Café cinéma _ LE GENRE : La Science Fiction

  • Mis à jour : 14 juin 2014

CAFE CINEMA

LE GENRE : SCIENCE FICTION

La science-fiction est un genre cinématographique structuré par des hypothèses sur ce que pourrait être le futur ou ce qu’aurait pu être le présent (Dr. Folamour) , voire le passé (planètes éloignées, mondes parallèles, uchronie, etc.), en partant des connaissances actuelles (scientifiques, technologiques, ethnologiques, etc.).

Elle se distingue du fantastique qui inclut une dimension inexplicable et de la fantasy qui fait souvent intervenir la magie.

Nous aborderons le sujet sous trois aspects :
-  L’histoire du cinéma de la science - fiction
-  Une tentative de classification en sous - genres
-  Les thèmes abordés par la science-fiction au Cinéma

1. SCIENCE FICTION AU CINEMA : ELEMENTS D’HISTOIRE

La science-fiction est un des genres majeurs du cinéma, soit sous la forme d’adaptations d’oeuvres littéraires, soit sous la forme de créations originales.

2.1 Début du cinéma

Il est d’usage de faire du film « Le Voyage dans la Lune » (1902) de Georges Méliès le premier film de science-fiction, mais cette bande relève davantage de la fantaisie et du burlesque que de l’anticipation scientifique. C’est « Métropolis » de Fritz Lang qui fit date en 1927.

2.2 De 1920 à 1930

Autour des années 1920 et 1930, on relève quelques exemples plus curieux que convaincants :
-  « La cité foudroyée » de Luiz-Morat,
Synopsis : Pour sauver son père de la ruine, une jeune fille promet d’épouser celui de ses prétendants qui lui apportera la plus grosse fortune. (Le thème de Victor Hugo dans les travailleurs de la mer) L’un d’eux, jeune ingénieur méprisé par l’Académie des sciences, parvient à dompter la foudre et menace de détruire Paris si le conseil municipal ne lui remet pas une rançon importante.

-  « Aelita » de Yacov Protazanov,
Synopsis  : L’histoire débute en décembre 1921. Un mystérieux message est envoyé aux radios du monde entier, simplement trois mots : « Anta ! Adeli ! Uta ! » que les spécialistes ne peuvent déchiffrer. Ce message plonge l’ingénieur Los dans des rêves martiens où apparaissent la reine Aelita, son prétendant Gor (maître de l’énergie), sa servante Ihoshka et son père Tuskub qui dirige en fait l’ETat totalitaire martien. Sur terre, on suit la femme de Los, Natacha qui travaille dans un centre d’accueil des réfugiés Sur Mars, Aelita convainc Gor de lui montrer des images de la Terre, mais Gor craint Tuskub qui ne veut pas qu’Aelita ait accès au télescope. Elle y parvient grâce à sa servante Ihoshka. Elle y découvre un humain, Los, dont elle tombe amoureuse. .

-  « La femme sur la Lune » (1929) de Fritz Lang
Synopsis : Le professeur Manfeldt se fait ridiculiser par ses confrères alors qu’il prétendait qu’il existait des mines d’or sur l’astre lunaire. Trente ans plus tard, Wolf Helius souhaite construire une fusée pour aller sur la Lune. Friede Velten et l’ingénieur Hans Windegger sont intéressés par ce projet. Un groupement financier contrôlant le marché de l’or impose sa participation à leur expédition.


La Femme sur la Lune ( bande annonce musique... par love_marie

-  « La vie future » (1936) de William Camerone Menziès
Synopsis : En 1936, malgré les mises en garde de pacifistes comme John Cabal, une Seconde Guerre mondiale est déclarée. La métropole d’Everytown, en Angleterre, n’est pas épargnée par les combats et Cabal a tout juste le temps de quitter la région. 1966. Les violents affrontements n’ont laissé que ruines à Everytown et la ville est dirigée par le Patron, un homme aux pouvoirs et à l’influence redoutable. C’est à ce moment que Cabal reparaît aux commandes d’un astronef. Détenteur d’une nouvelle technologie, il parvient à l’imposer à ses contemporains malgré les tentatives du Patron pour l’en empêcher. 2036. L’humanité a atteint un nouveau stade de développement.


