Sorties cinéma du 6 août 2014

  • Mis à jour : 7 août 2014

Critiques extraites de Télérama et autres magazines dont Allociné et Première

Sorties du mercredi 6 août 2014

TELERAMA AIME PASSIONEMENT

Cotation 5/5

- « WINTER SLEEP » - Drame - Date de sortie : 06 août 2014 - Réalisé par : Nuri Bilge Ceylan - Avec : Haluk BILGINER , Melisa Sozen , Demet AKBAG - Durée : 3h16min - Pays de production : Turquie - Année de production : 2014 - Titre original : Kis uykusu - Distributeur : Memento Distribution

Note de la presse : 3.7/5

Note du public : 3,8/5

Critique  : L’Express ( Eric Libiot ) _ "Winter Sleep", palme d’or 2014, est un immense film. De ces oeuvres fascinantes, hénaurmes, d’une beauté formelle exceptionnelle, avançant d’un trait sans faiblir jusqu’à atteindre le coeur du sujet au point exact où tout s’éclaire. (...) C’est un voyage intime et romanesque, où le bruit feutré des mots écorche les murs, où la fureur des gestes envahit soudain le paysage pour réveiller un hiver endormi.

Synopsis  : Aydin, comédien à la retraite, tient un petit hôtel en Anatolie centrale avec sa jeune épouse Nihal, dont il s’est éloigné sentimentalement, et sa sœur Necla qui souffre encore de son récent divorce. En hiver, à mesure que la neige recouvre la steppe, l’hôtel devient leur refuge mais aussi le théâtre de leurs déchirements...

TELERAMA AIME BEAUCOUP

Cotation 4/5

- « ANA ARABIA » - Drame - Date de sortie : 06 août 2014 - Réalisé par : Amos Gitaï - Avec : Yuval Scharf , Yussuf Abu-Warda, Sarah ADLER - Durée : 1h25min - Pays de production : Israël - Année de production : 2014 - Distributeur : Océans Films

Note de la presse : 3.4/5

Note du public : 3,0/5

Critique :Télérama ( Pierre Murat ) _ Dans ce film intense, le cinéaste israélien évoque les relations complexes de couples arabo-juifs. Et rend hommage aux femmes,porteuses d’espoir.

Synopsis :Filmé en un seul plan-séquence en mouvement, Ana Arabia capte un moment de la vie d’une petite communauté de réprouvés, juifs et arabes, qui cohabitent dans une enclave oubliée à la frontière entre Jaffa et Bat Yam, en Israël. Un jour, Yael, une jeune journaliste, leur rend visite. Dans leurs abris délabrés, dans un verger rempli de citronniers et entouré de HLM, elle découvre une galerie de personnages aussi éloignés que possible des clichés habituels sur la région. Yael croit avoir découvert une mine d’or. Elle en oublie son travail. Les visages et les mots de Youssef et Miriam, Sarah et Walid, de leurs voisins et amis, lui parlent également de sa propre vie, de ses rêves, ses espoirs, ses histoires d’amour, ses désirs et désillusions. Leur rapport au temps est différent de celui de la ville qui les entoure. Dans ce lieu bricolé et fragile, la coexistence est possible. Une métaphore universelle.

- « DETECTIVE DEE II : La Légende des Dragons des Mers  » – Film fantastique Film policier Action– Date de sortie : 6 août 2014 – Réalisé par Tsui Hark - Avec Mark Chao, Feng Shao Feng, Carina Lau – Durée : 2h19mn - – Pays : Hong Kong – Année 2013– Titre original : Young Détective Dee : Rise of Sea Dragon - Distributeur : Le Pacte

Note de la presse : 4,05

Note du public : 3,5/5

Critique  : Télé loisirs (Gwénola Trouillard ) ¾ _ Mise en scène étourdissante, décors somptueux : quel pied !

