HOMMAGE A MARIE FRANCE PISIER

  • Mis à jour : 19 septembre 2011

Marie-France Pisier était une actrice, scénariste et réalisatrice française, née le 10 mai 1944 à Đà Lạt (Indochine française, actuel Vi ?t Nam).

Elle s’est rendue célèbre, notamment, pour son rôle dans le cycle des Antoine Doinel de François Truffaut (où elle interprète Colette, le premier amour platonique d’Antoine).

Marie-France est l’un des enfants du gouverneur colonial Georges Pisier (1910-1986). Sa s ?ur  ?velyne, professeur des universités en sciences politiques, est la première épouse de Bernard Kouchner. En 1968, Marie-France Pisier est la petite amie de Daniel Cohn Bendit. . Elle a été mariée à l’avocat Georges Kiejman, puis à Thierry Funck-Brentano, actuel directeur des ressources humaines et de la communication du groupe Lagardère, avec qui elle a eu deux enfants : Mathieu et Iris.

Engagements

Intellectuelle engagée dans les combats de son époque (elle fut, en 1968, jeune étudiante à Nanterre, membre du mouvement du 22-Mars), Marie-France Pisier est une des signataires du manifeste rédigé par Simone de Beauvoir en faveur du droit à l’avortement, paru le 5 avril 1971 dans Le Nouvel Observateur, et connu en général sous l’appellation de Manifeste des 343 salopes

Carrière

En 1961, pour donner la réplique à Jean-Pierre Léaud, l’Antoine Doinel du court métrage Antoine et Colette (du film à sketches L’Amour à vingt ans ), François Truffaut recherche une adolescente, « pas une lolita, pas une blousonne, pas une petite jeune femme. » Elle doit être simple, rieuse et avoir une bonne culture moyenne. Marie-France Pisier, qui fait alors partie d’une troupe de théâtre amateur, est choisie par le cinéaste. On la retrouve, dix-sept ans plus tard, qui reprend le personnage de Colette dans L’Amour en fuite, dernière aventure de Doinel co-écrite par la comédienne en 1978. Elle y croise Léaud/Doinel dans le train et, à la fin du film, dans une scène émouvante, elle croise également Claude Jade, qui joue Christine, successivement maîtresse, femme et ex-femme d’Antoine.

Entre-temps, Marie-France Pisier est devenue une égérie du cinéma d’auteur, apparaissant dans les univers oniriques d’Alain Robbe-Grillet, Luis Buñuel, Jacques Rivette et, surtout, du jeune André Téchiné. Grâce à ce dernier, elle obtient deux fois le César du meilleur second rôle, en 1976 et en 1977.
Ses engagements ne l’empêchent pas de prendre part à plusieurs succès populaires. Partenaire de Jean-Paul Belmondo dans Le Corps de mon ennemi d’Henri Verneuil, en 1976, et dans L’As des as de Gérard Oury, en 1982, elle joue l’année suivante une productrice cynique avec Le Prix du danger d’Yves Boisset.

Plus rare sur les écrans dans les années 1990, on retient son émouvante composition de femme en mal d’enfant dans Mari on, de Manuel Poirier, et son interprétation de Madame Verdurin dans Le Temps retrouvé d e Raoul Ruiz. Sollicitée par les jeunes auteurs, elle tourne ensuite avec Laurence Ferreira Barbosa, Christophe Honoré ou Maïwenn, dans Pardonnez-moi (doublement nommé aux Césars 2007).