bandeau 1 bandeau 2 bandeau 3 bandeau 4 bandeau 5

Cultures & Cinémas

Vous êtes ici : Accueil > EVENEMENTS CINEMA > Les sorties > Sorties 2014 > Sorties cinéma du 12 février 2014

Sorties cinéma du 12 février 2014

  • Mis à jour : 12 avril 2015

Critiques tirées de Télérama et autres magazines dont Allociné et Première

Sorties du 12 février 2014

TELERAMA AIME PASSIONNEMENT

Cotation 5/5

-  "Ida" - Drame - Date de sortie : 12 février 2014 - Réalisé par : Pawel Pawlikowski - Avec : Agata KULESZA , Agata Trzebuchowska, Dawid Ogrodnik - Durée : 1h19min - Pays de production : Pologne - Année de production : 2013 - Distributeur : Memento Distribution

Critique  : PREMIERE (Gérard Delorme) __Après les excès mélodramatiques de « La Femme du Vème », Pawel Pawlikowski revient à une surprenante retenue avec cette histoire de quête d’identité. Dans la Pologne du début des années 60, une religieuse sur le point de prononcer ses voeux fait la connaissance de sa tante, qui l’aide à exhumer un passé dont elle ignore tout. Le calme paradoxal avec lequel la jeune nonne assimile une série de révélations dérangeantes est restitué par une actrice juste et émouvante, que le cinéaste a judicieusement filmée dans une gamme variée de gris, entre la lumière et les ténèbres.

Note de la presse : 4.0/5

Note du public :/5

Synopsis  : Pologne, 1962. Avant de prononcer ses voeux, une jeune orpheline élevée au couvent part enquêter sur ce qui est arrivé à sa famille sous l’occupation nazie. Elle est aidée de sa tante, une juge communiste, seul membre de sa famille encore en vie.

TELERAMA AIME BEAUCOUP

Cotation 4/5

-  « Abus de faiblesse » - Drame - Date de sortie : 12 février 2014 - Réalisé par : Catherine Breillat - Avec : Isabelle Huppert , Kool Shen, Laurence Ursino - Durée : 1h44minPays de production : France - Année de production : 2012 - Distributeur : Rezo Films

Critique  : PREMIERE (Frédéric Foubert) __Le bad boy s’appelle Vilko, la réalisatrice, Maud, mais on est invités à reconnaître en eux Christophe Rocancourt et la réalisatrice Catherine Breillat, qui relate ici l’escroquerie dont elle a été victime en 2007-2008. Tout le monde connaît l’affaire, et le problème du film est justement dans la manière dont l’écho médiatique du fait divers fait constamment écran à la « fiction ». Autrement dit, Kool Shen a beau faire le job, on vous échange n’importe quel talk-show avec l’embobineur Rocancourt contre dix « Abus de faiblesse ». Breillat relate les faits de manière froide, objective, comme on rédigerait un dépôt de plainte, et n’effleure les potentialités dramaturgiques du sujet que dans le dernier tiers du film, qui se met soudain à ressembler à une version glauque et dégénérée de Sunset Boulevard. Mais le grand film sur (et avec ?) « l’arnaqueur des stars » reste à faire.

Note de la presse : 3.0/5

Note du public : /5

Synopsis  : Victime d’une hémorragie cérébrale, Maud, cinéaste, se réveille un matin dans un corps à moitié mort qui la laisse hémiplégique, face à une solitude inéluctable. Alitée mais déterminée à poursuivre son projet de film, elle découvre Vilko, arnaqueur de célébrités, en regardant un talk-show télévisé.
Son arrogance crève l’écran avec superbe : Maud le veut pour son prochain film. Ils se rencontrent. Il ne la quitte plus. Elle aussi, il l’escroque et lui emprunte des sommes astronomiques. Il lui prend tout mais lui donne une gaieté et une sorte de chaleur familiale.
Ce film raconte l’abus de faiblesse dont Maud est victime

-  « For Those in Péril » _ Drame - Date de sortie : 12 février 2014- Réalisé par : Paul Wright - Avec : George MacKay, Kate Dickie , Nichola Burley - Durée : 1h32min - Pays de production : Grande-Bretagne - Année de production : 2013 - Distributeur : Distrib Films

Critique  : PREMIERE (Eric Vernay) __Tempête sous le crâne d’un adolescent écossais. For Those in Peril ausculte ce sentiment extrême qu’est la culpabilité du survivant. Pixels qui semblent tout droit sortis d’un smartphone, noir et blanc charbonneux et images de journaux télévisés composent l’ADN hétéroclite de ce premier long métrage. Un film instable, cru et écorché vif comme un teen movie de Larry Clark. Alors que le héros acnéique, pris en grippe par les habitants de son village de pêcheurs, tente de combler l’absence de son frère en dérivant dangereusement vers les abîmes de la folie, la caméra de Paul Wright, empathique, regarde le ciel. Comme si la rédemption pouvait venir des rayons du soleil qui transpercent l’écran. Scandé par une voix off « malickienne », ce conte en forme de poème fiévreux propose une belle et éprouvante expérience immersive. Un trip expiatoire hanté par Moby Dick qui sidère jusqu’à l’ultime vision.

