bandeau 1 bandeau 2 bandeau 3 bandeau 4 bandeau 5

Cultures & Cinémas

Vous êtes ici : Accueil > EVENEMENTS CINEMA > Les sorties > Sorties 2013 > Sorties cinéma du 18 septembre 2013

Sorties cinéma du 18 septembre 2013

  • Mis à jour : 5 mars 2016

Critiques tirées de Télérama et autres magazines dont Allociné et Première

TELERAMA AIME BEAUCOUP

Cotation 4/5

-  " Elle s’en va" - Comédie dramatique - Réalisé par : Emmanuelle Bercot - Avec : Catherine Deneuve, Nemo Schiffman, Gérard Garouste - Durée : 1h53min - Pays de production : France - Année de production : 2013 - Distributeur : Wild Bunch

Critique  : Télérama (Pierre Murat) - C’est un road movie étrangement décalé que filme Emmanuelle Bercot, réalisatrice rare, auteure de films doucereusement provocants : La Puce (la défloration d’une jeune fille) ou Clément (la passion d’une jeune femme pour un préado). La première heure d’"Elle s’en va" est un mélange étonnant et détonant de cocasserie et de sensibilité. Les personnages fuient sans cesse, ils glissent entre les doigts ; un hasard malin semble les séparer aussi vite qu’il les avait fait se rencontrer. A la fois subtil et abrupt, le montage accentue cette fébrilité, cette sensation d’amarres rompues. Et puis il y a Catherine Deneuve. Etincelante. Qui pleure de chagrin au volant de sa voiture. Qui hurle de rire en écoutant son jeune dragueur la draguer. Qui, entre rire et larmes, sirote une bière en racontant au veilleur de nuit d’un entrepôt de meubles la triste fin de son mari : étouffé par une aile de poulet, le pauvre, et secouru par un médecin dont elle était la maîtresse, lui-même marié à une femme dont le mort était l’amant.- Pierre Murat

Note de la presse : 4.1/5
Note du public : /5

Synopsis  : Bettie, la soixantaine, se voit soudain abandonnée par son amant et en péril financier avec le restaurant familial. Que faire de sa vie ? Elle prend sa voiture, croyant faire le tour du pâté de maison. Ce sera une échappée. Au fil de la route : des rencontres de hasard, un gala d’ex-miss France, le lien renoué avec sa fille, la découverte de son petit-fils, et peut être l’amour au bout du voyage... Un horizon s’ouvre à elle.

-  « Cinéma Komunisto, Il était une fois en Yougoslavie » - Documentaire - Réalisé par : Mila Turajlic - Durée : 1h41min - Pays de production : Serbie - Année de production : 2010 Titre original : Cinema Komunisto - Distributeur : Les Films des Deux Rives

Critique  : Le Monde (Jean François Roger) - Le documentaire de Mila Turajlic fait défiler une brochette de vieillards. C’est en effet une histoire achevée, un moment appartenant désormais à une époque ancienne, à un monde disparu qu’il fait resurgir. Cinema Komunisto retrace, en un peu plus d’une heure et demie, l’histoire du cinéma yougoslave, c’est-à-dire l’histoire d’un art et d’une culture qui furent liés, de façon organique, au pouvoir politique. Mais la liaison du cinéma et de l’Etat aura été en Yougoslavie quelque chose de singulier, un peu comme le "socialisme" de Tito avait été une expérience un peu particulière, irréductible.

Note de la presse : /5
Note du public : 5

Synopsis  : Tito, président de l’ex-Yougoslavie, a vu plus de 8 000 films durant sa vie. Leka Konstantinovic, son projectionniste personnel durant 32 ans, raconte, au fil d’anecdotes et d’archives exclusives, comment Tito a utilisé l’industrie cinématographique pour créer l’Histoire d’un pays qui n’existe plus sauf... au cinéma !

