Café Cinéma _ Le genre : Policier

  • Mis à jour : 16 juin 2014

LE FILM POLICIER


Le film policier est un genre qui met en scène le milieu du crime ou de la police. La plupart des films policiers sont construits autour de la résolution d’une enquête par un policier ou un détective. Le film policier englobe une grande variété de genre : la comédie, la tragédie, l’espionnage, les films de gangsters. C’est donc un genre transverse assez compliqué à exposer. Pour des raisons de simplification j’ai choisi de présenter ce genre en commençant par ceux qui conduisent les enquêtes et arrêtent les criminels ou résolvent une énigme (détectives, policiers, etc....) ; puis de continuer par la présentation du monde la police (la corruption, la pression, les ambitions, etc....).

1. LE DETECTIVE... LE PRIVE


1.1 Sherlock Holmes

Sherlock Holmes est un personnage de fiction créé en 1887 par Sir Arthur Conan Doyle dans le roman policier « Une étude en rouge ». Lors de ses enquêtes, il est fréquemment accompagné du Docteur Watson et doit faire face à son ennemi mortel le professeur Moriarty

Il y a eu plus de 35 adaptations à l’écran. Parmi les plus remarquables citons la première “Plus fort que Sherlock Holmes (Sleuth) 1925 de Harry Sweet, Gil Pratt avec Stan Laurel. Puis “La Vie privée de Sherlock Holmes “(The Private Life of Sherlock Holmes) 1970 de Billy Wilder avec Robert Stephens, Colin Blakely et enfin le dernier « Sherlock Holmes » de Guy Ritchie en 2009 avec Robert Downey Jr., Jude Law


1.2 Hercule Poirot

Hercule Poirot est un détective belge de fiction créé par la romancière Agatha Christie. Avec Miss Marple, c’est l’un des personnages les plus célèbres d’Agatha Christie, apparaissant dans 33 romans et 51 nouvelles, publiés entre 1920 et 1975.
Dès sa création, Hercule Poirot a suscité beaucoup d’intérêts pour le cinéma. Il fut incarné dans les années 1930 par Austin Trevor entre autres puis, à partir des années 1970, d’abord par Albert Finney dans « Le Crime de l’Orient-Express » de Sydney Lumet, puis par Peter Ustinov dans deux films au cinéma : « Mort sur le Nil » de John Guillermin et « Meurtre au soleil » de Guy Hamilton. .

2. LE JOURNALISTE DETECTIVE

2.1 Rouletabille :

Maurice Tourne le premier film sur " Le Mystère de la chambre jaune" tiré du roman de Gaston Leroux. À la suite de la tentative d’assassinat de la belle Mathilde, fille du célèbre Professeur Stangerson, le jeune reporter Joseph Rouletabille, accompagné de son ami et photographe Sainclair, se rend au château du Glandier pour élucider le mystère. Cette première version sera suivi de plusieurs autres versions : "Le Mystère de la chambre jaune" ( 1930) de Marcel L’Herbier ; « Le Mystère de la chambre jaune » ( 1949) d’Henri Aisner avec Serge Reggiani ; « Le Mystère de la chambre jaune » ( 2003) de Bruno Podalydès, avec Denis Podalydès.

Rouletabille n’a pas fini de faire parler de lui avec "Le Parfum de la dame en noir " C’est le début d’une longue série de film : d’Émile Chautard (1914) - de Marcel L’Herbier avec Roland Toutain (1931) - de Louis Daquin avec Serge Reggiani (1949 - de Bruno Podalydès avec Denis Podalydès(2005)


Le Parfum de la dame en noir - Bande Annonce FR par _Caprice_
Rouletabille s’est aussi "Les étranges noces de Rouletabille" ; "Rouletabille joue et gagne" (1947) de Christian Chamborant avec Jean Piat ; "Rouletabille et la Dame de pique" (1948) de Christian Chamborant avec Jean Piat ; "Rouletabille chez le tsar" feuilleton télévisé en 10 épisodes de Jean-Charles Lagneau en 1966 ; "Rouletabille chez les bohémiens", film de Henri Fescourt, avec Gabriel de Gravone, en 1922

