Sorties cinéma du 25 juin 2014

  • Mis à jour : 12 avril 2015

Critiques extraites de Télérama et autres magazines dont Allociné et Première

Sorties du mercredi 25 juin 2014

TELERAMA AIME PASSIONNEMENT

Cotation 5/5

-  « Under the Skin » Film de science-fiction - Tous publics avec avertissement - Date de sortie : 25 juin 2014- semaine Réalisé par : Jonathan Glazer - Avec : Scarlett Johansson , Jeremy McWilliams, Lynsey Taylor Mackay- Durée : 1h47min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2013 - Distributeur : Diaphana

Note de la presse : 3.9/5

Note du public : 3.5/5

Critique  : Cinoche.com ( Elizabeth Lepage-Boily ) _ 2/ 4 _ Les artisans de « Under the Skin » sont certes talentueux, mais cela ne suffit pas ; le film qu’ils proposent ne tire pas pleinement profit de son contexte intriguant. Trop de questions primordiales sont laissées sans réponse, ce qui empêche d’y voir un véritable commentaire sur la condition humaine.

Synopsis  : Une extraterrestre arrive sur Terre pour séduire des hommes avant de les faire disparaître.
Adapté du roman de Michel Faber

- « Le conte de la princesse Kaguya » - Film d’animation - Date de sortie : 25 juin 2014 - Réalisé par : Isao Takahata - Durée : 2h17min - Pays de production : Japon - Année de production : 2013 - Titre original : Kaguya-hime no monogatari - Distributeur : Walt Disney Company France

Note de la presse : 4.3/5

Note du public : 3.6/5

Critique  :. PREMIERE (Gaël Golhen) _ 3/ 4 _ Depuis le début, Isao Takahata est l’outsider de Ghibli : cofondateur du studio avec Hayao Miyazaki, il est longtemps resté sous-estimé, malgré son magnifique « Tombeau des lucioles », en raison de la rareté de sa production et, sans doute aussi, de son style insaisissable qui oscille entre le comic (s)trip, l’animé old school et le manga... L’ADN Ghibli infuse ses plans (plaisir absolu de l’imaginaire en fusion, génie du gag, puissance unique du récit) et pourtant, ses graphismes naïfs et ses crayonnés proches du croquis semblent à chaque fois s’offrir comme une alternative à la précision et à la finesse du trait de Miyazaki. Le Conte de la princesse Kaguya, c’est précisément ça. De loin, l’histoire ressemble un peu à celle de « Ponyo sur la falaise » : une princesse venue d’un autre monde doit composer avec les humains. Mais là où Ponyo... basculait vers la fable écolo mignonne, Takahata développe un discours de combattant écolo plus sombre et plus radical. Le film se déroule autour des thèmes de l’apparence, du déguisement et explore l’antagonisme entre la civilisation – sa violence et ses rites absurdes – et la nature prolifique. C’est dans le retour aux racines, au sens propre, que prend forme une idée du merveilleux comme champ de force et d’énergie pure. La vie cristalline saisie avec une délicatesse de fleur, les personnages vifs, vivants et attachants et les éclats de réalisme quasi documentaire (la fabrication des bols, séquence sublime) écrasent les plus beaux efforts des grands cinéastes. Surtout, comme dans Pompoko, ... Kaguya laisse sourdre une profonde mélancolie : sous la rage du propos, perce l’idée poétique qui fonde tout son rapport à l’environnement, celle d’une vie antérieure, oubliée, où l’homme était en contact avec la nature. C’est d’une rare beauté.

Synopsis  : Une minuscule princesse, Kaguya, « la princesse lumineuse », est découverte dans la tige d’un bambou. Élevée par un vieux coupeur de bambou et son épouse, elle devient une séduisante jeune femme. De la campagne lointaine jusqu’à la grande capitale, sa beauté suscite l’engouement auprès de tous ceux qui la rencontrent et fascine en particulier cinq nobles prétendants, qui vont devoir relever d’impossibles défis dans l’espoir d’obtenir sa main... Le temps venu, elle devra finalement affronter son destin...

