bandeau 1 bandeau 2 bandeau 3 bandeau 4 bandeau 5

Cultures & Cinémas

Vous êtes ici : Accueil > NOS ACTIVITES > CONNAISSANCE DU CINEMA > Café cinéma > Café cinéma 2013- 2014 > CAFE CINEMA : "MUSIQUE ET CINEMA : Opéra et cinéma"

CAFE CINEMA : "MUSIQUE ET CINEMA : Opéra et cinéma"

  • Mis à jour : 14 juin 2014

Café cinéma présenté de 2 avril à Ferney Voltaire

CAFE CINEMA : « Musique et Cinéma : l’Opéra »

L’association entre le cinéma et l’opéra n’a jamais été une affaire simple. Puristes et détracteurs ont toujours revendiqué et revendique encore leur scepticisme face à l’arrivée de l’opéra sur grand écran. Le passé montre que le septième art s’est beaucoup inspiré de l’art lyrique pour raconter des histoires (en reprenant des personnages comme Carmen ou Don Juan) et pour susciter des émotions (en utilisant de nombreux airs d’opéra).

Dans son livre « Dramaturgie d’une passion », l’ancien directeur de l’opéra de Paris, Gérard Mortier (mort le 9 mars dernier) affirme que "l’opéra et le cinéma présentent beaucoup de convergences. Ce sont toutefois deux formes d’art très différentes même si le cinéma a fini par s’emparer des fonctions remplies jusqu’alors par l’opéra.

Ces différences tiennent à l’interférence directe avec le public qui n’existe pas avec le cinéma ; thème autour duquel Woody Allen a créé son film « La Rose pourpre du Caire. »

Dans le cadre de films contenant de la musique, des chansons et de la danse, le film d’opéra est une catégorie à part entière. Les opéras furent même servis au temps du muet (!!), mais n’intéressant a priori qu’un public restreint, ne furent que peu produits jusque dans les années 1950 et notamment après l’apparition du son stéréophonique.

Il faut attendre les années 1980 pour voir des productions spécifiquement cinématographiques, à commencer par la triple production que Peter Brook fit de « Carmen » en 1983. Mais l’homme-clé du genre demeure Daniel Toscan du Plantier qui, au cours des années 1980, fut l’initiateur et le producteur d’une série de films utilisant toutes les ressources du cinéma au service des opéras, réalisés en décors naturels ou en studio selon les impératifs artistiques, et appelant des grands noms pour les réaliser : « Don Giovanni » de Joseph Losey en 1980, « Carmen » de Francesco Rosi en 1984, « La Bohème » de Luigi Comencini en 1988, « Boris Godounov » d’Andrzej Żuawski en 1989. Sur cette lancée, Frédéric Mitterrand produisit et réalisa une notable « Madame Butterfly » en 1995.

Pour les besoins de la présentation, nous avons distingué les films mettant sur l’écran une adaptation d’un Opéra (parfois très fidèle), de ceux utilisant l’Opéra comme décor de l’action, et enfin de ceux s’intéressant aux chanteuses ou chanteurs d’Opéra.

1. Adaptation d’Opéra

Dans ce genre il faut accorder une mention spéciale à « La Bohème  » qui reste à ce jour le plus filmés (8 fois de 1923 à 2013).

11. « La Bohème »
La Bohème est un opéra en quatre tableaux de Giacomo Puccini, sur un livret en italien de Giacosa et Illica, d’après le roman d’Henri Murger, « Scènes de la vie de bohème », et son adaptation théâtrale « La Vie de bohème » . Composé entre 1892 et 1895, il fut créé le 1er février 1896 au Teatro Regio de Turin, sous la direction d’Arturo Toscanini.

