bandeau 1 bandeau 2 bandeau 3 bandeau 4 bandeau 5

Cultures & Cinémas

Vous êtes ici : Accueil > EVENEMENTS CINEMA > Les sorties > Sorties 2013 > Sorties cinéma du 11 septembre 2013

Sorties cinéma du 11 septembre 2013

  • Mis à jour : 5 mars 2016

Critiques tirées de Télérama et autres magazines dont Allociné et Première

TELERAMA AIME BEAUCOUP

Cotation 4/5

-  "Enfants valises" -Documentaire - Réalisé par : Xavier de Lauzanne - Durée : 1h26min - Pays de production : France - Année de production : 2013 - Distributeur : Aloes Dist

Critique  : Premiere (Christophe Narbonne) - Dans ce documentaire, Xavier de Lauzanne réussit à rendre vivants des portraits de migrants qui intègrent chaque année des classes d’accueil avec l’espoir d’un avenir meilleur

Note de la presse  : 3.3 /5
Note du public  : 3.2 /5

Synopsis  : Adolescents du Maghreb ou d’Afrique francophone, ils ont quitté le "bled" et viennent d’arriver en France. Ballotés dans des familles souvent partagées entre les deux continents, on les appelles les "enfants valises". Encore mineurs et même si leur situation est parfois illégale, l’Education nationale française a pour obligation de les accueillir et de les intégrer dans les voies générales et professionnelles. Une année durant laquelle ils devront se trouver de nouveaux repères et s’approprier une part de culture française.

-  "Jimmy P. (Psychologie d’un indien des plaines " - Drame - Réalisé par : Arnaud Desplechin - Avec : Benicio del Toro, Mathieu Amalric, Gina McKee - Durée :
1h56min- Pays de production : France - Année de production : 2012 Titre original : Jimmy P. (Psychotherapy of a Plains Indian) - Distributeur : Le Pacte

Critique  : Evene (Etienne Sorin) - Jimmy P. est un film sur le langage, sur le sens profond et la circulation des mots « blessure de l’âme » ne signifie pas tout à fait la même chose que « traumatisme psychique ». Et pourtant c’est le contraire d’un film théorique sur la psychanalyse. Desplechin raconte avant tout la rencontre et l’amitié entre deux hommes de bonne volonté. C’est "Le Discours d’un roi" sans couronne ni bégaiement.

Note de la presse : 3.4/5
Note du public : 3.4 /5

Synopsis  : Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, Jimmy Picard, un Indien Blackfoot ayant combattu en France, est accepté à l’hôpital militaire psychiatrique de Topeka, au Kansas, où sont soignés les anciens combattants. Jimmy souffre de violents maux de tête, et il lui arrive parfois de ne plus rien voir ni entendre. Mais les médecins échouent à trouver les causes du mal dont il souffre et, en dernier recours, ils décident de faire appel à Georges Devereux, anthropologue et psychanalyste français, spécialiste des cultures amérindiennes. Dès leur première rencontre, une relation de confiance et de respect mutuel s’installe entre les deux hommes. Au fil des séances, il se livre de plus en plus, racontant ses rêves et se remémorant des souvenirs enfuis. Bien que pudique et peu familier des méthodes psychanalytiques, Jimmy se prête au jeu, permettant ainsi à Devereux de le mener sur la voie de la guérison.

D’après Psychothérapie d’un Indien des plaines de Georges Devereux.

-  "Tip Top " - Comédie - Réalisé par : Serge Bozon - Avec : Isabelle Huppert, Sandrine Kiberlain, François Damiens - Durée : 1h46min - Pays de production : France - Année de production : 2013 - Distributeur : Rezo Films - D’après le roman de Bill James

Critique  : Elle (Anne Diatkine) - C’est loufoque, gore, déjanté, un peu vain, parfois inaudible, un poil trop long et comme filmé dans les années 60. « J’ai choisi Isabelle Huppert car on ne la voit plus trop au cinéma », a dit Serge Bozon, pour présenter son film à Cannes. L’humour est aussi hors champ.

