Sortie cinéma du 1er mai 2013

  • Mis à jour : 5 mars 2016

Critiques tirées de Télérama et autres magazines dont Allociné

TELERAMA AIME BEAUCOUP

Cotation 4/5

-  "Mud- Sur les rives du Mississippi" de Jeff Nichols - Thriller avec Matthew McConaughey, Reese Witherspoo, Tye Sheridan -Durée :2h10min - Etats-Unis

Critique : Journal du dimanche (Danielle Attali) 3/4 - Parcours initiatique sur fond de suspense et de décors naturels somptueux, Nichols s’empare du Mississippi, pour planter son décor et son intrigue. Il signe un film envoûtant et romantique, brutal et innocent, où la nature sauvage immense, imprime son rythme.

Note de la Presse : 3.8/5
Note du spectateur

Synopsis : Ellis et Neckbone, 14 ans, découvrent lors d’une de leurs escapades quotidiennes, un homme réfugié sur une île au milieu de la rivière Mississipi. C’est Mud : une dent en moins, un serpent tatoué sur le bras, un flingue et une chemise porte-bonheur. Mud, c’est aussi un homme qui croit en l’amour, une croyance à laquelle Ellis a désespérément besoin de se raccrocher pour tenter d’oublier les tensions quotidiennes entre ses parents. Très vite, Mud met les deux adolescents à contribution pour réparer un bateau qui lui permettra de quitter l’île. Difficile cependant pour les garçons de déceler le vrai du faux dans ses paroles. A-t-il vraiment tué un homme, est-il poursuivi par la justice, par des chasseurs de primes ? Et qui est donc cette fille mystérieuse qui vient de débarquer dans leur petite ville de l’Arkansas pour retrouver Mud ?

-  "L’Intervallo" de Leonardo Di Costanzo - Policier , Drame avec Carmine Paternoster, Salvatore Ruocco, Antonio Buíl. -Durée : 1h30 - Italien , suisse

Critique : Toutlecine.com (Romain Duvic) - Le réalisateur italien laisse ainsi la part belle à l’observation, ce qui amène ce côté décalé, cette touche d’originalité à l’ensemble. Il n’évite cependant pas quelques longueurs, ce qui est dommage pour un film aussi court.

Note de la Presse :
Note des spectateurs :

Synopsis : Dans un immense bâtiment désaffecté d’un quartier populaire de Naples, Salvatore, un adolescent timide et mal dans sa peau, est contraint par des boss de la Camorra de surveiller Veronica, une jeune fille effrontée. Il ignore totalement les raisons de cette détention. Au cours de la journée, la relation entre les deux adolescents évolue et une certaine complicité s’instaure. Veronica entraîne Salvatore dans l’exploration de leur vaste prison, comme pour éviter de penser au sort qui les attend.

- "Entrée du personnel" de Manuela Fresil - Documentaire avec Florence Muller, Emilie de Preissac, Eléonore Saintagnan - Français

Critique : Première (Gael Golhen)2/4 - "Souffrance en France", l’intitulé du livre de Christophe Dejours sur la dégradation des conditions de travail, pourrait être le sous-titre de ce documentaire implacable. Manuela Frésil enregistre les images terribles labeur des ouvriers dans les grands abattoirs et y superpose, en voix off, les récits de leur fatigue et de leur souffrance. Cette idée de mise en scène permet au spectateur de dépasser la rage provoquée par ces visions infernales pour se mettre à réfléchir. Bien vu.

Note de la Presse
Note des spectateurs

Synopsis : L’abattoir est loin de tout, tout au bout de la zone industrielle. Au début, on pense qu’on ne va pas rester. Mais on change seulement de poste, de service. On veut une vie normale. Une maison a été achetée, des enfants sont nés. On s’obstine, on s’arc-boute. On a mal le jour, on a mal la nuit, on a mal tout le temps. On tient quand même, jusqu’au jour où l’on ne tient plus. C’est les articulations qui lâchent. Les nerfs qui lâchent. Alors l’usine vous licencie. A moins qu’entre temps on ne soit passé chef, et que l’on impose maintenant aux autres ce que l’on ne supportait plus soi-même. Mais on peut aussi choisir de refuser cela.