Synopsis : Pendant l’hiver 1830, dans le Quartier latin à Paris, de jeunes artistes - dont le jeune dramaturge Rodolphe et son ami et colocataire, le peintre Marcel - parviennent difficilement à régler leur loyer. La jeune couturière Mimi, leur voisine, connait les mêmes difficultés financières et doit engager ses biens chez un prêteur sur gages, mais la somme récoltée est insuffisante. Elle fait la connaissance d’un riche aristocrate, le vicomte Paul, dont elle repousse les avances, tel est le début de l’histoire.

Les films :
- « La Bohème » - Réalisation : Gennaro Righelli(All) - Année : 1923 - Acteurs : Maria Jacobini,William Dieterle,Walter Jansse
- « La Bohème » - Réalisation : King Vidor (USA) - année : 1926 Acteurs  : Lillian Gish,John Gilbert,Renée Adorée


- « La Bohème » - Réalisation : Paul L. Stein (GB) - année : 1935 Acteurs : Douglas Fairbanks Jr.,Gertrude Lawrence...
- « La Bohème » - Réalisation : Francisco Elías (SP) - année : 1939 - Acteurs : Mary Amparo Bosch,Ricardo Velázquez,Luis Villasiul
- « La Bohème » - Réalisation : Wilhelm Semmelroth (Ger) - Année : 1965 - Acteurs : Mirella Freni,Adriana Martino, Gianni Raimondi
- « La Bohème » - Réalisation : Luigi Comencini (France,Italie) - Année : 1988 Acteurs : Barbara Hendricks, Luca Canonici, Gino Quilico
-  « La Bohème » - Réalisation : Robert Dornhelm - Annaée : 2008 - Avec Anna Netrebko,Rolando Villazón,Nicole Cabell


- « La Bohème » - Réalisation de John Copley � ?? Année 2013 - Avec Rolando Villazón, Stefania Dovhan, Audun Iversen

1.2 « Boris Godounov » est un opéra de Modeste Moussorgski sur un livret russe du compositeur, basé sur le drame du même nom d’Alexandre Pouchkine et sur « l’Histoire de l’Etat russe » de Karamzine.

Synopsis : Boris devient tsar après avoir fait assassiner l’enfant Dimitri, l’héritier légitime. Bien que Boris gouverne humainement, le pays sombre dans le chaos et la pauvreté. Un jeune moine vagabond, Grigori, se fait passer pour Dmitri et réussit à épouser Marina, une femme noble originaire de Pologne qui déguise sa volonté de puissance en amour passionné. Après avoir convaincu le roi de Pologne de sa légitimité, le faux Dmitri convainc les Polonais d’envahir la Russie. Boris, bourrelé de culpabilité et de remords et hanté par des hallucinations, sombre dans la folie et meurt en implorant la grâce divine.

Film :
- « Boris Godounov » film russe inachevé réalisé par Alexandre Drankov, sorti en 1907.
- « Boris Godounov » film russe Vera Stroeva en 1954


- « Boris Godounov » réalisé par Sergei Bondarchuk en 1989 a été tourné avec Bondarchuk, Alyona Bondarchuk ,Gennadi Mitrofanov


-  « Boris Godounov » Réalisé en 1986 par Andrzej Zulawski - Avec : Ruggero Raimondi, Kenneth Riegel, Pavel Slaby .

1.3 « Carmen » figure en bonne position dans le nombre des adaptations à l’écran- Sa dramaturgie et le succès de ces airs expliquent sans doute cela. Carmen est un opéra tragique en quatre actes de Georges Bizet, sur un livret d’Henri Meilhac et Ludovic Halévy, d’après la nouvelle Carmen, de Prosper Mérimée. La première représentation eut lieu sous la direction d’Adolphe Deloffre. - Créé le 3 mars 1875 à l’Opéra-Comique de Paris, c’est l’un des opéras les plus joués au monde.

Synospis : Un jeune brigadier, don José, tombe amoureux d’une gitane, Carmen. Par passion, il déserte, mène une vie de contrebandier et va jusqu’à tuer Garcia le Borgne, le compagnon de Carmen, dont il devient le nouvel amant. Mais Carmen lui est infidèle, et il la tue lorsqu’elle le quitte pour vivre avec Lucas, un toréador.

