Sorties cinema du 27 novembre 2013

  • Mis à jour : 5 mars 2016

Critiques tirées de Télérama et autres magazines dont Allociné et Première

Sorties du 27 novembre 2013

TELERAMA AIME PASSIONEMENT

Cotation 5/5

-  « The immigrant » - Drame - Date de sortie : 27 novembre 2013 Réalisé par : James Gray - Avec : Marion Cotillard, Joaquin Phoenix, Jeremy Renner - Durée : 1h57min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2013 - Distributeur : Wild Bunch

Critique  : StudioCiné Live (Thierry Chèze) -
The immigrant ne bascule jamais dans le tire-larmes. Presqu’à l’excès d’ailleurs. Car on ressort du film incontestablement moins bouleversé que des précédentes oeuvres de James Gray. Comme si le cinéaste avait bâti des barrières infranchissables pour se protéger de ses propres émotions inhérentes au fait de parler par ricochet de sa famille ou de tourner dans un lieu aussi chargé d’histoire (et habituellement interdit aux caméras) qu’est Ellis Island. Mais ce parti pris n’empêche pas The immigrant de vous poursuivre longtemps après être sorti de la salle.

Note de la presse : 3,6/5

Note du public : 3.5/5

Synopsis : 1921. Ewa et sa soeur Magda quittent leur Pologne natale pour la terre promise, New York. Arrivées à Ellis Island, Magda, atteinte de tuberculose, est placée en quarantaine. Ewa, seule et désemparée, tombe dans les filets de Bruno, un souteneur sans scrupules. Pour sauver sa soeur, elle est prête à tous les sacrifices et se livre, résignée, à la prostitution. L’arrivée d’Orlando, illusionniste et cousin de Bruno, lui redonne confiance et l’espoir de jours meilleurs. Mais c’est sans compter sur la jalousie de Bruno..

TELERAMA AIME BEAUCOUP

Cotation 4/5

-  « Amazonia » -Documentaire - Date de sortie : 27 novembre 2013 - Réalisé par : Thierry Ragobert - Durée : 1h23min - Pays de production : France - Année de production : 2012 - Titre original : Amazonia - Distributeur : Le Pacte

Critique  : Elle (Jeanne Pouget)
Oiseaux colorés, prédateurs majestueux, herbivores étranges ou espèces méconnues, « Amazonia¬ », ce sont des milliers d’espèces animales et végétales filmées dans un décor de 6 millions de mètres carrés. Avec la 3D, on plonge dans un spectacle grandiose fait de jeux de lumière, et on se laisse emporter par la musique de Bruno Coulais comme un papillon dans le courant du vent !
Excellente photographie et très bonne prise de vues de Christophe Pottier, déjà opérateur sans Microcosme et Océnas de Jacques Perrin.

Note de la presse : 3.4/5

Note du public : 3.7/5

Synopsis  : A la suite d’un accident d’avion, un jeune singe capucin né en captivité se retrouve brutalement seul et désemparé au coeur de la forêt amazonienne. Il va devoir apprendre à se protéger de la férocité implacable d’une nature toute puissante. Sans repères et confronté aux mille et un périls de l’immensité verte, il lui faudra s’adapter à cet univers inconnu, grouillant, foisonnant, souvent merveilleux mais aussi étrange et hostile. Héros d’une extraordinaire aventure qui lui fera affronter non seulement ses semblables mais aussi des prédateurs redoutables, des végétaux toxiques et l’Amazone en crue, il va entamer un long voyage qui lui permettra de découvrir enfin sa seule chance de survie : une place parmi les siens...

-  "La Marche " - Comédie dramatique - Date de sortie : 27 novembre 2013 - Réalisé par : Nabil BEN YADIR - Avec : Olivier Gourmet, Tewfik Jallab, Vincent Rottiers - Durée : 2h- Pays de production : France - Année de production : 2013- Distributeur : EuropaCorp

Critique  : Le Parisien Par Pierre Vavasseur - Scénario efficace, personnages bien dessinés, montée en puissance des relations entre eux, tout concourt ici à parler aux 81 % de jeunes d’aujourd’hui qui n’avaient jamais entendu parler de cet événement.