Things to come : 10 ; 1936-2037 par fuzz59

2.3 Les années 1950

En fait, la science- fiction en tant que genre naquit véritablement aux Etats- Unis.La guerre froide battait son plein, l’angoisse d’un nouveau conflit, la peur de l’arme atomique et de séquelles imprégnaient profondément une production circonvenue par des extraterrestres inquiétants ou hantée par la menace de mutations et de destructions.

-  « Destination Lune  » (1950) , film américain de George Pal
Synopsis : Un scientifique et un militaire américains, le docteur Cargraves et le général Thayer, travaillent sur un projet de conquête de la Lune. Pour financer le développement d’une fusée à propulsion nucléaire et la construction d’une base de lancement, ils s’assurent le concours de grands industriels du secteur privé, en faisant jouer leur fibre patriotique. Ils triompheront de tous les obstacles (notamment l’émotion que soulève dans le public le risque de contamination radioactive) pour mener à bien leur projet.

-  « Le Jour où la Terre s’arrêta » de Robert Wise (1951).(remake en 2008 par Scott Derrickson)
Synopsis : Un engin extraterrestre de forme discoïde fait sensation en atterrissant en plein centre de Washington. Le pilote, Klaatu, sort et annonce qu’il vient en paix. Mais un soldat perd son sang froid, tire et le blesse au bras. Apparaît alors le robot humanoïde Gort, qui émet un rayon désintégrateur annihilant les armes déployées tout autour. Klaatu demande à rencontrer les chefs d’Etat terriens afin d’assurer la paix dans l’univers.


Le jour où la terre s'arrêta - trailer par moidixmois

Cette période florissante s’acheva avec les premières réussites spatiales soviétiques (1957) et l’annonce de la détente Est-Ouest. Il fallut attendre la fin des années 1960 pour constater un renouveau du genre grâce notamment aux effets spéciaux. On vit naître une SF adulte qui projeta sur le futur les inquiétudes d’aujourd’hui

2.4 Les années 1960 - 1980

-  « Le voyage fantastique » (1966) de Richard Fliecher explora l’extrémité microscopique des deux infinis ;
Synopsis : Les Etats-Unis et l’Union soviétique ont chacun développé une technologie qui permet à la matière d’être miniaturisée grâce à un procédé qui rétrécit chaque atome séparément, mais d’un intérêt limité car les objets reviennent à leur taille initiale après 60 minutes au plus. Jan Benes, un scientifique travaillant derrière le rideau de fer, a découvert comment rendre le rétrécissement permanent. Avec l’aide de la CIA, le scientifique passe à l’ouest, mais un attentat le laisse plongé dans un coma profond avec un caillot de sang dans le cerveau. Le gouvernement des Etats-Unis est impatient de sauver sa vie afin qu’il puisse partager le secret de la miniaturisation illimitée. Pour
résorber le caillot, un groupe de scientifiques comprenant Grant, le capitaine Bill Owens, le Dr. Michaels, le Dr. Peter Duval et son assistante, Cora Peterson, prennent place à bord du « Proteus », un sous-marin miniaturisé puis injecté dans Benes


Le voyage fantastique ;1 in corpus par fuzz59

-  « 2001, l’Odyssée de l’espace » (1968) de Stanley Kubrick, aussi somptueux qu’énigmatique, ouvrit la voie du space opéra, l’épopée de l’espace. 2001, l’Odyssée de l’espace retrace, à travers différentes époques, le rôle joué par une intelligence inconnue dans l’évolution de l’humanité. Quatre époques de l’humanité :
-  L’aube de l’humanité.
-  Des vaisseaux dans l’espace.
-  La mission Jupiter.
-  Jupiter et au-delà de l’infini.

Parallèlement, les films de Steven Spielberg et la fameuse série de space opéra des « Star Wars » (1977) de George Lucas développèrent une production à destination d’un public jeune.

