bandeau 1 bandeau 2 bandeau 3 bandeau 4 bandeau 5

Cultures & Cinémas

Vous êtes ici : Accueil > EVENEMENTS CINEMA > Les sorties > Sorties 2015 > Sorties cinéma du 1er juillet 2015

Sorties cinéma du 1er juillet 2015

  • Mis à jour : 2 juillet 2015

Critiques extraites de Télérama et autres magazines dont Allociné et Première

Sorties du mercredi 1er juillet 2015

TELERAMA AIME BEAUCOUP

Cotation 4/5

- « LOVE AND MERCY » – Film historique - Sortie le 1er juillet 2015 - Réalisé par :Bill Pohlad - Avec :Paul Dano , John Cusack , Elizabeth Banks - Durée : 2h1min - Pays de production : Etats-Unis

Note de la presse : 3.8/5

Note du public : 3.3/5

Critique  : Direct Matin ( La rédaction de Direct Matin )_3/4_Bill Pohlad fait preuve d’audace en confiant l’interprétation de Wilson aux acteurs Paul Dano (années 1960) et John Cusack (années 1980). La présence du compositeur Atticus Ross au générique ne gâche rien.

Synopsis  :
Derrière les mélodies irrésistibles des Beach Boys, il y a Brian Wilson, qu’une enfance compliquée a rendu schizophrène. Paul Dano ressuscite son génie musical, John Cusack ses années noires, et l’histoire d’amour qui le sauvera.

- « TALE OF TALES » - Drame - Sortie le 1er juillet 2015 - Réalisé par :Matteo Garrone- Avec :Salma Hayek , John C. Reilly , Vincent Cassel - Durée : 2h5min - Pays de production : Italie

Note de la presse : 3.1/5

Note du public : 3.1/5

Critique  :
LA CRITIQUE DE PREMIERE (Gael Golhen)_3/4_On a l’ADN, on a l’émotion plastique… Mais on sort quand même un peu ébranlé par ce qu’on vient de voir. Finalement, que raconte ce Conte des Contes ? On perçoit bien les échos contemporains du film, la potentielle critique sociale que contiennent certains segments (la chirurgie esthétique, l’empowerment féminin, le caractère essentiellement tyrannique du pouvoir), mais ça ne suffit pas à donner un sens clair au film, dénué de conclusion ou de morale comme les contes originels. Pareil, on voit bien la manière dont l’univers de Garrone fusionne dans ces contes médiévaux - il y a du Gomorra (la corruption), du Reality (la cruauté, le miracle et la bouffonnerie) et même de L’Etrange Monsieur Peppino (l’idée du corps et de ses transformations), mais il nous manque une clé. Le sens se dérobe… On a l’impression d’avoir loupé un truc, comme si notre attention était ailleurs pendant la projection, comme si on avait été envapé, absorbé par autre chose. L’effet Cannes ? A moins que finalement ce soit le sens de l’équilibriste et du saltimbanque. On pense à la dernière phrase de Songe d’une nuit d’été : « si nous avons déplu, figurez-vous seulement (et tout sera réparé) que vous n’avez fait qu’un somme »

Synopsis  : Il était une fois trois royaumes voisins où dans de merveilleux châteaux régnaient rois et reines, princes et princesses : un roi fornicateur et libertin, un autre captivé par un étrange animal, une reine obsédée par son désir d’enfant... Sorciers et fées, monstres redoutables, ogre et vieilles lavandières, saltimbanques et courtisans sont les héros de cette libre interprétation des célèbres contes de Giambattista Basile.

- « VICTORIA » - Thriller - Sortie le 1er juillet 2015 - Réalisé par :Sebastian Schipper - Avec :Laia Costa , Frederik Lau , Franz Rogowski - Durée : 2h20min - Pays de production : Allemagne

Note de la presse : 4.0/5

Note du public : 3.8/5

Critique  : A voir à lire ( Frédéric Mignard )_3/4_Une oeuvre étourdissante qui regorge de vitalité et qui, au-delà de son impressionnant procédé de plan-séquence, se pose comme un puissant manifeste pour la jeunesse européenne.