Note de la presse : 3,2/5

Note du public : 2.6/5

Synopsis : En 1983, dans une France en proie à l’intolérance et aux actes de violence raciale, trois jeunes adolescents et le curé des Minguettes lancent une grande Marche pacifique pour l’égalité et contre le racisme, de plus de 1000 km entre Marseille et Paris. Malgré les difficultés et les résistances rencontrées, leur mouvement va faire naître un véritable élan d’espoir à la manière de Gandhi et Martin Luther King. Ils uniront à leur arrivée plus de 100 000 personnes venues de tous horizons, et donneront à la France son nouveau visage.

-  "L’escale" - Documentaire - Réalisé par :Kaveh Bakhtiari - Avec :Kaveh Bakhtiari - Durée : 1h40min - Pays de production : France Suisse - Année de production : 2013 - Distributeur : Epicentre Films

Critique  : Télérama (Blottière Mathilde) - Le réalisateur décline l’invitation et s’installe avec son cousin et d’autres clandestins dans la « pension » : une vieille buanderie transformée en appartement refuge dans la banlieue d’Anthènes. Il y restera près d’un an. (...) L’Escale rend palpable l’intensité extraordinaire des liens qui s’y nouent. Dans la salle de la Quinzaine, après le passage de ce film clandestin, on sentait comme une féroce envie de faire tomber les frontières.

Note de la presse : 4.2

Note du public : 3.4

Synopsis  : A Athènes, le modeste appartement d’Amir, un immigré iranien, est devenu un lieu de transit pour des migrants qui, comme lui, ont fait le choix de quitter leur pays. Mais la Grèce n’est qu’une escale, tous espèrent rejoindre d’autres pays occidentaux. Ils se retrouvent donc coincés là, chez Amir, dans l’attente de papiers, de contacts et du passeur à qui ils confieront peut-être leur destin..

-  « La sorcière dans les airs » - Film d’animation - Courts métrages -
Réalisé par :Alicja Jaworski - Durée : 50min - Pays de production : Lettonie Suède Grande-Bretagne - Année de production : 2012 Titre original : Room on the Broom
Distributeur : Les Films du Préau

Critique  : A voir à lire (Nicolas Lochon) - Un film pour tout petits, bien éloigné des DreamWorks et autres Disney habituels, qui va droit au but : la mise en images de thèmes chers aux chérubins.

Note de la presse : 3.7/5

Note du public : 3.2/5

Synopsis  : Programme de trois courts-métrages :

- Juste un petit peu d’Alicja Jaworski (9’) : Aux premiers beaux jours , un cochon s’en va gaiement vers le lac. Sur le chemin, il rencontre un hérisson avec qui personne ne veut jouer parce qu’il n’a pas assez de piquants, une corneille au bec juste un petit peu trop long, un agneau vert et un veau couvert de pois blancs. En route, cette joyeuse bande d’animaux un peu spéciaux croise un crapaud qui propose à chacun d’exaucer son voeu le plus cher.

- Un jour merveilleux de Nils Skapans (15’) : Un jour comme les autres se transforme en une fantastique aventure pour un chat et sa maîtresse.

- La sorcière dans les airs de Max Lang et Jan Lachauer (26’) : Une gentille sorcière et son chat campent près d’un lac. La sorcière concocte joyeusement des potions avec ce qu’elle trouve autour d’elle. Quand elle ajoute des champignons rouges, le chaudron se met à déborder et le bouillon explose. Le bruit réveille alors un dragon qui dormait dans les parages. Comme le temps se gâte, la sorcière et le chat décollent et fendent gaiement les airs sur leur balai. Mais ils ignorent que le dragon s’est lancé à leurs trousses !