Note de la presse : 3.4/5

Note du public : /5

Synopsis  : Aaron, jeune pêcheur d’un village écossais reculé, est le seul rescapé d’un accident de bateau qui a notamment coûté la vie à son frère. Poussés par les vieilles légendes et superstitions du coin, les habitants du village le blâment pour cette tragédie et le marginalisent. Aaron, lui, refuse de croire à la mort de son frère, et part à sa recherche.

Le film est nommé aux Bafta dans la catégorie Meilleur premier film en tant que réalisateur scénariste.

- « Les grandes ondes (à l’ouest » - Comédie - Date de sortie : 12 février 2014 - Réalisé par : Lionel Baier - Avec : Valerie Donzelli, Michel Vuillermoz, Patrick Lapp - Durée : 1h24 - minPays de production : France - Année de production : 2013 - Distributeur : Happiness Distribution

DEJA PARU A GENEVE

Critique  : PREMIERE (Damien Leblanc) __En avril 1974, deux journalistes travaillant pour la radio suisse sont en reportage au Portugal quand éclate la Révolution des oeillets. Insolent comme une comédie italienne des 60s-70s, ce road-movie revendique sa part de légèreté pour brosser un exubérant portrait de groupe et célébrer la démocratie. Si le conflit entre un Michel Vuillermoz à la mémoire défectueuse et une Valérie Donzelli féministe repose sur des schémas connus, il offre néanmoins un vent de folie à cette plongée colorée dans l’histoire récente de l’Europe.

Note de la presse : 3.1/5

Note du public : /5

Synopsis  : Avril 1974. Deux journalistes de la radio sont envoyés au Portugal pour réaliser un reportage sur l’entraide suisse dans ce pays. Bob, technicien proche de la retraite, les accompagne à bord de son fidèle combi VW. Mais sur place, rien ne se passe comme prévu : la tension est à son comble entre Julie, la féministe, et Cauvin le reporter de guerre roublard. La bonne volonté de Pelé, le jeune traducteur portugais, n’y fait rien : la petite équipe déclare forfait. Mais le vent de l’Histoire pousse le Combi VW en plein coeur de la Révolution des Oeillets, obligeant cette équipe de Pieds nickelés à prendre part, et corps, à cette folle nuit du 24 avril 1974.

-  « Tante Hilda » - Film d’animation - Date de sortie : 12 février 2014 - Réalisé par : Jacques-Rémy Girerd ,Benoît Chieux - Avec : Sabine Azéma, Josiane Balasko, Gilles Détroit - Durée : 1h29min - Pays de production : France - Année de production : 2013 - Titre original : Tante Hilda ! - Distributeur : SND

Critique  : PREMIERE (Christophe Narbonne) __La prolifération d’une céréale industrielle nocive menace le monde d’une catastrophe écologique. Tante Hilda et son musée végétal seront-ils les sauveurs escomptés ? Jacques- Rémy Girerd (La Prophétie des grenouilles, Mia et le Migou) poursuit ses recherches stylistiques avec ce dessin animé auquel un trait inachevé donne des airs de work in progress au rythme endiablé. Cet aspect volontiers brouillon résume hélas le film, dont le contenu protestataire a tendance à étouffer la poésie et la part enfantine, sous-exploitées

Note de la presse : 2.5/5

Note du public : /5

Synopsis  : Tante Hilda, amoureuse de la nature, conserve dans son musée végétal des milliers de plantes du monde entier. Beaucoup sont en voie de disparition. Parallèlement, une nouvelle céréale, Attilem, mise au point par des industriels, se cultive avec si peu d’eau, sans engrais, et produit des rendements si prodigieux, qu’elle apparaît comme la solution miracle pour enrayer la faim dans le monde et prendre le relais du pétrole dont les réserves s’épuisent. Mais la catastrophe n’est pas loin.

