Sorties cinéma du 10 juin 2015

  • Mis à jour : 10 juin 2015

Critiques extraites de Télérama et autres magazines dont Allociné et Première

Sorties du mercredi 10 juin 2015

TELERAMA AIME PASSIONEMENT

Cotation 5/5

- « COMME UN AVION » – Comédie - Date de sortie : 10 juin 2015 - Réalisé par : Bruno Podalydès - Avec : Bruno Podalydès, Agnès Jaoui, Sandrine Kiberlain - Durée : 1h45min - Pays de production : France - Année de production : 2015 - Distributeur : UGC Distribution

Note de la presse : 4.1/5

Note du public : 3.1/5

Critique  : Premiere (Christophe Narbonne)_3/4_ Le réalisateur se jette à l’eau dans tous les sens du terme en incarnant un quinqua qui, sur un coup de tête, part descendre une rivière en kayak sous l’œil complice de sa femme. Surtout, Bruno Podalydès occupe l’écran avec une gourmandise qu’on ne lui soupçonnait pas, et c’est une révélation. Véritables corps et voix de cinéma, il propose une alternative poético-burlesque aux comiques interchangeables qui trustent l’affiche. Aux dialogues payants ("Il te faudrait deux mois pour rejoindre la mer, t’as pris qu’une semaine de vacances", lui dit sa femme) s’ajoutent une observation décalée des comportements humains (au sein d’une microsociété rencontrée lors de son trip aquatique) et un sens de la démesure, minimaliste mais têtu, qui fait le prix de ce film planant.

Synopsis  : Michel, la cinquantaine, est infographiste. Passionné par l’aéropostale, il se rêve en Jean Mermoz quand il prend son scooter. Et pourtant, lui‐même n’a jamais piloté d’avion... Un jour, Michel tombe en arrêt devant des photos de kayak : on dirait le fuselage d’un avion. C’est le coup de foudre. En cachette de sa femme, il achète un kayak à monter soi‐même et tout le matériel qui va avec. Michel pagaie des heures sur son toit, rêve de grande traversées en solitaire mais ne se décide pas à le mettre à l’eau. Rachelle découvre tout son attirail et le pousse alors à larguer les amarres.
Michel part enfin sur une jolie rivière inconnue. Il fait une première escale et découvre une guinguette installée le long de la rive. C’est ainsi qu’il fait la connaissance de la patronne Laetitia, de la jeune serveuse Mila, et de leurs clients ‐ dont la principale occupation est de bricoler sous les arbres et boire de l’absinthe. Michel sympathise avec tout ce petit monde, installe sa tente pour une nuit près de la buvette et, le lendemain, a finalement beaucoup de mal à quitter les lieux.

TELERAMA AIME UN PEU

Cotation 3/5

- « JURASSIC WORLD » - Action - Date de sortie : 10 juin 2015 - Réalisé par : Colin Trevorrow - Avec : Chris Pratt, Bryce Dallas Howard, Vincent d’Onofrio - Durée : 2h3min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2015 - Titre original : Jurassic World - Distributeur : Universal Pictures France

Note de la presse : 2.9/5

Note du public : 4.2/5

Critique  :

Synopsis  : L’Indominus rex, un dinosaure génétiquement modifié, pure création de la scientifique Claire Dearing, sème la terreur dans le fameux parc d’attractions. Les espoirs de mettre fin à cette menace reptilienne se portent alors sur le dresseur de raptors Owen Grady et sa cool attitude.
Quatrième volet de la célèbre franchise Jurassic Park.

Existe en version 3D

- « UN FRANCAIS » - Drame - Interdit au -12 ans - Date de sortie : 10 juin 2015 - Réalisé par : Diastème - Avec : Alban Lenoir, Samuel Jouy, Paul Hamy - Durée : 1h38min - Pays de production : France - Année de production : 2015 - Distributeur : Mars Distribution

Note de la presse : 3.1/5

Note du public : 2.4/5

Critique  : Nouvel Obs ( Grégoire Leménager)_3/4_Tout ça est gentiment didactique, mais pas trop. C’est même plutôt habilement fait, nerveux, rythmé, bien joué. (...) Le skinhead nazi est une espèce assez rare au cinéma. Rien que pour ça, "Un Français" mérite le coup d’œil.

Synopsis  : Marco est un skinhead, un vrai. Avec ses copains, Braguette, Grand-Guy, Marvin, il cogne les Arabes et colle les affiches de l’extrême droite. Jusqu’au moment où il sent que, malgré lui, toute cette haine l’abandonne. Mais comment se débarrasser de la violence, de la colère, de la bêtise qu’on a en soi ? C’est le parcours d’un salaud qui va tenter de devenir quelqu’un de bien.

