bandeau 1 bandeau 2 bandeau 3 bandeau 4 bandeau 5

Cultures & Cinémas

Vous êtes ici : Accueil > LA VIE DE L’ASSOCIATION > Hervé Gransart publie son second livre

Hervé Gransart publie son second livre

  • Mis à jour : 9 août 2014

Vendredi 3 décembre , L’Archipel des mots accueillait Hervé Gransart pour le lancement de son livre "La vie c’est rien que du cinéma et inversement"

Article du Dauphiné Libéré du mardi 7 décembre 2010

"Moteur action, ça tourne à l’Archipel des Mots ! Vendredi, Hervé Gransart, l’acteur d’un soir, était habillé d’une petite veste en cuir noir. Le noir, couleur du désespoir ? Parfois, il le narre. On l’aurait bien vu, aussi, dans une veste en croco, comme dans "Sailor et Lula". Pour accentuer sa désinvolture et son coté voyou, lui qui a grandi en banlieue parisienne.

Au générique de cette lecture, deux femmes de coeur et de talent, Isabelle Carichon et Françoise Chanel, donnaient vie aux textes avec humour, générosité et musicalité. Dans une petite mise en scène concoctée pour la sortie de son 2° opus, Hervé Gransart a déclamé sa passion de l’écriture.

Dans "Ainsi va la vie... ou les petites scènes de l’ennui ordinaire", ses premières nouvelles parues en 2009, l’auteur gessien dictait sa loi, sa colère, "une révolte", dégainant son colt. "Fallait que ça sort". Aujourd’hui, dans ce recueil plus étoffé que le précédent, l’oeil aguerri par les incertitudes et les turpitudes de l’existence, ce rebelle a mis quelques distances avec son moi. De ses nuits fécondes et courtes découlent naturellement "ses fulgurances". D’une plume toujours aussi instinctive, vive et goguenarde, il " consomme les gens" ? Parce que les gens normaux,et les objets inanimés, ont tout d’exceptionnel, il donne le premier rôle.

Tout ce qu’il décrit emprunte au réel, parfois cruel ; comme ces visages d’enfants disparus placardés sur les murs de la gendarmerie dans "Missing", l’une de ses nouvelles. Mais quand il observe cette femme de dos, au "manège", là il invente de toutes pièces les déchirures du coeur, la fadeur d’un quotidien. La fiction fait son chemin, dans une écriture de plus en plus ample.

De là , n’y a t-il qu’un pas vers le roman ? Pas de doute puisque deux sont déjà écrits. Y retrouvera t-on l’ironie sincère d’un "désabusé enthousiaste, ou l’inverse", comme il se décrit ? On espère que le suspens ne vas pas trop durer. "

Signé : Cécile DALLA TORRE