2.2 Fandor

Un jeune journaliste Fandor décide de mener une enquête sur le mystérieux personnage qu’est Fantômas, qui apparait toujours masqué, et qu’il pense être une pure invention de la part de la Police afin de mettre celle-ci en valeur. Il apparaît le première fois dans un film de Louis Feuillade sorti en 1913, "Juve contre Fantômas". Par la suite il sera le personnage clés avec l’inspecteur Juve et Fantomas dans de nombreux films : "Fantômas contre Fantômas", film muet d’aventures de Louis Feuillade, sorti en 1914."Fantômas contre Fantômas" est un film français réalisé par Robert Vernay sorti en 1949."Fantômas" (1964), réalisé par André Hunebelle - "Fantômas se déchaîne" (1965), réalisé par André Hunebelle - "Fantômas contre Scotland Yard" (1967), réalisé par André Hunebelle - "Fantômas 3D" (2012), réalisé par Christophe Gans avec Vincent Cassel et Jean Reno.

3. LE POLICIER EMBLEMATIQUE

Il représente la figure même du Policier ; Le plus souvent il est de fiction il est rare qu’il y ait un film biographique narrant la vie d’un commissaire ou un juge connu . Bien sûr on pense au "Juge Fayard"d’Yves Boisset mais pour un film sur ce policier mythique combien de film de gansters (El Capone, Scarface, Bonnie and Clyde, Mesrine.... ) A croire que l’on s’intéresse plaus aux Hors la loi qu’au Homme de loi.

3.1. L’inspecteur Juve
Il apparait dans les films dont nous venons de voir la série des Fantomas. S’il est traité de façon comique dans les films de Hunnebelle il en est rien dans les autres films Louis de Funes en fait un personnage tout en effet comique et l’établissement du portrait robot est désopilant.

3.2. Le commissaire Maigret

Le commissaire Jules Maigret est un personnage de fiction, protagoniste et héros de 75 romans policiers et 28 nouvelles de Georges Simenon. C’est un homme imposant, large d’épaules, à l’allure bourrue parfois inquiétante, qui prend son temps pour résoudre une enquête et surtout qui fume la pipe.
Ce personnage a fait l’objet de plusieurs films et a été remarquablement interprété par Jean Gabin , Jean Richard et Bruno Cramer. – « La Nuit du Carrefour » réalisé en 1932 par Jean Renoir avec Pierre Renoir est un des premiers films mettant en scène Maigret- Par la suite on évoquera « La Tête d’un homme  » réalisé en 1933 par Julien Duvivier avec Harry Baur. Mais on retiendra surtout « Maigret tend un piège » réalisé en 1958 par Jean Delannoy avec Jean Gabin, Annie Girardot et Jean Desailly. - Ensuite ce fut " Maigret et l’affaire Saint-Fiacre" réalisé en 1959 par Jean Delannoy avec Jean Gabin. et sutout "Maigret voit rouge" réalisé en 1963 par Gilles Grangier avec Jean Gabin.


Maigret tend un piège par pipegazette

3.4. L’inspecteur Harry

Harold Francis « Dirty Harry » Callahan est un inspecteur fictif de la police de San Francisco dans les films de la saga "L’Inspecteur Harry". C’est un personnage taciturne dont les méthodes de travail sont aussi efficaces que moralement contestables puisque son principal argument face aux délinquants est son revolver Magnum .44. Il est interprété dans les cinq films par Clint Eastwood. : - "L’Inspecteur Harry" de Don Siegel, sorti en 1971. - "Magnum Force" réalisé par Ted Post sorti en 1973. - "L’Inspecteur ne renonce jamais" de James Fargo, sorti en 1976. - "Le Retour de l’inspecteur Harry" réalisé en fin par celui qui joua Harry des le début, Clint Eastwood, en 1983.