Synopsis  : L’Impératrice Wu règne sur la dynastie Tang aux côtés de l’empereur Gaozong. Elle envoie sa flotte vers l’empire Baekje afin de soutenir cet allié de longue date, envahi par le belliqueux empire Buyeo. Mais, juste après leur départ, les navires sont attaqués par une mystérieuse et gigantesque créature surgie du fond des mers. Les habitants de Luoyang, la capitale orientale, pensent qu’il s’agit d’un dragon des mers. Afin d’apaiser ce dernier, la courtisane Yin, « la plus belle fleur de Luoyang », est choisie pour être enfermée dans le Temple du Dragon des Mers ; en fait une punition qui lui est infligée pour avoir refusé les avances de riches notables. L’impératrice Wu, qui n’a guère de temps à accorder à ces superstitions, ordonne à Yuchi Zhenjin, le Commissaire en chef du Temple suprême d’enquêter sur l’acte de sabotage dont la flotte a été victime. Elle suspecte en fait les sympathisants de l’empire Buyeo d’être à l’origine du complot. Par chance, Dee Renjie arrive à Luoyang le même jour pour prendre ses fonctions de magistrat au Temple suprême. Son poste englobe les fonctions de détective, juge et bourreau. Dans la rue, Dee et Yuchi assistent à la procession menant la courtisane Yin jusqu’au Temple du Dragon des mers. Tous deux sont époustouflés par sa beauté. Sur le chemin du Temple suprême, Dee aperçoit un groupe d’étrangers sortir d’une maison de thé, s’envelopper dans des vêtements de moines taoïstes, et se diriger vers un canal menant au temple… Ce n’est que le début des péripéties qui amèneront le Détective Dee à résoudre l’énigme de la Légende du Dragon des Mers…

Existe en version 3D
Prequel de Detective Dee, le mystère de la flamme fantôme

- « YOUNG ONES » - Film de science-fiction Thriller - Date de sortie : 06 août 2014 - Réalisé par : Jake Paltrow - Avec : Michael Shannon , Nicholas Hoult , Elle Fanning - Durée : 1h40min - Pays de production : Irlande Afrique du Sud Etats-Unis - Année de production : 2013 - Distributeur : Potemkine

Note de la presse :3.1 /5

Note du public : 3.3/5

Critique  : L’Express ( Eric Libiot ) _ "Young Ones" est un film d’anticipation, un peu western, un peu drame familial, sorte d’allégorie d’un pays revenu à l’état sauvage où la survie, le désir et la trahison servent de décor. Jake Paltrow, réalisateur, producteur, scénariste, et frère de Gwyneth, sait filmer, installer une ambiance et distiller des moments d’angoisse ou d’émotion. Le souci, c’est qu’il le sait, justement. (...) Le film étonne, séduit, mais ne passionne pas toujours.

Synopsis  : Dans un futur proche, l’eau est devenue une denrée rare, suscitant convoitise et violence. Dans ce climat hostile, Ernest Holm vit avec Jerome, son fils admiratif et Mary, sa fille, avec laquelle il entretient une relation plus conflictuelle. Ernest protège sa ferme et sa famille des bandits et nourrit l’espoir de rendre ses terres arides à nouveau fertiles.Tout comme Flem Lever, qui fréquente Mary en secret et n’a qu’une idée en tête : récupérer les terres d’Ernest, quel qu’en soit le prix.

TELERAMA N’ AIME PAS, MAIS CE N’EST PAS UNE RAISON POUR NE PAS Y ALLER

Cotation : 2/5

-  « J’ARRETE QUAND JE VEUX » - Comédie - Date de sortie : 06 août 2014 - Réalisé par : Sydney Sibilia - Avec : Edoardo LEO, Valeria Solarino, Valerio Aprea - Durée : 1h40min - Pays de production : Italie - Année de production : 2014 - Titre original : Smetto quando voglio - Distributeur : Bellissima Films

Note de la presse :2.7 /5

Note du public :3.1 /5

Critique  : Le Monde ( Mathieu Macheret ) _ A un stade terminal de régression publicitaire et de complaisance nouveau-riche, si l’on en juge à l’aune de cet affreux "J’arrête quand je veux", premier long-métrage de Sydney Sibilia, jeune réalisateur de 32 ans qui sait manifestement emballer son produit, maîtrisant déjà à la perfection l’espéranto hystérique du marketing international.

