Palmarès du Festival de Cannes 2018

  • Mis à jour : 20 mai

Clap de fin sur ce 71e Festival de Cannes qui, pendant 12 jours, a dévoilé des artistes et des films du monde entier. Sur la scène du Grand Théâtre Lumière, le maître de Cérémonie, Edouard Baer, a accueilli le Jury des Longs Métrages présidé par Cate Blanchett, pour l’annonce du Palmarès 2018.

LONGS MÉTRAGES

PALME D’OR
- « MANBIKI KAZOKU » (Une affaire de famille) réalisé par KORE-EDA Hirokazu
Synopsis =
Osamu, ouvrier, arrondit ses fins de mois en se livrant à des vols à l’étalage avec son fils Shota. Un jour, en rentrant d’un de ses larcins, Osamu tombe sur Yuri, une fillette abandonnée. Il la ramène dans sa famille, une famille pauvre mais heureuse...

GRAND PRIX
- « BLACKKKLANSMAN » réalisé par Spike LEE
Synopsis =
L’histoire vraie de Ron Stallworth qui fut le premier officier de police afro-américain de Colorado Springs à s’être infiltré dans l’organisation du Ku Klux Klan. Étonnamment, l’inspecteur Stallworth et son partenaire Flip Zimmerman ont infiltré le KKK à son plus haut niveau afin d’empêcher le groupe de prendre le contrôle de la ville.

« PRIX DU JURY »
- « CAPHARNAÜM » réalisé par Nadine LABAKI
Synopsis =
Un enfant se rebelle contre la vie qu’on cherche à lui imposer et entame un procès contre ses parents.

PRIX D’INTERPRÉTATION MASCULINE
- Marcello FONTE dans « DOGMAN » par Matteo GARRONE
Dans une banlieue déshéritée de Rome, Marcello, toiletteur pour chiens discret et apprécié de tous, voit revenir de prison son ami Simoncino, un ancien boxeur accro à la cocaïne qui très vite rackette et brutalise le quartier. D’abord confiant, Marcello se laisse entraîner malgré lui par Simoncino dans une spirale criminelle. Il fait avec lui l’apprentissage de la trahison et de l’abandon, avant d’imaginer une vengeance féroce...

PRIX DE LA MISE EN SCÈNE
- "ZIMNA WOJNA" (Cold War)réalisé par Pawel PAWLIKOWSKI

PRIX DU SCÉNARIO EX-ÆQUO
- Alice ROHRWACHER pour "LAZZARO FELICE" (Heureux comme Lazzaro)

- Jafar PANAHI pour "SE ROKH" (3 Visages)

PRIX D’INTERPRÉTATION FÉMININE
- Samal YESLYAMOVA dans "AYKA" par Sergey DVORTSEVOY
Ayka vient d’accoucher. - Elle ne peut pas se permettre d’avoir un enfant. - Elle n’a pas de travail, trop de dettes à rembourser, même pas une chambre à elle. - Mais c’est compter sans la nature, qui reprendra ses droits.

PALME D’OR SPÉCIALE
- « LE LIVRE D’IMAGE »réalisé par Jean-Luc GODARD
Synopsis =
"Rien que le silence, rien qu’un chant révolutionnaire, une histoire en cinq chapitres, comme les cinq doigts de la main." Une réflexion sur le monde arabe en 2017 à travers des images documentaires et de fiction.

COURTS MÉTRAGES

PALME D’OR
- « ALL THESE CREATURES (Toutes ces créatures) » réalisé par Charles WILLIAMS

All These Creatures - Trailer from Simpatico Films on Vimeo.

MENTION SPÉCIALE DU JURY
- « YAN BIAN SHAO NIAN » (On the Border) réalisé par WEI Shujun
Hua Dongxing décide de quitter son village isolé. Il se rend en ville pour chercher son père et lui demander de l’argent. Sa recherche devient une errance émerveillée.

CAMÉRA D’OR

- « GIRL » réalisé par Lukas DHONT présenté dans le cadre de UN CERTAIN REGARD

LES PRIX « UN CERTAIN REGARD 2018 »

Un Certain Regard 2018 a proposé dans sa compétition 18 films. 6 d’entre eux étaient des premiers films.