3.4. Eliott Ness

Evidemment les moins jeunes pensent inévitablement à la série TV "Les Incorruptibles(en anglais, The Untouchables) avec Robert Stack dans le rôle d’Elliot Ness.Le surnom d’ Incorruptibles fut donné par la presse américaine à un groupe d’agents du trésor américain qui lutta pour faire respecter la Prohibition aux États-Unis et plus particulièrement dans la ville de Chicago, au cours des années 1920 et dans la première moitié des années 1930. Le cinéma a repris cette épisode de la guerre des gangs avec "Les Incorruptibles "(The Untouchables) , film policier américain réalisé par Brian De Palma et sorti en 1987.

4. LE POLICIER TENACE

Après le policier bourru, le policier brutal et le policier au masque d’impassibilité voici le policier qui n’a qu’une idée en tête mener son enquête pour arrêter le coupable ou parfois celui qu’il croit coupable. C’est ce que nous appelons :

4.1. L’Inspecteur Javert

Javert est l’un des personnages du roman "Les Misérables" de Victor Hugo. Il est inspecteur de police et ennemi juré de Jean Valjean. Il se suicidera quand il comprendra que celui-ci est un homme bon. A travers les interprétations à l’écran du roman de Victor Hugo ’Les misérables" ont retrouvera ce personnage tenace, obsédé par la justice et aveuglé par la conscience qu’un homme ne peut se racheter. Il y a eu plus de 40 traductions sur le grand écran, je n’en citerai quelques unes : - La première, "On the Barricade", d’Alice Guy Blaché, adaptation d’une partie du roman en 1907 - "Les Misérables", (The Bishop’s Candlesticks), de Norman McKinnell, première adaption sonore en 1929 - « Les Misérables » (Aa mujo), de Seika Shiba en 1930 et en 1931 avec « Jean Valjean », de Tomu Uchida - « Les Misérables (Los Miserables) », film mexicain de Fernando A. Roveroen 1943 - « Les Misérables », de Jean-Paul Le Chanois, avec : Jean Gabin (Jean Valjean), Bernard Blier (Javert), en 1958 - « Les Misérables, » de Robert Hossein, avec : Lino Ventura (Jean Valjean), Michel Bouquet (Javert) en 1982 - « Les Misérables », de Tom Hooper, avec : Hugh Jackman (Jean Valjean), Russell Crowe (Javert), en 2012.


L'accident de la charette par jojothemojo

4.2. LE MAJOR GRAU

Ce personnage moins connu du public est pourtant celui qui sacrifiera sa vie pour poursuivre le coupable de plusieurs crimes plus abominables les uns que les autres commis sur des prostituées dans le film franco-britannique réalisé par Anatole Litvak : "La nuit des généraux" (1967)
Varsovie, 12 décembre 1942. Une prostituée vient d’être sauvagement assassinée. Selon un témoin, le meurtrier serait un général de la Wehrmacht. L’enquête est confiée au major Graü (Omar Shérif) . Bientôt, ce dernier ne tarde pas à suspecter trois hommes : le général Kahlenberg, le général Seidlitz-Gabler et le général Tanz, un homme parfois sujet à des pulsions maniaques, mais également un héros, le général favori d’Hitler.

5. LA POLICE

Après tous ces films évoquant des policiers et détectives mythiques présentant différents caractères du policier ; Il est venu le temps de décrire l’atmosphère dans lequel il évolue. Le policier doit rendre des comptes à la société. Celle le paye pour être protégé et arrêter le criminel. Toutefois l’exrecice de son métier n’est pas simple.

5.1. L’enquête

Le policier doit trouver qui, où, quand, comment a été commis le crime et surtout par qui. Il lui faut donc mener une enquête. Parfois les conditions de l’enquête ne sont pas faciles. Pas de mobiles apparents, pas de traces, et quelque fis il faut la mene rapidement surtout si on a affaire à un serial Killer.


Dans « Quai des orfèvres  » de Henri-Georges Clouzot réalisé en 1947, l’inspecteur Antoine, un flic désabusé et humain du Quai des Orfèvres préférerait passer Noël avec son fils ramené des colonies, plutôt que d’enquêter sur le meurtre d’un certain Brignon, connu par ailleurs comme un vieillard libidineux influent. L’enquête se complique car les personnages embrouille l’affaire.


