bandeau 1 bandeau 2 bandeau 3 bandeau 4 bandeau 5

Cultures & Cinémas

Vous êtes ici : Accueil > EVENEMENTS CINEMA > Les hommages aux disparu-es > Hommage à la grande dame du cinéma Michèle Morgan

Hommage à la grande dame du cinéma Michèle Morgan

  • Mis à jour : 21 décembre 2016

Simone Roussel, connue sous le nom de scène de Michèle Morgan, née le 29 février 1920 à Neuilly-sur-Seine est partie le 20 décembre 2016.

Très primée dans les années 1950, alors à l’apogée de sa carrière, elle reçoit un César d’honneur en 1992, ainsi qu’un Lion d’or en 1996, en hommage à sa contribution au cinéma. Elle est la première actrice à recevoir au premier Festival de Cannes en 1946, le Prix d’interprétation féminine pour son rôle de Gertrude dans le film « La Symphonie pastorale » (1945).
Sommaire [masquer]

Biographie

Simone-Renée Roussel est l’aînée de quatre enfants. En 1933, la famille s’installe à Dieppe (rue de la Barre), où il reprend le fonds de commerce d’une épicerie, mais fait faillite deux ans plus tard.
Simone découvre la scène à l’occasion de spectacles du casino de Dieppe. En 1935, elle décide de faire une fugue avec son frère cadet, Paul, et d’aller chez ses grands-parents à Paris ; par l’intermédiaire d’agences de casting, elle y obtient son premier rôle comme figurante dans « Mam’zelle Mozart ». Le réalisateur Yvan Noé lui conseille de se perfectionner en prenant des cours d’art dramatique. L’année suivante, elle s’inscrit au Cours Simon. Elle adopte alors le pseudonyme de Michèle Morgan.

En 1937, Jeanne Witta la recommande au réalisateur Marc Allégret qui prépare son film « Gribouille ». Après un essai concluant, le milliardaire suisse Max Stoffel, producteur du film, insiste pour lui confier le premier rôle féminin, elle signe son premier contrat. Le film est un succès.

La RKO lui propose un contrat à Hollywood sur la base de 2 000 F par semaine. À la fin de 1937, elle tourne « Orage » avec Charles Boyer, grande vedette de l’époque.

En 1938 elle tourne avec Jean Gabin dans « Le Quai des brumes » que réalise Marcel Carné. En 1999, son compagnon Gérard Oury, élu à l’Académie des beaux-arts l’année précédente, demande au graveur et sculpteur Pierre-Yves Trémois de graver "T’as de beaux yeux" sur son épée d’académicien.

Le 15 septembre 1942, Michèle Morgan épouse aux États-Unis William Marshall, dont elle aura un fils, Mike Marshall (1944-2005). À son retour en France elle reçoit le premier prix d’interprétation féminine de l’histoire du Festival de Cannes en 1946 pour le rôle de Gertrude dans « La Symphonie pastorale » de Jean Delannoy.


La symphonie pastorale 1/6 par edgarette

En 1948, elle divorce de William Marshall, puis épouse en 1950 l’acteur Henri Vidal ; ils tourneront plusieurs films ensemble. En 1955, elle forme un couple avec Gérard Philipe dans « Les Grandes Manœuvres » de René Clair.

Elle est alors au sommet de sa célébrité. En 1957, elle tourne « Retour de manivelle », film qui marque un tournant dans sa carrière : incarnant jusqu’ici principalement des héroïnes fragiles, elle y joue une femme fatale de série noire, ce qui lui vaut ce jugement : « On est étonné de voir comment ses yeux peuvent devenir durs, sa bouche méprisante et sa voix cruelle »*

Après le décès d’Henri Vidal en 1959, elle devient la compagne du cinéaste Gérard Oury, rencontré sur le tournage du film « Le Miroir à deux faces » d’André Cayatte l’année précédente.

Ils resteront ensemble jusqu’au décès d’Oury en 2006.
Après « Benjamin ou les Mémoires d’un puceau » en 1967, Michèle Morgan suspend sa carrière, enregistre des poèmes et se consacre essentiellement à la peinture, dont la passion correspond à sa rencontre avec le peintre franco-polonais Moïse Kisling qui avait réalisé son portrait en 1943 à Los Angeles, et à la haute couture.