Présidé par Benicio Del Toro (acteur, américano-portoricain), le Jury était composé d’Annemarie Jacir (réalisatrice et scénariste, palestinienne), Kantemir Balagov (réalisateur, russe), Virginie Ledoyen (actrice, française), et Julie Huntsinger (directrice exécutive du Festival du Film de Telluride, américaine).

PRIX UN CERTAIN REGARD
- « GRÄNS(BORDER) » de Ali ABBASI
Tina, douanière à l’efficacité redoutable, est connue pour son odorat extraordinaire. C’est presque comme si elle pouvait flairer la culpabilité d’un individu. Mais quand Vore, un homme d’apparence suspecte, passe devant elle, ses capacités sont mises à l’épreuve pour la première fois. Tina sait que Vore cache quelque chose, mais n’arrive pas à identifier quoi. Pire encore, elle ressent une étrange attirance pour lui...
NDLR _ UN parfum étrange du « Quarante et une ième »

PRIX DU SCENARIO
- « SOFIA » de Meryem BENM-BAREK
A Casablanca, Sofia, 20 ans, vit encore chez ses parents. Lors d’une réunion de famille, elle est prise de douleurs au ventre. Sa cousine, médecin, constate qu’il s’agit d’un déni de grossesse et que Sofia a perdu les eaux. A l’hôpital, elle accouche discrètement avec la complicité d’un obstétricien. En effet, il lui est impossible de déclarer la naissance de l’enfant en l’absence du père. En ayant des rapports sexuels hors mariage, Sofia est entrée dans l’illégalité et risque une peine de prison ferme si elle est démasquée…

PRIX D’INTERPRETATION
-  Victor POLSTER pour « GIRL » de Lukas DHONT

PRIX DE LA MISE EN SCENE
- Sergei LOZNITSA pour« DONBASS »

PRIX SPECIAL DU JURY
- « CHUVA É CANTORIA NA ALDEIA DOS MORTOS » (Les Morts et Les Autres)
de João SALAVIZA et Renée NADER MESSORA
Le film expose la dure réalité d’un jeune indigène brésilien confronté à la culture urbaine après s’être évadé de son village.

QUINZAINE DES REALISATEURS

Si la Quinzaine des Réalisateurs ne comporte pas de compétition à proprement parler – il n’y a pas de jury officiel et unique, par exemple –, les partenaires de la section parallèle offrent chaque année des prix :

L’ART CINEMA AWARD
- « CLIMAX » de Gaspar Noé
Naître et mourir sont des expériences extraordinaires. Vivre est un plaisir fugitif.

PRIX SACD
- « EN LIBERTÉ ! » de Pierre Salvadori
Veuve de son mari policier, une inspectrice de police va affronter des situations délicates en voulant réhabiliter son travail. Comédie

LABEL EUROPA CINEMA
- « TROPPA GRAZIA » de Gianni Zanasi (Comédie)
Lucia, mère célibataire, bataille pour trouver un juste équilibre entre sa fille adolescente, une histoire d’amour compliquée et sa carrière de géomètre. Son avenir professionnel se voit compromis lorsqu’elle réalise que la future construction d’un bâtiment ambitieux s’avère en fait être dangereux pour l’environnement en raison des cartes topographiques inexactes du conseil municipal. Lucia est tiraillée mais pas peur de perdre son travail, elle décide tout de même de garder le silence sur cette découverte. Une mystérieuse étrangère essaye alors de convaincre Lucia de tenir tête à ses supérieurs et recommande la construction d’une église sur le site du chantier problématique. Lucia, qui croit aux miracles, va rapidement être mise à l’épreuve.

PRIX ILLY DU COURT METRAGE
- « SKIP DAY » d’Ivete Lucas et Patrick Bresnan.
Un regard intime sur une journée très spéciale dans la vie de lycéens d’un coin industriel des Everglades en Floride. Le bal de fin d’année est derrière eux, l’avenir est incertain, et l’irrésistible attraction de la plage pousse les amis de longue date à parcourir 90 kilomètres pour se détendre et se délecter des vagues.