Sorties cinéma du 30 avril 2014

  • Mis à jour : 12 avril 2015

Critiques extraites de Télérama et autres magazines dont Allociné et Première

Sorties du 30 avril 2014

TELERAMA AIME BEAUCOUP

Cotation 4/5

- « Ali a les yeux bleus » - Drame - Date de sortie : 30 avril 2014 - Réalisé par : Claudio Giovannesi - Avec : Nader Sarhan, Stefano Rabatti, Brigitte Apruzzesi - Durée : 1h39min - Pays de production : Italie - Année de production : 2012- Titre original : Ali ha gli occhi azzurri - Distributeur : Bellissima Films

Critique  : A voir à lire ( Virginie Morisson _ En ayant l’intelligence de montrer le conflit que vivent beaucoup d’enfants d’immigrés à travers les yeux d’un jeune homme dont l’identité est encore en devenir, Claudio Giovannesi interroge sur l’intégration et la perte de certains repères culturels et religieux, qui font la richesse de cette génération dont les parents viennent d’ailleurs mais qui est, elle, d’ici.

Synopsis  : Nader, jeune romain d’origine égyptienne, tente de se rebeller contre les valeurs de sa famille. Tiraillé entre le poids de ses origines et son désir d’intégration, courageux et amoureux à l’nstar du héros d’une fable contemporaine, Nader, livré à lui-même, va affronter la solitude et la peur, et devra se résigner à la perte d’une amitié pour affirmer sa propre identité.

- « Conversation animée avec Noam Chomsky » - Documentaire - Date de sortie : 30 avril 2014- Réalisé par : Michel Gondry - Durée : 1h25min - Pays de production : France - Année de production : 2013 - Titre original : Is the Man Who Is Tall Happy ? : An Animated Conversation with Noam Chomsky - Distributeur : Shellac Distribution

Critique  : PREMIERE ( Renan Cros) _ Quand le réalisateur de La Science des rêves discute avec le père de la linguistique moderne, l’« OFNI » n’est pas loin. Si le propos de Noam Chomsky n’est pas toujours très facile à suivre, les élucubrations poétiques et les digressions visuelles de Gondry font, comme d’habitude, des merveilles. Prenant le penseur au pied de la lettre, le créateur s’interroge sur la capacité du cinéma à traduire le mouvement des idées. Le résultat frôle par moments l’essai sous LSD et témoigne joliment en creux de la pudeur de l’artiste face à l’intellectuel.

Synopsis  : A travers une série d’entretiens, Michel Gondry illustre, au sens propre comme au figuré, les théories de Noam Chomsky, ainsi que les moments personnels que Chomsky révèle, dans un film d’animation, où la créativité et l’imagination de Gondry se mettent au service de la rigueur intellectuelle de Chomsky.

-  « Joé » - Drame Interdit au -12 ans - Date de sortie : 30 avril 2014 - Réalisé par : David Gordon Green - Avec : Nicolas Cage , Tye Sheridan, Gary Poulter - Durée :1h57min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2013 - Distributeur : Wild Side / Le Pacte - D’après le roman de Larry Brown

Critique  : Film.com ( Jordan Hoffman ) _ Une méditation frappante sur 2 personnages.

Synopsis  : Dans une petite ville du Texas, l’ex-taulard Joe Ransom essaie d’oublier son passé en ayant la vie de monsieur Tout-le-monde : le jour, il travaille pour une société d’abattage de bois. La nuit, il boit.
Mais le jour où Gary, un gamin de 15 ans, arrive en ville cherchant désespérément un travail pour faire vivre sa famille, Joe voit là l’occasion d’expier ses péchés et de devenir, pour une fois dans sa vie, important pour quelqu’un. Cherchant la rédemption, il va prendre Gary sous son aile.

-  « Pas son genre » - Comédie - Date de sortie : 30 avril 2014 - Réalisé par : Lucas Belvaux - Avec : Emilie Dequenne, Loïc CORBERY, Sandra Nkake - Durée : 1h51min - Pays de production : France - Année de production : 2013 - Distributeur : Diaphana - Adaptation du roman éponyme de Philippe Vilain.

