Sorties cinéma du 15 avril 2015

  • Mis à jour : 21 avril

Critiques extraites de Télérama et autres magazines dont Allociné et Première

Sorties du mercredi 15 avril 2015

TELERAMA AIME BEAUCOUP

Cotation 4/5

- « TAXI TEHERAN » - Drame - Date de sortie : 15 avril - Réalisé par : Jafar Panahi - Avec : Jafar Panahi - Durée : 1h22min - Pays de production : Iran - Année de production : 2015 - Titre original : Taxi - Distributeur : Memento Distribution

Note de la presse : 4.3/5

Note du public : 3.4/5

Critique  : Paris Match ( Yannick Vely ) _ 3/4 _ Démêler le vrai du faux est impossible tant le cinéaste est passé maître dans le vrai-faux-documentaire, ajoutant à son propos une mise en abîme personnelle, quand on essaie de voler les cartes mémoires des caméras installées dans le taxi. Bref, tout ceci est du cinéma, du grand, du beau, du fort.

Synopsis  : Installé au volant de son taxi, Jafar Panahi sillonne les rues animées de Téhéran. Au gré des passagers qui se succèdent et se confient à lui, le réalisateur dresse le portrait de la société iranienne entre rires et émotion.

TELERAMA AIME UN PEU

Cotation 3/5

-  « EN EQUILIBRE » - Comédie dramatique - Date de sortie : 15 avril 2015 - Réalisé par : Denis Dercourt - Avec : Albert Dupontel, Cécile de France , Marie Bäumer - Durée : 1h30min - Pays de production : France - Année de production : 2014 - Distributeur : StudioCanal

Note de la presse : 3.2/5

Note du public : 3.0/5

Critique  : PREMIERE (Christophe Narbonne) _3/4 _ Dercourt, à qui l’on doit les très ambigus "La Tourneuse de pages" et "Demain dès l’aube", ne fait jamais dans la facilité. Avec cette love story chargée, il sort de son registre habituel – le thriller mental et manipulateur – et s’expose à la mauvaise chute. Mais par la grâce de son style elliptique et d’un casting bien agencé (Dupontel n’a pas été aussi touchant depuis "Deux Jours à tuer" et Cécile de France est aussi joliment filmée que dans "Möbius"), il parvient à trouver le ton juste entre mélo et sujet de société. Et le film d’atteindre miraculeusement son point d’équilibre.

Synopsis  : Marc est cascadeur équestre. Un grave accident sur un tournage lui fait perdre tout espoir de remonter un jour à cheval. Florence est chargée par la compagnie d’assurances de s’occuper du dossier de cet homme brisé. Cette brève rencontre va bouleverser leurs équilibres…

Adaptation du livre « Sur mes 4 jambes » de Bernard Sachsé et Véronique Pellerin

- « JE SUIS ANNEMARIE SCHWARZENBACH » - Date de sortie : 15 avril 2015 Réalisé par : Véronique Aubouy - Avec : Julia Perazzini, Pauline Leprince - Durée : 1h25min - Pays de production : France - Année de production : 2015 – Titre original : Je suis Annemarie Schwarzenbach

Note de la presse : /5

Note du public : /5

Critique  :

Synopsis  :
La libre adaptation de la vie d’Annemarie Schwarzenbach, romancière et grande voyageuse suisse des années 30.

