Le cinéma paraguayen

  • Mis à jour : 29 novembre

Le cinéma du Paraguay a toujours été peu développé. Toutefois une évolution s’est fait sentir au cours des dernières années notamment avec des films comme « The Touch du hautbois » (1998), « María Escobar » (2002), ou « Un ami Dünor » (2005) qui a concouru pour le meilleur film au Festival International du Film de Rotterdam , et « Hamaca Paraguaya » (2006), qui présenté au Festival de Cannes , a été acclamé par la critique tant au Paraguay qu’à l’étranger

HISTOIRE

Les premiers films tournés au Paraguay furent une série de courts-métrages muets du réalisateur argentin Ernesto Gunche en 1905 . Le premier film paraguayen réalisé fut « Paraguayan- Hipólito Carrón », un film muet de 10 minutes de Alma Paraguaya , fait en 1925. Celui-ci a poursuivi avec un certain nombre de courts documentaires réalisés avec son neveu et assistant caméraman Agustín Carrón Quell . Quelques documentaires ont été tournés dans le pays au cours des années suivantes, mais la plupart d’entre eux sont malheusement perdus.

Le premier film sonorisé fut le documentaire de 1932 « In the Hell of the Chaco » de l’argentin Roque Funes .
http://www.cinemargentino.com/en/films/914988645-en-el-infierno-del-chaco

Le long métrage en Paraguay « Etres Avec » (1955) de Greed , est le premier d’une série de coproductions argentino-paraguayenne. Le plus célèbre est probablement « La burrerita » de Ypacaraí de 1962.

Lucas Demare _ L’industrie du cinéma au Paraguay a toujours souffert d’ un manque de moyens financiers, d’ intérêt public et d’équipement. IL fut aussi victime du gouvernement répressif d’Alfredo Stroessner de 1954-1989. Néanmoins le réalisateur argentin Lucas Demare a filmé« Soif » (1961), une adaptation de l’ auteur paraguayen Augusto Roa Bastos de son roman le « Fils de l’ homme ». Une exeption cependant avec le film financé par l’état « Cerro Cora » (1972) dirigé par Guillermo Vera, qui évoque les vues historiques et politiques du gouvernement Stroessner. C’était le premier film entièrement paraguay

en. Il était basé sur les événements de la guerre du Paraguay .

Dans les années 1980, seulement une poignée de films ont été réalisés dans le pays, d’ailleurs la plupart son des films brésiliens . En 1989 le renversement de Stroessner et le rétablissement de la démocratie améliore la situation du cinéma paraguayen. En 1990, la Fundación Cinemateca del Paraguay est créée et le Festival annuel du film Asunción est inauguré. Plusieurs salles de cinémas nouvelles furent construites à Asunción et dans d’autres villes du Paraguay.

L’explosion du cinéma paraguayen a produit toute une gamme de films et de projets divers, passionnants et dynamiques qui tachent d’attirer l’attention des spectateurs au Paraguay comme en dehors du pays. Et avec tant de sujets inabordés comme la politique et le social passé et présent, le regard du cinéma paraguayen va dans toutes les directions : en arrière, en avant et tout autours. Ce n’est donc pas vraiment surprenant de voir des films comme « Cuchillo de Palo/108 » (2010) de Renate Costa, un documentaire sur le mauvais traitement des homosexuels pendant la dictature qui a terrassé les festivals internationaux comme un cyclone, salué par la critique et recevant de nombreux prix.

Dans la même lignée du cinéma politiquement engagé on trouve le court-métrage « Calle Última » (2010) de Marcelo Martinessi, un film sur la réalité difficile devant les enfants de la rue d’Asunción qui a été également bien reçu en dehors du pays.

Mais la culture nationale du film n’est pas seulement politiquement motivée, ce n’est qu’une de ses nombreuses branches. Des films comme « Universo servilleta » (2010) de Aguirre et « Dieciocho cigarillos y medio » (2011) de Marcelo Tolces-Asrilevich sont des images de l’Asunción contemporain qui montrent une ville éclatante et pleine de vie et en même temps sa culture qui évolue rapidement.

Dans les deux cas le réalisateur réussit à présenter l’Asunción d’aujourd’hui comme une combinaison riche du nouveau et de l’ancien, du traditionnel et du moderne, une culture qui a changé et évolué avec la modernité mais garde quand même son paraguayismo.

De fait, dès 1990 le cinéma paraguayen suscite l’intérêt international : « Miss Ameriguá » en 1994

et « El Toque del Oboe » en 1998 .

Cette dynamique continua par la suite . « María Escobar » (2002), « Miramenometokei » (2003), « Hamac paraguayen »(2006),« Felipe Canasto » (2010)

et « Semana Capital » (2010) sont la confirmation de cet essor.

Le financement reste toutefois un problème et le marché reste largement concurencé par les films américains et argentins.

En 2015, le Paraguay a vu son premier film nommé pour l’ Oscar du meilleur film en langue étrangère avec le documentaire d’ Arami Ullon , « Cloudy Times »

En Septembre 2017, l’Académie du film du Paraguay a désigné à la candidature STI pour le prix Oscar , « Searchers » (chercheurs d’or) de Juan Carlos Maneglia et Tana Schémbori, déjà les directeurs des « Sept boîtes ».« Memory Exercises » de Paz Encina a également été nominé pour les Prix Goya en Espagne .

En octobre 2017, le Sénat a approuvé la loi sur la promotion audiovisuelle, avec la possibilité de la création de l’Institut national du film du Paraguay