-  « La bataille de Solférino » - Comédie dramatique - Date de sortie : 18 septembre 2013> Toutes les sorties de la semaine - Réalisé par : Justine TRIET - Avec : Laetitia Dosch, Vincent Macaigne, Arthur Harari - Durée : 1h34min - Pays de production : France - Année de production : 2012 Distributeur : Shellac

Critique  : Télérama (Jacques Morice) - C’est à la fois vivant et mordant. Plein de discorde, de hargne et d’amour bizarrement exprimé. Le film offre un reflet assez juste de notre époque agressive et anxiogène, où chacun est en permanence au bord du pétage de plombs. Avec, heureusement, c’est sa part optimiste sans être béate, des moments de cessez-le-feu joyeux, à défaut de paix sûre.

Note de la presse : 3.9/5
Note du public : /5

Synopsis : 6 mai 2012, deuxième tour des élecoeur de la foule, rue de Solférino. C’est également le jour où Vincent, son ex, débarque, sûr de son droit de visite, pour revoir ses deux petites filles. C’est parti pour la bataille !
Autour d’eux, les gamines déchaînées, un baby sitter submergé, un nouveau mec vaguement « incrust », un avocat misanthrope, la jubilation et la détresse des français. Aujourd’hui, c’est dimanche, tout s’emmêle, rien ne va plus !...

-  "Ma vie avec Liberace " - Biopic - Réalisé par : Steven Soderbergh - Avec : Michael Douglas, Matt Damon, Dan Aykroyd - Durée : 1h58min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2013 - Titre original : Behind the Candelabra - Distributeur : ARP - D’après l’ouvrage de Scott Thorson
Le film n’ayant pas trouvé de distributeur pour le cinéma, Behind The Candelabra devient un téléfilm pour la chaîne HBO aux Etats-Unis tandis qu’une sortie en salles est prévue en France.

Critique  : 20 Minutes (Caroline Vié) - Soderbergh aime ses personnages et nous fait partager sa passion, ne serait-ce que parce que son film est avant tout l’histoire de deux personnes qui s’aiment. Il n’st pas impossible de sentir une vive émotion en voyant l’donis vieillissant sourire, la larme à l’oeil, devant des images de celui qu’il a adoré.

Note de la presse : 4.2/5
Note du public : 3.6/5

Synopsis  : Avant Elvis, Elton John et Madonna, il y a eu Liberace : pianiste virtuose, artiste exubérant, bête de scène et des plateaux télévisés. Liberace affectionnait la démesure et cultivait l’excès, sur scène et hors scène. Un jour de l’été 1977, le bel et jeune Scott Thorson pénétra dans sa loge et, malgré la différence d’âge et de milieu social, les deux hommes entamèrent une liaison secrète qui allait durer cinq ans. ’Ma Vie avec Liberace’ narre les coulisses de cette relation orageuse, de leur rencontre au Las Vegas Hilton à leur douloureuse rupture publique.

TELERAMA AIME UN PEU

Cotation 3/5

-  "Les amants du Texas" - Drame - Réalisé par : David Lowery - Avec : Rooney Mara, Casey Affleck, Ben Foster - Durée : 1h45min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2013 - Titre original : Aint Them Bodies Saints - Distributeur : Diaphana - Le film a été présenté à la Semaine de la Critique au Festival de Cannes 2013

Critique  : Elle (Françoise Delbecq) - Ce premier long-métrage de David Lowery séduit par son ton mélancolique. Rooney Mara et Casey Affleck campent avec beaucoup de délicatesse ces Bonnie and Clyde version années 70, personnages fragiles à la forte puissance émotionnelle.

Note de la presse : 3.2/5
Note du public : 3.6/5

Synopsis : Bob et Ruth s’aiment, envers et contre tout. Et surtout contre la loi. Un jour, un braquage tourne mal et les deux amants sont pris dans une fusillade. Quand Bob est emmené par la police, Ruth a tout juste le temps de lui annoncer qu’elle est enceinte. Dés lors, Bob n’aura qu’une obsession : s’échapper de prison pour rejoindre sa femme et son enfant.
Mais quand il y parvient, quatre ans plus tard, le rêve correspond mal à la réalité. En fuite, poursuivi par la police et par les membres d’un gang, Bob peine à rétablir le lien avec sa famille. Ruth est devenue mère et elle ne veut pas d’une vie de cavale : courtisée par un policier attentionné, la jeune femme devra choisir entre le passé et l’avenir.

