bandeau 1 bandeau 2 bandeau 3 bandeau 4 bandeau 5

Cultures & Cinémas

Vous êtes ici : Accueil > ACTUALITES > Départ de Robert Hirsch

Départ de Robert Hirsch

  • Mis à jour : 19 novembre

Un grand monsieur du théâtre et un grand comédien au cinéma nous a quitté. Il restera pour moi l’éternel acteur au regard malicieux et au comportement facétieux. Pour moi lerôle qui m’a marqué : Jean Sébastien Bloch dans « Chobizenesse »
Cinécandide

Robert Hirsch est né le 26 juillet 1925 à L’Isle-Adam et est décédé le 16 novembre 2017 à Paris. Acteur français, sociétaire de la Comédie-Française de 1948 à 1974, il est pendant plusieurs décennies l’une des vedettes du théâtre français, amis a aussi figurer au générique de plusieurs films.

Biographie
Né dans une famille juive, le jeune Robert se passionne d’abord pour le cinéma pendant les années 1930, grâce à son père qui possède une salle de cinéma, l’Apollo. Il a alors pour idole Bette Davis au point de déclarer plus tard qu’il a appris le métier de comédien en la regardant. Pendant la guerre, Robert Hirsch commence une carrière de danseur. Puis, alors qu’il devait intégrer l’opéra de Paris en tant que quadrille, il y renonce car le chorégraphe Serge Lifar, qu’il admirait, n’y donne alors plus de cours. Sur le conseil de ses amis, il opte alors pour le théâtre, et entre au Conservatoire national d’art dramatique. Il en sort en 1948 avec deux premiers prix de comédie obtenus à l’unanimité qui lui ouvrent les portes de la Comédie-Française dont il devient sociétaire en 1952.

Très à l’aise dans les rôles comiques — il se qualifie lui-même de « roi des cabotins » , spécialiste de la mimique et du déguisement1, Robert Hirsch remporte de grands succès en jouant des personnages comme « Scapin » dans les « Fourberies de Scapin » ou Sosie dans« Amphytrion » de Molière. Mais il se montre également à l’aise dans la tragédie, qu’il aborde en interprétant le rôle de Néron du « Britannicus » de Racine, mis en scène par Michel Vitold.

Interprète des plus grands rôles du répertoire classique, notamment à la Comédie-Française, Robert Hirsch a aussi participé à des créations d’auteurs vivants, comme Eugène Ionesco en 1966 ou Florian Zeller en 2012 et 2016. Après son départ de la Comédie-française, il se produit également dans le théâtre de boulevard.

Grande vedette sur les planches, où il est particulièrement populaire auprès du public, il connaît pas, sur la durée, le même succès au cinéma. On le voit d’abord dans de multiples seconds rôles chez des cinéastes comme Sacha Guitry, Jean Delannoy, Marc Allégret ou Henri Decoin puis, dans les années 1960, il tient la vedette de plusieurs comédies qui reportent un succès au box-office : « Monnaie de singe » d’Yves Robert, « Martin soldat » de Michel Deville et « Pas question le samedi » d’Alex Joffé, sorti en 1964, qui lui permet de cimenter sa réputation d’acteur protéiforme en interprétant treize personnages différents. L’année suivante, toujours dirigé par Alex Joffé, il partage avec Bourvil la vedette du film« Les Cracks », qui connaît un bon accueil public. Mais ses films suivants, « Appelez-moi Mathilde », où il donne la réplique à Jacqueline Maillan, et « Chobizenesse », de et avec Jean Yanne, sont des échecs commerciaux. Par la suite, les apparitions au cinéma de Robert Hirsch se raréfient et il est absent des écrans pendant presque toutes les années 1980 : à la fin de la décennie, sa prestation dans « Hiver 54, l’abbé Pierre » lui vaut cependant le César du meilleur acteur dans un second rôle, seule récompense de sa carrière au cinéma.

Filmographie

Cinéma
- 1951 : Le Dindon de Claude Barma : M. Rédillon
- 1954 : Si Versailles m’était conté de Sacha Guitry : le duc de Charmeroy
- 1954 : Les Intrigantes d’Henri Decoin : Pakévitch, le metteur en scène
- 1954 : Votre dévoué Blake de Jean Laviron
- 1956 : Notre-Dame de Paris de Jean Delannoy : Pierre Gringoire
- 1956 : En effeuillant la marguerite de Marc Allégret : Roger Vital, le photographe du journal
- 1958 : La Bigorne, caporal de France de Robert Darène : Boisrose
- 1958 : Mimi Pinson de Robert Darène : Jean-Loup
- 1959 : Maigret et l’affaire Saint-Fiacre de Jean Delannoy : Lucien Sabatier, le secrétaire de la comtesse de Saint-Fiacre
- 1959 : 125, rue Montmartre de Gilles Grangier : l’homme qui se fait passer pour Didier Barracher
- 1962 : Adieu Philippine de Jacques Rozier : le comédien de l’émission de télévision
- 1964 :« Pas question le samedi » d’Alex Joffé


- 1965 : Monnaie de singe d’Yves Robert : Fulbert Taupin
- 1966 : Martin soldat de Michel Deville : Martin
- 1967 : Toutes folles de lui de Norbert Carbonnaux : Mathieu Gossin
- 1968 : « Les Cracks » d’Alex Joffé : Maître Charles Mulot, huissier de justice


- 1969 : Appelez-moi Mathilde de Pierre Mondy : Hubert de Pifre, l’officier
- 1973 : Traitement de choc d’Alain Jessua : Gérôme
- 1975 : Chobizenesse de Jean Yanne : Jean-Sébastien Bloch
- 1983 : La Crime de Philippe Labro : Avram Kazavian
- 1990 : Hiver 54, l’abbé Pierre de Denis Amar : Raoul
- 1995 : Mon homme de Bertrand Blier : M. Hervé
- 2001 : Mortel transfert de Jean-Jacques Beineix : Armand Zlibovic
- 2002 : Une affaire privée de Guillaume Nicloux : le vieil homme
- 2015 : L’Antiquaire de François Margolin : Weinstein