Note de la presse : 2.2/5
Note du public : 2.5/5

Synopsis  : Deux inspectrices de la police des polices débarquent dans un commissariat de province pour enquêter sur la mort d’un indic d’origine algérienne.
L’une tape, l’autre mate, tip top.

TELERAMA AIME UN PEU

Cotation 3/5

-  "Dehors c’est l’été (Draussen ist Sommer " - Comédie dramatique - Réalisé par : Friederike Jehn - Avec : Nicolette KREBITZ, Wolfram Koch, Philippe Graber - Durée : 1h36min - Pays de production : Allemagne Suisse - Année de production : 2012 - Titre original : Draussen ist Sommer - Distributeur : Damned Distribution

Critique  : Toutlecine.com (Romain Duvic) - Dehors c’est l’été se révèle être un drame extrêmement solide tant sur le fond que sur la forme.

Note de la presse : 3.7/5
Note du public : 3.0/5

Synopsis  : Wanda, 15 ans, emménage avec sa famille dans une nouvelle maison près de Zürich. Dans ce nouvel environnement, elle doit faire face à des bouleversements : ses parents sont en pleine crise, ses camarades de classe sont peu chaleureux, les garçons l’intriguent, la déroutent.Entourée de son frère et de sa soeur encore trop jeunes, elle se retrouve livrée à elle-même et doit se battre pour tout reprendre en main, sa vie, leurs vies.

-  "Gibraltar" - Thriller - Réalisé par : Julien Leclercq - Avec : Gilles Lellouche, Tahar Rahim, Riccardo Scamarcio - Durée : 1h50min - Pays de production :France - Année de production : 2013 - Distributeur : SND -
D’après le livre L’Aviseur de Marc Fiévet

Critique  : Première (Frédéric Foubert) - Après L’Assaut, récit de l’intervention qu’effectua le GIGN lors de la prise d’otages sur le vol Alger-Paris en 1994, Julien Leclercq se penche sur un autre épisode chargé de l’histoire contemporaine : l’aventure de Marc Fiévet, « aviseur » des douanes qui passa onze ans derrière les barreaux après avoir été trahi par l’Etat français. La mise en scène au cordeau et la densité politique du script d’Abdel Raouf Dafri (Mesrine, Un prophète) témoignent de la volonté de se confronter aux grands filmsdossiers des 70s et à leurs descendants contemporains, Traffic et Zodiac. Pourtant, malgré les bonnes intentions affichées, Gibraltar s’apprécie finalement plus comme un drame humain poignant que comme un thriller parano suffocant. Et tant pis si tout n’est pas parfait : quand on regarde des acteurs comme Gilles Lellouche ou Tahar Rahim en action, on se dit que le polar français peut espérer des lendemains qui chantent.

Note de la presse : 2.8/5
Note du public : 3.3/5

Synopsis : « Toujours mentir. Jamais trahir. » Afin de mettre sa famille à l’abri du besoin, Marc Duval, un français expatrié à Gibraltar, devient agent d’infiltration pour le compte des douanes françaises. De petits trafics en cargaisons troubles, il gagne progressivement la confiance de Claudio Lanfredi, un puissant importateur de cocaïne associé aux cartels Colombiens. Cette immersion en eau profonde dans l’univers des narcotrafiquants lui fait courir des risques de plus en plus importants. Mais à mesure que Marc gravit les échelons du cartel, il découvre aussi le luxe et l’argent facile... En permanence sur le fil du rasoir, seuls ses mensonges le maintiennent encore en vie. Lorsque les douanes anglaises rentrent dans la partie pour arrêter Lanfredi, le jeu devient encore plus dangereux et sa famille risque d’en payer le prix.