A partir de 4 ans

TELERAMA AIME UN PEU

Cotation 3/5

-  "Avant l’hiver " - Drame - Date de sortie : 27 novembre 2013 Réalisé par : Philippe Claudel - Avec : Daniel Auteuil, Kristin Scott-Thomas, Leïla Bekhti, Richard Berry - Durée : 1h43min - Pays de production : France - Année de production : 2012 - Distributeur : UGC Dist

Critique  : Version Femina (Anne Michelet) -
Pour son troisième film comme réalisateur, le scénariste et romancier nous entraîne dans une cruelle enquête sur le désir. Pas le désir charnel au sens propre, mais le désir d’être et d’avoir. Travail des couleurs, précision des cadres et interprétation remarquable de Daniel Auteuil, Kristin Scott Thomas, Richard Berry et Leïla Bekhti font de ce drame trouble un fascinant regard sur un monde rattrapé par ses secrets. Un monde malade de sa représentation, de ses codes et de son apparence.

Note de la presse : 3.1/5

Note du public : 2.6/5

Synopsis : Paul est un neurochirurgien de soixante ans. Quand on est marié à Lucie, le bonheur ne connait jamais d’ombre. Mais un jour, des bouquets de roses commencent à être livrés anonymement chez eux au même moment où Lou, une jeune fille de vingt ans, ne cesse de croiser le chemin de Paul. Alors commencent à tomber les masques : les uns et les autres sont-ils vraiment ce qu’ils prétendent être ? La vie de Paul et Lucie est-elle celle dont ils avaient rêvé ? Qui ment et qui est vrai ? Est-il encore temps, juste avant l’hiver de la vie, d’oser révéler les non-dits et les secrets ? Où sont les monstres et qui sont les anges ?

-  « Cet été là » - Comédie dramatique - Réalisé par :Jim RASH - Avec :Steve Carell , Toni Collette , Allison JANNEY ... - Durée : 1h43min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2013 - Titre original : The way way back - Distributeur : 20th Century Fox

Critique : Ecran Large (Geoffrey Creté) - L’archétype du film indé moderne, feel good movie téléphoné et peuplé de personnages décalés, bloqués entre comique de l’enfance et tragique de la vie. Qu’importe, la formule est d’une tendresse redoutable, portée par des acteurs de haut vol.

Note de la presse : 3,1/5

Note du public : 3.8/5

Synopsis  : Pour Duncan, jeune garçon renfermé et mal dans sa peau, l’été ne s’annonçait pas terrible, coincé entre sa mère, Pam, le compagnon très autoritaire de celle-ci, Trent, et sa fille Steph. Mais heureusement, il y a aussi Owen, le directeur du parc de loisirs Water Wizz. Grâce à son amitié pleine de surprises et de spontanéité,

-  « Hunger Games : l’embrasement - Film d’aventures Action - Date de sortie : 27 novembre 2013 - Réalisé par : Francis Lawrence - Avec : Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson, Liam Hemsworth - Durée : 2h26min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2013 - Titre original : Hunger Games : Catching Fire - Distributeur : Metropolitan - Deuxième volet de la franchise Hunger Games. - Adaptation du roman de Suzanne Collins, Hunger Games : L’Embrasement

Critique  : Ecran Large (Stéphane Argentin)
Ce deuxième volet, avec ses 2h25 au compteur (soit une durée peu ou prou identique à celle du premier film) s’étire en longueur. Si l’on pouvait (dans une moindre mesure) faire le même reproche au roman, celui-ci avait à tout le moins le mérite d’ouvrir une voie royale à un troisième tome qui faisait basculer pour de bon la saga vers le côté obscur (...)

Note de la presse : 3.6/5

Note du public : 4.6/5

Synopsis  : Katniss Everdeen est rentrée chez elle saine et sauve après avoir remporté la 74e édition des Hunger Games avec son partenaire Peeta Mellark.
Puisqu’ils ont gagné, ils sont obligés de laisser une fois de plus leur famille et leurs amis pour partir faire la Tournée de la victoire dans tous les districts. Au fil de son voyage, Katniss sent que la révolte gronde, mais le Capitole exerce toujours un contrôle absolu sur les districts tandis que le président Snow prépare la 75e édition des Hunger Games, les Jeux de l’Expiation, une compétition qui pourrait changer Panem à jamais.

