bandeau 1 bandeau 2 bandeau 3 bandeau 4 bandeau 5

Cultures & Cinémas

Vous êtes ici : Accueil > LES NANARS SELECTION C&C > La selection 2018 des Nanars de C&C > Le nanar du mois de Février 2018 : Les rois du patin

Le nanar du mois de Février 2018 : Les rois du patin

  • Mis à jour : 7 février

A la vieille de l’ouverture des Jeux Olympiques d’hiver je me devais de trouver un film qui se réfère à l’épreuve reine que tous les mémères en mal de sport admirent et que les vieux messieurs ne manqueraient pour rien au monde pour les émotions qu’elle leur procure : le patinage artistique.

Bon cest vrai , la plupart d’entre nous n’y comprennent rien quand on leur parle de triple Salchow. Déjà que l’on ne sait même pas en reconnaitre un simple , alors un triple... Combien avons-nous été à compter le nombre de tours qu’accomplit un champion et s’être arrêté interloqué à deux et demi ? Mais bref de technique nous avons été plusieurs à suivre les exhibitions de Candelloro, Surya Bonaly et les freres et soeurs Duchesnay et à apprécier l’originalité des figures qu’ils proposaient. Peu nous importent alors les luzts, les axels et les triples boucles piqués.

Donc en avant première nous vous proposons un film qui tient toute sa place dans cette rubrique : « Les rois du Patin » - Titre Original : Blades of Glory - Ce film réalisé par Will Speck et Josh Gordon ’Eh, oui ! ils se sont mis à deux pour faire ce Nanar" est sorti en 2007.

SYNOPSIS

Note liminaire : Que ceux qui croyait qu’ils allzirnt se régaler des solos, de duos mixtes tant en danse sur glace qu’en couple , aillent cliquer ailleurs, car ici, il s’agit de couple d’hommes.

Lors des Jeux olympiques d’hiver en 2002, deux patineurs rivaux, James McEllroy, sportif talentueux adopté dès son plus jeune âge par un milliardaire dénicheur de talents, et Chazz Michael Michaels, tout aussi talentueux et également habile, mais accro au sexe, s’affrontent lors de la compétition dans la catégorie simple messieurs. Ces derniers, ne se supportant pas, obtiennent la médaille d’or ex-æquo. Mais ils se battent sur le podium et passent en commission disciplinaire, qui les bannissent définitivement de la compétition.

Après cette incartade, James est renié par son père adoptif. Trois ans et demi plus tard, James est devenu un simple employé d’un magasin d’articles sportifs d’hiver, tandis que Chazz, ayant un peu de poids, est devenu patineur sur glace dans un spectacle pour enfants, jouant dans un état d’ébriété avancé.

Un jour, Hector, un fan de James, annonce à son idole qu’il y a une lacune dans l’exclusion, moyen pour lui de reprendre la compétition : bien qu’exclu du simple messieurs, il peut concourir dans la catégorie du patinage en couple. Recherchant une partenaire, après avoir contacté Robert, son ancien entraîneur, McEllroy se retrouve nez à nez avec Michaels, viré de son boulot. Robert convainc les deux à patiner comme une équipe couples de même sexe, parce que la réglementation ne parviennent pas à indiquer le sexe des couples. Ayant trouvé une échappatoire qui leur permettrait de se qualifier en tant que duo, les deux hommes doivent surmonter leurs rancœurs pour se qualifier à une compétition...

Will Ferrell, le comique du moment, aux triples saltos 100 % numériques (corpulence oblige), et Jon Heder, forment ensemble le premier duo exclusivement mâle de l’histoire du patinage artistique.

AVIS DES COURAGEUX SPECTATEURS

Certains pourraient penser que cela n’est pas sérieux de présenter une telle mascarade, mais nous pouvons vous dire que le tournage a été fait sérieusement . Toutes les scènes de patinage ont été tournées lors des Championnats des États-Unis de patinage artistique et des Sports d’hiver au Los Angeles Memorial Sports Arena. Le stade utilisé pour les scènes en extérieur est le Stade Olympique de Montréal, construit pour les Jeux olympiques de 1976. Le film a même été retardé pendant une courte période lorsque Jon Heder (acteur principal) s’est cassé la cheville en exécutant un programme de patinage pour le film.

Néanmoins, on ne va pas se faire de cachotteries :Les Rois du patin sont à voir uniquement en DVD et encore avec une bonne dose de pastis. Heureusement ces patins-là vont atterrir en catimini dans une poignée de salles, surtout en VF et dans les no man’s land, sans promo ni affichage, simple sortie technique pour faciliter d’ultérieures diffusions télé. Un film qu’on nous cache ? Non car vous pouvez encore vous le procurer en DVD.

On mentirait en considérant « Les Rois du patin », qui pille « Dodgeball » et Ricky Bobby, roi du circuit (on a les références qu’on peut), comme une comédie inoubliable. Mais, au-delà de la performance spectaculaire des deux comédiens (surtout Ferrell, arrogant et dégoûtant à souhait), le film montre un certain sens de l’absurde, à l’image d’une poursuite finale sur patins, mais sans glace, digne de Blake Edwards.
Dieu que tout cela est gras ! Bon en même temps, un film sur deux patineurs artistiques qui se haïssent et que l’on oblige à concourir en couple dans une première non-mixte de l’histoire, ça ne peut pas donner quelque chose de propre, surtout si Will Ferrell est un de ces deux (le plus gras, allez savoir pourquoi...). C’est une production Ben Stiller, avec tout ce qu’on trouve dans le frat pack habituellement, pour le meilleur et pour le pire...

Remarque subsidiaire : le même film avec Kad, Olivier et Nelson Monfort en guest star ne nous ferait pas rire, mais pas rire du tout...