Synopsis  : 5h42. Berlin. Sortie de boîte de nuit, Victoria, espagnole fraîchement débarquée, rencontre Sonne et son groupe de potes. Emportée par la fête et l’alcool, elle décide de les suivre dans leur virée nocturne. Elle réalise soudain que la soirée est en train de sérieusement déraper…

TELERAMA AIME UN PEU

Cotation 3/5

- « FANTASIA » - Drame - Sortie le 1er juillet 2015 - Réalisé par :Wang Chao - Avec : Hu RuiJie , Su Su , Zhang Xu - Durée : 1h25min - Pays de production : Chine

Note de la presse : 2.7 /5

Note du public : 3.2/5

Critique  : StudioCiné Live ( Sophie Benamon )_1/4_Ce qui aurait pu être un portrait touchant de la classe ouvrière se réduit à une spirale infernale et attendue du désespoir.

Synopsis  :
Une famille recomposée dans une ville industrielle chinoise. Lorsque les hospitalisations du père deviennent de plus en plus fréquentes et coûteuses, toute la famille se trouve ébranlée. La mère enchaîne les petits boulots et se démène pour trouver de l’argent, la grande soeur décide de travailler secrètement dans un bar et Lin, le petit frère, stigmatisé par la maladie de son pèreet rejeté par ses camarades, fuit l’école et se réfugie dans un monde rêvé, un monde fantasmatique,un monde de fantaisie.

- « TERMINATOR GENISYS » Film fantastique Action - Sortie le 1er juillet 2015 - Réalisé par :Alan Taylor - Avec :Arnold Schwarzenegger , Jason Clarke , Emilia Clarke - Durée : 2h5min - Pays de production : Etats-Unis

Note de la presse : 2.8/5

Note du public : 3.9/5

Critique  : Le Point ( Phalène de la Valette )2Passez votre chemin si les ritournelles mécaniques vous font grincer des dents. Mais si la nostalgie est forte et l’envie de revoir Schwarzy irrépressible… Il y a, c’est vrai, quelque chose de touchant dans le spectacle de cette machine humaine désormais ridée et grisonnante.*

Synopsis  : Le leader de la résistance John Connor envoie le sergent Kyle Reese dans le passé pour protéger sa mère, Sarah Connor et préserver l’avenir de l’humanité. Des événements inattendus provoquent une fracture temporelle et Sarah et Kyle se retrouvent dans une nouvelle version du passé. Ils y découvrent un allié inattendu : le Guardian. Ensemble, ils doivent faire face à un nouvel ennemi. La menace a changé de visage.

Existe en version 3D
Reboot de la franchise Terminator

- « DOMINIQUE A, LA MEMOIRE VIVE » - Documentaire - Sortie le 1er juillet 2015 - Réalisé par : Thomas Bartel -Durée : 1h8min - Pays de production : France

Note de la presse : 3.3/5

Note du public : /5

Critique  : PREMIERE (Mathias Averty) _1/4_Dominique A dévoile sa face B... Rythmée par des séquences live, cette mise à nu aussi minimaliste que son univers permet de mieux cerner cet artiste à la démarche lo-fi peu conventionnelle. Empreint d’une insondable mélancolie, le chanteur, qui tente de graver ses souvenirs épars dans ses compositions, explore un rock éthéré et poétique. C’est au milieu de lieux et de personnes qui lui sont chers qu’il se laisse approcher avec humilité. Une rencontre surtout dédiée aux fans.