-  "Last Vegas " - Comédie - Date de sortie : 27 novembre 2013 - Réalisé par : Jon Turteltaub - Avec : Michael Douglas, Robert De Niro, Morgan Freeman - Durée : 1h45min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2013 - Distributeur : Universal Pictures France

Critique  :

Note de la presse : 32.5/5
Note du public : 3.5/5

Synopsis  : Billy, Paddy, Archie et Sam sont les meilleurs amis du monde depuis... plus d’une soixantaine d’années. Quand Billy, le dernier célibataire de la bande, se décide enfin à demander sa petite amie d’à peine trente ans (bien évidemment !) en mariage, nos quatre über-seniors prennent la direction de Las Vegas avec la ferme intention de ne rien céder au poids des années et d’enterrer la vie de ce garçon (Qui a dit "vieux" ?) dans les règles de l’art.
leur arrivée sur le Strip, force est de constater que le divertissement de masse a pris le pas sur le temple du cool. Mais le Cirque du Soleil peut bien avoir délogé le Rat Pack, notre quatuor est plus que jamais résolu à faire revivre ses heures de gloire à celle qu’on appelle encore la ville de tous les vices. Duncan va peu à peu s’ouvrir aux autres. Cet été-là, Duncan ne l’oubliera jamais.

-  "Comment j’ai détesté les maths" - Documentaire - Réalisé par :Olivier Peyon - Durée : 1h43min - Pays de production : France - Année de production : 2013 - Titre original : Comment j’ai détesté les maths - Distributeur : Haut et Court

Critique  : La Croix (Arnaud Schwartz) - Puzzle remarquablement construit en dépit de la multitude de thèmes abordés, Comment j’ai détesté les maths évoque l’enseignement de la matière, le plaisir que l’on peut prendre à la transmettre, à la recevoir, les beautés mystérieuses que dissimule sa sèche grammaire. Mais aussi, non sans humour (...)

Note de la presse : 3,5/5
Note du public : 3.4/5

Synopsis  : "Les maths vous ont toujours barbé, vous avez toujours pensé qu’être nul en maths était une fatalité, bref vous les avez toujours détestées ! On aurait pu se contenter d’en rire si elles n’avaient pris une telle place dans notre société : Apple, Google, Goldman Sachs ne sont plus qu’algorithmes et formules mathématiques. Comment les maths en sont-elles arrivées à souffrir d’une telle désaffection au moment même où elles dirigent le monde ?
A travers un voyage aux quatre coins du monde avec les plus grands mathématiciens dont Cédric Villani (Médaille Fields 2010), Jean-Pierre Bourguignon ou Robert Bryant, Comment j’ai détesté les maths nous raconte comment les mathématiques ont bouleversé notre monde, pour le meilleur, et parfois pour le pire."

-  « 25 novembre 1970, le jour où Mishima a choisi son destin » - Drame | Sortie cinéma - Réalisé par :Koji Wakamatsu - Avec : Arata , Shinnosuke Mitsushima , Shinobu Terajima ... - Durée : 2h - Pays de production : Japon - Année de production : 2012 - Titre original : jiketsu no hi : Mishima Yukio to wakamono-tachi - Distributeur : Dissidenz Films

Critique  : Le Monde (Jean-François Rauger) - Les dix dernières années de la vie de l’écrivain Yukio Mishima condensées en quelques séquences stylisées par Koji Wakamatsu, le prolifique cinéaste japonais décédé l’année dernière des suites d’un accident de la circulation, qui laisse derrière lui une oeuvre rageuse, placée sous le signe du sexe et de la politique. Au nom d’un nationalisme radical et meurtri, Mishima s’était spectaculairement donné la mort (...)

Note de la presse : 2.9/5
Note du public :3.0/5

Synopsis  : "Si nous estimons qu’il est si important de vivre avec dignité, comment ne pas accorder la même valeur à la mort ? Aucune mort n’st jamais futile." Yukio Mishima - Le 25 novembre 1970, un homme s’est donné la mort dans le quartier général du commandement de l’armée japonaise à Tokyo. Il laissait derrière lui une longue liste de chef-d’oeuvres littéraires et une controverse qui ne s’est jamais éteinte. Cet homme s’appelait Yukio Mishima, un des romanciers les plus célèbres et les plus respectés du Japon. Avec quatre membres de son armée personnelle, la Tatenokai, Mishima avait pris en otage le commandant du quartier général. S’adressant aux soldats rassemblés dans la cour, il leur demanda de l’aider pour renverser le régime et restaurer le pouvoir de l’Empereur. Lorsque les soldats commencèrent à se moquer de lui, il interrompit son discours et se retira dans le bureau du commandant pour commettre le seppuku, le suicide rituel du samouraï, en s’ouvrant le ventre avant d’être décapité par un de ses hommes. Que voulait exprimer Mishima à travers ses derniers actes ? Qu’a-t-il vu avant de mourir ?