- « CONTES ITALIENS » - Drame - Date de sortie : 10 juin 2015 - Réalisé par : Vittorio Taviani,Paolo Taviani - Avec : Jasmine Trinca , Kim Rossi-Stuart, Lello ARENA - Durée : 1h55min - Pays de production : Italie - Année de production : 2014 - Titre original : Maraviglioso Boccaccio - Distributeur : Bellissima Films

Note de la presse : 3.1/5

Note du public : 3.1/5

Critique  : Premiere (Isabelle Danel) _2/4_ Les cinéastes adaptent ici cinq nouvelles de Boccace. Des fables que de jeunes gens ayant fui la peste sévissant à Florence se racontent pour passer le temps, au cœur d’une villa enchantée. Quand la mort rôde, quoi de mieux que de parler d’amour ? La mise en scène, hiératique, rivalise néanmoins d’inventions pour explorer des univers tragiques, fabuleux ou cocasses. Les histoires dans l’histoire induisent une sorte de distance qui, curieusement, les rapproche des thèmes contemporains, les rendant actuelles autant qu’universelles.

Synopsis  : Florence, XIVème siècle : la peste fait rage. Dix jeunes gens fuient la ville pour se réfugier dans une villa à la campagne et parler du sentiment le plus élevé qui existe, l’amour, dans toutes ses nuances.

D’après le Decameron de Boccace

- « LE MONDE DE NATHAN » - Comédie dramatique - Date de sortie : 10 juin 2015 - Réalisé par : Morgan Matthews - Avec : Asa Butterfield, Sally Hawkins, Rafe Spall - Durée : 1h51min - Pays de production : Grande-Bretagne - Année de production : 2014 - Titre original : X+Y - Distributeur : Synergy Cinema

Note de la presse : 3.4/5

Note du public : 3.5/5

Critique  : Clapmag.com ( Elisabeth Yturbe) _ Sans révolutionner le genre, "Le Monde de Nathan" trace discrètement son sillon singulier. Pour sa première œuvre de fiction, Morgan Matthews réalise un teen movie en mode mineur mais à la sensibilité rafraichissante.

Synopsis  : Nathan est un adolescent souffrant de troubles autistiques et prodige en mathématiques. Brillant mais asocial, il fuit toute manifestation d’affection, même venant de sa mère. Il tisse pourtant une amitié étonnante avec son professeur anticonformiste M. Humphreys, qui le pousse à intégrer l’équipe britannique et participer aux prochaines Olympiades Internationales de Mathématiques. De la banlieue anglaise à Cambridge en passant par Taipei, la vie de Nathan pourrait bien prendre un tour nouveau.

- « UNE EQUIPE DE REVE » - Documentaire - Date de sortie : 10 juin 2015 - Réalisé par : Mike Brett,Steve Jamison - Durée : 1h37min - Pays de production : Grande-Bretagne - Année de production : 2013 - Titre original : Next Goal Wins - Distributeur : Bodega

Note de la presse : 4.0/5

Note du public : 3.3/5

Critique  : Ecran Large ( Florian Descamps)_3/4_ Sorte de "Feel Good Documentary" mâtiné de culture Samoane, « Une équipe de rêve » est donc de ces documentaires insaisissables, foncièrement légers, mais incroyablement positifs.

Synopsis  : Après une défaite historique, 31-0 contre l’Australie, les Samoa Américaines (officiellement la pire équipe de football au monde) décident de se qualifier pour la Coupe du Monde 2014. Thomas Rongen, entraineur professionnel, arrive à la rescousse et découvre à son arrivée sur l’île, une charmante équipe composée de Nicky Salapu, gardien de but hanté par les 31 buts encaissés et Johnny « Jaiyah » Saeluah, premier joueur transgenre à disputer une compétition internationale. Il reste un mois pour se qualifier.

- « CENDRES » - Documentaire - Date de sortie : 10 juin 2015 - Réalisé par : Mélanie Pavy ,Idrissa Guiro - Durée : 1h15min - Pays de production : France - Année de production : 2015 - Distributeur : Docks66

Note de la presse : 4.0/5

Note du public : 3.2 /5

Critique  : Premiere (Damien Leblanc) _3/4_ À la mort de sa mère (Kyôko Kosaka, actrice et féministe apparue en 1966 dans "Made in USA", de Jean-Luc Godard), Akiko découvre le journal intime de la défunte et s’envole pour le Japon en quête d’un lieu où disperser les cendres. Le difficile travail de deuil de la jeune femme consistera donc autant à interroger récits du passé et images de fiction mettant en scène la figure maternelle qu’à nouer contact avec la déroutante – mais bien réelle – branche familiale restée vivre à Hiroshima. Réalisé avec tact et empathie, ce documentaire enregistre la déchirante reconstruction d’une héroïne qui, intimidée par ses origines, doit aussi s’affranchir de tout un héritage culturel et cinématographique afin de se forger un destin.