Films :
- « Carmen » de Jacques Feyder, sorti en 1926. France
- « Carmen » de Francesco Rosi en 1984 - France, Italie - Avec Julia Migenes, Plácido Domingo, Ruggero Raimondi C’est de loin l’adaptation qui a connu le plus de succès. C’est première version cinématographique pour un opéra à qui utilise des dialogues entre les différents numéros musicaux. Le tournage s’est déroulé en Espagne, et notamment dans la ville de Ronda.

1.4 « La Traviata » est un opéra en trois actes de Giuseppe Verdi créé le 6 mars 1853 à La Fenice de Venise sur un livret de Francesco Maria Piave d’après le roman d’Alexandre Dumas fils, « La Dame aux camélias » (1848) et son adaptation théâtrale (1852). - La traviata est devenue au xxe siècle l’une des oeuvres les plus jouées dans les opéras de par le monde.

Films :
- « La Traviata » film italien réalisé en 1968 par Mario Lanfranchi avec la soprano Anna Moffo dans le rôle-titre.

- « La Traviata » de Franco Zeffirelli réalisé en 1983 avec Teresa Stratas, Plácido Domingo ,Cornell Macneil reste une référence dans l’Opéra transcris sur le grand écran. Le livret est traduit fidèlement mais l’originalité vient de l’excellente mise en scène de Zeffirelli

- « La Traviata » de Richard Eyre en 2013 avec Renée Fleming, Joseph Calleja, Thomas Hampson


LA TRAVIATA - Bande-annonce VF par CoteCine
.
1.5 « Tosca » est un opéra en trois actes de Giacomo Puccini, sur un livret de Luigi Illica et Giuseppe Giacosa, d’après la pièce de Victorien Sardou. Il fut créé le 14 janvier 1900 au Teatro Costanzi de Rome. La première représentation fut un échec complet. Mais le public, d’abord réticent, va en faire rapidement un grand succès populaire. La Scala reprend l’oeuvre dès le 17 mars sous la baguette d’Arturo Toscanini.

Synopsis : Angelotti ancien consul de Rome se cache dans la chapelle d’une l’église où Cavaradossi est en train de peindre un portrait. Il réalise que si la marquise Angelotti, soeur du consul en fuite, était sur les lieux, ce n’était que pour faire échapper son frère, il accueille Angelotti chez lui. Tosca la maîtresse du peintre est jalouse. Le vil baron Scarpia fait croire à Tosca que la marquise est la maîtresse de Cavaradossi. Celui-ci est arrêté et Tosca est sommé de dévoiler la cachette d’Angelotti pour sauver son amant. Mais poussé à bout par le baron, elle le poignarde. Acculée, car elle est accusée du meurtre du baron, et son amant mort, Tosca se jette dans le vide, du haut de la terrasse du château St Ange.

Films :
- « La Tosca » film français réalisé par André Calmettes et Charles Le Bargy en 1909

- «  La Tosca (Tosca)  » film italien de 1941 réalisé par Carl Koch et Jean Renoir

- « La Tosca » est un film a réalisé en 1976 par Gianfranco De Bosio avec comme interprètes Raina Kabaivanska (Tosca), Plácido Domingo (Cavaradossi) et Sherrill Milnes (Scarpia). La musique est confiée au New Philharmonia Orchestra sous la direction de Bruno Bartoletti. Les scènes du film sont tournées sur les lieux mêmes où est censée se dérouler l’action : l’église Sant’Andrea della Valle, le palais Farnèse et le château Saint-Ange

- « Tosca » a été réalisé par Benoît Jacquot en 2001 avec pour acteurs Angela Gheorghiu (Tosca), Roberto Alagna (Cavaradossi), Ruggero Raimondi (Scarpia), le choeur et l’orchestre de Covent Garden placés sous la direction d’Antonio Pappano. Le réalisateur y mélange les scènes narratives avec quelques prises de vue de l’enregistrement audio, effectué préalablement

1.6 « Don Giovanni » est un opéra en deux actes et en langue italienne du genre « dramma giocoso » de Wolfgang Amadeus Mozart, créé à Prague le 29 octobre 1787, sur un livret de Lorenzo da Ponte inspiré du mythe de « don Juan ».

