Palmarès de la Berlinade 2018

  • Mis à jour : 1er mars

L’Ours d’or a été attribué à « Touch Me Not » de la Roumaine Adina Pintilie, quand le cinéma français a été honoré avec un Ours d’argent du meilleur acteur pour le jeune Anthony Bajon dans « La Prière » de Cédric Kahn.

Présidé par le réalisateur et scénariste allemand Tom Tykwer, le jury du 68e Festival de Berlin a joué la carte du renouvellement et de la jeunesse. Parmi les réalisateurs connus et réputés en compétition, tels Gus Van Sant, Benoit Jacquot ou Lav Diaz, seul Wes Anderson a été distingué avec son film d’animation « L’Île aux chiens », présenté en séance d’ouverture.

PALMARES

- Ours d’or : « Touch Me Not » de Adina Pintilie
Synopsis =Dis-moi comment tu m’as aimée pour que je sache comment aimer. Une cinéaste et ses personnages s’aventurent ensemble dans une recherche personnelle sur l’intimité. À la frontière fluide entre réalité et fiction, TOUCH ME NOT suit les parcours émotionnels de Laura, Tómas et Christian, livrant une vision profondément empathique de leur vie. Cette soif d’intimité pourtant les effraient, mais ils travaillent à vaincre les vieux schémas, les mécanismes de défense et les tabous pour couper le cordon et enfin s’en libérer. TOUCH ME NOT s’attache à comprendre comment on peut atteindre l’intimité de manières totalement inattendues, comment aimer l’autre sans se perdre soi-même.

-  Ours d’argent - Grand prix  : « Twarz » (Mug) de Malgorzata Szumowska
Synopsis =
Surnommé Jésus à cause de sa barbe et de ses longs cheveux, Jacek a décidé de s’extirper de sa campagne polonaise et d’épouser sa petite amie Dagmara. Un accident de chantier vient contrarier ses plans...

- Ours d’argent - Prix Alfred Bauer (Nouvelles perspectives) : « Las Herederas » de Marcelo Martinessi
Synopsis =
Chela, la soixantaine, appartient à la petite bourgeoisie paraguayenne et est forcée d’affronter la vie alors que son héritage est en train de disparaître et que sa compagne est envoyée en prison.

- Ours d’argent - meilleur réalisateur : Wes Anderson pour « L’Île aux chiens »
Synopsis =
En raison d’une épidémie de grippe canine, le maire de Megasaki ordonne la mise en quarantaine de tous les chiens de la ville, envoyés sur une île qui devient alors l’Ile aux Chiens. Le jeune Atari, 12 ans, vole un avion et se rend sur l’île pour rechercher son fidèle compagnon, Spots. Aidé par une bande de cinq chiens intrépides et attachants, il découvre une conspiration qui menace la ville

- Ours d’argent - meilleure actrice : Ana Brun pour "Las Herederas" de Marcelo Martinessi

- Ours d’argent - meilleur acteur  : Anthony Bajon pour« La Prière » de Cédric Kahn
Synopsis =
Thomas a 22 ans. Pour sortir de la dépendance, il rejoint une communauté isolée dans la montagne tenue par d’anciens drogués qui se soignent par la prière et le travail. Il va y découvrir l’amitié, la règle, l’amour et la foi…

- Ours d’argent - meilleur scénario : Manuel Alcalá & Alonso Ruizpalacios pour « Museo »

- Ours d’argent - contribution artistique  : Elena Okopnaya pour les costumes de Dovlatov d’Alexey German Jr

- Ours d’or du meilleur court métrage : « The Men Behind the Wall » d’Ines Moldavsky

- Ours d’argent - Prix du jury (court métrage) : « Imfura » de Samuel Ishimwe

- GWFF Best First Feature Award (Premier film toutes sections confondues)  : "Touch Me Not" de Adina Pintilie
Mention spéciale : « An Elephant Sitting Still » de Hu Bo

- Glashütte Original – Documentary Award (Documentaire toutes sections confondues) : « Waldheims Walzer » de Ruth Beckermann
Mention spéciale  : « Ex Pajé (Ex Shaman) » de Luiz Bolognesi

Prix FIPRESCI : Las Herederas de Marcelo Martinessi
Prix œcuménique : In den Gängen de Thomas Stuber
Teddy Award : Hard Paint de Marcio Reolon et Filipe Matzembacher
Caméra de la Berlinale : Beki Probst, Katriel Schory, Jiri Menzel
Ours d’or d’honneur : Willem Dafoe