Synopsis  :
Que fait-­‐on de notre passé ? Pourquoi revenons-­‐nous cycliquement vers les eaux troubles d’un temps révolu ? En vingt ans de carrière, ces questions semblent hanter la discographie et les textes de Dominique A. Depuis La Fossette (1992), oeuvre qui a décrassé la chanson française par son lyrisme minimal et bricolé, jusqu’à la consécration méritée pour l’ambitieux Vers les lueurs (2012) aux Victoires de la Musique, son parcours artistique peut se lire comme une véritable déclaration d’indépendance vis à vis des codes de la chanson française. Son récit autobiographique Y revenir publié la même année ouvrait les portes de l’enfance et donnait quelques pistes biographiques. En explorant en sa compagnie les lieux clés d’une géographie intime, en le découvrant interprétant sur scène ses chansons en solo ou en groupe, Dominique A, la mémoire vive avance à rebours, fouille dans « les tiroirs mémoriels » de l’auteur pour en extraire quelques éléments saillants d’une singularité musicale sans égal.

TELERAMA N’A PAS D’AVIS A VOUS DE VOIR

- « LES PROFS 2 » - Comédie - Sortie le 1er juillet 2015 - Réalisé par :Pierre-François Martin-Laval -Avec :Kev Adams , Isabelle Nanty , Didier Bourdon -Pays de production : France

Note de la presse : 2.3 /5

Note du public : 2.6/5

Critique  :

Synopsis  : Les pires Profs de France débarquent en Angleterre pour une mission ultra-secrète. Avec Boulard, le Roi des cancres, ils sont parachutés dans le meilleur lycée du pays, et ils vont appliquer leurs célèbres méthodes sur la future élite de la nation. L’enjeu est énorme : de leur réussite dépendra l’avenir du Royaume tout entier... Cette année : aux meilleurs élèves, les pires profs quand même !!!

- « LOST FOR WORDS » – Drame- Sortie le 1er Juillet 2015 - Réalisé par : Stanley J. Orzel - Avec :Sean Faris , Grace Huang , Joman Chiang - Durée : 1h47min - Pays de production : Etats-Unis

Note de la presse : 1.5/5

Note du public : /5

Critique  : Le Monde ( Noémie Luciani )1Deux clichés vivants (un ex-marine américain venu chercher une nouvelle vie et une danseuse chinoise prude et délicate) tombent amoureux, et un réalisateur mal intentionné se met en tête de nous les faire suivre pendant une heure trois quarts de fiction aux airs de mauvaise pub pour l’office du tourisme.

Synopsis  : Un Américain à Hong Kong, une jeune danseuse envoutante, une histoire d’amour naissante, un grand père meurtri par la guerre du Vietnam… Voilà les ingrédients de ce long métrage. Leur amour résistera-t-il ?

- « PAPANASAM » - Thriller , Drame - Sortie le 3 juillet 2015 - - Réalisé par Jeethu Joseph – Avec Kamal Haasan, Gautami Kapoor, Kalabhavan Mani - Durée :2h29min – Pays : Inde

Note de la presse : /5

Note du public : /5

Critique  :

Synopsis  :
Jusqu’où irez-vous pour sauver votre famille ?
Soyambulingam, un autodidacte vit paisiblement dans un petit village. Il gère son entreprise dans le plus grand bonheur, jusqu’au jour où une lourde charge pèse sur lui et sa famille. Arrivera-t-il à déjouer la machine judiciaire ?

- « HARAMISTE » Comédie – Sortie le 3 Juillet 2015 - Réalisé par :Antoine DESROSIERES - Durée : 40min - Pays de production : France

Note de la presse : 3.8 /5

Note du public : 2.8/5

Critique  : Critikat.com ( Adrien Dénouette )_4/4_D’utilité publique, "Haramiste" flanque un grand coup de pied dans la fourmilière du film de banlieue, et confirme au passage ce que beaucoup soupçonnaient : il y a bien quelque chose de pourri au royaume du rire français.

Synopsis  : Sortie en VOD le 3 juillet 2015

On ne badine pas avec l’amour. Rim, dix-huit ans, rappelle à sa soeur Yasmina, dix-sept ans, qu’elle ne doit pas parler au garçon qui lui plaît. Mais à force de parler de tout ce qui est interdit, cela donne des envies. De rappels en conseils, Haramiste raconte l’histoire de ces deux soeurs au dress code voile - doudoune - basket, qui s’adorent, s’affrontent, se mentent, se marrent, se font peur, découvrent le frisson de la transgression et du désir amoureux.