Synopsis  : Un groupe de brillants chercheurs universitaires tente de sortir d’une impasse : trouver un travail. Ils décident alors de créer la drogue parfaite et légale.

- « NOS PIRES VOISINS » - Comédie– Date de sortie : 6 août 2014 – Réalisé par Nicolas Stoller– Avec Steh Rogen, Riose Byrne, Zac Efron – Durée : 1h36mn - – Pays : USA – Année 2014 – Titre original : Neighbourgs - Distributeur : EuropaCorp Universal Pictures France

Note de la presse :2,5/5

Note du public : 3.5/5

Critique  : PREMIERE – Daniel Leblanc (2/4) - Après la rupture amoureuse dans Sans Sarah, rien ne va ! puis le mariage dans 5 Ans de réflexion, Nicholas Stoller aborde en toute logique les effets de la naissance d’un enfant. Les adieux à l’âge irresponsable se vivent ainsi à travers l’impitoyable affrontement entre un couple de nouveaux parents épuisés et une confrérie étudiante déchaînée, qui déclenche un festival de gags graveleux à base de défonce et de défis physiques. Emmené par Zac Efron, qui offre une savoureuse performance de gourou trash, le film évoque par sa surenchère une version comique et améliorée de Projet X. Mais, entièrement soumis à l’escalade permanente de cette querelle de voisinage, il se prive de la mélancolie à laquelle nous avait habitués son réalisateur. La dimension affective s’efface alors au profit d’un rire régressif et immédiat, à l’image d’un Seth Rogen que l’on a déjà connu moins cabotin.

Synopsis  : À première vue, les jeunes parents que sont Mac et Kelly Radner vivent le parfait rêve américain, avec leur adorable petite Stella et une maison fraîchement (et difficilement) acquise dans un charmant quartier résidentiel. Ce qui n’empêche pas les jeunes trentenaires de se considérer toujours aussi hype et cool. Pourtant, cette nouvelle é́tape, dans la vie de ces fêtards pas tout à fait repentis, va s’avérer délicate à gérer et les obliger à négocier leur entrée dans un âge adulte pleinement assumé. Quand ils découvrent que leurs nouveaux voisins ne sont autres que les membres fervents et débridés d’une confrérie étudiante, menés par le charismatique Teddy, ils essaient d’abord de s’assurer leur sympathie et leur respect, en tirant le meilleur de cette situation quelque peu inconfortable. Mais la fiesta et les frasques incessantes des étudiants poussent le couple à se montrer plus virulent pour protéger leur territoire et leur tranquillité, et ce qui n’était que des enfantillages dégénère rapidement en un conflit épique de générations.

- « OPERATIONS CASSE NOISETTE » - Film d’animation Enfants - Date de sortie : 06 août 2014 - Réalisé par : Peter Lepeniotis - Avec : Will Arnett, Brendan Fraser, Liam Neeson - Durée : 1h26min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2014 - Titre original : The Nut Job - Distributeur : SND

Note de la presse : 2.6/5

Note du public : 3.0/5

Critique  : Télé 7 jours ( Philippe Ross ) 1 Avec son héros rongeur pas très sympa, son intrigue, qui rappelle celle de "Nos voisins, les hommes", et son style désuet, ce dessin animé réservé à un très jeune public ne casse pas des noisettes.

Synopsis  : Surly est un écureuil malin et ingénieux. A peine débarqué en ville, il repère un magasin de noix avec un stock suffisant pour nourrir tous les animaux de la forêt pendant l’hiver. Mais pour pénétrer cette forteresse, il va avoir besoin d’aide. Assisté de ses amis, il va mettre au point un plan rocambolesque pour organiser le vol du siècle. Évidemment, rien ne va se passer comme prévu…

Existe en version 3D

TELERAMA N’A PAS D’AVIS, A VOUS DE VOUS EN FAIRE UN

-  « COLT 45 » - Thriller - Interdit au -12 ans – Date de sortie : 6 août 2014 – Réalisé par Fabrice du Welz– Avec Imanol Perset, Joey Starr – Gérard Lanvin – Durée : 1h25mn - – Pays : France– Année 2014 - Distributeur : Warner Bros Picture France

Note de la presse : 2,0/5

Note du public : 3.2/5

Critique  : Le Parisien ( Alain Grasset ) _ Avec ce thriller mené tambour battant, le réalisateur revisite un sujet vu et revu au grand écran, la guerre des polices. Sauf que la plupart des séquences sont tellement prévisibles et stéréotypées qu’elles ôtent toute crédibilité aux personnages. Décevant et violent.