Le film a été choisi pour ouvrir le festival d’Annecy.

TELERAMA AIME BEAUCOUP

Cotation 4/5

- « Je ne suis pas lui » - Drame - Date de sortie : 25 juin 2014 - Réalisé par : Tayfun Pirselimoglu - Avec : Ercan Kesal, Maryam Zaree, Riza Akin - Durée : 2h4min - Pays de production : France Allemagne Grèce Turquie - Année de production : 2013 Titre original : Ben O De ilim - Distributeur : Arizona Films

Note de la presse : 3.4/5

Note du public : 3.0/5

Critique  : PREMIERE (Isabelle Danel) _ 2 / 4_ Du tragi-comique singulier, on glisse vers un polar hitchcockien (façon Sueurs froides) plus balisé. Mais l’étrangeté demeure et séduit. Et les couleurs vives trouant les camaïeux beiges ou bleu-gris rehaussent la beauté simple de l’image signée du chef opérateur d’Angelopoulos.

Synopsis  : Nihat, aide-cuisinier d’âge mur, a une vie sociale aussi routinière que sa vie professionnelle. Les virées nocturnes avec ses collègues le tirent à peine de sa torpeur de vieux garçon casanier. Pourtant tout le monde l’assure qu’une collègue dont le mari croupit en prison lui fait les yeux doux.

- « Le procès de Viviane Amsallem »Drame - Date de sortie : 25 juin 2014 - Réalisé par : Ronit et Shlomi ELKABETZ - Avec : Ronit Elkabetz ,Menashe Noy, Simon Abkarian - Durée : 1h55min - Pays de production : France Allemagne Israël - Année de production : 2014 - Titre original : Gett - Distributeur : Les Films du Losange

Note de la presse : 4.0/5

Note du public : 3.5/5

Critique  : PREMIERE (Christophe Narbonne) _ 3/ 4 _ Deux heures entre quatre murs gris, sans autre action que le débat entre les parties et les juges : le dispositif théâtral mis en place par Ronit et Shlomi Elkabetz peut effrayer. Crainte vite dissipée par la puissance de la tragédie qui se joue ici et dont la caméra enregistre cliniquement les soubresauts, sans partialité. Du cinéma, il y en a partout, dans cette histoire originale formidablement dialoguée, dans la cohérence et la persistance du point de vue (toujours celui du personnage qui parle), dans la composition des cadrages, dans la qualité de l’interprétation... Mais évidemment, ce que l’on retient, c’est le portrait saisissant que les Elkabetz dressent en creux de leur pays, à la fois moderne et féodal en ce qui concerne la condition de la femme, irréductiblement liée au bon vouloir des hommes.
Le constat, implacable, fait froid dans le dos.

Synopsis  : VIVIANE AMSALEM demande le divorce depuis trois ans, et son mari, Elisha, le lui refuse. Or en Israël, seuls les Rabbins peuvent prononcer un mariage et sa dissolution, qui n’est elle-même possible qu’avec le plein consentement du mari.
Sa froide obstination, la détermination de Viviane de lutter pour sa liberté, et le rôle ambigu des juges dessinent les contours d’une procédure où le tragique le dispute à l’absurde, où l’on juge de tout, sauf de la requête initiale.

- « Sangue » - Documentaire - Date de sortie : 25 juin 2014 - Réalisé par : Pippo Delbono - Avec : Pippo Delbono - Durée : 1h32min - Pays de production : Italie Suisse - Année de production : 2013 - Distributeur : Les Films du Paradoxe

Note de la presse : 2.2/5

Note du public :

Critique  : PREMIERE (Joachim Cohen) _ 2 / 4 _ L’acteur et documentariste Pippo Delbono raconte ici l’histoire de son amitié avec l’ex-leader des Brigades rouges, l’athée Giovanni Senzani, et entremêle le témoignage de cet homme au passé criminel avec des images de sa propre mère, la pieuse Margherita dont il filme les derniers mois. Si la démarche du réalisateur peut parfois sembler impudique, elle n’en demeure pas moins une émouvante déclaration d’amour d’un fils à sa mère, doublée d’une réflexion sur l’universalité du deuil au-delà des barrières idéologiques et religieuses.

