis Rozentāls »

1966 : « Balti bērzi aiz ezera »

1967  : Jaunatne un mūzika
1969  : Ceturtie starptautiskie studentu ...
1969  : Rīgas parki

Films d’animation

2005 : Les Trois Mousquetaires
2006 : « Lotte, du village des inventeurs »

2007 : Jungle Jack 3
2008 : « Le Bal des lucioles »

INSTITUTIONS

Riga Film Studio
Pendant la Seconde Guerre mondiale, sous le gouvernement de Reichskommissariat Ostland, l’entreprise fut gérée par Ostland Film G. m.b. H., on y tournait les films de propagande comme « Sarkanā migla » (Konstantīns Tumilis, 1942), « Tavas rokas » (Ansis Tipāns, 1943) ou les séries de chroniques hebdomadaires à visée idéologique Europe Woche et Ausland Woche.
Sous occupation soviétique la société a été nationalisée. En 1958, la société a été renommé en Riga Film Studio. Le site du Riga Film Studio indique toutefois 1948 comme l’année de sa fondation. La société compte à son actif plus de 180 films dont quelques-uns comme le « Marécage » (Purva bridējs 1966), « La montre du capitaine Enrico » (Kapteiņa Enriko pulkstenis 1967), « Serviteurs du diable » (Vella kalpi 1970) font partie du fond culturel letton dit "Fond d’Or" (Zelta fonds).
En 1965, on y a ouvert le studio d’acteur populaire ("Tautas kinoaktieru studija") qui préparait ses élèves aux concours des écoles professionnelles. Il s’y trouvait également le club des jeunes cinématographistes et le studio des cascadeurs.
Dans les années 1970-1980, on y tournait en moyenne 15 films par an.
Depuis le mois d’avril 1990, l’entreprise s’organise en plusieurs unités : "studio AL KO", le studio du film policier "Dekrim", le studio "Trīs", le studio du film d’animation "Dauka", le studio du film documentaire "Rīgas dokumentālo filmu studiju". Les cinq studios partagent la même base technique et les pavillons de tournage. La société est privatisée en 1997, l’État détenant 31,1 % d’actions. La cadence des tournages a considérablement ralenti. Les locaux et le matériel sont loués aux équipes de tournage d’autres pays. Les spécialistes assurent également les consultations techniques.

Cinevilla (en) (Tukums (novads))
En 2010, on a ajouté au complexe de tournage de Riga Film Studio la cité Cinevilla située près de Tukums. Cinevilla est un studio plein air . Il a été créé pour les tournages en extérieur du long métrage « Defenders of Riga ». Ce sont des répliques de bâtiments et de constructions historiques de Riga, la capitale de la Lettonie. Le backlot a un petit canal qui ressemble aux quais de la Daugava sur la vieille ville de Riga. Le pont de pierre est également présent, ainsi que les ponts historiques de Lübeck et de Pontoon.
Cinevilla est maintenant une attraction touristique majeure et constitue la seule exposition de ce type à grande échelle sur les cinémas en plein air des États baltes.

Festivals : Lielais Kristaps (depuis 1977
Lielais Kristaps est un festival cinématographique letton fondé en 1977 et organisé par l’Union cinématographique de Lettonie (en letton : Latvijas Kinematogrāfistu savienība. L’événement donne lieu à la remise des trophées récompensant les productions cinématographiques nationales.
L’idée du festival provient du réalisateur Ansis Epners et du cameraman Miks Zvirbulis, président du LKS à l’époque. L’événement, annuel à sa création, est devenu bisannuel à partir de 2001.
Le trophée est une statuette représentant le héros folklorique letton Lielais Kristaps (lv), dont le premier modèle en bois a été réalisé par le sculpteur Mārtiņš Zaurs (1915-1998).
Au départ, le trophée était détenu par le gagnant pendant une année. Ensuite, on faisait graver le titre du film lauréat sur le socle de la statuette avant de la remettre en jeu. Il y a eu, dans l’histoire du festival, trois de ces statuettes. Depuis 1998, les originaux en bois sont conservés au musée du cinéma à Riga et on remet à chaque gagnant sa petite figurine en bronze créée par le sculpteur Zigmunds Ozoliņš.