2.5 Les années 1990 et post 2000
A la fin des années des années 1990, le genre évoluait vers le film catastrophe interplanétaire due :

/A une invasion des extra-terrestres :

Avec « Independence Day » de Michael Bay
Synopsis : Le 2 juillet, un radiotélescope du programme SETI capte des ondes émises par un OVNI démesuré qui s’est immobilisé en orbite terrestre. Peu après, de gigantesques vaisseaux entrent dans l’atmosphère et prennent position au-dessus des diverses mégapoles mondiales. Washington (district de Columbia), le Président des Etats-Unis s’interroge sur la conduite à tenir. Ce dernier décide alors de l’évacuation générale, mais il est trop tard : de chacun des vaisseaux surgit un rayon qui détruit instantanément les villes. Le lendemain, ces dernières ne sont que ruines et désolation, et le nombre de victimes est très lourd... Entre alors en scène Steven Hiller (Will Smith), Capitaine de l’US Air Force.

Mais aussi sa parodie « Mars attacks ! » de Tim Burton
Synopsis : Des milliers de soucoupes volantes en provenance de la planète Mars se dirigent vers la Terre. L’événement provoque les réactions les plus diverses sur la population mondiale : alors que certains les pensent pacifiques (allant même croire qu’ils sont venus pour les sauver) d’autres pensent qu’ils sont hostiles et qu’ils représentent un danger pour l’humanité. Le président des Etats-Unis, quant à lui, suivant les conseils de ses collaborateurs, décide d’accueillir les Martiens avec un tapis rouge pensant qu’ils sont venus en paix. Mais lorsque ceux-ci débarquent sur notre planète les choses ne se passent pas comme prévu.


Mars attack ; l'arrivée des ET par fuzz59

B/ A un phénomène naturelle comme la collision d’une météorite géante avec la Terre :
-  « Armageddon  » (1998) de Michael Bay.
Synopsis : Alors qu’elle se trouve en mission en orbite terrestre, la navette Atlantis est détruite par une pluie de météorites qui termine sa course sur New York. Ceci est le prélude d’une catastrophe majeure : un astéroïde de la taille du Texas s’écrasera sur Terre dans exactement 18 jours. Dan Truman, directeur des opérations de vol à la NASA, envisage la mission de la dernière chance : envoyer des astronautes sur l’astéroïde pour qu’ils y creusent un puits dans lequel sera insérée une charge nucléaire. Pour ce faire, il fait appel à Harry Stamper, le plus grand spécialiste en forage pétrolier. Mais ce dernier, ainsi que ses hommes, n’ont aucune notion d’astronautique...

C/ A une catastrophe environnementale.
Dans les années post-2000, la prise de conscience de la sauvegarde de la nature et la crainte qui pèse sur les changements climatiques et la perte des ressources naturelles a fait naître une autre mode de SF.

« Mad Max » (1979) de George Miller en est les prémices dès les années 90.
Synopsis : Dans un futur proche, les grandes nations sont entrées en guerre pour le pétrole ; exaspérées par la situation de crise, les populations se sont révoltées, les nations essaient de maintenir un semblant d’ordre tandis que des bandes de délinquants sillonnent les routes
.


" Mad Max " la fin du film Australien, sortie... par DIRECTVISION1

Viennent ensuite, l’influence des changements climatiques dus aux problèmes d’environnement comme le « Le jour d’après » (2004) de Roland Emmeriche
Synopsis : Des dérèglements climatiques importants se produisent sur la planète : trois hélicoptères de la RAF, piégés dans l’oeil d’un cyclone, s’abattent car la température glaciale (-150 °F ou -101°C) a gelé leurs rotors ainsi que le carburant. Dans le même temps, des grêlons frappent Tokyo, de gigantesques tornades détruisent Los Angeles et New York est noyée sous les eaux qui finissent par geler pour transformer la ville en une gigantesque banquise.
.