Louis Jouvet - Quai des Orfèvres par RioBravo

Dans « French Connection », film policier américain réalisé par William Friedkin, en 1971, l’enquête menée par deux flics des narcotiques, Doyle (Gene Hackman) et Russo (Roy Scheider) les amènent à s’intéresser à la filière française de la drogue.


La partie n’est pas facile car cette enquête est internationale. Le film est inspiré de la véritable histoire de la French Connection, organisation criminelle qui importait depuis la France la majeure partie de l’héroïne consommée aux États-Unis.


« Dernier domicile connu » est un film franco-italien réalisé par José Giovanni, sorti en 1970. Ce film met en scène un policier plus ou moins mis au placard qui est amené à travailler avec une jeune policière qui fait ses premiers pas dans la Police.La hiérarchie de la police a un problème difficile : retrouver pour un procès qui doit débuter dans 10 jours un témoin important disparu depuis plusieurs années. En désespoir de cause, ils soumettent le travail à Marceau en lui faisant croire qu’il s’agit d’un travail de routine peu important. Ce dernier commence alors avec Jeanne une enquête pratiquement désespérée. La seule piste : le dernier domicile connu du témoin ...

5.3. La guerre des polices
Avec "Dernier domicile connu" on a déjà une approche des relations au sein de la Police. Ces relations sont tendus car l’ambition des hommes et le carriérisme peut pousser les uns contre les autres. Ce milieu n’échappe pas aux conflits de personalité comme dans d’autres secteurs du travail.


Avec "Adieu poulet", film français réalisé par Pierre Granier-Deferre et sorti le 10 décembre 1975, le commissaire Verjeat et les inspecteurs Lefèvre et Moitrier sont non seulement confronté à la pression politique mais doivent aussi gérer la jalousie du Commissaire Pignol qui arrivera à prendre sa place.
Ceci est d’autant plus prenant quand on sait que le scénario est adapté d’un roman inspiré par un fait divers survenu en 1971 à Puteaux.

Pafois ces tensions ; peuvent aller plus loin, surtout si ce sont deux services qui sont sur la même enquête. Elle peuvent conduire à une véritable guerre. "La guerre des polices" est un film français réalisé par Robin Davis, sorti en 1979. On y voit le commissaire Ballestrat -Claude Rich (chef de la Brigade territoriale) et le commissaire Fush - Claude Brasseur (Chef de la Brigade antigang) traquant Sarlat, l’ennemi public numéro 1, dans une concurrence farouche mais une bavure va les forcer à collaborer...

Dans "36 quai des Orfèvres" , film français réalisé par Olivier Marchal et sorti en 2004. on retrouve la même atmosphère que le film précédent.
Depuis plusieurs mois, un gang de braqueurs opère en toute impunité et avec une rare violence. Proche de la retraite, le directeur de la Police Judiciaire, Robert Mancini (André Dussollier), se montre parfaitement clair avec ses deux subordonnés les plus directs, le commissaire divisionnaire Léo Vrinks (Daniel Auteuil), patron de la Brigade de Recherche et d’Intervention, et le commissaire Denis Klein (Gérard Depardieu), patron de la Brigade de Répression du Banditisme : celui qui fera tomber ce gang le remplacera à son poste de « grand patron » du 36, quai des Orfèvres. La lutte est ouverte entre ces deux grands flics, autrefois amis, qu’aujourd’hui tout sépare : leurs vies, leurs méthodes, leurs équipes et une.... femme.

5.4. La comédie

Heureusement le film policier n’est pas resté toujours sur une note tragique. Nous avons vu auparavant que la série des "Fantomas’ d’André Hunebelle jouait assez dans ce registre.

"Tendre poulet" film français réalisé par Philippe de Broca et sorti en 1978, raconte la rencontre avec un brave et tranquille prof de grec (Philippe Noiret), avec une ancienne camarade de classe (Annie Girardot) devenue depuis commissaire chargé d’enquêter sur une série de meurtres bizarres : trois députés assassinés successivement, un poinçon planté dans le dos. La commissaire n’est pas au bout de ses peines car en plus de cet enquête délicate, elle a sur dos un copain qui est tombé amoureux d’elle. Sentiment et métier est ce que cela va bien ensemble ?