-  "Les Miller, une famille en herbe " - Comédie - Réalisé par : Rawson Marshall Thurber - Avec : Jennifer Aniston, Jason Sudeikis, Will Poulter- Durée : 1h50min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2013 - Titre original : We’re the Millers - Distributeur : Warner Bros

Critique  : PREMIERE (Mathieu Carratier) - Il n’y a pas de secret, une bonne comédie commence par un bon pitch, et celui des Miller... a quelque chose d’irrésistible. Un concept immédiat et évident qui ouvre à Rawson Marshall Thurber (DodgeBall) une autoroute lui permettant d’enchaîner les situations improbables. Les gags extrêmes sont là, mais c’est dans ses moments moins « décoiffants » que le film fait la différence. Lors de ces respirations qui donnent aux personnages la possibilité de dépasser les archétypes pour devenir réellement attachants ou grâce à ces dialogues particulièrement mal élevés dont les quatre acteurs se délectent. Jason Sudeikis le premier, parfait en chef d’une famille (dé)composée dans cette comédie stupéfiante.

Note de la presse : 3.0/5
Note du public : 3.7/5

Synopsis  : David Burke est un dealer à la petite semaine qui se contente de vendre sa marchandise à des chefs cuisiniers et des mamans accompagnant leurs fils au football, mais pas à des ados car, au fond, il a quand même des principes ! Alors que tout devrait se passer au mieux pour lui, les ennuis s’accumulent... Préférant garder profil bas pour des raisons évidentes, David comprend, à son corps défendant, qu’on peut subir la pire injustice même lorsqu’on est animé des meilleures intentions : tentant de venir en aide à des jeunes du quartier, il se fait agresser par trois voyous qui lui volent sa marchandise et son argent. Il se retrouve dans une situation des plus délicates puisqu’il doit désormais rembourser son fournisseur, Brad. Afin d’éponger sa dette et de rester en vie , David n’a d’autre choix que de jouer dans la cour des grands en se rendant au Mexique pour ramener une importante cargaison de drogue à Brad. Réussissant à convaincre ses voisins, Rose, une strip-teaseuse cynique, Kenny, qui aimerait bien tester la marchandise et Casey, une ado débrouillarde couverte de tatouages et de piercings de lui venir en aide, il met au point un plan censé être infaillible : avec ses complices qu’il fait passer pour sa femme et ses deux grands enfants, il met le cap sur le Mexique au volant d’un camping-car flambant neuf le jour de la fête nationale. Ce week-end risque bien d’être explosif..

-  « Moi & Toi » - Drame - Réalisé par : Bernardo Bertolucci - Avec : Jacopo Olmo Antinori, Tea Falco, Sonia BERGAMASCO - Durée : 1h37min - Pays de production : Italie - Année de production : 2012 - Titre original : Io e Te - Distributeur : KMBO - D’après le roman éponyme de Niccolò Ammaniti.

Critique  : Première (Damien Leblanc) - Le cinéaste transcende la banalité du scénario par une mise en scène rageuse, parvenant même à émouvoir avec une reprise italienne du "Space Oddity" de David Bowie.