TELERAMA AIME UN PEU

Cotation 3/5

-  « Hipothésis » - Film policier Thriller - Date de sortie : 12 février 2014 - Réalisé par : Hernan Goldfrid - Avec : Ricardo Darin, Alberto Ammann, Calu Rivero - Durée : 1h46min - Pays de production : Argentine - Année de production : 2013 - Titre original : Tesis sobre un homicidio - Distributeur : Eurozoom

Critique  : PREMIERE (Gérard Delorme) __Deuxième long métrage d’un jeune cinéaste argentin, Hipotesis traite sur le mode du thriller le thème conventionnel de l’ambiguïté morale. Ricardo Darín y joue sans se fatiguer un prof de droit obsédé à l’idée de coincer un de ses élèves, auteur présumé d’un « crime parfait ». Sans preuves, le juriste hésite entre laisser le crime impuni et suivre son intime conviction, au risque de la faute professionnelle. Adapté d’un roman, ce cas ultra classique aurait fait un très bon court métrage. Tel quel, c’est un exercice de style appliqué qui tire un peu à la ligne.

Critique de la presse : 2.4/5

Critique du public : /5

Synopsis  : Roberto Bermudez est spécialiste du droit pénal, convaincu que l’un de ses meilleurs élèves est l’auteur d’un meurtre brutal qui a eu lieu à la Faculté de droit. Déterminé à découvrir la vérité sur ce crime, il se lance dans une enquête qui va peu à peu devenir une obsession.

Adaptation du roman de Patricio Vega, « Thèse sur un homicide »

-  « Il était une fois Véronica » - Drame - Date de sortie : 12 février 2014 - Réalisé par : Marcelo Gomes - Avec : Hermila Guedes, W. J. Solha, João Miguel - Durée : 1h32min - Pays de production : Brésil France - Année de production : 2012 - Titre original : Era Uma Vez Eu, Verônica - Distributeur : Urban Distribution

Critique  : PREMIERE (Elodie Bardinet) __Premier plan : Verônica s’envoie en l’air avec quelques amis sur la plage. Elle rit, gémit, jouit... Malheureusement, la promesse de ce film empli de liberté s’épuise vite, car si cette jeune psychologue fait autant l’amour, c’est parce qu’elle est triste. Plus elle avance dans son autoanalyse, plus elle se sent seule. Et le spectateur, lui, s’ennuie. Malgré une mise en scène moderne et explicite, le réalisateur rate son portrait de femme. Qu’importe l’implication d’Hermila Guedes, le résultat est monotone et répétitif.

Note de la presse : 1.7/5

Note du public : /5

Synopsis  : Veronica est une jeune femme pleine de vie qui multiplie les rencontres amoureuses et les expériences sexuelles. Récemment diplomée en psychologie, elle se voit confier un poste à l’hôpital public de Recife. Mais la maladie de son père et les nouvelles responsabilités de son travail vont peu à peu remettre en cause sa vie libertine.

-  « L’éclat du jour » - Comédie dramatique - Date de sortie : 12 février 2014 - Réalisé par : Tizza Covi ,Rainer Frimmel - Avec : Philipp Hochmair, Walter Saabel, Vitali Leonti - Durée : 1h31min - Pays de production : Autriche - Année de production : 2012 - Titre original : Der Glanz des Tages - Distributeur : Zootrope Films

Critique  : PREMIERE (Joachim Cohen) __ Touchante variation sur le métier de saltimbanque et ses corollaires, la solitude et la pauvreté , « L’Eclat du jour » vaut d’abord pour la belle composition de Walter Saabel en vieil amuseur oublié de tous.

Note de la presse : 3.4/5

Note du public : /5

Synopsis : Philipp, acteur de théâtre reconnu, se produit sur les plus prestigieuses scènes de Vienne et Hambourg. Son quotidien est rythmé par l’apprentissage des textes, les répétitions et les représentations. L’irruption dans sa vie de son oncle Walter, ancien artiste de cirque, va le pousser à ouvrir les yeux sur le monde qui l’entoure et réaliser que la vie n’est pas qu’un spectacle.

- « M. Peabody et Sherman : Les Voyages dans le Temps » - Film d’animatio Enfants - Date de sortie : 12 février 2014 - Réalisé par : Rob Minkoff - Avec : Ty Burrell , Max Charles , Ariel Winter - Durée : 1h24min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2014- Distributeur : 20th Century Fox