Synopsis  : Armurier et instructeur de tir à la Police Nationale, Vincent Milès est expert en tir de combat. Son destin bascule le jour où il fait la connaissance de Milo Cardena, un flic trouble, qui va l’entraîner dans une incontrôlable spirale de violence, plaçant Vincent au centre d’une série d’attaques à main armée, de meurtres et d’une féroce guerre des polices. Vincent n’aura pas d’autre choix qu’embrasser son côté obscur pour survivre…

- « IRANA , LA MALETTE ROUGE » - Drame - Date de sortie : 06 août 2014 - Réalisé par : Bernard Mazauric - Avec : Aman Bains, Anna Cottis, Chrystelle Labaude - Durée : 1h50min - Pays de production : France - Année de production : 2013 - Distributeur : Axxon Films

Note de la presse : 1.7/5

Note du public : 3.0/5

Critique  : PREMIERE ( Damien Leblanc) - Destiné aux enfants, ce mélodrame réalisé par un Français dépeint sans sourciller la cruauté des conflits ethniques pour mieux faire ressortir un message d’espoir et de fraternité. Souffrant d’un budget limité, le film tire pourtant parti de décors enneigés qui lui donnent des airs de conte universel sur l’innocence menacée.

Synopsis = 1995, la guerre de Bosnie se termine. Mais les violences entre ethnies ne disparaissent pas. Si les combats s’arrêtent, les forces internationales ne peuvent empêcher les vengeances et les représailles qui succèdent à la cruauté de la guerre civile.
Pourchassés par quelques miliciens sans scrupules Irina et son père s’enfuient. Son père touché par le tir d’un sniper, Irina se trouve seule et livrée à elle‐même. Elle trouve refuge dans une ferme isolée où elle gagne peu à peu l’affection de tous les occupants, une famille bosniaque musulmane et pieuse qui ne veut rien savoir du conflit. Pendant qu’à l’extérieur l’arrivée des Nations Unies et de la Croix Rouge permet à la région de se normaliser peu à peu, Irina partage la vie de la ferme et se lie d’amitié avec le jeune Malik.
Mais les préjugés et les rancœurs viendront bientôt perturber la vie de cette famille sans histoires et menacer l’amitié naissante entre les deux enfants. Leur survie même sera compromise alors qu’ils s’enfuient pendant une nuit glaciale dans les montagnes bosniaques, toujours parsemées de champs de mines.

-  « LUCY » – Action – Date de sortie : 6 août 2014 – Réalisé par Luc Besson – Avec Scarlette Johansson, Morgan Freeman, Choi Min-Sunk – Pays : France – Année 2014 – Distributeur : EuropaCorp

Note de la presse : 3.8/5

Note du public : 3.8/5

Critique  : StudioCiné Live (Thierry Chèze )_ Un film efficace, mais sans originalité. (...) Lucy tombe en fait dans tous les travers qu’on reproche à l’immense majorité des blockbusters hollywoodiens actuels : cette obsession d’une forme de plus en plus spectaculaire et gourmande en effets spéciaux qui a fini par étouffer totalement le fond. Spectaculaire, Lucy l’est indéniablement. (...) Evidemment, ce seizième long métrage de Besson reste un divertissement tout sauf indigne. Mais, même si on y retrouve l’humour qui parsème la plupart de ses films, le cinéaste semble avoir mis ici en sourdine toute singularité. Il se fond dans un moule qu’on aurait tant aimé le voir faire imploser.

Synopsis  : A la suite de circonstances indépendantes de sa volonté, une jeune étudiante voit ses capacités intellectuelles se développer à l’infini. Elle « colonise » son cerveau, et acquiert des pouvoirs illimités.