F5C 2018 : LES FILMS INEDITS

  • Mis à jour : 27 avril

F5C : LES FILMS INEDITS

- « Abracadrabra » de Pablo BERGER - Espagne
Synopsis =
Dans la banlieue popu de Madrid, Carlos, un mari macho, trop passionné par la Coupe du Roi opposant le Real au Barça, néglige son épouse, Carmen. Au mariage de son neveu, en pleine église, il hurle son désespoir quand il apprend le but de Messi … Plus tard, lors de la fête des mariés, il se porte volontaire pour une séance d’hypnose menée par un cousin. Il n’en ressort pas indemne puisqu’il se met dès le lendemain à passer l’aspirateur et prend soin de son épouse et de sa fille … Mais la rechute survient. Grutier de son état, il voit un chimpanzé lui piquer son casse-croûte et part à sa poursuite sur la flèche de la grue … Carmen comprend que son mari est possédé par l’esprit d’un schizophrène inquiétant. La comédie sociale vire alors au thriller psychologique dans cette satire sur l’identité chaotique masculine et ses dérives machistes. Après le sublime Blancanieves (2012), Pablo Berger fascine à nouveau avec cette chronique féministe des plus audacieuses !

Critique = Télérama par Frédéric Strauss
Sur le ton de la comédie exubérante, Pablo Berger parle du couple d’une manière à la fois inventive et réfléchie. La con­jugalité, paradis ou enfer, est aussi schizophrénique que les hommes qui entourent Carmen. Elle qui croit en l’amour est toujours ramenée à la violence masculine. Ce film original et émouvant n’en est que plus actuel.

Séances = Dimanche 27 à 18:30 au CinéVersoix

- « Fortunata » de Sergio CASTELLITTO - Italie
Synopsis =
Dans son quartier cosmopolite,Fortunata est coiffeuse. Son rêve : avoir un salon à elle. Mais la vie est dure, son mariage a été un échec et sa fille de 8 ans n’est pas facile à vivre. Alors Fortunata, ironie du nom, se bat, elle court, elle ment, elle invente, elle pare au plus pressé avec une énergie phénoménale. Peut-elle réussir malgré les nombreuses difficultés ?

Critique = Télérama par Guillemette Odicino
Le comédien Sergio Castellitto, ­passé depuis des années à la réalisation, réussit son plus beau film : un ­mélo solaire qui oscille entre comédie et drame à l’italienne avec des motifs de tragédie antique (Hanna Schygulla en vieille actrice divaguant).

Séances = Samedi 19 à 18:00 au Cinéma Voltaire

- « Hotel Salvation » de Shubhashish BHUTIANI - Inde
Synopsis =
Lorsqu’un père âgé décide d’aller dans la ville sainte de Varanasi pour aller y attendre la mort et gagner son salut, pas facile pour son fils de l’accompagner surtout s’il faut pour cela abandonner sa famille et son travail. Mais cette corvée peut aussi devenir une merveilleuse occasion de renouer avec son père et de s’interroger sur les mystères de la vie et de la mort.

Séances = Vendredi 18 à 18:30 au Cinéma le Patio

- « Il figlio, Manuel » de Dario ALBERTINI - Italie
Synopsis =
Manuel vient d’avoir 18 ans. Il est temps pour lui de quitter le foyer pour jeunes dans lequel il a vécu ces dernières années, depuis l’incarcération de sa mère. Mais la liberté retrouvée a un goût amer. Errant dans les rues de son quartier en banlieue de Rome, Manuel tente de devenir un adulte responsable. Pour que sa mère obtienne l’assignation à résidence, il doit prouver aux autorités qu’il peut veiller sur elle. Manuel pourra-t-il aider sa mère à retrouver sa liberté sans perdre la sienne ?

Critique = Télérama par Pierre Murat
Dario Albertini a eu la chance de trouver en un presque débutant l’interprète idéal. Andrea Lattanzi a une gueule, et une carrure que semble constamment démentir une sensibilité révélée par un geste surprenant, une intonation inattendue.

Séances = Lundi 21 à 14:00 au Cinéma Voltaire

- « Indivisibili » de Edoardo DE ANGELIS _ Italie
Synopsis =
C’est rare les sœurs siamoises, deux sœurs vraiment indivisibles. Et quand elles sont jolies et ont une belle voix, elles ont du succès dans leur Campanie natale et ce sont elles qui font vivre leur famille marginale. Mais que se passerait-il si un jour elles rencontraient un chirurgien capable de les séparer ?

Séances = Vendredi 18 à 16:00 au Cinéma Voltaire

- « Kedi, des chats et des hommes » de Ceyda TORUN - Turquie
Synopsis =
Depuis des siècles, des centaines de milliers de chats vagabondent dans les rues d’Istanbul. Sans maîtres, ils vivent entre deux mondes — mi-sauvages, mi-domestiqués – et apportent joie et raison d’être aux habitants. Kedi raconte l’histoire de sept d’entre eux.