-  « Eka et Natia, chronique d’une jeunesse georgienne » - Drame - Réalisé par : Nana Ekvtimishvili - Avec : Lika Babluani , Mariam Bokeria , Zurab Gogaladze ... - Durée : 1h42min - Pays de production : Géorgie - Année de production : 2013 - Titre original : Grzeli nateli dgeebi / In Bloom - Distributeur : Arizona Films

Critique  : Premiere (Damien Leblanc) - En narrant le parcours de leurs héroïnes sur un rythme monocorde, les cinéastes rendent étrangement froide cette lutte contre la domination masculine et le déterminisme familial. Le salut vient alors des quelques séquences de fête qui proposent une atmosphère plus vibrante et font apprécier à sa juste valeur la photographie d’Oleg Mutu

Note de la presse : 3.3/5
Note du public :3.2/5

Synopsis  : Inséparables, Eka et Natia vivent à Tbilissi, en Géorgie, au lendemain de l’effondrement de l’Union soviétique. A 14 ans, elles vivent le quotidien des jeunes filles de leur âge, dans la rue, à l’école, avec les amis ou la famille. Confrontées à la domination des hommes, elles luttent pour leur liberté avec l’énergie et la force de la jeunesse. Porté par une mise en scène éblouissante et le talent du directeur de la photographie Oleg Mutu, qui collabore régulièrement avec Cristian Mungiu et Sergei Loznitsa, le film est une plongée passionnante au coeur d’un pays meurtri et d’une ville qui reste belle, malgré tout.

-  « Les interdits » - Drame - Réalisé par :Anne Weil - Avec : SoKo , Jérémie LIPPMANN , Vladimir Fridman ... - Durée : 1h40min - Pays de production : France Israël Russie - Année de production : 2013 - Titre original : Les interdits - Distributeur : Pyramide Distribution

Critique  : Premiere (Damien Leblan) - .Inspiré des souvenirs de la coréalisatrice, ce récit explore habilement l’art de la dissimulation et s’interroge sur la notion de communauté. Le choix de délaisser peu à peu le thriller d� ??espionnage au profit d’un drame amoureux sans saveur finit pourtant par figer les personnages d’une reconstitution historique timorée mais instructive.

Note de la presse : 3.3/5
Note du public : 3.4/5

Synopsis  : 1979. Carole et Jérôme ont 20 ans et partent en voyage organisé à Odessa, derrière le rideau fer. Ils sont cousins et se prétendent fiancés. Le jour, simples touristes, ils visitent monuments et musées. Le soir, ils faussent compagnie au groupe et rencontrent clandestinement des refuzniks, Juifs harcelés par le régime soviétique pour avoir voulu quitter le pays. Ils découvrent un monde inconnu, brutal et absurde. Si Carole est animée par l’engagement et le goût du risque, pour Jérôme, la vraie motivation de ce voyage, c’est Carole.

-  « Una noche » - Drame - Réalisé par :Lucy Mulloy - Avec : Naomi Battrick , Jonny Burt , Dariel Arrechaga ... - Durée : 1h30min - Pays de production : Cuba Grande-Bretagne Etats-Unis - Année de production : 2012 - Titre original : Una noche - Distributeur : Outplay)

Critique  : Premiere (Laetitia Pinon) - Quitter Cuba pour Miami. Fuir ou croupir ? Animés par la fureur de vivre, trois jeunes Cubains tentent de résoudre ce dilemme. Un récit brut et touchant.