Voire même «  Les Bêtes du Sud Sauvage  »(2012) de Benh Zeitlin primé au F5C 2013.
Synopsis : Un jour, une violente tempête provoque la montée des eaux, mettant en péril leurs vies déjà fort précaires. Les changements climatiques ont libéré des aurochs auparavant prisonniers des glaces polaires qui migrent jusqu’en Louisiane. Elle mène, grâce à une force de caractère instillée par l’éducation à la dure de son père, un combat quotidien de survie et de débrouillardise, mais cherche aussi des réponses affectives auprès de personnes rencontrées au gré de son errance.

2. SOUS GENRES

Comme on peut le constater, la SF n’a pas toujours les mêmes inspirations et pas toujours la même forme de traitement des sujets. Aussi les cinéphiles ont tentés de classer par sous-genres (c’est une manie aussi en musique) les productions.

2.1 Hard science-fiction

La hard SF est une forme de narration de l’imaginaire qui se construit autour de la science établie ou de son extrapolation prudente. Ceci pourrait être le lot de « Fahreneith 451 » et de « Mad max »

2.2 Voyage dans le temps
Le voyage dans le temps peut être un genre à part entière, ou l’un des thèmes d’une oeuvre. Ce genre peut amener à des réflexions sur certains événements historiques lorsque, par exemple, un personnage crée l’histoire qu’il voulait en fait observer, Le classique du genre est « La Machine à explorer le temps » (1960) de Georges Pall
Synopsis : Un scientifique vivant à l’époque victorienne fabrique une machine à voyager dans le temps et voyage loin dans le futur. Il s’aperçoit alors que la race humaine s’est divisée en deux espèces, une vivant à la surface, et l’autre sous terre. (Métroplis) Quand sa machine est volée par le peuple souterrain cannibale, il doit risquer sa vie pour retourner dans son époque.

ou « Retour vers le futur » (1985) de Robert Zemeckis
Synopsis 1985. Le jeune Marty McFly mène une existence anonyme auprès de sa petite amie Jennifer, seulement troublée par sa famille en crise et un proviseur qui serait ravi de l’expulser du lycée. Ami de l’excentrique professeur Emmett Brown, il l’accompagne un soir tester sa nouvelle expérience : le voyage dans le temps via une De Lorean modifiée. La démonstration tourne mal : des trafiquants d’armes débarquent et assassinent le scientifique. Marty se réfugie dans la voiture et se retrouve transporté en 1955. Là, il empêche malgré lui la rencontre de ses parents, et doit tout faire pour les remettre ensemble, sous peine de ne pouvoir exister...

2.3 Uchronie
L’uchronie prend comme point de départ une situation historique existante et en modifie l’issue pour ensuite imaginer les différentes conséquences possibles. On peut retrouver là les « Bêtes du sud Sauvage »

2.4 Cyberpunk
L’appellation cyberpunk apparue dans les années 1980, désigne un sous genre de l’anticipation, elle-même sous genre de la science-fiction, décrivant un monde futuriste de manière négative. Le cyberpunk met souvent en scène un futur proche, avec une société technologiquement avancée (notamment pour les technologies de l’information et la cybernétique). « Blade Runner », film américain de science-fiction, réalisé par Ridley Scott et sorti en 1982. Il se situe à Los Angeles en 2019 et met en scène Rick Deckard, interprété par Harrison Ford, un ancien policier qui reprend du service pour traquer un groupe de réplicants, robots créés à l’image de l’Homme, menés par l’énigmatique Roy Batty (interprété par Rutger Hauer).