TELERAMA AIME UN PEU

Cotation 3/5

-  "Lebanes Rocket Society" de Khalil Joreige - Documentaire - Durée : 1h35min - France Liban Qatar

Critique : Critique de Premiere ( Frédéric Foubert) - Un puissant vent d’utopie souffle sur ce documentaire, celui qui poussa, au début des années 60, une bande de chercheurs et d’étudiants à fonder la Lebanese Rocket Society, un programme aérospatial monté à l’arrache dont les fusées expérimentales étaient bricolées avec les moyens du bord. à coups de témoignages et de vieilles photos jaunies, les réalisateurs ressuscitent une époque oubliée (celle du panarabisme triomphant, de la fascination pour l’espace et de la dolce vita beyrouthine) pour mieux conférer une résonance historique majeure à ce microévénement. En dépit d’une voix off envahissante, le film se regarde comme une enquête assez vertigineuse et souvent marrante sur la façon dont les rêves des 60s se sont égarés dans les limbes du temps.

Note de la presse :
Note des spectateurs :

-  "Le coeur a ses raisons" de Rama Burshtein - Drame avec Hadas Yaron, Yiftach Klein, Irit Sheleg - Israélien

Critique : Elle (Florence Ben Sadoun)3/4 - Avec ce drame déchirant mais filmé sans hystérie, c’est dans un monde aux règles inconnues que plonge le spectateur, celui où les hommes arborent barbe, papillotes et grands chapeaux noirs et où les femmes portent une perruque pour dissimuler leurs cheveux coupés ras dès qu’elles sont mariées. (...) Un mélo émouvant et passionnant.

Note de la Presse

Note des spectateurs

Synopsis : Shira vit au sein d’une famille juive orthodoxe à Tel Aviv. A 18 ans, elle rêve de mariage.Lorsque sa soeur ainée Esther meurt en couches, Yochay, son beau-frère, est poussé par la communauté à partir se marier en Belgique. Sa mère a une meilleure idée : et si Shira épousait Yochay ? Entre le coeur et la raison, Shira devra choisir.

-  "Evil Dead" de Fede Alvarez - Epouvante-horreur avec Jane Levy, Shiloh Fernandez, Lou Taylor Pucci - Américain

Critique : A voir à lire (Frédéric Mignard)3/4 - Evil Dead 2013 se veut être le train fantôme de la génération 2.0 : il y parvient avec la puissance d’une déflagration qui saura embraser tous les esprits. Et pour toutes ces raisons on réclame vite la suite. Cela tombe bien, elle nous a déjà été promise.

Note de la Presse : 2/5
Note des spectateurs :

Synopsis : Interdit aux moins de 16 ans
Mia a déjà connu pas mal de galères dans sa vie, et elle est décidée à en finir une bonne fois pour toutes avec ses addictions. Pour réussir à se sevrer de tout, elle demande à son frère David, sa petite amie Natalie et deux amis d’enfance, Olivia et Eric, de l’accompagner dans la cabane familiale perdue au fond des bois. Dans la cabane isolée, les jeunes gens découvrent un étrange autel, et surtout un livre très ancien, dont Eric commet l’erreur de lire un passage à haute voix. Les plus épouvantables des forces vont se déchaîner sur eux.

-  "Orléans" de Virgil Vernier- Drame avec Andréa Brusque, Julia Auchynnikava, Hélène Chevallier - Français

Critique : Premiere (Isabelle Danel) 3/4 - Sur fond de Fêtes de Jeanne d’Arc, la vie et les rêves de deux jeunes strip-teaseuses. Un voyage dans la psyché des filles imparfait, fou et audacieux.

Note de la Presse : 3.8/5
Note des spectateurs

Synopsis : Orléans, année 2011. Joane et Sylvia ont vingt ans, elles travaillent comme danseuses dans un club de strip-tease à la sortie de la ville. Dans le centre, c’est la période des célébrations de Jeanne d’Arc. Les deux filles vont se retrouver plongées au milieu de ces étranges festivités.

-  "I want your love" de Travis Mathews - Drame avec Jesse Metzger, Keith McDonald, Jorge Rodolfo - Durée : 1h11 - Américain

Critique : A voir à lire (Frédéric Mignard)1/4 - Du pur cinéma indépendant communautaire qui va très loin dans l’explicitation sexuelle sans nous offrir l’essentiel, des personnages pour lesquels l’on a envie de vibrer.

