Afrique


Le cinéma sud-africain

HISTOIRE DU CINEMA SUD-AFRICAIN
Le début du cinéma sud-africain Le cinématographe s’est implanté très tôt en Afrique du Sud, dès 1896, soit un an seulement après la première projection publique organisée par les frères Lumière à Paris. Durant la Guerre des Boers (1899-1902), de petits films de propagande britannique anti-boer sont tournés.
Années 1916 - 1922
Après la création de l’Union sud-africaine, le pays connaît un âge d’or du cinéma entre 1916 et 1922. Des épopées à la gloire de l’Afrique du Sud (...)

Le cinéma algérien

CINEMA ALGERIEN
C’est au coeur de la « guerre de libération » que le cinéma algérien a fait ses débuts. Malgré de faibles échos dans les programmations occidentales, il recèle des oeuvres de qualité. Le septième art algérien s’est développé avec les festivals et les autres activités culturelles. L’Algérie, dans les années soixante, a également participé à des coproductions de grande valeur. Néanmoins comme tous les cinémas dans le monde il doit faire face aux invasions des séries télévisées et au piratage (...)

Le cinéma égyptien

LE CINEMA EGYPTIEN
La naissance
En 1896 (un an après la première projection cinématographique des Frères Lumière à la Ciotat), les premières projections de cinéma se déroulent dans le Hammam Schneider et dans des cafés en Egypte. C’est en 1906 qu’apparaît la première salle de cinéma et 5 ans plus tard ce sont 6 salles de cinémas qui ouvrent au Caire. En 1917, ce nombre s’élève à 80. Les premières premiers cinémas appartenaient presque exclusivement à des descendants européens et étaient dans des mains (...)

Le cinéma camerounais

CINEMA CAMEROUNAIS
HISTOIRE DU CINEMA CAMEROUNAIS
« Le Haut-Commissariat de la République française au Cameroun » est le premier film tourné au Cameroun au lendemain de la Première Guerre mondiale (1919). Tout un symbole. Comme dans toute l’Afrique francophone, il faudra attendre l’indépendance pour que les premiers films camerounais voient le jour. Les deux premiers sont réalisés à Paris où de jeunes étudiants se forment aux techniques cinématographiques depuis le milieu des années 1950. Jean Pierre (...)

Le cinéma d’Afrique

Article écrit par Alain Serbin sur son blog > http://alainserbin.over-blog.fr/
Faire du cinéma en Afrique, c’est déjà audacieux.
Certains diront même, un exploit. Tant les conditions ne le permettent pas. Il faut tout faire, tout inventer, y laisser ses quelques plumes. C’est aussi vrai de dire que le cinéma africain n’a pas encore atteint la maturité. L’état embryonnaire de ce cinéma ne lui permet pas, pour le moment, de concurrencer des grands cinémas déjà existants comme les grands studios (...)

Le cinéma de la république démocratique du Congo

CINEMA DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO Références : Article de Jean-Baptiste Dossou-Yovo
Contrairement à la littérature de la RDC qui rassemble une pléiade d’auteurs parmi lesquels un certain nombre se distinguent à la fois comme universitaires, critiques littéraires et écrivains, le cinéma de l’ex-Zaïre est resté modeste mais vivant. On devrait cependant reconnaître qu’au cours de la dernière décennie, il a réalisé plus de progrès qu’en trente ans. C’est dire qu’il s’agit d’un cinéma en pleine (...)

Le cinéma du Burkina Faso

Parmi les pays africains, le Burkina Faso est en pointe pour le cinéma. Dès l’indépendance de la Haute-Volta en 1960, les dirigeants politiques ont tenu à de développer un cinéma national dégagé de la domination coloniale.
Festival
En 1969 le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou FESPACO est créé à l’initiative de cinéphiles. En 1972, il bénéficie du support de l’Etat et de structures permanentes. Devenu biennal, il est l’une des grandes manifestations culturelles de L’Afrique (...)

Le cinéma gabonais

LE CINEMA DU GABON
Extraits de textes écrits par Imunga Ivanga dans retrostecive du Cinéma Gabonais.
Début du cinéma gabonais
Dans les années soixante, les films étaient projetés à partir d’un camion-cinéma qui sillonnait les quartiers populaires de Libreville. En fait un cinéma mobile destiné au plus grand public. Un projecteur installé à l’arrière du véhicule, un drap blanc ondulant sous l’effet du vent, et la séance pouvait commencer. La magie du cinéma s’imposait ainsi brutalement dans la chaleur des (...)