Synopsis : L’action se déroule à Séville en Espagne au XVII° siècle. Don Juan séduit une à une les femmes, mais un jour il tue le commandeur venu à l’aide de Donna Anna sa fille. Elvira une ancienne maîtresse délaissée veut se venger et va empoisonner la vie du séducteur. Don juan s’en souçi guère mais va sombrer dans les flammes de l’enfer.

Films : « Don Giovanni » de Joseph Losey (France - Italie) - 1979 Avec Ruggero Raimondi, John Macurdy,Edda Moser. Ce film très connu reste un référence dans les films ayant adapté un opéra sur l’écran.

1.7 « Les contes d’Hoffmann » est un opéra fantastique en cinq actes de Jacques Offenbach, livret de Jules Barbier d’après sa pièce écrite en 1851 avec Michel Carré, créé à l’Opéra-Comique de Paris, le 10 février 1881.

Synopsis : Les amours d’Hoffmann racontées par lui-même ; trois incarnations de l’amour : Olympia « poupée inerte au coeur glacé », automate qui se brise après de folles vocalises ; Antonia « la virtuose » prima donna qui meurt de chanter ; Giulietta « la courtisane au front d’airain » la Vénitienne qui dérobe son ombre à Hoffmann. Et quatre incarnations du mal : le conseiller Lindorf, Coppélius, le docteur Miracle et Dapertutto. Traversant ces contes fantastiques et fantasmatiques, dont il est à la fois l’auteur et le héros, Hoffmann ; au milieu de ce jeu de miroirs, son désir éclate en mille reflets, ne laissant place, à la fin, qu’à la Muse, à la vérité nue de l’art et du poète.

Film : « Les contes d’Hoffmann » de Michael Powell réalisé en 1950 avec pour acteurs Moira Shearer, Ludmilla Tchérina, Ann Ayars.

1.8. « Porgy and Bess » est un opéra composé par George Gershwin sur un livret de Ira Gershwin et de Edwin DuBose Heyward, basé sur le roman Porgy (1925), écrit par DuBose Heyward. La première représentation de Porgy and Bess a été donnée au Colonial Theatre de Boston le 30 septembre 1935. Mais il a fallu attendre les années 1980 pour qu’il soit reconnu aux Etats-Unis comme un véritable opéra.

Synopsis : Porgy and Bess raconte l’histoire de Porgy en 1930 d’un noir estropié vivant dans les taudis de Charleston, en Caroline du Sud, qui tente de sauver Bess des griffes de Crown, son mari, et de Sportin’s Life, un dealer.

Film : « Porgy and Bess » a été réalisé :
- D’abord par Otto Premigger en 1959 avec Sidney Poitier, Dorothy Dandridge : Bess, Sammy Davis Jr., Pearl Bailey : Maria

- Puis par Trevor Nunn en 1993 avec Willard White, Cynthia Haymon, Gregg Baker

2 Films adaptation ou ayant pour cadre l’opéra

2.1 Histoire s’inspirant d’un livret

a) Carmen fut une source d’inspiration pour les réalisateurs. Nous avons retenu deux films :

- « Carmen Jones » film musical américain d’Otto Preminger, sorti en 1954 aux Etats-Unis (et en 1981 en France) et basé sur la comédie musicale Carmen Jones d’Oscar Hammerstein II, qui fut un des grands succès de Broadway en 1943. - La musique du film est pour l’essentiel celle de l’opéra Carmen de Georges Bizet, avec une ré-orchestration jazz.