Note de la presse : 3.6/5
Note du public : 3.2/5

Synopsis  : Lorenzo est un adolescent introverti. Sans que personne ne s’en doute, il décide de s’échapper d’un voyage scolaire pour passer quelques jours en solitaire dans la cave de son immeuble pour lire, écouter de la musique et surtout ne pas être ennuyé. Olivia, sa demi-soeur partie depuis plusieurs années du domicile, vient chercher de vieilles affaires dans le sous-sol de l’immeuble. Elle y découvre Lorenzo. Se mêlent alors à leurs retrouvailles, des sentiments partagés d’affection et de conflits

TELERAMA N’ AIME PAS MAIS CE N’EST PAS UNE RAISON POUR NE PAS ALLER LE VOIR

Cotation 2/5

-  "Barcelona, avant que le temps ne l’efface" - Documentaire - Réalisé par : Mireia ROS - Durée : 1h33min - Pays de production : Espagne - Année de production : 2010- Titre original : Barcelona abans que el temps ho esborri - Distributeur : Iberi Films Dist

Critique  : Première (Isabelle Danel) - Peu inventif dans sa forme, ce doc vaut pour ses archives filmées qui témoignent d’une ère florissante mais révolue.

Note de la presse : 2.7/5
Note du public : /5

Synopsis  : Ce documentaire est la chronique sépia de la haute bourgeoisie qui fit la révolution industrielle en Catalogne. Une ballade ironique dans la Barcelone du XXème siècle à travers les souvenirs recueillis par l’un de ses descendants, Javier Baladia, qui nous conduit à l’âge d’or d’une élite cosmopolite et cultivée. Un portrait personnel du XXème siècle.

-  « Le monde doit m’arriver(?) » - Comédie dramatique - Réalisé par : Jonathan Taieb - Avec : Alex Skarbek, Jérémy Taieb, Sabrina Nouchi - Durée : 1h25min - Pays de production : France - Année de production : 2012 - Distributeur : Grizouille Distribution

Critique  : Premiere (Christophe Narbonne) - Quand le héros, qui s’occupe d’un enfant gravement malade, entonne en pleurant "Qui a le droit ?", de Bruel, on se pince et... on subit.

Note de la presse : 1.7/5
Note du public : 3.8/5

Synopsis  : Entre angoisse de la mort, peur de la réussite et rupture sentimentale, Ludovic, 28 ans est en mal de vivre. Sa rencontre fortuite avec Raphaël, 10 ans, va bouleverser son quotidien et son approche de l’avenir. Ensemble, ils essaient d’aller au bout de leurs rêves...

-  « L’oeil du cyclone » - Comédie dramatique - Réalisé par : Fred Schepisi - Avec : Charlotte Rampling, Maria Theodorakis, Geoffrey Rush - Durée : 1h59min - Pays de production : Australie - Année de production : 2011 - Titre original : The Eye of the Storm - Distributeur : Films sans Frontières - Adaptation du roman de Patrick White

Critique  : Le Journal du Dimanche (Danielle Attali) - "L’Oeil du cyclone" distille un parfum un peu suranné. On peut aimer les décors, la mise en scène victorienne. Mais l’intrigue s’étire en dépit de l’excellente interprétation de Charlotte Rampling, étonnante, et de dialogues plutôt fins.

Note de la presse : 2.5/5
Note du public : /5

Synopsis  : Alors qu’Elizabeth Hunter fait un accident vasculaire cérébral, son fils et sa fille accourent de l’autre côté de la terre à son chevet, ranimant les anciennes frictions et rancoeurs de la famille. Admettre leur propre personnalité et leur place vis-à-vis des autres est une lutte de chaque instant, de même que réussir à trouver la paix dans leur vie - leur propre oeil du cyclone.

-  « The Conspiracy » - Thriller - Réalisé par : Christopher MacBride - Avec : Aaron Poole, James Gilbert, Ian Anderson - Durée : 1h25min - Pays de production : Canada - Année de production : 2012 - Titre original : The Conspiracy - Distributeur : Ouranos Films

Critique  :.CinemaTeaser (Vincent Julé) - Le film de Christopher MacBride se joue de la réalité au profit de la fiction. Mieux, il finit par questionner sa propre existence et ce que l’on est en train de regarder.