-  « La légende de Kaspar Hauser (La leggenda di Kaspar Hauser) » - Comédie dramatique Western - Réalisé par : Davide MANULI - Avec : Vincent Gallo, Elisa Sednaouin, Silvia Calderoni - Durée : 1h35min - Pays de production : Italie - Année de production : 2012 - Titre original : La leggenda di Kaspar Hauser - Distributeur : Les Films à Un Dollar

Critique  : Premiere (Gérard Delorme) - N’importe quel film avec Vincent Gallo mérite le déplacement. Celui-ci ne fait pas exception, même s’il échappe totalement à la compréhension. L’acteur joue tour à tour un tueur à gages et un shérif dans un village désert de Sardaigne où débarque un extraterrestre, interprété seins nus par l’actrice androgyne Silvia Calderoni. Ce qui tient lieu de continuité narrative se résume à une série de monologues délirants de Gallo devant les sept habitants de l’île, entrecoupés de sets électro (Vitalic). Ah oui : c’st aussi en noir et blanc.

Note de la presse : 3.8/5
Note du public : 3.5/5

Synopsis  : Une île rocailleuse baignée de soleil, époque indéfinie, un ailleurs. Un corps s’échoue sur la plage. C’est celui de Kaspar Hauser, le prince héritier mystérieusement volatilisé à l’enfance. Ce corps réanimé qui refait surface semble avoir perdu l’esprit. Son apparition trouble la routine insulaire. Qui est Kaspar Hauser ? Un souverain, un idiot, un imposteur ? Inquiète, la Grande Duchesse de l’île appelle à la rescousse son amant, Pusher, dealer et tueur à gage. Inconscient de la menace qui pèse sur lui, l’étrange garçon apprend la vie auprès du Shérif... un ancien DJ qui voit en lui le nouveau Messie.

-  « La tour de guet (Götsetlem Kulesi » - Drame - Réalisé par : Pelin Esmer Avec : Olgun Simsek, Nilay Erdonmez, Menderes SAMANCILAR - Durée : 1h36min- Pays de production : Turquie - Année de production : 2012 - Titre original : Gözetleme Kulesi - Distributeur : Arizona Films

Critique  : Critikat.com (Benoît Smith) - Le précédent long métrage de Pelin Esmer, "Les Collections de Mithat Bey", n’avait guère impressionné, c’est le moins qu’on puisse dire. La "Tour de guet" n’st pas beaucoup plus significatif sur le statut de cette réalisatrice turque, mais il a le mérite d’être (un peu) moins plat.

Note de la presse : 3.5/5
Note du public : 3.1/5

Synopsis  : Hanté par un accident tragique, Nihat accepte un emploi de gardien dans une tour de guet d’où il peut observer l’immensité de la forêt. Seher est hôtesse dans une gare routière rurale de la même région. Une série d’événements réunit ces deux êtres isolés, au passé trouble. Contraints à s’entendre, ils forment un couple qui, malgré son déséquilibre, réveille en eux la compassion et apaisera peut-être leur chagrin.

-  « Le majordome (The butler) » Drame Film historique - Réalisé par : Lee Daniels - Avec : Forest Whitaker, Oprah Winfrey, John Cusack - Durée : 2h49min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2013 - Titre original : The Butler - Distributeur : Metropolitan

Critique  : A nous Paris (Fabien Menguy)- Le Majordome est une traversée de l’Amérique assez exceptionnelle, mais également la description de l’intérieur du mouvement pour les droits civiques et du combat contre le racisme. Un voyage au coeur de l’Histoire et d’une vie d’homme qui n’est pas sans rappeler le souffle de Forrest Gump en son temps.

Note de la presse : 3.2/5
Note du public : 3.6/5

Synopsis : Le jeune Cecil Gaines, en quête d’un avenir meilleur, fuit, en 1926, le Sud des Etats-Unis, en proie à la tyrannie ségrégationniste. Tout en devenant un homme, il acquiert les compétences inestimables qui lui permettent d’atteindre une fonction très convoitée : majordome de la Maison-Blanche. C’est là que Cecil devient, durant sept présidences, un témoin privilégié de son temps et des tractations qui ont lieu au sein du Bureau Ovale.
, la maison, sa femme, Gloria, élève leurs deux fils, et la famille jouit d’une existence confortable grâce au poste de Cecil. Pourtant, son engagement suscite des tensions dans son couple : Gloria s’éloigne de lui et les disputes avec l’un de ses fils, particulièrement anticonformiste, sont incessantes. A travers le regard de Cecil Gaines, le film retrace l’évolution de la vie politique américaine et des relations entre communautés. De l’assassinat du président Kennedy et de Martin Luther King au mouvement des "Black Panthers", de la guerre du Vietnam au scandale du Watergate, Cecil vit ces événements de l’intérieur, mais aussi en père de famille.