- « Carmen » de Carlos Saura en 1983 - Espagne. Avec Laura del Sol,Antonio Gades,Paco de Lucía - Antonio, professeur dans une école de "flamenco", trouve enfin la danseuse qui incarnera Carmen dans l’opéra de Bizet. Coïncidence étonnante, elle se prénomme Carmen. Au cours des répétitions, Carmen se heurte à la jalousie de Cristina qui espérait le rôle mais Antonio s’obstine car il est amoureux de son héroïne. Peu à peu, la fiction du ballet se mêle à la réalité de leur amour.

b) « Madame Butterfly », opéra italien en trois actes de Giacomo Puccini, livret de Giuseppe Giacosa et Luigi Illica, représenté pour la première fois à La Scala de Milan le 17 février 1904. A l’origine le livret parle d’un jeune officier américain de passage, B. F. Pinkerton épouse une geisha de quinze ans, Chio-Chio-San (ce qui signifie en japonais « Madame Papillon ») à Nagasaki en 1904.. Simple divertissement exotique pour lui, le mariage est pris très au sérieux par la jeune Japonaise. Après la cérémonie et après lui avoir fait un enfant, Pinkerton repart. Espérant son retour, elle lui reste fidèle et refuse de nombreuses propositions de mariage. Un. Trois ans plus tard, Pinkerton revient au Japon avec sa nouvelle épouse américaine. Quand Butterfly comprend la situation, elle leur abandonne son enfant et se donne la mort par jigai en se poignardant. Cette histoire tragique a été adapté deux fois à l’écran :

- Par David Cronenberg en 1993 - Etats-Unis . Avec : Jeremy Irons, John Lone ,Barbara Sukowa - En 1964, le jeune officier est devenu dans cette adaptation, un comptable à l’ambassade de France en Chine (René Gallimard) qui tombe amoureux d’une diva (Song Liling) qui, bien des années plus tard, se révélera être un homme. L’histoire, tirée d’un authentique fait divers, est entièrement fondée sur l’ambiguïté et l’ambivalence, tant psychologique qu’anatomique.


- Par Frédéric Mitterrand en 1995 - Avec Ying Huang , Richard Troxell , Ning Liang ... . Pour Frédéric Mitterrand, l’oeuvre sublime de Puccini est avant tout la tragique histoire d’un homme qui fait du mal sans le vouloir et celle d’une amoureuse abandonnée. A travers cet opéra, il a voulu rendre hommage aux mélos qu’il a toujours aimés. D’un côté, l’Amérique : exotisme clinquant, couleurs flamboyantes à la Douglas Sirk. De l’autre, l’Asie : nudité d’un intérieur aux parois coulissantes qui fait naître l’émotion, comme dans un film d’Ozu.


Puccini - Madame Butterfly par Quarouble

2.2 Films dont l’action se déroule le cadre de l’Opéra.

-  « Opéra » réalisé par Dario Argento en 1987 avec Cristina Marsillach, Ian Charleson, Urbano Barberini

Synopsis : Suite à la défection forcée de la cantatrice principale, la jeune chanteuse Betty accepte le rôle de Lady Macbeth dans l’opéra de Verdi, malgré la réputation de malchance véhiculé par ce rôle. Elle se retrouve vite la proie d’un mystérieux fan psychopathe avec lequel elle semble avoir un lien.

- « Adieu ma concubine » réalisé par Kaige Chen en 1992 avec Leslie Cheung, Fengyi Zhang, Li Gon.

Synopsis  : 1924, Douzi et Shitou se rencontrent à l’académie de l’opéra de Pékin. Ils y apprennent les rôles principaux de l’opéra "Adieu ma Concubine" qu’ils interprèteront durant toute leur vie. Inséparables, ils traverseront de nombreuses péripéties durant le demi-siècle qui changea la Chine à jamais.