Critique  : PREMIERE (Christophe Narbonne) __Avec des projets ambitieux comme Dragons et Les Croods d’un côté, la franchise Madagascar de l’autre, DreamWorks Animation a démontré sa capacité à rivaliser avec Pixar en étoffant son catalogue, allant des films initiatiques adultes aux roller coasters loufoques et stylisés façon Looney Tunes. M. Peabody et Sherman... se propose de concilier les deux orientations du studio. Mais, en près d’une heure et demie, Rob Minkoff ne réussit pas tout à fait cette synthèse. La dimension filiale du sujet est notamment trop explicite et elle est rendue confuse par l’appartenance de M. Peabody à la gent canine. En effet, le scénariste s’échine à démontrer aux petits que l’origine des gens importe peu et que l’homme n’est pas moins sauvage que l’animal. Vous l’aurez compris, le film vaut surtout pour son côté cartoon. En parodiant les grandes dates historiques (la Révolution française, le temps des pharaons, la Renaissance italienne, la guerre de Troie), le vétéran Rob Minkoff s’en donne à coeur joie : les détournements gentiment rigolos (on a un faible pour le guerrier phallocrate Agamemnon) le disputent au brio des scènes d’action dont le studio est capable. Pas inoubliable, certes, mais franchement sympathique.

Note de la presse : 3.2/5

Note du public : /5

Synopsis  : M.Peabody est la personne la plus intelligente au monde. Il est à la fois lauréat du prix Nobel, champion olympique, grand chef cuisinier... et il se trouve aussi être un chien ! Bien qu’il soit un génie dans tous les domaines, M. Peabody est sur le point de relever son plus grand défi : être père. Pour aider Sherman, son petit garçon adoptif, à se préparer pour l’école, il décide de lui apprendre l’histoire et construit alors une machine à voyager dans le temps. Les choses commencent à mal tourner quand Sherman enfreint les règles et perd accidentellement dans le temps Penny, sa camarade de classe.

Existe en version 3D

-  « Le Secret de la Pierre de Lune » - Film d’animation - Date de sortie : 12 février 2014 - Réalisé par : Janno Poldma ,Heiki ErnitsAvec : Lembit ULFSAK - Durée : 1h15min - Pays de production : Estonie - Année de production : 2011 - Titre original : Lotte ja Kuukivi saladus - Distributeur : Gebeka Films

Critique  : PREMIERE (Christophe Narbonne) __Six ans après Lotte, du village des inventeurs, revoici la malicieuse petite chienne, cette fois sur la trace de pierres magiques également convoitées par deux mystérieux étrangers. Réalisé en animation traditionnelle par deux Estoniens, ce film a le charme de la rareté, mais guère plus. Si les personnages enjoués et les situations rocambolesques peuvent réjouir les plus jeunes, design et 2D font en revanche très datés, sans compter des plans en 3D ratés.

Note de la presse : 3.0/5

Note du public : /5

Synopsis  : Une nuit, deux mystérieux étrangers s’introduisent à Gadgetville, le village des inventeurs, pour fouiller la maison du vieil explorateur Aldebert. Lotte les surprend alors qu’ils s’enfuient en laissant tomber la pierre jaune qu’ils viennent de dérober. Aldebert lui raconte alors que, lors de son dernier voyage dans la montagne avec deux amis, ils avaient trouvé trois pierres mystérieuses dans une grotte, qu’ils s’étaient ensuite partagées.
Lotte devine que ce ne sont pas des cailloux ordinaires mais des pierres dotées de pouvoirs magiques et décide de les rassembler toutes trois pour résoudre le mystère. Lotte et Aldebert partent alors sur les routes : ils iront au pays des rêves, traverseront un labyrinthe de pluie, suivis de près par les deux étrangers qui s’avèrent être des lapins venus de la Lune, bien décidés eux aussi à retrouver les fameuses pierres.

-  "Macadam Baby" - Comédie - Date de sortie : 12 février 2014 - Réalisé par : Patrick Bossard - Avec : François Civil, Camille Claris, Arthur Jugnot - Durée : 1h35min - Pays de production : France - Année de production : 2013 - Distributeur : Kanibal Films Distribution

Critique  : StudioCiné Live ( Sandra Benedetti ) __Un film mignon tout plein, bénéficiant d’une belle complicité entre ses acteurs.

Note de la presse :2.5 /5

Note du public : /5

Synopsis  : Thomas, un écrivain en herbe, n’a hélas pas grand-chose à raconter. Et c’est dommage car il le raconte vraiment bien. Il a du style. En venant à Paris et en rencontrant Julie, il va découvrir pour la première fois l’amour avec un grand A. Ce qu’il ignore, c’est que Julie est dans les problèmes jusqu’au cou. En voulant l’aider, il va mettre les pieds dans les emmerdes avec un grand E.

TELERAMA N’ AIME PAS, MAIS CE N’EST PAS UNE RAISON POUR NE PAS Y ALLER

Cotation : 2/5

-  « La Belle et la Bête » - Film fantastique - Date de sortie : 12 février 2014 - Réalisé par : Christophe Gans - Avec : Vincent Cassel , Léa Seydoux , André Dussollier - Durée : 1h52min - Pays de production : France - Année de production : 2013 - Distributeur : Pathé !