Note de la Presse : 1.0/5
Note des spectateurs

Synopsis : Interdit aux moins de 16 ans avec avertissement

Après plusieurs années passées à profiter de la vie à San Francisco, Jesse, un jeune gay, s’ ?apprête à retourner dans son Midwest natal. Lors de son dernier week-end en ville, ses amis, colocataires et ex-amants organisent une soirée de départ, qui l’entraine dans des sentiments doux-amers. Tiraillé entre ses ambitions artistiques et le besoin de gagner sa vie, il est forcé de concevoir différemment le fait d’être un artiste, un homosexuel et un adulte

-  Pari(s) d’exil de Zirek - Drame avec Zirek, Simon Cohen, Gurgun Argan - Français

Critique :

Note de la Presse :
Note des spectateurs :

Synopsis : Zîrek est kurde de Turquie. Apatride à Paris depuis plus d’un quart de siècle, il a fait la promesse à son père de lui envoyer son petit-fils sur sa terre natale où il ne peut plus aller. Ce voyage de cinq jours au Kurdistan va raviver ses souvenirs et ses angoisses. Par téléphone, il suivra mentalement les pas de son fils, partagé entre le bonheur de redécouvrir à travers lui son pays et ses coutumes, et l’inquiétude que constitue ce périple dans une région encore soumise au couvre feu.
Ce voyage va le replonger dans son passé, depuis l’aéroport où il est lui-même arrivé en France, vingt-cinq ans plus tôt. Il refera le parcours de sa vie depuis ses premiers pas de réfugié, habité de la certitude d’un retour proche, jusqu’à sa situation d’exilé.
L’éloignement des siens, la perte des illusions et de tout espoir. En progressant vers sa ville natale Hakkâri, le fils va peu à peu redécouvrir son père à distance. Leur relation au départ, difficile, évoluera au fil des appels téléphoniques vers une certaine complicité.

TELERAMA N’ AIME PAS MAIS CE N’EST PAS NE RAISON POUR LE VOIR

Cotation 2/5

-  "Mohamed Dubois" de Ernesto Ona - Comédie avec Eric Judor, Sabrina Ouazani, Youssef Hajdi. - Français

Critique :

Note de la Presse :
Note des Spectateurs :

Synopsis : Héritier de la banque Berthier, Arnaud Dubois a plutôt une tête à se prénommer... Mohamed. D’ailleurs ne serait-il pas plutôt le fils de Saïd, l’ex-prof de tennis de sa mère à Djerba ? Suite à une dispute avec son père, il décide de quitter le nid douillet du Vésinet. Il croise alors le chemin de Mustafa, qui lui présente sa soeur Sabrina dont Arnaud tombe immédiatement amoureux. Mais il réalise très vite que le seul moyen de la séduire est de lui laisser croire qu’il est un beur comme elle et qu’il s’appelle... Mohamed. Il s’installe alors dans la cité de Sabrina, où il fera tout pour s’intégrer.

-  "Stoker" de Park Chan-wook - Drame , Epouvante-horreur , Thriller avec Mia Wasikowska , Matthew Goode, David Alford - Durée : 1h40 - Américain , britannique

Critique : Premiere ( Gérard Delorme) - Parmi les bonnes idées qui ont présidé à la réalisation de Stoker, l’une est à mettre au crédit du producteur Michael Costigan : alors que cela n’avait rien d’évident, il a pensé à faire appel à Park Chan-wook, l’esthète coréen de la violence, pour mettre en scène le script habile mais délicat de Wentworth Millerle, héros de Prison Break. En d’autres mains, ce thriller d’inspiration hitchcockienne aurait pu tomber à plat, mais Park Chan-wook l’enrichit en lui donnant suffisamment d’ambiguïté, sans trop insister sur les implications vampiriques suggérées par le titre. La substance est ici transcendée par un style flamboyant, résultat d’une préparation méticuleuse qui n’a absolument rien laissé au hasard mais a le bon goût de se faire oublier.

Note Presse : 3.8/5

Synopsis : Interdit aux moins de 12 ans
Après la mort de son père dans un étrange accident de voiture, India, une adolescente, voit un oncle dont elle ignorait l’existence, venir s’installer avec elle et sa mère. Rapidement, la jeune fille se met à soupçonner l’homme d’avoir d’autres motivations que celle de les aider. La méfiance s’installe, mais l’attirance aussi.

-  "Les yeux fermés" de Jessica Palud - Drame avec Simon Buret, Linh-Dan Pham, Olivier Chenille- Français

Critique : Toutlecine.com (Romain Duvic )1/4- Le film malgré sa courte durée ne parvient ainsi pas à éviter les longueurs, et on sent au final assez vite l’ennui pointer le bout de son nez. La construction éclair du film, écrit et tourné en deux mois à peine, a visiblement laisser trop peu de temps à la jeune réalisatrice pour peaufiner son premier long-métrage.

