Disparition de Alain Berberian

  • Mis à jour : 5 septembre

Alain Berberian est mort à l’âge de 63 ans, mardi 22 août, a annoncé son agent dans la nuit de mercredi à jeudi. Il avait réalisé une poignée de comédies populaires, comme « La Cité de la peur », « Le Boulet » ou « L’Enquête corse ».

Alain Berberian est né à Beyrouth en 1953, d’un père arménien et d’une mère grecque – son frère Charles, de six ans son cadet, est devenu, lui, auteur de bandes dessinées. Venu en France pour ses études, il entre à Canal+ comme monteur à la fin des années 1980, où il fait la connaissance d’Alain Chabat, de Bruno Carette, de Chantal Lauby et Dominique Farrugia. Devenu le réalisateur attitré des Nuls pour trois séries d’émissions (ABCD Nuls, Histoire(s) de la télévision, Les Nuls, l’émission), il se voit confier la réalisation de leur long-métrage, « La Cité de la peur » en 1994, et se trouve ainsi propulsé dans le grand bain du cinéma.

Devenue instantanément culte auprès d’une génération biberonnée à l’humour des Nuls, La Cité de la peur, satire délirante du milieu du cinéma dans laquelle les crimes d’un tueur en série hystérisent l’obscénité du Festival de Cannes, restera son plus grand fait d’armes. Elle donne le « la » d’une carrière de technicien honnête, essentiellement dévolue à l’accompagnement de projets d’acteurs, de scénaristes, de producteurs. D’un film à l’autre, on peut toutefois déceler, sinon une unité, du moins l’expression d’un désir de renouvellement de la comédie hexagonale, qui porte en germe la transformation à venir du genre sous l’influence conjointe de la télévision française et du cinéma américain.

Le scepticisme exprimé par les producteurs de La Cité de la peur à la lecture du projet dit assez bien la nouveauté que constituait alors ce cocktail improbable d’humour outrancier, de scénario à sketches, d’effets spéciaux bricolés, de caméos de stars, qui n’a cessé d’infuser depuis la comédie française. Avec « Paparazzi » (1998), son deuxième film, le réalisateur change quelque peu de registre, mais confirme son envie de chercher des modèles de l’autre côté de l’Atlantique. Comédie d’observation finement documentée, le film réunit Vincent Lindon, dans le rôle d’un paparazzi de haut vol, et Patrick Timsit dans celui d’un supporteur du PSG propulsé malgré lui dans le monde du showbiz.

Après une incursion peu concluante dans le thriller (« Six-Pack », avec Richard Anconina, Frédéric Diefenthal et Chiara Mastroianni, en 2000), Alain Berberian revient à la comédie mais sur un mode plus franchouillard, moins inspiré. Dans « Le Boulet » (2002, coréalisé avec Frédéric Forestier), il tente de muscler le vieux motif du tandem désaccordé (Gérard Lanvin dans le rôle d’un prisonnier en cavale et Benoît Poelvoorde dans celui du gardien de prison) à coups d’effets spéciaux et de scènes d’action spectaculaires.

Il réalisera encore deux films : « L’Enquête corse » (2004), adaptation de la bande dessinée de Pétillon à l’initiative de Christian Clavier, qui reforme pour l’occasion son duo avec Jean Reno.

Et « L’Ile aux trésors » (2007), variation sur le roman de Robert Louis Stevenson avec Gérard Jugnot, Alice Taglioni et Jean-Paul Rouve.

LE MONDE | 24.08.2017 à 01h32 • Mis à jour le 26.08.2017 à 10h59 |
Par Isabelle Regnier