- « LA PROMESSE D’UNE VIE » - Drame - Date de sortie : 15 avril 2015 - Réalisé par : Russell Crowe - Avec : Russell Crowe, Olga Kurylenko, Yilmaz Erdogan - Durée : 1h51min - Pays de production : Australie Turquie Etats-Unis - Année de production : 2014 - Titre original : The Water Diviner - Distributeur : Universal Pictures International France

Note de la presse : 2.7/5

Note du public : 3.5/5

Critique  : PREMIERE (Sylvestre Picard)_2/4_ L’agitation politique de l’Europe au sortir de la guerre, l’embuscade d’un train, une tempête de sable, des sociétés secrètes, des serments : bref, le grand vent romanesque du cinéma d’aventures exotiques qui ne souffle que de plus en plus rarement, et sans rencontrer le succès ("Or noir", de Jean-Jacques Annaud, voire "John Carter", d’Andrew Stanton). Pour son premier long comme réalisateur, Russell Crowe a eu du culot et du muscle pour faire un film aussi old school. Par manque de passion (et d’intérêt), les scènes romantiques avec Olga Kurylenko, pas crédible en patronne d’hôtel menacée par le fondamentalisme, tombent complètement à plat. Mais dès que Russell s’enflamme, l’écran s’embrase avec lui. Les fondations d’un puits dans le désert, le suicide d’une femme dans un étang, la marche dans le charnier des Dardanelles (véritable traumatisme fondateur de l’histoire kiwie), l’assaut nocturne dans les tranchées suivi d’un corps-à-corps brutal ; autant de belles scènes, fortement évocatrices grâce à la photo d’Andrew Lesnie (les trilogies du "Seigneur des Anneaux" et du "Hobbit"). Il y a du Mel Gibson réalisateur chez Russell Crowe, le même goût de l’histoire-bataille au cinéma et la même vision des relations humaines comme découlant nécessairement de rapports de force et de domination. Sans être aussi extrême que les pelloches barbares de "Mad Mel", La Promesse d’une vie est une jolie fresque historique qui évite le nationalisme guimauve, en évoquant et en respectant les deux faces de la guerre. Ce n’est pas complètement réussi, mais c’est au moins la promesse d’un cinéaste.

Synopsis  : En 1919, 4 ans après la terrible bataille des Dardanelles, un paysan australien, Joshua Connor, rejoint la Turquie par bateau, résolu à retrouver ses trois fils, ayant combattu aux côtés des Anglais, et à les ramener sur leur terre natale, selon le souhait de sa défunte femme Eliza. Mais rien, dans les 46 ans de vie rurale de cet homme, ne l’a préparé au mélange de grandeur, de beauté et de chaos qu’est Constantinople, et la ville, sous occupation britannique, reste pour lui un territoire ennemi où ses fils ont disparu.
À son arrivée au port, il est accosté par le jeune Orhan qui le conduit jusqu’à l’hôtel Troya et le présente à sa mère, la belle Ayshe. D’abord méfiante face à cet Australien un peu rustre, Ayshe se décide à lui venir en aide quand les forces britanniques lui refusent l’accès au champ de bataille où une opération de recherche et d’identification des disparus est en cours.
Avec l’assistance d’Hassan, un général turc contraint de collaborer avec ses anciens ennemis, Joshua convainc l’armée britannique de le laisser rechercher ses fils, parmi les milliers de corps disséminés dans toute la péninsule de Gallipoli. En retrouvant les dépouilles de ses deux cadets, il prend conscience que sa quête ne fait que commencer, et cette quête va lui découvrir un pays ravagé par la guerre, où la frontière entre le Bien et le Mal n’est plus si nette et l’ennemi si clairement identifiable.

- « UNE BELLE FIN » - Comédie dramatique - Date de sortie : 15 avril 2015 - Réalisé par : Uberto Pasolini - Avec : Eddie Marsan, Joanne Froggatt, Karen Drury - Durée : 1h32min - Pays de production : Grande-Bretagne - Année de production : 2013 - Titre original : Still life - Distributeur : Version Originale

Note de la presse : 3.7/5

Note du public : 3.9/5

Critique  : StudioCiné Live ( Thierry Chèze )_3/4_ Le jeu tout en retenue d’Eddie Marsan donne le la d’un film pudique et émouvant.