Elle réapparaît épisodiquement pour la télévision, le cinéma ou le théâtre. Elle préside le jury du Festival de Cannes 1971.

En 1975, Claude Lelouch la fait revenir à l’écran dans « Le Chat et la Souris ». Marraine du Festival de Cannes 1996 et Lion d’or pour l’ensemble de sa carrière à Venise, Michèle Morgan joue, en 1997, dans le téléfilm « Des gens si bien élévés », écrit par Danièle Thompson, fille de Gérard Oury pour France 24.
Elle annonce son retrait du cinéma, et la fin de sa carrière en janvier 2001.

Filmographie

1937 : Gribouille de Marc Allégret : Nathalie Roguin
1938 : Orage de Marc Allégret : Françoise Massart
1938 : Le Quai des brumes de Marcel Carné : Nelly
1938 : L’Entraîneuse d’Albert Valentin : Suzy
1940 : Remorques de Jean Grémillon : Catherine

1946 : La Symphonie pastorale de Jean Delannoy : Gertrude
1950 : Maria Chapdelaine de Marc Allégret : Maria Chapdelaine
1953 : Les Orgueilleux d’Yves Allégret : Nelly

1954 : Napoléon de Sacha Guitry : Joséphine de Beauharnais
1955 : Les Grandes Manœuvres de René Clair : Marie-Louise Rivière
1955 : Marie-Antoinette reine de France de Jean Delannoy : Marie-Antoinette

1957 : Retour de Manivelle de Denys de La Patellière : Hélène Fréminger
1958 : Le Miroir à deux faces d’André Cayatte : Marie-Josée Tardivet
1958 : Maxime d’Henri Verneuil : Jacqueline Monneron
1960 : Fortunat d’Alex Joffé : Juliette Valcourt

1966 : Les Centurions (Lost command) de Mark Robson : la comtesse de Clairfond
1967 : Benjamin ou les Mémoires d’un puceau de Michel Deville : la comtesse
1975 : Le Chat et la Souris de Claude Lelouch : Mme Richard

Télévision

1953 : Studio One, épisodes Camille et Silent the Song
1967 : La Bien-aimée de Jacques Doniol-Valcroze : Fanny Dréal
1976 : Hommage à Raimu - Documentaire - de Raymond Castans et Solange Peters : elle-même
1981 : Le Tout pour le tout de Jacques Brialy
1984 : Chéri - Pièce de théâtre d’Yves-André Hubert d’après Colette : Léa, la maîtresse de Chéri
1986 : Le Tiroir secret - Feuilleton en 6 épisodes - : La saisie d’Édouard Molinaro, L’Enquête de Roger Gillioz, Top secret de Michel Boisrond, La Rencontre d’Édouard Molinaro, La Mise au point de Nadine Trintignant et Le Retour de Michel Boisrond : Colette Dutilleul-Lemarchand
1995 : La Veuve de l’architecte de Philippe Monnier : Héléna Kramp
1997 : Des gens si bien élevés d’Alain Nahum : Geneviève
1999 : La Rivale d’Alain Nahum : Judith Legrand
2007 : Michèle Morgan avec ces yeux-là, documentaire d’Anne Andreu : elle-même
2010 : Les Trois Glorieuses, documentaire d’Henry-Jean Servat et Pierrick Bequet : elle-même

Théâtre

1978 : Le Tout pour le tout de Françoise Dorin, mise en scène Raymond Gérôme, théâtre du Palais-Royal
1981 : Chéri de Colette, mise en scène Jean-Laurent Cochet, théâtre des Variétés
1983 : Chéri de Colette, mise en scène Jean-Laurent Cochet, théâtre des Célestins
1988 : Une femme sans histoire d’Albert Ramsdell Gurney, mise en scène Bernard Murat, Comédie des Champs-Élysées
1993 : Les Monstres sacrés de Jean Cocteau, mise en scène Raymond Gérôme, théâtre des Bouffes-Parisiens