Synopsis  : Fin 2011. Pippo Delbono et Giovanni Senzani, ancien leader des Brigades rouges récemment sorti de prison, décident d’évoquer ensemble leur rapport à la mort, à la violence, aux rêves de révolution, au monde d’aujourd’hui et à l’Italie en ruine. Pour un livre, ou un film…
Mais comme si la réalité devait se jouer de leurs projets, la mort les rattrape. Pippo se rend d’urgence au chevet de sa mère, malade. Une fervente catholique, ancienne maîtresse d’école, qui détestait les communistes… Pendant ce temps Anna, l’épouse de Giovanni, qui l’a patiemment attendu durant ses 23 ans de prison, tombe également malade. Malgré tous leurs efforts, les deux femmes meurent à trois jours de distance. Pippo et Giovanni se retrouvent soudain orphelins, sans défenses, sans masques. Pendant ce temps, L’Aquila, dévastée par le tremblement de terre et vidée de ses habitants, la ville des promesses et des campagnes politiques, aujourd’hui solitaire, est elle aussi orpheline, abandonnée et attend que quelqu’un, enfin, lui redonne vie.

- « L’ex de ma vie » – Comédie Romance - Date de sortie : 25 juin 2014 - Réalisé par : Dorothee Sebbagh - Avec : Géraldine Nakache, Kim Rossi-Stuart, Pascal Demolon - Durée : 1h20min - Pays de production : France - Année de production : 2014 - Distributeur : UGC Distribution

Note de la presse : 3.2/5

Note du public : 2.5/5

Critique  :

Synopsis  : Ariane, une jeune violoniste française, accepte la demande en mariage enflammée de Christen, un irrésistible chef d’orchestre. Seul hic : elle est encore un tout petit peu… mariée ! Séparée depuis deux ans de Nino, un instituteur italien au caractère bien trempé, elle parvient à le convaincre de la suivre à Paris pour divorcer en 8 jours chrono. Mais leur voyage à deux dans la ville de l’amour s’annonce beaucoup plus mouvementé que prévu…

TELERAMA AIME UN PEU

Cotation 3/5

- « On a failli être amies » – Comédie dramatique - Date de sortie : 25 juin 2014 - Réalisé par : Anne Le Ny - Avec : Karin Viard , Emmanuelle Devos,Roschdy Zem- Durée : 1h31min - Pays de production : France - Année de production : 2014 - Distributeur : Mars Distribution

Note de la presse : 3.5/5

Note du public : 3.3/5

Critique  :

Synopsis  : Marithé travaille dans un centre de formation pour adultes. Sa mission : aider les autres à changer de métier et à trouver leur vocation. Se présente alors Carole, qui vit et travaille dans l’ombre de Sam, son mari, énergique et talentueux chef étoilé. Ce n’est cependant pas tant de métier, dont Carole semble avoir besoin de changer, mais de mari. Marithé se donnera à fond pour aider Carole à se projeter dans une nouvelle vie.
Mais quelle est la nature profonde de ce dévouement, quand Marithé ne semble pas insensible au charme de Sam, ni à sa cuisine ?

- « Le cœur battant » Drame - Date de sortie : 25 juin 2014 - Réalisé par : Roberto Minervini - Avec : Sara Carlson , Colby Trichell, Tim Carlson - Durée : 1h38min - Pays de production : Belgique Italie Etats-Unis - Année de production : 2013 - Titre original : Stop the Pounding Heart - Distributeur : Aramis Distribution

Note de la presse : PREMIERE (Frédéric Foubert) _ 3/ 4 _ Bienvenue dans le trou du cul de la Bible Belt, un coin du Sud des États-Unis où l’on a déserté l’école publique depuis longtemps et où l’on récite des psaumes entre deux séances d’initiation aux armes à feu. Invité par les membres d’une communauté rurale ultra autarcique à franchir leur seuil, le réalisateur y capte d’incroyables moments de vie, au fil de vignettes contemplatives gorgées d’une pureté émotionnelle renversante. Doc ou fiction ? Minervini préfère envoûter plutôt que de répondre franchement à la question.