ADIEU MA CONCUBINE par Biosstars

- « Jouer pour le plaisir » réalisé par Ying Ning en 1993 avec Zongluo Huang, Wenjie Huang, Shanxu Han

Synopsis : Le vieux Han, concierge de l’Opéra de Pékin, prend sa retraite bien qu’il ait toujours pensé que la troupe ne pourrait fonctionner sans lui. Il constate rapidement que sa vie de retraité manque de charme. Il se sent solitaire et perdu, jusqu’au jour où il rencontre d’autres gens âgés qui chantent l’Opéra de Pékin en amateurs, pour le plaisir. Revêche mais généreux, il réussit seul à obtenir un local et à créer un club de l’Opéra de Pékin pour gens âgés où ils pourront venir pour chanter. Il y instaure des règles de fonctionnement rigides. Le groupe participe à un concours de spectacles, mais en revient sans récompense. Les participants prennent bien la chose, contrairement à Han, ulcéré par cet échec. Le groupe devra bientôt quitter le local que les autorités veulent reprendre. Les tensions s’accentuent entre certains membres et Han quitte le club

- « Le Fantôme de l’Opéra »
- Le Fantôme de l’Opéra (The Phantom of the Opera) est un film américain de 1925, réalisé par Rupert Julian d’après le roman de Gaston Leroux. - Erik, être à moitié fou rejeté par la société, vit dans les sous-sols désaffectés de l’opéra Garnier à Paris. Amoureux d’une des cantatrices, il intrigue pour qu’elle obtienne le premier rôle, avant de lui réclamer son amour en retour. Mais celle-ci, découvrant la profonde laideur de celui qu’on appelle le Fantôme de l’Opéra, cherche par tous les moyens à échapper à son emprise, avec l’aide de son prétendant.


Trailer : The Phantom of the Opera (1925) by... par DVDPost
- Le Fantome de l� ??Opéra réalisé par Dario Argento en 1998 avec Julian Sands, Asia Argento, Andrea Di Stefano - Au XIXe siècle, dans les fastes du Palais Garnier, l’Opéra de Paris, Christine, soprano vedette, est au sommet de sa gloire. Son succès est dû à sa voix d’or et aux mystérieux conseils qu’elle reçoit d’un "Ange", un fantôme qui vit dans les souterrains du bâtiment. L’homme, un génie musical défiguré qui vit reclus et hante l’opéra, aime la jeune fille d’un amour absolu et exclusif. Lorsque Raoul entre dans la vie de Christine, le Fantôme ne le supporte pas...

- **Le Fantôme de l’Opéra réalisé en 1962 par Terence Fisher - Avec Herbert Lom , Edward De Souza , Heather Sears ... Dans les sous-sols de l’opéra de Londres vit mystérieusement son « fantôme », un être pathétique qui compose l’oeuvre de sa vie. Il enlève Christine Charles, une jeune chanteuse dont il est amoureux.


- Le Fantôme de l’Opéra » réalisé par Joel Schumacher en 2004 avec Gerard Butler, Emmy Rossum, Patrick Wilson - L’intrigue joue sur deux périodes spatiotemporelles : en 2011 à Paris, et dans les années 1842-1883 dans l’Europe parcourue par le compositeur : Allemagne, Suisse, Italie. Une jeune femme éprouve un amour exacerbé pour Wagner. Ce personnage décalé est la clé d’entrée dans l’univers wagnérien. Grâce à Judith, des personnages identiques se retrouvent dans les deux périodes.


com/video/x2m9xp_la-fantome-de-l-opera-trailer_shortfilms" target="_blank">La fantôme de l'opéra - Trailer par enricogay

3. Films consacrés aux créateurs d’Opéra ou aux chanteuses et chanteurs

3.1 Films consacrés aux créateurs ou à la création d’opéra.

-  Rossini
- Rossini Film réalisé en 1942 par Mario Bonnard. Avec Nino Besozzi, Paola Barbara, Camillo Pilotto
- Rossini ! Rossini ! est un film italien réalisé en 1991 par Mario Monicelli. Il décrit la vie du compositeur