Synopsis  : En vidant l’appartement parisien de Kyoko qui vient de mourir, sa fille, Akiko découvre deux carnets laissés à son intention. Son journal intime, tenu depuis 1964. Chargée de cet étrange héritage, la jeune femme décide de rapporter l’urne de sa mère au Japon, dans sa famille maternelle, et découvre un territoire intime auquel elle appartient sans le savoir. Le film voyage entre deux générations de femmes, de la France de la Nouvelle Vague au Japon d’après la bombe. En cherchant le lieu où disperser les cendres, Akiko remonte le fil du temps et cherche sa place. Akiko, héroïne de ce documentaire, fait ici écho à sa mère l’actrice, à sa mère l’icône féminine des années soixante. C’est ce dialogue par-delà la mort, que le film porte comme il porte le passé de Kyoko et le destin d’Akiko

- « LE SOUFFLE » - Drame - Date de sortie : 10 juin 2015 - Réalisé par : Alexander Kott - Avec : Elena An, Karim Pakachakov, Narinman Bekbulatov-Areshev - Durée : 1h35min - Pays de production : Russie - Année de production : 2014 - Titre original : Ispytanie - Distributeur : ZED

Note de la presse : 3.9/5

Note du public : 3.2/5

Critique  : Premiere (Isabelle Danel)_2/4_ Cette histoire sans paroles regorge d’images sublimes qui offrent à la nature une place immense, le souffle du titre étant une menace toute humaine sur cet ordonnancement paisible. Dommage que le réalisateur en fasse trop, multipliant les plans en plongée et les chromos fabriqués, car la poésie simple du père "gobant" rituellement le soleil flamboyant ou celle du vent dans les cheveux de l’héroïne suffisent à notre bonheur.

Synopsis  : Un homme et sa fille vivent paisiblement dans une ferme isolée des steppes kazakhes. Alors que deux garçons, un Moscovite et un Kazakh, se disputent le cœur de la jeune fille, une menace sourde se fait sentir...

TELERAMA N’AIME PAS. MAIS CE N’EST PAS UNE RAISON POUR NE PAS Y ALLER

Cotation : 2/5

- « LA BELLE PROMISE » - Comédie dramatique - Date de sortie : 10 juin 2015 - Réalisé par : Suha Arraf - Avec : Nisreen Faour, Ula Tabari, Cherien Dabis - Durée : 1h26min - Pays de production : Israël Palestine - Année de production : 2014 - Titre original : Villa Touma - Distributeur : KMBO

Note de la presse : 3.4/5

Note du public : /5

Critique  : Premiere (Bernard Achour) _3/4_ Une ambiance de conte cruel baigne ce quasi-huis clos dont l’élégance formelle n’a d’égale que son intensité. Champion dans l’art du contre-pied, "La Belle Promise" arrache à son gynécée et à ses formidables actrices des accents où l’épouvante le dispute à l’indignation et à une douloureuse ironie, avant que l’épilogue ne dégoupille une grenade émotionnelle dont l’explosion cisaille net.

Synopsis  : En Palestine, trois sœurs issues de l’aristocratie chrétienne ont perdu leur terre et leur statut social après la guerre des Six Jours de 1967 avec Israël. Incapables de faire face à leur nouvelle réalité, elles s’isolent du reste du monde en s’enfermant dans leur villa pour se raccrocher à leur vie passée. L’arrivée de leur jeune nièce, Badia, ne tarde pas à bousculer leur routine et d’autant plus lorsqu’elles se mettent en tête de lui trouver un mari.

- « ETRE » - Drame - Date de sortie : 10 juin 2015 - Réalisé par : Fara Sene - Avec : Bruno Solo, Salim Kechiouche, Benjamin Ramon - Durée : 1h28min - Pays de production : France - Année de production : 2015 - Distributeur : Cinétévé Distribution

Note de la presse : /5

Note du public : 3.0/5

Critique  : Premiere (Isabelle Danel) _1/4_ Premier film d’un basketteur devenu réalisateur de courts métrages, cette œuvre chorale brasse les destins de personnages travaillés par le désir de quitter leur pays mais aussi par ce qui les lie à leurs parents ou à leurs enfants (perdus, à naître ou bien présents). Passé les scènes d’exposition, les épaisses ficelles du scénario, s’effilochent assez vite. Approximation du jeu des acteurs, flottement dans la mise en scène, alourdie par une construction inutilement alambiquée, plombent l’ensemble. Dommage car l’ambition était belle et la sincérité, palpable.

Synopsis  : François, policier aigri ne supporte pas plus son travail que sa vie conjugale. Mohammed veut quitter sa cité par tous les moyens. Ester n’arrive pas à accepter sa condition de fille adoptée. Christian veut laisser son village et la boulangerie familiale dans laquelle il travaille. Tous vivent entre Paris et la province. En l’espace de vingt-quatre heures, leurs destins vont se rencontrer, puis basculer, révélant pour chacun ce qu’il se refusait de voir.