2.5 Space opera
Les récits de space opera articulent leur intrigue autour de voyages interplanétaires ou interstellaires. Dans ces récits, les théories d’astrophysique croisent les protocoles des récits d’aventures maritimes et en reprennent généralement le lexique (vaisseau, flotte, etc.). Une part non négligeable de ces récits relève également de la science-fiction militaire. Ces récits, où la possibilité des déplacements à très longue distance est centrale, permettront le développement du thème d’empire interstellaire ou galactique. « 2001, Odyssée de l’espace » et « Stars War  »

2.6 Planet opera
Les récits de planet opera ont pour décor une planète étrangère aux caractéristiques déroutantes et mystérieuses que les principaux personnages ont pour mission d’explorer et de découvrir sous tous ses aspects (faune, flore, ressources). « Avatar  » de Camerone (2009)
Synopsis : Malgré sa paralysie, Jake Sully, un ancien marine immobilisé dans un fauteuil roulant, est resté un combattant au plus profond de son être. Il est recruté pour se rendre à des années-lumière de la Terre, sur Pandora, où de puissants groupes industriels exploitent un minerai rarissime destiné à résoudre la crise énergétique sur Terre. Parce que l’atmosphère de Pandora est toxique pour les humains, ceux-ci ont créé le Programme Avatar, qui permet à des " pilotes " humains de lier leur esprit à un avatar, un corps biologique commandé à distance, capable de survivre dans cette atmosphère létale. Ces avatars sont des hybrides créés génétiquement en croisant l’ADN humain avec celui des Na’vi, les autochtones de Pandora.
Sous sa forme d’avatar, Jake peut de nouveau marcher. On lui confie une mission d’infiltration auprès des Na’vi, devenus un obstacle trop conséquent à l’exploitation du précieux minerai. Mais tout va changer lorsque Neytiri, une très belle Na’vi, sauve la vie de Jake...

3. SCIENCE FICTION : LES THEMES ABORDES

Les principaux thèmes abordés le sont souvent en rapport avec la situation ressenti au moment de la production :

-  La conquête de l’espace : « La conquête de l’espace »* (1955) de Byron Asquin
Tandis que la lune tourne autour de la terre, la station spatiale "la roue" tourne autour de la lune. C’est de là que devra partir l’expédition à la découverte de la planète Mars.
« Solaris » (1972) d’Andreï Tarkovski
Synopsis : Depuis sa découverte, la planète Solaris représente le plus grand mystère auquel l’humanité ait jamais été confrontée. La seule forme de vie qui s’y trouve est un océan de matière protoplasmique qui en recouvre toute la surface. Selon une théorie, cet océan serait une créature intelligente, un gigantesque cerveau à l’échelle de la planète. Malgré de nombreuses recherches, aucun contact avec cette créature n’a pu être établi. Après bien des années à explorer l’espace, les terriens avaient enfin découvert une autre forme de vie intelligente mais aucune communication ne semble possible avec elle. La solaristique, la science qui étudie l’océan de Solaris, traverse une crise grave. La gigantesque station d’observation conçue à l’origine pour accueillir plus de quatre-vingt personnes n’héberge plus aujourd’hui qu’un contingent réduit de trois scientifiques et on envisage même de la fermer définitivement.


La conquéte de l'espace (1955) - 1 par sourigo

-  Les extraterrestres hostiles

« La chose d’un autre monde » (1951) de Christian Nilby, (repris en 2010 avec « The Thing » )
Synopsis : Des scientifiques découvrent un vaisseau spatial prisonnier de la banquise arctique. En tentant de l’en extraire à l’aide de bombes thermiques, ils le détruisent. Néanmoins, ils décèlent sous la glace un corps extraterrestre. Ils ramènent à leur base le spécimen, figé dans un bloc de glace. Lorsque ce dernier fond accidentellement, libérant du même coup « la chose », toute la population de la base est menacée.

-  « Les soucoupes volantes attaquent » (1956) de Fred F. Sears
Pendant les années 1950 les apparitions d’objets volants non identifiés se multiplient à travers le monde. Un jour, alors qu’ils circulent en voiture pour se rendre à la base où ils travaillent sur un projet de lancement de fusées d’observation, le docteur Russel A.Marvin et sa jeune épouse Carol sont survolés à leur tour par une soucoupe volante qui finit par disparaître.