Le cinéma ivoirien

La Côte-d’Ivoire, comme la presque totalité des pays d’Afrique, doit faire face à un manque de moyens et de structures adaptées pour avoir une production cinématographique de qualité : parc de salles insuffisant ; distribution des films échappant à toute sélection ; pas de politique d’aide à la production. Débutant dans les années soixante grâce à la Télévision, l’apparition du numérique à partir de 2004 lui donne une seconde jeunesse. Néanmoins les séries trop nombreuses et de piètre qualité nuit à (...)

Le cinéma lybien

La Libye est d’abord représentée au cinéma dans de courts films documentaires au moment de son occupation par les troupes italiennes. Dans les années 1950, le royaume de Libye produit quelques courts documentaires à propos de la cité antique de Lebtis Magna. Mais le premier film libyen au sens fort du terme, réalisé et joué par des Libyens, est « Indama Yaqsu al-Zaman (Le destin est très dur) », Abdella Zarok, qui sort en 1972 et est tourné en noir et blanc.
Outre les films dirigés par des Lybiens (...)

Le Cinéma malgache

LE CINÉMA MALGACHE
Les débuts du cinéma malgache
A Madagascar, l’histoire du cinéma débute dès la fin de la première guerre mondiale. Le cinéma muet était diffusé dans les salles Excelsior, Gallieni, et Universel de la capitale de la grande île. Comme partout ailleurs dans le monde, le cinéma muet et notamment Charlot faisait fureur.
Le film parlant atteindra Madagascar dès 1935. En 1936, se crée à Madagascar « le Consortium Cinématographique » société de diffusion du cinéma qui, non seulement achetait (...)

Le cinéma malien

Le cinéma malien
Le cinéma malien a marqué le 7e art africain par sa thématique variée et ses productions de qualité.
Un cinéma de qualité
Primé à plusieurs reprises :
Festival FESPACO au Burkina, le Mali est le seul pays à avoir 3 Etalons de Yennega : - Baara et Finyè de Souleymane Cissé (1979 et 1983) - Guimba de Cheick Oumar Sissoko (1995). - Ta Dona (Au feu !) de Adama Drabo (1991) - Taafé Fanga de Adama Drabo (1997) - La génèse de Cheick Oumar Sissoko (1999) - (...)

Le cinéma marocain

LE CINEMA MAROCAIN
1. Histoire
Le premier tournage au Maroc date de 1897, avec « Le Chevrier marocain » de Louis Lumière (no 1394 au catalogue Lumière), qui inaugure une tradition de tournages étrangers au Maroc, tradition qui perdure jusqu’à nos jours. Juste après la grande première parisienne des frères Lumière, des opérateurs envoyés par les jeunes industriels lyonnais sont allés sillonner le monde en quête d’images « exotiques » et « merveilleuses ». Le Maroc avait justement l’avantage d’être (...)

Le cinéma sénégalais

LE CINEMA SENEGALAIS
Le cinéma sénégalais est l’un des plus anciens et des plus dynamiques du continent africain. Il est actuellement pénalisé par le très faible nombre de salles de projection au Sénégal ; en conséquence, les productions sénégalaises sont souvent mieux connues à l’étranger.
Les débuts du cinéma au Sénégal
Le début du cinéma sénégalais remonte avant l’indépendance avec « Afrique-sur-Seine » de Paulin Soumanou Vieyra. Sorti en 1955, ce court - métrage de Vieyra avait désobéi à la loi française (...)

Le cinéma tunisien

HISTOIRE DU CINEMA TUNISIEN
Le cinéma existe en Tunisie depuis son apparition à l’échelle mondiale. Dès 1896, les frères Lumière tournent des vues animées dans les rues de Tunis. En 1897 ont lieu les premières projections cinématographiques à Tunis, organisées par Albert Samama-Chikli et le photographe français Soler.
LES DEBUTS En 1919, le premier long métrage réalisé sur le continent africain, « Les Cinq Gentlemen maudits » de Luitz-Morat, est tourné en Tunisie.
Dès 1922, le précurseur du cinéma (...)