Critique = Première par Sylvestre Picard
La vie d’une dizaine de chats errants d’Istanbul et de celles et ceux qui les soignent : la recette simple et réjouissante d’un film lumineux.
Séances = Jeudi 17 à 18:30 au Cinéma le Patio

- « L’Ile aux chiens » de Wes ANDERSON - États-Unis d’Amérique
Synopsis =
2040 environ, dans une grande ville du Japon, Megasaki, l’espèce canine devient la mal-aimée du maire qui vénère les chats. Il prétexte une grippe de la truffe pour les déporter sur l’île des Poubelles, aussitôt baptisée l’île des Chiens. Le maire n’hésite pas à manipuler les foules pour refuser le sérum mis au point par le professeur Wanatabé qui pourrait guérir cette grippe et à promouvoir des chiens-robots. Avec des dialogues ancrés dans l’antispécisme, Wes Anderson s’en donne à cœur joie pour opposer cynophobes et cynophiles. Mais les vrais héros, ce sont les chiens eux-mêmes, les seuls à préserver les valeurs de fidélité, d’honneur et de courage.

Critique = Cahiers du Cinéma par Joachim Lepastier
Cette victoire des « super-enfants » et des explorateurs de tout poil suffit déjà amplement à toiser d’autres meutes bien moins téméraires et à conjurer, pour un bref moment d’enchantement, le cynisme de l’époque

Séances = Samedi 26 à 18:3 au CinéVersoix

- « La route sauvage » de Andrew HAIGH - États-Unis d’Amérique
Synopsis =
Charley Thompson a quinze ans et a appris à vivre seul avec un père inconstant. Tout juste arrivé dans l’Oregon, le garçon se trouve un petit boulot chez un entraîneur de chevaux et se prend d’affection pour Lean on Pete, un pur-sang en fin de carrière. Le jour où Charley se retrouve totalement livré à lui-même, il décide de s’enfuir avec Lean on Pete, à la recherche de sa tante dont il n’a qu’un lointain souvenir. Dans l’espoir de trouver enfin un foyer, ils entament ensemble un long voyage…

Critique = aVoir-aLire.com par Gérard Crespo
Le meilleur du cinéma indépendant américain. Un récit d’apprentissage sobre, qui sort des sentiers balisés de la narration hollywoodienne.

Séances = Vendredi 18 à 20:30 - Cinéma le Patio

- « La tête à l’envers » de Josef HADER - Autriche
Synopsis =
Un célèbre critique musical est brutalement renvoyé de son journal. Le coup porté à son ego est tel qu’il perd tout sens de la mesure, cache la vérité à sa femme, et décide de se venger de son ancien employeur, d’une façon aussi abracadabrante qu’inefficace…

Critique = Les Fiches du Cinéma par Gilles Tourman
Une critique percutante et subtile du narcissisme en milieu bourgeois.

Séances = Dimanche 20 à 16:00 au Cinéma Voltaire

- « Le maître est l’enfant » de Alexandre MOUROT - France
Synopsis =
Alexandre Mourot, réalisateur et jeune père, regarde sa fille faire sa propre expérience du monde. S’interrogeant sur sa scolarisation prochaine, il décide d’aller tourner dans une classe d’enfants de 3 à 6 ans de la plus ancienne école Montessori de France. Pendant une année, le réalisateur filme la mise en œuvre de la pédagogie de l’autonomie et de l’estime de soi que Maria Montessori voyait comme la promesse d’une société nouvelle de paix et de liberté.

Critique = aVoir-aLire.com par Claudine Levanneur
Un documentaire plein de bonnes intentions qui ne parvient pas tout à fait à nous convaincre des bienfaits de la méthode Montessori.

Séances = Jeudi 24 à 20:30 au Cinéma Les Variétés - Dimanche 27 à 17:30 au Cinéma Les Variétés

- « Longyearbyen, ville bipolaire » - Norvège
Synopsis =
Connaissez-vous la petite ville de Longyearbyen ? Située sur le 78e parallèle, cette cité arctique de 2100 habitants est la plus septentrionale d’Europe. C’est aussi un cas-limite où la nature sauvage (on y voit parfois des ours blancs) environne des mines de charbon en activité. Là se posent avec acuité tous les problèmes environnementaux. Ce documentaire offre un beau sujet de réflexion.

Teaser of Longyearbyen, a bipolar city (sous titres FR ---> cliquer sur CC) from Artcam Production on Vimeo.

Séances = Dimanche 27 à 14:00 au Cinéma Voltaire

- « Luna » de Elsa DIRINGER - France
Synopsis =
Luna vit près de Montpellier et travaille dans une exploitation maraîchère. Elle est belle, drôle, elle dévore la vie. Elle serait prête à tout pour garder l’amour de Ruben. Au cours d’une soirée trop arrosée avec ses amis, ils agressent un jeune inconnu. Quelques semaines plus tard, celui-ci réapparaît dans la vie de Luna. Elle va devoir faire des choix.