Critique  : PREMIERE (Isabelle Danel)_Cette adaptation d’un roman de Philippe Vilain tente d’observer à la loupe les liens qui, au-delà des barrières sociales et culturelles, peuvent se tisser entre un dandy érudit et une fille du peuple. Autant il est méprisant à l’égard de tous, autant elle est généreuse et sans a priori. Mais malgré la belle énergie déployée par Emilie Dequenne, le postulat ne dépasse jamais ce cap et ne s’incarne que rarement. Comme si les dés étaient forcément pipés : c’est irréalisable et nous allons vous le démontrer. On n’est donc pas dans les racines de cet impossible, sauf peut-être quand Clément n’assume pas de présenter Jennifer à une collègue du lycée, mais dans ses représentations diverses. Lucas Belvaux déclare avoir voulu traiter cette histoire du point de vue des deux protagonistes. Il met pourtant plus souvent en évidence le regard de Clément qui, au restaurant, remarque, sur le verre et la serviette, le rouge à lèvres trop gras, trop voyant.

Synopsis  : Clément, jeune professeur de philosophie parisien est affecté à Arras pour un an. Entre l’ennui qui l’oppresse et la météo qui le plombe, Clément ne sait pas à quoi occuper son temps libre. C’est alors qu’il rencontre Jennifer, jolie coiffeuse, qui devient sa maîtresse. Si la vie de Clément est régie par Kant ou Proust, celle de Jennifer est rythmée par la lecture de romans populaires, de magazines « people » et de soirées karaoké avec ses copines. Coeurs et corps sont libres pour vivre le plus beau des amours mais cela suffira-t-il à renverser les barrières culturelles et sociales ?

TELERAMA AIME UN PEU

Cotation 3/5

-  « 3x3D » - Courts métrages - Date de sortie : 30 avril 2014 - Réalisé par : Jean-Luc Godard ,Peter Greenaway - Avec : Jorge Prendas, Miguel Monteiro - Durée : 1h2min - Pays de production : Portugal - Année de production : 2013 - Distributeur : Urban Distribution

Critique  : PREMIERE (Hendy Bicaise) _ Dans ce triptyque en 3D sur l’histoire et le cinéma, pas de surprise, Godard surclasse ses camarades. En marge de ses traditionnels jeux de mots, chiasmes ou rébus, il concasse tout le ciné 3D contemporain et le réfléchit, au sens propre et figuré. Son poème visuel mérite plusieurs visionnages. Dommage collatéral, il faut alors revoir les deux autres segments. Gageure physique pour l’un : en relief, les surimpressions chères à Peter Greenaway donnent la migraine ; intellectuelle pour l’autre : Edgar Pêra tente son Holy Motors mais accouche d’un sous-Clefs de bagnole.

Synopsis  : Dans la ville millénaire de Guimarães, trois réalisateurs de renommée, Peter Greenaway, Edgar Pêra, Jean-Luc Godard, explorent la 3D et son influence sur notre perception du cinéma. Surimpression et superposition des images pour Peter Greenaway dans Just in Time, interrogation ludique sur le nouveau spectateur de cinéma pour Edgar Pêra avec Cinesapiens, esquisse d’une histoire du cinéma en 3D pour Jean-Luc Godard dans The Three Disasters.

-  « Enfants des nuages, la dernière colonie » - Documentaire - Date de sortie : 30 avril 2014 - Réalisé par : Álvaro Longoria - Avec : Javier Bardem, Victoria Abril - Durée : 1h21min - Pays de production : Espagne - Année de production : 2012 - Titre original : Hijos de las nubes, la ultima colonia - Distributeur : Chapeau Melon Distribution

Critique  : PREMIERE (Hugo Saadi) _ Colonie espagnole jusqu’en 1976, le Sahara occidental est depuis au coeur d’un conflit opposant le Maroc et l’Algérie. Le film réussit à nous sensibiliser sur la situation actuelle de la région et le sort tragique des réfugiés Sahraouis coincés dans des campements en Algérie. Javier Bardem, porte-parole du projet, en présente de façon ludique les grandes lignes et, éclairé par de nombreux intervenants (ministres, journalistes, réfugiés), dénonce l’absence de solutions et la responsabilité des puissances occidentales.

Synopsis  : Ce film documentaire examine la situation actuelle en Afrique du Nord et la responsabilité des puissances occidentales, notamment les Etats-Unis et la France, ainsi que leurs stratégies basées sur le principe de la Realpolitik, appliquées ici au Sahara Occidental, la dernière colonie africaine selon l’ONU. Le film est un voyage très personnel de Javier Bardem qui guide le spectateur sur le chemin sinueux de la diplomatie mondiale et dévoile la réalité d’un peuple abandonné. Pour essayer de comprendre et d’éviter peut-être une nouvelle guerre en Afrique.