Note de la presse : 3.6/5

Note du public : 3.0/5

Synopsis  : Fille de fermiers très religieux, Sara et ses onze frères et sœurs suivent de rigoureux préceptes Bibliques. Comme ses sœurs, elle apprend à être une femme pieuse, soumises aux hommes tout en gardant une pureté émotionnelle et physique intacte jusqu’au mariage.
Quand Sara rencontre Colby, un jeune cow-boy adepte de rodéo, elle se trouve confrontée à des doutes, remettant en cause le seul mode de vie qu’elle n’ait jamais connu

TELERAMA N’ AIME PAS, MAIS CE N’EST PAS UNE RAISON POUR NE PAS Y ALLER

Cotation : 2/5

- « Aux mains des hommes » – Drame - Date de sortie : 25 juin 2014 - Réalisé par : Katrin Gebbe - Avec : Julius Feldmeier, Sascha Gersak, Swantje Kohlhof - Durée : 1h50min - Pays de production : Allemagne - Année de production : 2013 - Titre original : Tore Tantz - Distributeur : UFO Distribution

Note de la presse : 2.6/5

Note du public : 3.1/5

Critique  : PREMIERE (Isabelle Danel) _ 1/ 4_ Tore, jeune punk épileptique, appartient aux Jesus Freaks, une secte chrétienne. Après avoir miraculeusement réparé la voiture de Benno, il s’installe dans le jardin de la famille et en devient le souffre-douleur. Pour son premier long métrage, Katrin Gebbe, également scénariste, n’y va pas de main morte. Lors de ce chemin de croix, rien n’est épargné au garçon innocent, ni à nos yeux vite lassés. C’est d’autant plus rageant que l’on décèle ici des qualités visuelles indéniables et une remarquable direction d’acteurs.

Synopsis  :. Le jeune Tore est à la recherche d’une nouvelle vie au sein d’un groupe religieux, des punks chrétiens appelés les “Jesus Freaks”. Au hasard de leurs déplacements, il fait la connaissance de Benno, en l’aidant à redémarrer sa voiture d’une manière quasi miraculeuse. Il emménage dans son jardin, sous une tente, et devient un membre de la famille. Mais Benno n’est pas l’être bon et généreux que Tore imaginait. Les humiliations et la violence qu’il lui fait bientôt subir vont mettre à l’épreuve la foi de Tore.

- « La dernière nuit » – Drame - Date de sortie : 25 juin 2014- Réalisé par : Franck LLOPIS - Avec : Antoine Fichaux, Pierre Laloye, Diego Cortes - Durée : 1h30min - Pays de production : France - Année de production : 2013 - Distributeur : Les Films à fleur de peau

Note de la presse : 1.0/5

Note du public : 2.9/5

Critique  : PREMIERE (1Damien Leblanc ) _ 0/5 _ En 2020, alors que le monde est soumis à la dictature d’un ancien général, des artistes parisiens bénéficient d’une ultime nuit pour s’exprimer. Réalisé dans le cadre d’une formation d’élèves comédiens, ce récit aux prétentions apocalyptiques ne transmet aucune impression de danger et accumule des dialogues affligeants de banalité : « On n’a rien à perdre puisque demain, de toute façon, on aura tout perdu. » La déclaration d’amour à l’activité artistique reste donc lettre morte et prouve que le noir et blanc ne génère pas automatiquement émotion et poésie

Synopsis  : Dans un futur proche, Paris et toutes les capitales du monde sont sous l’emprise d’une dictature. Ce nouveau maitre du monde se livre à diverses expériences scientifiques menées par les plus grands chercheurs à sa solde.
Dernièrement, un gaz propagé sur tous les continents a eu pour conséquence la disparition totale des couleurs. Les gens ne se voient plus qu’en noir et blanc.= Mais une nouvelle menace gronde, un nouveau gaz qui aura pour conséquence la disparition de toute sensibilité artistique et de tout potentiel créatif chez les individus.
Les artistes et créateurs de toutes sortes qui ont déjà marqué l’histoire de leur empreinte verront leurs oeuvres sauvegardées mais ne pourront plus créer. Les jeunes artistes en devenir, eux, n’auront plus que quelques heures pour voir leurs projets aboutir....