- Verdi
- « Guissepe verdi » - Réalisé par Raffaello Matarazzo en 1953 avec Pierre Cressoy, Anna-Maria Ferrero, Gaby Andreu

3.2. Films consacrés au Chanteurs ou Chanteuses d’Opéra

a) La Malibran - María-Felicia García, plus connue sous le nom de Maria Malibran, du nom de son premier mari, surnommée la Malibran, (24 mars 1808 à Paris - 23 septembre 1836 à Manchester) est une célèbre mezzo-soprano d’origine espagnole.
Plusieurs films lui ont été consacrés :
- « La Malibran » - réalisé par Sacha Guitry en 1943 avec Geori-Boué et Suzy Prim.

- « Maria Malibran » réalisé par Guido Brignone en 1943 avec Maria Cebotari, Rossano Brazzi...
- « La mort de Maria Malibran » - réalisé par Werner Schroeter avec Magdalena Montezuma, Christine Kaufmann , Ingrid Caven en 1971.

b) Caruso de son vrai nom Errico Caruso, est un ténor italien né à Naples le 25 février 1873 et mort le 2 août 1921 dans la même ville. Il est considéré par de nombreux critiques comme le plus grand chanteur d’opéra de tous les temps.

Deux films lui ont été consacrés :
- My Cousin d’Edward José  : Tommasso Longo / Cesare Caroli
- « Le Grand Caruso » - réalisé par Richard Thorpe en 1951 avec Mario Lanza, Ann Blyth, Dorothy Kirsten.

c) La Callas - Maria Callas la sublime cantatrice cantatrice grecque est née à New York le 2 décembre 1923 et est morte à Paris le 16 septembre 1977. La vie de cette diva qui fut un drame perpétuel n’a pas manqué d’inspirer les cinéastes.

- « Callas Forever » de Franco Zeffirelli avec Fanny Ardant, Jeremy Irons, Joan Plowright.

3.3 Mise en scène

- « La Traviata et nous » - Réalisé par Philippe Béziat en 2012 - Avec Natalie Dessay, Jean-Francois Sivadier, Louis Langrée . C’est un documentaire français réalisé par Philippe Béziat sorti en 2012. Il montre l’élaboration de la mise en scène de l’opéra La Traviata par Jean-François Sivadier pour le Festival international d’art lyrique d’Aix-en-Provence 2011.

- « Don Giovanni, naissance d’un opéra » de Carlos Saura (Italie - Espagne) - 2009 - Avec Tobias Moretti, Eulalia Ramón, Sergi Roca - L’histoire de Lorenzo da Ponte, jeune prêtre, ami de Casanova, banni de Venise par l’Inquisition et de sa collaboration avec Mozart lors de l’écriture de Don Giovanni.


Don Giovanni, naissance d'un opéra Bande... par LE-PETIT-BULLETIN

- « Pelléas et Mélisande, le chant des aveugles » - Documentaire réalisé par Philippe Béziat en 2008 - Moscou, juin 2007. Olivier Py, Marc Minkowski, chanteurs et musiciens de Pelléas et Mélisande, sont tous confrontés à l’étrangeté de l’opéra de Claude Debussy, représenté pour la première fois en Russie. Le film de Philippe Béziat témoigne de leur travail et de leur fascination pour cette oeuvre.

CONCLUSION

Comme nous avons pu le constater l’Opéra et Cinéma sont extrêmement lié. Il faudrait pour être complet parler des airs d’Opéra qui sont utilisés parfois pour renforcer l’aspect dramatique d’une scène mais ceci est une autre histoire. Il faut aussi signaler la nouveauté donnée par la technique des retransmissions en direct de certains opéras sur les grands écrans des cinémas. Ceci est très contreversé mais permet à une population moins à l’aise financièrement que d’autres de faire connaissance avec ces oeuvres.

Documents joints

Document, Powerpoint, 65.5 Mo