Critique = Télérama par Pierre Murat
Peut-être Elsa Diringer s’attarde-t‑elle un rien trop, comme pour excuser la rudesse de la première partie de son film, sur ses deux héros, en pleine idylle amoureuse, dans de beaux paysages limpides. Mais elle prend soin, à chaque instant, de suggérer la fragilité de cet amour fondé sur le mensonge.

Séances = Dimanche 27 à 18:00 au Cinéma Voltaire

- « M » de Sara FORESTIER - France
Synopsis =
Mo est beau, sûr de lui, il aime le risque, les activités clandestines. Il rencontre Lila, une fille affligée d’une timidité maladive et d’un bégaiement handicapant. Elle est aussi cultivée qu’il est illettré.

Critique = Elle par Khadija Moussou
Sara Forestier aurait pu se contenter de raconter une histoire d’amour sur fond d’ascension sociale. Avec « M », elle délivre un message sincère sur l’amour certes, mais aussi sur l’apprentissage de la langue française qui peut paraître farfelue, et laisse transparaître quelques scènes drôles, comme celle du restaurant.

Séances = Jeudi 24 à 21:00 au Cinéma Voltaire

- « Miracle » de Egle VERTELYTE - Lituanie
Synopsis =
Quelque part en Lituanie, 1992. Peu de temps après la chute du communisme et dans l’espoir de sauver son affaire, Irena, gérante d’une ferme porcine, essaie douloureusement de l’adapter au nouveau système capitaliste. L’arrivée en grande pompe de Bernardas, businessman américain, à la chevelure orangée, apparaît à ses yeux comme la réponse hasardeuse à toutes ses prières. Bienfaiteur se dévouant pour investir excessivement dans son affaire, il dévoile progressivement des intérêts beaucoup moins nobles.

Séances = Jeudi 24 à 4:00 au Cinéma Voltaire

- « Oh Lucy ! » - Atsuko HIRAYANAGI - Japon
Synopsis =
Setsuko est une célibataire qui mène à Tokyo une vie routinière jusqu’à ce qu’un prof plein de fantaisie lui donne le prénom de Lucy. Seulement pour le cours d’anglais ?

Critique = Première par Damien Leblanc
Oscillant entre farce débridée et tragédie sentimentalo-familiale, Oh Lucy ! livre, malgré une réalisation parfois bancale, une vision décapante de la crise de la cinquantaine, et bénéficie de la présence de Josh Hartnett, ancien jeune premier hollywoodien dont le regard se voile ici d’une touchante mélancolie.

Séances = Jeudi 17 à 16:00 au Cinéma Voltaire

- « Sonate pour Roos » de Boudewijn KOOLE - Pays-Bas
Synopsis =
Roos rejoint la Norvège tous les ans afin de rendre visite à son jeune frère et à sa mère pianiste. Entre les deux femmes, d’anciennes tensions enfouies empêchent toute communication. Cette année, Roos souhaite pourtant partager une nouvelle essentielle.

Critique = aVoir-aLire.com par Claudine Levanneur
Une mélopée délicatement feutrée pour sublimer la vie, l’amour, la mort.

Séances = Lundi 21 à 21:00 au Cinéma Voltaire

- « Tesnota » de Kantemir BALAGOV - Russie
Synopsis =
1998, Nalchik, en république autonome de Kabardino-Balkarie. Une jeune femme du nom d’Ilana préfère réparer de vieilles Lada dans le garage paternel plutôt que se mettre au service du rabbin local. Cette exècre le repli et les faux-semblants de sa communauté et conte fleurette avec un gaillard kabarde. Après leur fête des fiançailles, son jeune frère et sa promise sont enlevés par la mafia et une rançon réclamée.

Critique = Les Inrockuptibles par Vincent Ostria
Enfin un film russe qui sort des rengaines actuelles sur la bourgeoisie poutinienne, la corruption, la décadence culturelle… Cinéaste à suivre de près, absolument.

Séances = Vendredi 25 à 20:30 au CinéVersoix

- « Wajib, l’invitation au mariage » de Annemarie JACIR - Palestine (état de)
Synopsis =
Abu Shadi, 65 ans, divorcé, professeur à Nazareth, prépare le mariage de sa fille. Dans un mois, il vivra seul. Shadi, son fils, architecte à Rome depuis des années, rentre quelques jours pour l’aider à distribuer les invitations au mariage, de la main à la main, comme le veut la coutume palestinienne du "wajib". Tandis qu’ils enchaînent les visites chez les amis et les proches, les tensions entre le père et le fils remontent à la surface et mettent à l’épreuve leurs regards divergents sur la vie.

Critique = Télérama par Pierre Murat
D’autres souvenirs, encore plus amers et douloureux, surgissent. C’est dire que la cigarette partagée par les deux hommes, tandis que le soir tombe sur Nazareth, ne résout rien. La réalisatrice semble offrir cet instant suspendu à ses héros (interprétés par deux comédiens formidables, père et fils dans la vie) comme une récréation. Une trêve inattendue. Un petit moment de paix illusoire, insensé et d’autant plus précieux.

Séances = Mercredi 23 à 16:15 au Cinéma Voltaire