Critique  :

Note de la presse : 3.1/5

Note du public : /5

Synopsis  : 1810. Après le naufrage de ses navires, un marchand ruiné doit s’exiler à la campagne avec ses six enfants. Parmi eux se trouve Belle, la plus jeune de ses filles, joyeuse et pleine de grâce. Lors d’un éprouvant voyage, le Marchand découvre le domaine magique de la Bête qui le condamne à mort pour lui avoir volé une rose. Se sentant responsable du terrible sort qui s’abat sur sa famille, Belle décide de se sacrifier à la place de son père. Au château de la Bête, ce n’est pas la mort qui attend Belle, mais une vie étrange, où se mêlent les instants de féerie, d’allégresse et de mélancolie.
Chaque soir, à l’heure du dîner, Belle et la Bête se retrouvent. Ils apprennent à se découvrir, à se dompter comme deux étran- gers que tout oppose. Alors qu’elle doit repousser ses élans amoureux, Belle tente de percer les mystères de la Bête et de son domaine.
Une fois la nuit tombée, des rêves lui révèlent par bribes le passé de la Bête. Une histoire tragique, qui lui apprend que cet être solitaire et féroce fut un jour un prince majestueux.
Armée de son courage, luttant contre tous les dangers, ouvrant son coeur, Belle va parvenir à libérer la Bête de sa malédiction. Et se faisant, découvrir le véritable amour.

Adaptation du conte de Madame de Villeneuve, publié anonymement en 1740 sous le titre La jeune Américaine et les contes marins.
Le film est présenté hors compétition au Festival de Berlin

-  « Les trois frères, le retour » - Comédie - Date de sortie : 12 février 2014 - Réalisé par : Bernard Campan ,Didier Bourdon - Avec : Didier Bourdon, Pascal Légitimus, Bernard Campan - Durée : 1h46min - Pays de production : France - Année de production : 2013 - Distributeur : Wild Bunch

Critique  : PREMIERE (Christophe Narbonne) __Machine à fric opportuniste à la Bronzés 3 ou sympathique come-back à la Ripoux 3 ? La question se posait à l’annonce de la re-formation des Inconnus, dix-neuf ans après la comédie qui les avait consacrés. La réponse se situe entre les deux : produit cyniquement calibré pour le marché, Les 3 Frères : Le Retour laisse cependant filtrer une réelle complicité entre les acteurs, tout à la joie de se retrouver et de jouer à fond la carte de la nostalgie. Du remake de la scène de défonce du premier épisode à la parodie d’un jeu de télé-réalité faisant écho aux détournements des Inconnus, le film tente, en y parvenant sporadiquement, de renouer avec le mauvais esprit touchant des débuts. C’est sa (moindre) qualité et, hélas aussi, sa limite.

Note de la presse : 1.9/5

Note du public : /5

Synopsis  : Ils sont trois, Ils sont frères, Ils sont de retour. 15 ans après, Didier, Bernard et Pascal sont enfin réunis... par leur mère... Cette fois sera peut-être la bonne.
Suite du film Les Trois Frères des Inconnus.

TELERAMA N’ A PAS DONNE D’AVIS, A VOUS DE JUGER

-  « Brasserie Romantiek » - Comédie dramatique - Date de sortie : 12 février 2014 - Réalisé par : Joël Vanhoebrouck - Avec : Sara De Roo, Axel Daeseleire, Koen De Bouw - Durée : 1h40min - Pays de production : Belgique - Année de production : 2012 - Titre original : Brasserie Romantiek - Distributeur : Chamade Distribution

Critique  : aVoir-aLire.com par Bruno Rit _ Sii la diversité des différentes histoires filmées laissait supposer une certain cadence, Brasserie Romantiek souffre d’un terrible problème de rythme, faute à des situations pas toujours crédibles et, surtout, très répétitives.

Note de la presse : 1.0/5

Note du public : /5

Synopsis  :
La Brasserie Romantique est un établissement renommé. Il est dirigé par Pascaline et son frère, Angelo, en est le chef. Ce soir, c’est la Saint-Valentin et le restaurant affiche complet. Chaque couple qui a réservé une table espère que l’amour sera au rendez-vous.
Durant cette soirée si particulière, rien ne se passe pourtant comme prévu. Pour les clients dans la salle, côté scène, comme en cuisine, dans les coulisses. Les couples se forment ou se séparent et les masques tombent...

D’après le film de 1987.