-  « The Amazing Spider-Man : Le Destin d’un Héros » - Film d’aventures Action - Date de sortie : 30 avril 2014 - Réalisé par : Marc Webb - Avec : Andrew Garfield, Emma Stone, Jamie Foxx - Durée : 2h21min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2014 - Distributeur : Sony Pictures Releasing France - Existe en version 3D - Suite de The amazing spider-man

Critique  : A voir à lire ( Frédéric Mignard )_ The Amazing Spider-man n’a donc pas mûri et avec l’nsolence d’un sale gosse, revendique son immaturité haut et fort comme un droit à l’éternelle adulescence. Les mineurs apprécieront, les autres iront tisser leur toile ailleurs.

Synopsis  : Ce n’est un secret pour personne : le plus difficile combat de Spider-Man est celui qu’il mène contre lui-même en tentant de concilier la vie quotidienne de Peter Parker et les lourdes responsabilités de Spider-Man. Mais dans THE AMAZING SPIDER-MAN : LE DESTIN D’UN HEROS, Peter Parker va devoir faire face à un conflit bien plus grand encore : Spider-Man est le seul à pouvoir protéger les New-Yorkais des terribles menaces qui pèsent sur la ville. Peter va vite découvrir en Electro un adversaire bien plus puissant que lui. Et le retour d’Harry Osborn va l’amener à prendre conscience que tous ses ennemis ont un point commun : Oscorp.

-  « Le dernier diamant » - Date de sortie : 30 avril 2014 - Réalisé par : Eric Barbier - Avec : Yvan Attal, Bérénice Bejo, Jean-François Stévenin - Durée : 1h48min - Pays de production : France - Année de production : 2013 - Distributeur : Océans Films Distribution.

Critique  :. A voir à lire ( Leslie Guyomard ) 1 Un Ocean’s Eleven à la française ? Si l’on troque Brad Pitt contre Yvan Attal et Catherine Zeta Jones contre Bérénice Bejo, ça donne Le Dernier Diamant. Si ce n’est que le talent du réalisateur Eric Barbier peine à égaler celui de Steven Soderbergh.

Synopsis : Simon, un cambrioleur en liberté surveillée, accepte de monter sur le plus gros coup de sa vie : Le vol du "Florentin", un diamant mythique mis en vente aux enchères par ses propriétaires. Pour réussir, il devra approcher Julia, l’experte diamantaire, pour qui la vente constitue un enjeu personnel et familial considérable. Au-delà d’un casse particulièrement osé, Simon entrainera Julia vers un destin qu’elle n’aurait pas pu imaginer.

- « Last days of summer » - Drame Romance - Date de sortie : 30 avril 2014 -Réalisé par : Jason Reitman - Avec : Kate Winslet, Josh Brolin , Gattlin Griffith - Durée : 1h51min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2013 - Titre original : Labor Day - Distributeur : Paramount Pictures France - Adaptation du roman de Joyce Maynard, Long Week end

Critique  : A voir à lire ( Frédéric Mignard ) _ Une histoire d’amour dépressive dans la moiteur estivale d’une Amérique du terroir que l’on ne connaît que trop bien. Jason Reitman est un faiseur dans l’American indie movie et comme à l’accoutumée, il pratique son art plutôt bien sans chercher à le transcender.

Synopsis  : Lors du dernier week-end de l’été, Frank, un détenu évadé, condamné pour meurtre, oblige Adèle et son fils Henry à le cacher chez eux. Très vite, la relation entre le ravisseur et la jeune femme prend une tournure inattendue. Pendant ces quatre jours, ils vont révéler de lourds secrets et réapprendre à aimer...

-  « Man of Tai Chi » - Film de karaté - Date de sortie : 30 avril 2014 - Réalisé par : Keanu Reeves - Avec : Tiger Hu Chen, Karen Mok, Keanu Reeves - Durée : 1h45min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2011 - Distributeur : Universal Pictures International France

Critique  : A voir à lire ( Virgile Dumez ) _ A partir d’un scénario prétexte qui oppose de manière binaire le bien et le mal, Keanu Reeves livre un divertissement sympathique dynamité par des combats incessants, mais un peu trop répétitifs. Simpliste.

Synopsis  : Un homme organise un tournoi d’arts martiaux pour déterminer qui a le meilleur tai-chi.