-  « Zero theoreme » – Film de science-fiction - Date de sortie : 25 juin 2014 Réalisé par : Terry Gilliam - Avec : Christoph Waltz , David Thewlis, Mélanie Thierry - Durée : 1h39min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2013 - Distributeur : Le Pacte

Note de la presse : 2.5/5

Note du public : 2.9/5

Critique  : PREMIERE (Gérard Delorme) _ 2/ 4 _ Avec son sous-fifre cherchant à échapper à un environnement oppressant, cette histoire de SF pourrait ressembler à un ersatz de Brazil. Sauf que cette fois, le héros asocial et paranoïaque, brillamment incarné par Christoph Waltz, apparaît surtout comme une victime de lui-même, incapable de voir la porte de sortie lorsqu’elle se présente à lui sous la forme séduisante de Mélanie Thierry, dans un rôle amusant d’hôtesse de sexe virtuel. C’est un peu le même thème que dans « Her », de Spike Jonze, mais avec une conclusion différente : chez Gilliam, la solitude n’a rien de confortable, et le personnage ne s’en satisfait pas. Certes, il y a quelque chose de démodé dans cette vision pessimiste d’un avenir contrôlé par les machines, mais Gilliam l’illustre avec son habituelle exubérance visuelle et il est difficile d’y résister

Synopsis  : Londres, dans un avenir proche. Les avancées technologiques ont placé le monde sous la surveillance d’une autorité invisible et toute-puissante : Management. Qohen Leth, génie de l’informatique, vit en reclus dans une chapelle abandonnée où il attend désespérément l’appel téléphonique qui lui apportera les réponses à toutes les questions qu’il se pose.
Management le fait travailler sur un projet secret visant à décrypter le but de l’Existence – ou son absence de finalité – une bonne fois pour toutes. La solitude de Qohen est interrompue par les visites des émissaires de Management : Bob, le fils prodige de Management et Bainsley, une jeune femme mystérieuse qui tente de le séduire.
Malgré toute sa science, ce n’est que lorsqu’il aura éprouvé la force du sentiment amoureux et du désir que Qohen pourra enfin comprendre le sens de la vie...

TELERAMA N’ A PAS DONNE D’AVIS , A VOUS DE JUGER

-  « Transcendance » - Film fantastique science-fiction - Date de sortie : 25 juin 2014 - Réalisé par : Wally Pfister - Avec : Johnny Depp , Rebecca Hall, Paul Bettany - Durée : 1h59min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2013 – Distributeur : SND

Note de la presse : 2.8/5

Note du public : 3.1/5

Critique  : Cinoche.com ( Elizabeth Lepage-Boily ) – 1/ 4 _ Comme il n’est pas arrivé à le faire pour « The Lone Ranger », Johnny Depp ne pourra pas sauver Transcendence de l’échec public qui l’attend. On peut parfois blâmer l’originalité ou l’audace pour expliquer l’insuccès populaire d’un film, mais cette fois-ci il faudra se rendre à l’évidence et laisser tomber les excuses faciles ; Transcendence est raté. Tout simplement.

Synopsis  : Dans un futur proche, un groupe de scientifiques tente de concevoir le premier ordinateur doté d’une conscience et capable de réfléchir de manière autonome. Ils doivent faire face aux attaques de terroristes anti-technologies qui voient dans ce projet une menace pour l’espèce humaine. Lorsque le scientifique à la tête du projet (Johnny Depp) est assassiné, sa femme se sert de l’avancée de ses travaux pour « transcender » l’esprit de son mari dans le premier super ordinateur de l’histoire. Pouvant désormais contrôler tous les réseaux liés à internet, il devient ainsi quasi omnipotent. Mais comment l’arrêter s’il perdait ce qui lui reste d’humanité ?