-  « No pain No game (Pain & Game) » Comédie Action - Interdit aux moins de 12 ans - Réalisé par : Michael Bay - Avec : Mark Wahlberg, Dwayne Johnson, Anthony Mackie - Durée : 2h10min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2013 - Distributeur : Paramount

Critique  : Ecran Large (Laurent Pécha) - Avec un sujet en or pour lui, Bay offre un best of de son savoir-faireet peut être bien son meilleur film.

Note de la presse : 3.3/5
Note du public : 3.5/5

Synopsis  : A Miami, Daniel Lugo, coach sportif, ferait n’importe quoi pour vivre le « rêve américain » et profiter, comme sa clientèle fortunée, de ce que la vie offre de meilleur : maisons de luxe, voitures de course et filles de rêve.Pour se donner toutes les chances d’y arriver, il dresse un plan simple et (presque) parfait : enlever un de ses plus riches clients et lui voler sa vie. Il embarque avec lui deux complices, Paul Doyle et Adrian Doorbal, aussi influençables qu’ambitieux.
No Pain no Gain s’inspire de l’histoire incroyable mais vraie de ces trois kidnappeurs amateurs qui, à la recherche d’une vie meilleure, se retrouvent embarqués dans une série d’actes criminels qui dégénèrent rapidement.Rien ne se déroule jamais comme prévu.

-  « Rock the Casbah » Comédie dramatique - Réalisé par : Laïla MARRAKCHI - Avec : Morjana Alaoui, Nadine Labaki, Lubna Azabal - Durée : 1h40min - Pays de production : France Maroc - Année de production : 2013 - Titre original : Rock the Casbah - Distributeur :Pathé !

Critique  : Le Figaro (Marie-Noëlle Tranchant) - Laïla Marrakchi, qui avait peint la jeunesse de son pays dans Marock, continue de rocker avec les contradictions entre tradition et transgression, cette fois-ci dans le monde des adultes. Cela donne pas mal de clichés, dans une comédie populaire sympathique, enlevée par de très bonnes actrices.

Note de la presse : 2.5/5
Note du public : 2.8/5

Synopsis  : C’est l’été à Tanger. Une famille se réunit sur 3 jours dans la maison familiale suite au décès du père, pour se remémorer les souvenirs et partager sa perte, comme le veut la tradition musulmane. Il faut quitter les plages, les maillots de bain pour se vêtir de djellabas, réunir tout le monde et donner à la maison des allures d’enterrement. L’agitation est à son comble d’autant plus que cet homme n’a laissé derrière lui que des femmes. Tout va basculer avec l’arrivée de Sofia, la dernière des filles, celle qui a fait sa vie ailleurs. Actrice n’interprétant que des rôles de terroristes dans des séries américaines, elle arrive de New York après plusieurs années d’absence. Son retour va être le moyen de régler ses comptes avec ses soeurs et bouleverser l’ordre établi depuis toujours par ce patriarche. Entre rire et larmes, une hystérie collective va mener chacune de ces femmes à se révéler à elle-même...

TELERAMA N’ AIME PAS MAIS CE N’EST PAS UNE RAISON POUR NE PAS ALLER LE VOIR

Cotation 2/5

-  "Ma belle gosse" - Comédie dramatique - Réalisé par : Shalimar Preuss - Avec : Lou Aziosmanoff, Jocelyn LAGARRIGUE, Victor Laforge - Durée : 1h20min- Pays de production : France - Année de production : 2012 - Distributeur : Nour Films

Critique  : Les Inrocks (Vincent Ostria) - En tant qu’objet, le film est présentable, ?vivant, et peut donner le change, avec son père gamin, genre mono de colo (genre Gérard Klein dans L’Instit), et ses bambins charmants. Mais tout cela coule comme du sable entre les doigts.