TELERAMA N’ AIME PAS, MAIS CE N’EST PAS UNE RAISON POUR NE PAS Y ALLER

Cotation : 2/5

- « 24 Jours - La Vérité sur l’Affaire Ilan Halimi » - Drame- Tous publics avec avertissement - Date de sortie : 30 avril 2014 - Réalisé par : Alexandre Arcady - Avec : Zabou Breitman, Pascal Elbé , Jacques Gamblin - Durée : 1h50min - Pays de production : France - Année de production : 2013 - Distributeur : Paradis Films - Adaptation du livre 24 jours : la vérité sur la mort d’Ilan Halimi de Ruth Halimi et Emilie Frèche

Critique  : PREMIERE (Joachim Cohen) _ Il était permis de redouter le dernier Alexandre Arcady tant celui-ci s’attaque à ce qu’on qualifiera poliment de « sujet sensible ». D’un point de vue cinématographique, 24 Jours a la facture d’une honnête fiction télévisuelle : semblant confondre sobriété de rigueur et pauvreté formelle, Arcady déroule une mise en scène scolaire que ni le découpage ni la direction d’acteurs ne contredisent. Mais le film finit par trouver son souffle en faisant naître habilement l’identification aux personnages, brouillant les pistes entre fiction et réalité. Ainsi, on finit par croire que Zabou Breitman est réellement la mère d’Ilan et chacune des apparitions du comédien Tony Harrisson déclenche autant de dégoût que s’il s’agissait du vrai Youssouf Fofana, sinistre « cerveau » du gang. « 24 Jours » a le mérite de rappeler ce qui fait le caractère particulièrement odieux de ce crime et qui fut si longtemps minoré par les policiers et les magistrats : la haine raciste et antisémite dans toute son horreur.

Synopsis  : Elle est entrée dans une boutique de téléphonie sur le boulevard Voltaire. Elle a fait mine de s’intéresser aux nouveaux portables, a obtenu le numéro du vendeur et s’en est allée. Elle l’a rappelé dès le lendemain, lui a dit qu’elle voulait le revoir. Ilan ne s’est pas méfié. Il avait vingt-trois ans, la vie devant lui...
Comment pouvait-il se douter qu’en rejoignant cette jolie fille dans un café de la porte d’Orléans, il avait rendez-vous avec la mort ? Le vendredi 20 janvier 2006, Ilan Halimi, choisi par le gang des Barbares parce qu’il était juif, est enlevé et conduit dans un appartement de Bagneux. Il y sera séquestré et torturé pendant trois semaines avant d’être jeté dans un bois par ses bourreaux. Retrouvé gisant nu le long d’une voie de chemin de fer à Sainte Geneviève-des-Bois, il ne survivra pas à son calvaire.
Dans ce film, Ruth Halimi revient sur ces 24 jours de cauchemar. 24 jours au cours desquels elle aura reçu, elle et son mari, Didier, plus de six cents appels, des demandes de rançon dont le montant ne cessera de changer, des insultes, des menaces, des photos de son fils supplicié... 24 jours d’angoisse de toute une famille, contrainte de garder le silence pour laisser travailler la police criminelle. Mais le 36 Quai des Orfèvres ne sait pas à quels individus il a affaire. Personne ne mesure la haine antisémite qui habite les ravisseurs, et ne s’imagine qu’Ilan allait perdre la vie...

-  « Barbecue » - Comédie - Date de sortie : 30 avril 2014 - Réalisé par : Eric Lavaine - Avec : Lambert Wilson, Franck Dubosc, Florence Foresti - Durée : 1h38min - Pays de production : France - Année de production : 2013 - Distributeur : StudioCanal

Critique  : PREMIERE (Isabelle Danel) _ La remise en question à un tournant de la vie est l’un des basiques de la comédie. Barbecue choisissant l’infarctus comme détonateur, on regrette que le scénario fasse l’effet d’un pétard mouillé. L’humour est censé tenir dans les défauts et travers de tout ce petit monde qui se côtoie depuis la rencontre sur les bancs de Sup de Co. Il y a donc les éternels divorcés en bisbille, le copain à la conversation soporifique, l’épouse nunuche, le spécialiste des mauvais plans qui est en train de perdre jusqu’à son dernier sou, le célibataire gentil mais ballot... En invitant des acteurs aussi disparates que Lambert Wilson, Guillaume de Tonquédec, Franck Dubosc ou Florence Foresti, le réalisateur courait le risque d’une mayonnaise difficile à faire prendre. Chacun semblant jouer dans son coin et pour lui seul, le rire se propage peu. Et surtout, on ne comprend que rarement comment et pourquoi ces gens-là ont pu être amis pendant trente ans. Et le rester.

Synopsis  : Pour ses 50 ans, Antoine a reçu un cadeau original : un infarctus. A partir de maintenant, il va devoir « faire attention ». Or, Antoine a passé sa vie entière à faire attention : attention à sa santé, à ce qu’il mangeait, attention à sa famille, à accepter les travers de ses amis, et à avaler de trop nombreuses couleuvres... Désormais, il va adopter un nouveau régime. Mais en voulant changer sa vie, on change forcément celle des autres.