Note de la Presse :
Note des spectateurs

Synopsis : Après neuf ans d’absence, à la suite d’un grave accident, Pierre retourne dans la maison familiale, à l’âge de 26 ans. Avec l’aide de Claire, jeune infirmière avec qui il s’est lié d’amitié durant ces dernières années et grâce à des rencontres qui ont chacune leurs blessures et leurs joies, Pierre va réapprendre à vivre à travers ses yeux d’enfant...

-  "Denis -Il a une énorme confiance en lui" de Lionel Bailliu - Comédie avec Fabrice Eboué, Jean-Paul Rouve, Audrey Dana - Français

Critique : Femina (Anne Michelet) - Le cinéma français ne tient pas là sa grande comédie, mais une comédie potache de plus, certes pas désagréable mais pas toujours très subtile. Heureusement, les deux ennemis sont bien entourés par Audrey Dana et surtout Sara Giraudeau pour nous faire sourire.

Note de la Presse :
Note du spectateur :

Synopsis : Par deux fois, Vincent a cru rencontrer la femme de sa vie. Par deux fois, elles l’ont quitté pour le même homme... Denis. Maintenant que Vincent file le parfait amour avec Anna, sa seule crainte est que l’histoire se répète. Alors il va tenter de comprendre : Mais que peuvent-elles trouver à ce type grande gueule, amateur de chemises bariolées, qui enseigne le catch comme une philosophie ?

TELERAMA N’ A PAS DONNE D’AVIS, A VOUS DE JUGER

-  "La fleur de l’âge" de Nick Quinn - Comédie avec Pierre Arditi, Jean-Pierre Marielle, Julie Ferrier - Durée : 1h23 - France

Critique : Version Femina (Anne Michelet) - Le sujet touche par la délicatesse de son traitement. Malheureusement, la mise en scène, plus proche de celle d’un téléfilm, présente des défauts et n’est pas toujours à la hauteur des ambitions narratives affichées

Note de la Presse :
Note des Spectateurs :

Synopsis - Gaspard Dassonville a 63 ans. Son style de vie en a la moitié : producteur de télévision réputé, il accumule les compagnes trentenaires et s’obstine à ignorer tout signe de vieillissement. Mais le grand âge lui tombe dessus avec fracas : Gaspard est contraint d’accueillir chez lui son père Hubert, devenu dépendant. Vieillard indomptable, Hubert vient perturber l’arrangement de son fils avec une jeunesse illusoire. Le duo se transforme en trio avec l’arrivée de Zana, aide-soignante aux références douteuses et à l’imagination débridée. Fascinés chacun à sa manière par cette femme peu conventionnelle, père et fils s’affrontent et se redécouvrent.

-  "Upside down" de Juan Solanas - Science fiction , Romance , Thriller avec Jim Sturgess, Kirsten Dunst, Timothy Spall - Canadien , français

Critique : Première (Thomas Agnelli) - Sur le papier, Juan Solanas tente des assemblages audacieux en mêlant fantastique et ordinaire, science-fiction et sensibilité de film d’auteur, poésie éthérée et satire sociale. A l’arrivée, Upside Down ressemble à un long épisode de La Quatrième Dimension aux connotations bibliques. On pourrait presque regarder le film pour ces seuls hémisphères qui se frôlent sans se toucher. Le plus souvent, le bel univers graphique baigné d’onirisme arrive à faire oublier les invraisemblances du scénario. Et si l’ensemble paraît un peu fauché, il parvient quand même plus d’une fois à nous mettre la tête à l� ??envers.

Note de la Presse : 2.6/5

Note des Spectateurs :

Synopsis : Dans un univers extraordinaire vit un jeune homme ordinaire, Adam, qui tente de joindre les deux bouts dans un monde détruit par la guerre. Tout en luttant pour avancer dans la vie, il est hanté par le souvenir d’une belle jeune fille venant d’un monde d’abondance : Eden. Dans cet univers, son monde se trouve juste au-dessus de celui d’Adam - si près que lorsqu’il regarde vers le ciel, il peut voir ses villes étincelantes et ses champs fleuris. Mais cette proximité est trompeuse : l’entrée dans son monde est strictement interdite et la gravité de la planète d’Eden rend toute tentative extrêmement périlleuse.

-  "Micmac masters" de Nalan Kumarasamy - Thriller , Comédie dramatique avec Vijay Sethupathi, Sanchita Shetty - Indien

Critique

Note de la Presse
Note des spectateurs

Synopsis : L’argent, L’argent, L’argent. C’est tout ce qui compte, qu’on soit pauvre ou riche. D’ailleurs, Das, sa femme Shalu et ses amies ne veulent pas en rester là. Ils veulent monter un coup et s’en sortir pour de bon.