L’ Algérie et le cinéma

  • Mis à jour : 25 novembre 2011

En prologue à la pièce tirée des textes de Mouloud Feraoun, "Le contraire de l’amour" Cultures et cinémas faisait une conférence sur l ’ Algérie vue par le cinéma.
La liste des films évoqués :

- La Maison du Maltais de Pierre Chenal.
- Cinq gentlemen maudits (1931) de Julien Duvivier
- La Bandera (1935).
- Pépé le Moko
- 1954 : Une nation, l’Algérie de René Vautier
- Les Réfugiés, court métrage 16 mm réalisé par Cécile Décugnis
- Les Infirmières de l’A.L.N.
- L’Attaque des mines de l’Ouenza
- L’Algérie en flammes, court métrage par René Vautier
- Sakiet Sidi Youssef, court métrage réalisé par Pierre Clément
- Les Réfugiés, court métrage produit et réalisé par Pierre Clément.
- Yasmina, court métrage réalisé par Djamel Chanderli et Mohammed Lakhdar-Hamina. Producteur : Service Cinéma G.P.R.A.
- La Voix du peuple, réalisé par : Mohammed Lakhdar-Hamina. Djamel Chanderli. Producteur : Service Cinéma G.P.R.A.
- Djazairouna, long métrage basé sur des images de Une nation, l’Algérie réalisé par René Vautier en 1955 et des images de Djamel Chanderli prises au maquis. Réalisation : Docteur Chaulet, Djamel Chanderli, Mohammed Lakhdar-Hamina. Producteur : Service Cinéma G.P.R.A.
- Les Fusils de la liberté, réalisé par : Djamel Chanderli et Mohammed Lakhdar-Hamina. sur un scénario de Serge Michel. Producteur : Service cinéma G.P.R.A.
- J’ai Huit Ans, (1961) court métrage réalisé par Yann et Olga Le Masson et René Vautier.
- Cinq hommes et un peuple, réalisation : René Vautier.
- 1960 : Le Petit Soldat de Jean-Luc Godard (sorti en salles en 1963 seulement)
- 1961 : Octobre à Paris de Jacques Panijel
- 1961 : Les Oliviers de la justice de James Blue
- 1961 : Le Combat dans l’île de Alain Cavalier
- 1965 : La Nuit a peur du soleil, de Mustafa Badie, en coproduction avec la RTA et le CNC
- 1966 : Le vent des Aurès, de Mohammed Lakhdar-Hamina
- 1968 : Hassan terro, de Mohamed Lakhdar Hamina (90 minutes)
- 1970 : L’Opium et le Bâton, de Ahmed Rachedi
- 1991 : Le Cri des hommes, de Okacha Touita
- 2004 : Nuit noire, 17 octobre 1961 de Alain Tasma
- 2005 : La Trahison de Philippe Faucon
- 2006 : Mon colonel de Laurent Herbiet
- 1965 : L’Aube des damnés, de Ahmed Rachedi
- 1975 : Chronique des années de braise, de Mohammed Lakhdar-Hamina - Palme d’Or au Festival de Cannes
- 2007 : Arezki l’indigène, de Djamel Bendeddouche
- 2007 : Cartouches gauloises de Mehdi Charef
- 2007 : Algérie, histoires à ne pas dire de Jean-Pierre Lled
- 1971 : Tahia ya Didou !, de Mohamed Zinet (76 minutes)1

La condition féminine
- 1977 : La Nouba des femmes du Mont Chenoua, de Assia Djebar
Ce film évoque l’impact psychologique de la guerre et l’identité des femmes après l’indépendance. A travers l’histoire de Lila, une expatrié algérienne revenant dans son pays 15 ans après, le film décriet les problèmes que peuvent rencontrer les femmes rurales dans une société patriarcale.
- 1982 : La Zerda et les Chants de l ??oubli, de Assia Djebar
- 1988 : La Citadelle, de Mohammed Chouikh
A travers les aventures amoureuses du jeune Kaddour, une étude du monde des femmes et de celui des hommes d’un village du sud-oranais. Par ses amours Kaddour sème la zizanie parmi les hommes qui décident de lui donner une leçon.

La vie des algériens
- 2004 : Aliénations, de Malek Bensmaïl
- 2005 : Bab el web, de Merzak Allouache
- 1969 : Elise et la vraie vie de Michel Drach
- 1985 : Le Thé au harem d’Archimède, de Mehdi Charef
Synopsis : Partageant les mêmes doutes et désillusions, Madjid et Pat, deux zonards paumés, errent dans une cite d’une banlieue bétonnée.

La guerre civile
- 1993 : Automne..Octobre a Alger (Malik Lakhdar-Hamina)
- 1994 : Bab el Oued city, de Merzak Allouache, franco-allemand -suisse,
- 2007 : Morituri, de Okacha Touita

Les espoirs et les désillusions de l’indépendance
- 1972 : Le Charbonnier, de Mohamed Bouamari
Un charbonnier, ancien maquisard, perd son emploi et quitte la campagne pour trouver du travial en ville. Rejeté partout, il réalise combien la guerre a brisé des solidarités profondes. Même au sein de son foyer, la transition s’avère difficile, sa femme ayant des velléités d’indépendance.
- 1976 : Omar Gatlato, de Merzak Allouache
La vie un peu étriquée de quelques jeunes Algérois : Omar, son copain Moh et les autres. Leurs illusions, leur ennui, leur travail nonchalant dans une administration.
- 1989 : Naissance de Walid yahiaoui, de Beyouna
- 2006 : Rome plutôt que vous ( titre original : Roma wa la n’touma), de Tariq Teguia, franco-algérien,
Depuis plus de dix années, l’Algérie vit une guerre lente, une guerre sans ligne de front mais ayant causé plus de 100 000 morts. C’est ce désert que Zina et Kamel - deux jeunes algérois tantôt hallucinés et joyeux, tantôt abattus et sereins - voudront sillonner une dernière fois avant de le quitter pour l’ailleurs. Road Movie sur les territoires d’une ville, Alger dont les chantiers sont des décombres. Roma wa la n’touma montrera que fuir à l’étranger n’est pas un refus du combat, mais une lutte obscure contre l’assignation."

L’amour et la comédie
- 2007 : Ayrouwen, de Brahim Tsaki
"Ayrouwen", qui signifie "II était une fois" en langue targuie, raconte une histoire d’amour entre Amayas, un Targui, et Claude, une jeune adolescente native d’une ville européenne qu’il a rencontrée dans le Grand désert de Djanet en Algérie. Cette histoire passionnelle va être perturbée par un ancien chagrin qui provient d’une première histoire d’amour entre Amayas et Mina. Allaités au même sein, donc frère et soeur de lait, ces derniers n’ont pu se marier ?
- 2010 : La place, de Dahmane Ouzid
"Essaha" désigne une place inoccupée au sein d’une cité algéroise. Ce terrain est convoité par des spéculateurs mais les habitants de la Cité veulent le récupérer pour l’utiliser à d’autres fins.
Les avis et les propositions divergent. Les projets s’opposent. C’est alors que des jeunes des deux sexes investissent les lieux pour en faire une sorte de grande salle de répétition de danse, lieu d’expression de leurs préoccupations, de leurs frustrations et aspiration à un monde meilleur.
- 2003 : Viva Laldjérie de Nadir Moknèche
Algérie, hiver 2003. La maman, la fille et la putain sont installées, depuis le début des violences terroristes, dans un hôtel du centre ville.

Le constat
- 2010 : "La Chine est encore loin" de Malek Bensmaïl,
- 2009 : Harragas, de Merzak Allouache