TELERAMA N’ A PAS DONNE D’AVIS , A VOUS DE JUGER

- « Aux yeux des vivants » - Film d’horreur - Date de sortie : 30 avril 2014 - Réalisé par : Alexandre Bustillo, Julien Maury - Avec : Anne Marivin, Théo Fernandez, Francis Renaud - Durée : 1h28min - Pays de production : France - Année de production : 2013 - Distributeur : Tanzi Distribution

Critique  : A voir à lire ( Frédéric Mignard ) 0_ Nouvelle bévue commise par les réalisateurs « potes de A l’intérieur », incapables d’écrire un scénario qui tient la route.

Synopsis  : Fuyant leur dernier jour d’école, Dan, Tom et Victor, trois adolescents inséparables, se perdent dans la campagne avant de s’engouffrer dans les méandres d’un studio de cinéma abandonné depuis des années.
Un lieu décrépi devenu depuis le repère d’Isaac et Klarence Faucheur, un homme et son étrange fils, bien décidés à ne pas laisser le trio dévoiler leurs sombres secrets aux yeux des vivants.
La nuit tombe. De retour chez eux, les adolescents ne tarderont pas à ’apercevoir que quelque chose les a suivis et que la nuit risque d’être l’une des plus longues de leur vie...

- « Avant l’aube » - Drame - Date de sortie : 30 avril 2014 - Réalisé par : Balaji Kumar - Avec : Pooja Umashankar, R. Amerendran, Vinoth Kishan - Durée : 2h8min - Pays de production : Inde - Année de production : 2014 - Titre original : Vidyum Mun - Distributeur : Night Ed Films

Critique  : A voir à lire ( Nicolas Bonnes )_ Un film d’action indien inégal mais qui a le mérite de s’attaquer avec vigueur à la prostitution infantile.

Synopsis  : Une nuit, une femme et une enfant s’enfuient, pourchassées par quatre hommes prêts à tout pour les retrouver. Qui sont-elles ? Qui sont leurs assaillants ? Quel sombre secret les relie ?

- « Une lettre ne s’écrit pas » - Comédie dramatique - Date de sortie : 30 avril 2014 - Réalisé par : Guillaume Levil - Avec : Stefen Eynius , Sophie Guyard, Philippe Nicaud - Durée : 1h25min - Pays de production : France - Année de production : 2013

Critique  :

Synopsis  : Julien et Nina établissent un pacte avec l’univers : il doivent profiter de la vie, quel quen soit le prix. Cette décision les mènera-t-elle au bonheur, ou au contraire à leur disparition ?

-  « Be home » � ?? Drame - Date de sortie : 30 avril 2014 - Réalisé par : Yiomama H Lougine - Durée : 1h33min - Pays de production : Taïwan - Année de production : 2013

Critique  :

Synopsis  : Giao, Ming son mari et leur petit garçon Didi forment une famille moderne et heureuse. Responsable d’un accident de voiture qui cause la mort de son mari et de son fils, Giao se trouve plongée dans la tragédie. Comment survivre à un tel drame, d’autant qu’elle subit ensuite la perte de ses grands-parents ?

-  « Les femmes de Visegrad » - Drame - Date de sortie : 30 avril 2014 - Réalisé par : Jasmila Zbanic - Avec : Kym Vercoe, Boris Isakovic, Simon McBurney - Durée : 1h23min - Pays de production : Bosnie-Herzégovine - Titre original : Za one koji ne mogu da govore / For those who can’t tell no tales - Distributeur : Happiness Distribution

Critique  : PREMIERE (Stephanie Lamome) _ Au début, commence un gentil film de vacances sous forme de journal intime. Kym arpente avec son sac à dos les ruelles d’un village bosniaque traversé par une jolie rivière au paisible clapotis. Rien à signaler, si ce n’est un drôle de silence, presque assourdissant, et uniquement des hommes dans la rue. Une page Wikipedia plus tard, le film bascule dans l’horreur : Višegrad a été le théâtre de crimes de guerre abominables mais aucun mémorial n’est là pour en témoigner. Les pierres commencent alors à parler, le cours d’eau se remet à saigner, les draps de l’hôtel concentrationnaire transformé en spa relâchent les cris étouffés. Tout ça sans aucun effet spécial, par la seule force de suggestion d’un film construit sur un cimetière d’effroi.

Synopsis  : Après de magnifiques vacances d’été dans un village de Bosnie, Kym, une touriste australienne découvre que ce lieu a connu de tragiques événements au moment de la guerre de Bosnie. Touchée, elle ne peut oublier et décide de retourner sur les lieux pour lever le silence.