"Inspecteur la bavure" est une comédie policière sortie en 1980 de Claude Zidi, avec Coluche et Gérard Depardieu. L’Inspecteur Michel Clément (Coluche) intègre la Police pour faire plaisir à sa mère, veuve éploré d’un héros de la police. Michel rêve d’arrêter l’ennemi public n°1, l’impitoyable Roger Morzini (Gérard Depardieu). En fait sous couvert du comique, Zidi aborde un point qui reste très souvent délicat : La Bavure


Inspecteur la bavure Coluche et le violeur par licioudub

5.6. La police aux prises aux pressions

Policier n’est pas un métier simple. La pression externe est souvent présente. Pression exercée par les politiques que l’on accuse de rien faire, pression exercée par les relations qui protège le criminel. Mais il doit aussi faire face à ses problèmes personnels (amours , amitiés, désir de vengeance.....)

C’est le cas de Belmondo dans "Peur sur la ville" est un film franco-italien réalisé par Henri Verneuil, sorti en 1975 Le commissaire Letellier a vu sa carrière brisée par le truand Marcucci, à l’issue d’un braquage qui a mal tourné. Muté dans un commissariat terne, il continue à chercher la trace de son ennemi. Au moment où Letellier apprend enfin le retour du braqueur à Paris, un mystérieux tueur terrorise la capitale. Il se fait appeler Minos, par référence à L’Enfer, le premier tome de la Divine Comédie, de Dante, se présente à ses victimes puis à l’opinion publique comme un « justicier » et étrangle des femmes célibataires à la vie sexuelle libre. Letellier doit alors choisir entre assouvir sa vengeance ou faire son métier de policier et neutraliser un redoutable tueur en série.

Dans "Le Petit Lieutenant" , film français réalisé par Xavier Beauvois, en 2005, Le commandant Caroline Vaudieu (Nathalie Bayle) , ex-alcoolique, toujours en proie à la perte d’un fils est bouleversée par la mort d’Antoine, un jeune lieutenant de police originaire du Havre qui, à sa sortie de l’école des officiers de police, est intégré dans son équipe criminelle.

5.1. La corruption
Dans un climat aussi difficule ,il arrive que le "Flic" craque et finalement devant la corruption générale se met lui aussi à "toucher"

"Les Ripoux" est un film français sorti en 1984 de Claude Zidi. Dans les années 1980, René Boisrond, inspecteur en poste au commissariat du 18e arrondissement de Paris, mène une vie bien tranquille, entre sa concubine Simone, une ex-prostituée, et son travail qui consiste essentiellement à encaisser pots-de-vin et commissions occultes en tous genres, lui permettant d’assouvir sa passion pour les courses hippiques.


Les Ripoux 1 par mariodelpais

Evidemment c’est inconcevable, quitte à la rigueur à traiter ce sujet délicat sous la forme la plus comique mais quand même. Alors il y a les flics qui traquent les "Ripoux"

"Flic ou Voyou" est un film français réalisé par Georges Lautner, sorti en 1979. Stanislas Borowitz est un flic de la « police des polices » qui use de méthodes particulièrement expéditives pour contrer les ripoux. Envoyé à Nice pour lutter contre la mafia, il se fait passer pour un petit malfrat du nom d’Antonio Cerruti auprès des truands et découvre une organisation policière en collaboration avec les mafieux de la ville. Si son enquête commence bien, la situation tourne bientôt à la bouillabaisse avec l’arrivée de sa fille fugueuse, sa rencontre avec un auteur, bourgeoise jalouse, et son adjoint. Mais les inspecteurs ripoux Rey et Massard veulent absolument lui nuire.

CONCLUSION
J’espère qu’avec ce parcours de films policiers vous aurez eu une représentation de l’ordre et de la police vue au cinéma. Mais je ne peux vous quitter sans citer un film qui pour moi reste le nec plus ultra des films policiers. Il y a tout, l’intrigue, le jeu de acteurs, le suspense et la description d’un milieu noir décrit sans complaisance ’Razzia sur la Chnouff"