les soucoupes volantes attaquent-1 par sourigo

Des extraterrestre acceptés,

«  E.T. l’extra-terrestre  » (1982) de Steven Spielberg
Un appareil extraterrestre atterrit en pleine nuit dans les environs de Los Angeles. Ses occupants, botanistes, envoyés sur Terre en mission d’exploration, recueillent quelques plantes. L’un d’eux s’éloigne du groupe et explore la forêt avant de s’arrêter, fasciné par les lumières de la ville au loin. C’est sa première découverte de la civilisation humaine.
Mais un groupe d’hommes en voitures débarque et traque la créature qui tente alors de rejoindre ses semblables. Ces derniers, évitant le contact avec les humains, font décoller le vaisseau et quittent la planète en toute hâte. L’extraterrestre désormais seul et apeuré arrive à se frayer un chemin vers un quartier résidentiel où vit une famille en crise : Mary, mère divorcée et ses trois enfants Elliot, Michael et Gertie.

et « Rencontre du troisième type » (1978) de Richard Dreyfus
Mexique. Le scientifique français Claude Lacombe et son interprète américain David Laughlin découvrent de vieux avions de guerre en plein désert de Sonora. D’autres faits étranges se produisent sur la surface de la planète comme un cargo disparu en 1925 retrouvé en plein désert de Gobi. Lacombe et son équipe se rendent au Dharmsala, en Inde, pour étudier une série de cinq notes chantées par la foule. Plus tard, un télescope appartenant à un complexe top-secret enregistre des signaux provenant de l’espace qui seraient des coordonnées terrestres. Il ne fait plus de doute pour le scientifique français qu’une forme intelligente extraterrestre tente de communiquer avec notre civilisation.

- La crainte d’une société tyrannique qu’elle soit le fait

A/ des hommes :
-  « Orange mécanique  » (1971) de Stanley Kubrick
Au XXIème siècle, où règnent la violence et le sexe, Alex, jeune chef de bande, exerce avec sadisme une terreur aveugle. Après son emprisonnement, des psychanalystes l’emploient comme cobaye dans des expériences destinées à juguler la criminalité...


Orange Mecanique Extrait Début par chloegc

-  « Fahrenheit 451 » (1966) de François Truffaut ;
Dans un pays indéfini, à une époque indéterminée, la lecture est rigoureusemen interdite : elle empêcherait les gens d’être heureux. La brigade des pompiers a pour seule mission de traquer les gens qui possèdent des livres et de réduire ces objets en cendres. Guy Montag, pompier zélé et citoyen respectueux des institutions, fait la connaissance de Clarisse, une jeune institutrice qui le fait douter de sa fonction. Peu à peu, il est à son tour gagné par l’amour des livres


Fahrenheit 451 par montag01

B/ des robots devenus incontrôlables  :
-  « Matrix » (1999) des frères Wachowski qui raconte la prise de pouvoir des machines sur les hommes et c’est ironiquement un film qui accumule des images conçues par ordinateurs.
Thomas A. Anderson, un jeune informaticien connu dans le monde du hacking sous le pseudonyme de Néo (Préfixe grec signifiant « nouveau » et anagramme de (The) One en anglais, signifiant « l’élu » ), est contacté via son ordinateur par ce qu’il pense être un groupe de hackers informatiques. Ils lui font découvrir que le monde dans lequel il vit n’est qu’un monde virtuel dans lequel les êtres humains sont gardés sous contrôle. Morpheus, le capitaine du Nebuchadnezzar, contacte Néo et pense que celui-ci est celui qui peut libérer les êtres humains du joug des machines et prendre le contrôle de la matrice (selon ses croyances et ses convictions).

- « Alphaville » (1965) de Jean Luc Godard
1984. Alphaville, capitale d’une lointaine galaxie. Lemmy Caution, célèbre agent secret, vient faire un reportage sur Alpha 60, robot dictateur. Civilisation du conditionnement et de la dépersonnalisation. Les rares intellectuels sont condamnés à la vie de ghetto, les affectifs sont condamnés à mort. Lemmy Caution arrivera à fuir cette dictature technique en entraînant avec lui la fille du maître d’Alphaville, la belle Natacha. vient enquêter sur Von Braun, maître tout puissant d’Alphaville, capitale d’une galaxie lointaine. Caution va essayer d’entraîner avec lui la fille du dictateur, Natacha, loin de cet enfer où les sentiments et les idées ont été bannis.