Note de la presse : 4.0/5
Note du public : /5

Synopsis  : Deux jeunes cinéastes américains font un documentaire sur un homme qui soutient la théorie du complot, mais quand ce dernier disparait étrangement, leur projet prend une tournure dramatique lorsqu’ils découvrent l’existence d’une ancienne et dangereuse société secrète

-  "Les Invincibles " - Comédie - Réalisé par : Frédéric Berthe - Avec : Gérard Depardieu, Atmen Kelif, Virginie Efira - Durée : 1h38min - Pays de production : France - Année de production : 2012 - Distributeur : EuropaCorp

Critique  : aVoir-aLire.com (Frédéric Mignard) - Film d’une autre époque, "Les invincibles" est en tout point une anomalie cinématographique : c’est une comédie populiste, pleine de bons sentiments et de stéréotypes.

Note de la presse : 2.0/5
Note du public : /5

Synopsis  : L’annonce d’un tournoi international de pétanque organisé par le célèbre Darcy, va bouleverser la vie de Momo, et réveiller ses rêves enfouis par les aléas de la vie : devenir champion et vivre de sa passion. Galvanisé par sa rencontre avec Caroline, Momo va faire la paix avec lui-même et affronter les préjugés. Déclassés, rejetés, cabossés, ils sont devenus : Les Invincibles.

TELERAMA N’ A PAS DONNE D’AVIS, A VOUS DE JUGER

-  "Riddick" - Film de science-fiction - Interdit aux moins de 12 ans- Réalisé par : David Twohy - Avec : Vin Diesel , Jordi Molla , Matt Nable - Durée : 1h56min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2013 Titre original : The Chronicles of Riddick : Dead Man Stalking - Distributeur : Metropolitan

Critique  : L’Ecran Fantastique (Yves Rivard) - Véritable régal pour les amateurs de space-opéra et de dark fantasy, "Riddick" [est] (...) une bonne série B qui (...) se veut généreuse et n’aspire à rien d’autre qu’à divertir.

Note de la presse  : 3.0 /5

Note du public  : 4.4/5

Synopsis  : Riddick a été laissé pour mort sur une planète brûlée qui semble exempte de toute vie. Pourtant, il se retrouve rapidement obligé de lutter pour sa survie contre des prédateurs aliens plus mortels que tous les humains qu’il a affrontés au cours de sa vie. Il trouve un refuge précaire dans une ancienne gare de transit interstellaire désaffectée. La seule façon pour lui de s’en tirer est d’activer une balise d’urgence et d’alerter les mercenaires et autres chasseurs de primes, qui se ruent vers la planète à la recherche de leur proie.

-  « Vietnam Paradiso » - Documentaire - Réalisé par : Julien Lahmi et Ali Benkirane - Durée : 1h6min - Pays de production : France - Année de production : 2001 - Distributeur : Les Films Saint-André des Arts

Synopsis  : Julien est né à Paris. Sa mère, elle, est née à Hanoï et sa grand-mère est petite fille de métisse. Bien que très lointaines, Julien, à 20 ans, se sent tout à coup envahi par un besoin irrépressible de renouer avec ses origines maternelles. Poussé par l’amour du cinéma, il monte un cinéma ambulant au Vietnam avec une petite équipe. Ils parcourront le Vietnam du Sud au Nord en camionnette pour organiser des projections et des ateliers réalisation de films d’animation dans les orphelinats.

-  « Thale » - Fantastique - Réalisé par Aleksander Nordaas - Avec
Silje Reinåmo, Erlend Nervold, Jon Sigve Skard - Nationalité : Norvégien

Synopsis  : Elvis et Léo ont un travail plutôt atypique : nettoyer les scènes de crime. A l’oeuvre dans une cabane retirée au coeur de la forêt, ils vont faire une étrange découverte : Thale. Thale est une huldra (sorte de sirène terrienne issue de la mythologie nordique). Les huldras ne parlent pas et Thale est donc incapable de raconter son histoire. Elle semble cloîtrée ici depuis des décennies pour d’obscures raisons...