Note de la presse : 3.5/5
Note du public : 3.4/5

Synopsis  : Cuba, avec ses rues ensoleillées, colorées et animées, à tout d’une île aux décors paradisiaques mais Raúl étouffe dans cette société en proie au désespoir et rêve de commencer une nouvelle vie à Miami. Lorsqu’il est accusé d’avoir agressé un touriste, il n’a plus le choix et doit quitter La Havane. Il supplie Elio, son meilleur ami, de tout abandonner pour l’aider à atteindre les rivages du monde interdit, situés à 140 kilomètres de l’autre côté de l’océan. Mais Elio est partagé entre le désir de protéger sa soeur jumelle et celui de s’enfuir.

-  « Wajma, une fiancée afghane » - Drame - Réalisé par :Barmak AKRAM - Avec : Wajma Bahar , Mustafa Abdulsatar , Hadji Gul - Durée : 1h26min - Pays de production : Afghanistan France - Année de production : 2013 - Titre original : Wajma - Distributeur : ASC Distribution

Critique  : Elle (Florence Ben Sadoun) - Une passion espiègle pendant la première moitié du film entre wajma, la jeune étudiante, et Mustafa. Mais la passion va engendrer l’rréparable quand wajma tombe enceinte et que Mustafa ne la demande pas en mariage. A partir de cet instant, le film bascule et, après nous avoir montré Kaboul plutôt civilisé et loin des clichés habituels, on retombe au Moyen Age. Là-bas, une fille qui salit l’honneur de la famille est plus maltraitée qu’un animal et cela entraîne un déchaînement de violence physique et sociale.

Note de la presse : 3.8/5
Note du public :3.5/5

Synopsis  : Wajma, adolescente afghane vit librement à Kaboul et se prépare à des études supérieures lorsque elle tombe sous le charme de Mustafa, jeune serveur qui semble très amoureux d’elle. Ils se voient clandestinement mais l’idylle devient cauchemar pour Wajma lorsqu’elle découvre qu’elle est enceinte. Si cette grossesse est rendue publique, la honte s’abattra sur toute la famille

TELERAMA N’ AIME PAS MAIS CE N’EST PAS UNE RAISON POUR NE PAS ALLER LE VOIR

Cotation 2/5

-  « Dracula » - Film d’horreur - Réalisé par :Dario Argento - Avec :Thomas Kretschmann , Marta Gastini , Asia Argento - Durée : 1h46min - Pays de production : Italie Espagne Grande-Bretagne - Année de production : 2012 - Titre original : Dario Argento’s Dracula - Distributeur : Panoceanic Films

Critique  : Ecran Large (Stéphane Argentin) - Argento nous livre une version nanarde au possible mais 100% assumée du mythique vampire. Tout ceci manque cependant de mordant.

Note de la presse : 1.5/5
Note du public :2.0/5

Synopsis  : Transylvanie, 1893. Jonathan Harker, jeune bibliothécaire, arrive dans le village de Passo Borgo afin de travailler pour le Comte Dracula, un noble du lieu. Confronté à la personnalité mystérieuse de son hôte, Jonathan ne tarde pas à découvrir la vraie nature du Comte et le danger qu’il représente, notamment pour sa femme, Mina. Alors que les morts violentes s’accumulent, seul Abraham Van Helsing, qui a déjà croisé la route de Dracula, semble à même de pouvoir l’empêcher de poursuivre son sinistre dessein.

Existe en version 3D

TELERAMA N’ A PAS DONNE D’AVIS, A VOUS DE JUGER

-  « Tom le cancre » - Aventure , Famille - Réalisé par Manuel Pradal - Avec Sacha Bourdo, Stéphanie Crayencour, Steve Le Roi - Nationalité Français

Synopsis  : Des enfants de 5 ans s’égarent dans la forêt après que leur maîtresse se soit évanouie en mangeant un fruit sauvage. Ils rencontrent alors un enfant fugueur de 14 ans, Tom le cancre, qui vit dans un chêne centenaire et qui leur propose un marché : il les ramènera à leurs parents quand il leur aura désappris tout ce qu’ils ont appris à l’école. Une classe verte dirigée par un maître cancre ou comment ré-enchanter le monde par la fantaisie et l’impertinence.