-  « Wolf » – Film policier - Date de sortie : 25 juin 2014 - Réalisé par : Jim Taihuttu - Avec : Marwan Kenzari , Chems-Eddine Amar, Nasrdin Dchar - Durée : 1h59min - Pays de production : Pays-Bas - Année de production : 2013 - Distributeur : ARP

Note de la presse :

Note du public :

Critique  : PREMIERE (Gérard Delorme) _ 3 / 4_ Voilà un film qui démontre une fois de plus que l’on peut faire du neuf avec une histoire mille fois racontée – l’impossible réinsertion d’un jeune ex-détenu. Replacée dans un contexte hollandais contemporain, elle s’enrichit d’une dimension documentaire en rendant compte des connexions entre immigration, trafic de drogue et kickboxing. Jim Taihuttu, scénariste et réalisateur, joue du contraste entre l’intimité touchante des scènes familiales et la sauvagerie extrême de la réalité criminelle. Le choix du noir et blanc n’est pas innocent, même si le premier l’emporte largement sur le second.

Synopsis  : Majid, tout juste sorti de prison, peine à se réinsérer. Il alterne vols de scooter et séances de kickboxing. Sa rage est vite repérée par la pègre locale, qui voit en lui une recrue de choix.

- « Eté 85 » - Comédie dramatique - Date de sortie : 25 juin 2014 - Réalisé par : Nicolas Plouhinec - Avec : Amélie Abrieu, Suzanne Dobel, Jean-Paul Bernard - Durée : 1h34min - Pays de production : France - Année de production : 2013 - Distributeur : La Sans Sou Cie

Note de la presse :

Note du public : 3.1/5

Critique  :

Synopsis  : Après le décès de leurs parents, deux sœurs se retrouvent sans logement. Josiane, alcoolique, récupère sa sœur Eloïse à l’hôpital psychiatrique. Connaissant la fragilité de cette dernière, elle lui cache, dans un premier temps la situation, en profitant de cet été pour faire du camping sauvage. Eloise et Josiane finiront par s’unir pour tenter de récupérer la maison, Eloïse avec ses idées puériles et Josiane par pur soutien, pour ne pas piétiner les rêves de sa sœur. Étant les deux vilains petits canards du village arriveront-elles, seules contre tous, à reprendre la maison de leur enfance ?

- « My Beautiful country » - Drame - Date de sortie : 25 juin 2014 - Réalisé par : Michaela Kezele - Avec : Zrinka Cvitesic, Misel MATICEVIC , Andrija Nikcevic - Durée : 1h28min - Pays de production : Allemagne Serbie - Année de production : 2012 - Titre original : Die Brücke am Ibar - Distributeur : Chamade

Note de la presse : 3.5/5

Note du public : 3.0/5

Critique  : Les Fiches du cinéma ( Marguerite Debiesse ) _ 3/ 4 _ Une superbe photographie, un scénario finement articulé et la conviction des interprètes fondent la réussite de ce premier long métrage.

Synopsis  : 1999. En pleine guerre du Kosovo, Danica, une jeune veuve d’origine Serbe qui vit seule avec ses deux fils, découvre chez elle un soldat Albanais gravement blessé. Elle décide de le soigner au risque de se mettre en danger. Le délicat portrait d’une femme et de ses deux enfants pris dans la tourmente d’un conflit totalement incompréhensible.

- « Il gemello » - Documentaire - Date de sortie : 29 juin 2014 - Réalisé par : Vincenzo MARRA - Durée : 1h28min - Pays de production : Italie - Année de production : 2012 - Distributeur : Bellissima Films

Note de la presse :

Note du public : 3.0/5

Critique  :

Synopsis  : « Il Gemello » (Le jumeau) est le surnom de Raffaele. Il a 29 ans et deux frères jumeaux. Il est arrivé en prison à l’âge de 15 ans pour avoir braqué une banque, et y vit depuis 12 ans. Raffaele n’est pas un détenu normal, il a du charisme et jouit d’un grand « respect » de la part des autres détenus. Le pénitencier de Secondigliano (Naples) est sa maison. Là, dans ce lieu de douleurs, il vit avec son compagnon de cellule Gennaro, du même âge que lui et condamné à prison à vie.