Note de la presse : 2.5/5
Note du public : 3.2/5

Synopsis  : C’est l’été. Maden, 17 ans, passe les vacances avec sa famille paternelle à l’Ile de Ré. Elle partage son temps entre ses cousins et une correspondance avec un détenu de la Maison Centrale voisine. Son père tente de se rapprocher d’elle, Maden résiste. Elle devra compter avec la présence de ses cousins.

-  « Océane » Comédie - Réalisé par : Philippe Appietto, Nathalie Sauvegrain - Avec : Olivier Clastre, Lou Lesage, Diana Lazlo - Durée : 1h43min - Pays de production : France - Année de production : 2013 - Distributeur : Premium Films

Critique  : Nouvel Obs (Marie-Elisabeth Rouchy) - Le scénario est mince mais les personnages sont attachants, le paysage qui louche sur les plages de Californie fait le reste. Pour leur premier long, Philippe Appietto et Nathalie Sauvegrain signent une jolie et mélancolique pastille estivale.

Note de la presse : 3.2/5

Note du public : 3.7/5

Synopsis  : Océane se fait larguer sur une aire d’autoroute. Elle tombe sur Oliboy, musicien underground de 20 ans son aîné, qui part faire une tournée sur les plages de l’Atlantique. Elle embarque dans sa vieille Volvo jusqu’au camping du Pin Sec, un lieu alternatif où l’on vit au rythme du rock et des vagues. Alors qu’Océane cherche à résoudre sa propre histoire, Oliboy lui fait partager une certaine philosophie de la vie, entre humour décalé et concerts improbables.

TELERAMA N’ A PAS DONNE D’AVIS, A VOUS DE JUGER

-  « Copains pour toujours 2 » Comédie - Réalisé par : Dennis Dugan - Avec : Adam Sandler, Kevin James, Chris Rock - Durée : 1h41min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2013 - Titre original : Grown Ups 2 - Distributeur : Sony Pictures - Suite du film "Copains pour toujours"

Critique  : Film.com (Laremy Legel) - Un film de débiles, fait pour des abrutis par des imbéciles.

Note de la presse : 1.0/5
Note du public : 3.4/5

Synopsis  : Espérant offrir une vie plus équilibrée à sa famille, Lenny quitte l’hystérie de Hollywood et revient s’nstaller dans la petite ville où il a grandi. Pourtant, entre ses anciens amis, leurs enfants, les grandes brutes et les petits excités, les chauffeurs de bus fous, les flics bourrés à skis et les 400 invités d’une fête costumée complètement déchaînés, il va vite découvrir que même si vous fuyez la folie, parfois, elle vous poursuit où que vous alliez.

-  « Voyage sans retour » - Thriller - Réalisé par : François Gérard - Avec : Samy Naceri, François Gérard, Samuel Le Bihan - Durée : 1h38min - Pays de production : France - Année de production : 2012 - Distributeur : Oreo Distribution

Critique  : Ecran Large (Christophe Foltzer) - Voyage sans retour ne convainc jamais. C’est d’autant plus dommage car, créant ainsi la polémique (et sortant le 11 septembre - Oh la fausse bonne idée !) mais n’ayant pas les épaules suffisamment solides pour la supporter, le film n’a aucune chance d’en sortir vainqueur.

Note de la presse :

Note du public : 3.0/5

Synopsis  : Kad, jeune caïd d’une banlieue Toulousaine, qui a arnaqué une bande de trafiquants de drogues est obligé de se mettre au vert. Des amis l’envoient à l’étranger dans une association à but humanitaire. Mais l’association se révèle un réseau de recrutement terroriste. Kad sans repères est transporté de Londres à Bombay ; du Pakistan en Afghanistan où il sera formé dans les camps djihadistes.
De retour à Bombay il y croise Nadine professeur de français à l’Alliance Française qui lui ouvrira son âme et son coeur. Kad prend alors conscience de la vacuité de sa vie, de ses choix hasardeux et de l’impasse dans laquelle il s’est mis. C’est alors que ses nouveaux amis le renvoient en France y commettre un attentat.