-  Les mutations provoquées par la fission de l� ??atome ou les manipulations génétiques chez l� ??animal et chez l� ??homme :

Parmi les films reprenant ce thème il faut évidemment évoquer dans mes années 50, - « Godzilla » (1954), de Ishirō Honda
Une série de catastrophes maritimes défraie la chronique japonaise. Le responsable est une créature gigantesque et radioactive surgit du fond de l’Océan Pacifique. Le monstre fait route vers Tokyo, semant la mort et la destruction dans un Japon d’après-guerre déjà traumatisé par les bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Au même moment, le docteur Serizawa crée l’Oxygen Destroyer, une invention destinée à annihiler toute forme de vie sous-marine dans un grand rayon d’action. Ogata et Emiko tentent de convaincre le scientifique d’utiliser l’invention contre le monstre, mais ce dernier refuse que sa création soit utilisée à des fins militaires...

« La Planète des singes  » (1968) de Franklin J. Schaffner repris en 2008 par Tim Burton
Parti en 19721, l’engin spatial américain Icare, avec à son bord quatre membres d’équipage traverse l’espace à une vitesse proche de la vitesse de la lumière. Au terme d’un voyage de 18 mois, le vaisseau s’écrase en l’an 3978 sur une mystérieuse planète, au coeur d’une région désertique. Les trois survivants du crash, le capitaine George Taylor, ainsi que les lieutenants John Landon et Thomas Dodge, découvrent très vite que ce monde est peuplé d’hommes primitifs dominés par une race de singes très évolués. Bientôt, Dodge est abattu par les singes, Landon capturé, de même que Taylor, de surcroît blessé à la gorge. Deux scientifiques, Zira et Cornélius, s’intéressent de près à Taylor.


la planete des singes 1968 part1 par MoonwalkerEO

-  « Jurassic Park » (1993) de Steven Spielberg
Ne pas réveiller le chat qui dort... C’est ce que le milliardaire John Hammond aurait dû se rappeler avant de se lancer dans le "clonage" de dinosaures. C’est à partir d’une goutte de sang absorbée par un moustique fossilisé que John Hammond et son équipe ont réussi à faire renaître une dizaine d’espèces de dinosaures. Il s’apprête maintenant avec la complicité du docteur Alan Grant, paléontologue de renom, et de son amie Ellie, à ouvrir le plus grand parc à thème du monde. Mais c’était sans compter la cupidité et la malveillance de l’informaticien Dennis Nedry, et éventuellement des dinosaures, seuls maîtres sur l’île...

-  La peur du désastre écologique, de la catastrophe atomique, de la fin du monde.

« Malvil  » de Christian de Chalonge (1982)
Synopsis : Vivant avec leur famille dans un petit bourg campagnard du centre de la France nommé « Malevil », le maire, le pharmacien, des cultivateurs, commerçants, une vieille femme et un simple d’esprit se réunissent dans une grande cave viticole pour débattre d’un banal sujet administratif, un beau jour ensoleillé à la fin de l’été. Soudain, le petit poste de radio qu’écoute le benêt ne capte plus aucune fréquence. Quelques instants plus tard, une considérable explosion retentit ainsi qu’un violent et long éclair qu’ils aperçoivent sous la porte d’entrée. Le bruit, la chaleur intense, l’humidité qui suinte des murs les assomment tous. Sortant de leur léthargie, ils contemplent leur nouvel univers où rien ou presque ne subsiste. Dès lors, ils vont devoir aborder une nouvelle existence faite d’ isolationnisme et de violence.

CONCLUSION

Comme dans les contes de fée d’autrefois, ce genre qui apparaît comme le comble du divertissement nous ramène implacablement à nous-mêmes e à nos angoisses. N’est-ce pas l’envers pessimiste de notre monde que nous contemplons dans ces ailleurs désolés ?