Synopsis  : Modeste fonctionnaire dans une banlieue de Londres, John May se passionne pour son travail. Quand une personne décède sans famille connue, c’est à lui de retrouver des proches. Malgré sa bonne volonté, il est toujours seul aux funérailles, à rédiger méticuleusement les éloges des disparus. Jusqu’au jour où atterrit sur son bureau un dossier qui va bouleverser sa vie : celui de Billy Stoke, son propre voisin.

- « LE RAPPEL DES OISEAUX » - Documentaire - Date de sortie : 15 avril 2015 - Réalisé par : Stéphane Batut - Durée : 40min - Pays de production : France - Année de production : 2013 - Distributeur : JHR Distribution

Note de la presse : 4.0/5

Note du public : /5

Critique  : Cahiers du Cinéma _ Par Florence Maillard
Ce dispositif est fragile – on en sent toute l’écriture – mais cette fragilité même en fait le contraire d’un film opportuniste et voyeur. Il permet finalement d’interroger une forme communément partagée de fascination, qui du spectacle le plus étranger et insoutenable a priori, fraie un chemin vers une contemplation étonnamment calme et l’examen des plus intimes représentations.

Synopsis  :
L’été 2009, Je voyage dans une région tibétaine de la Chine, le Kham. Le hasard me donne l’opportunité d’assister à une cérémonie funéraire où le corps du défunt est offert en pâture aux vautours. Après avoir hésité, je décide de filmer cette épreuve qu’il me semble nécessaire de vivre. Questionner ma condition de touriste, d’étranger. Ce à quoi j’assiste, appelle des images d’une telle puissance mythique et existentielle qu’un lien profond peu à peu m’attache à ces hommes et à leur gestes immémoriaux, très simples, répétés à l’infini.
Le film rend compte de cette expérience, incarne ce qui m’a fait entrevoir un rapport à la mort plus concret et plus existentiel. Ce qui m’a fait passer de l’effroi au deuil, du spectacle au partage. Partage que je prolonge par le dialogue que j’entretiens avec un interlocuteur tibétain au sujet de ces images.

TELERAMA N’ AIME PAS, MAIS CE N’EST PAS UNE RAISON POUR NE PAS Y ALLER

Cotation : 2/5

- « EN ROUTE » - Film d’animation - Date de sortie : 15 avril 2015 - Réalisé par : Tim Johnson - Avec : Jim Parsons, Rihanna , Jennifer Lopez - Durée : 1h34min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2014 - Titre original : HomeDistributeur : 20th Century Fox

Note de la presse : 3.1/5

Note du public : 3.3/5

Critique  : PREMIERE (Sylvestre Picard) _3/4 _ A priori, on n’attendait pas grand-chose de ce long destiné aux plus jeunes. La surprise est d’autant plus grande. Mélange de buddy movie et de film de cavale, "En route !" se plaît à brouiller les pistes. Pas de vrai méchant, une héroïne métisse forte et indépendante, une conclusion surprenante : le dernier DreamWorks a beau être en mode mineur par rapport au terrassant "Dragons 2", il prend le risque de sortir des schémas balisés, tout en utilisant pied au plancher tous les délires que permet le cinéma d’animation. La séquence finale hallucinante y renverse littéralement la tour Eiffel. En route libre.

Synopsis  : Les Boov, sympathique race d’aliens en quête d’une nouvelle planète, envahissent la Terre pour se cacher de leurs ennemis mortels. Mais lorsqu’un des Boov, prénommé Oh, révèle accidentellement la cachette des siens, il se voit contrainte de fuir avec une adolescente, Tif. Ils vont devenir d’improbables complices embarqués dans l’aventure de leur vie, et au cours de laquelle Oh va devoir apprendre à cohabiter avec les humains.

Adaptation du roman “The True Meaning of Smekday” de Adam Rex
Existe en version 3D

TELERAMA N’A PAS D’AVIS A VOUS DE VOIR

- « OPERATION CORREA » - Documentaire - Date de sortie : 15 avril 2015 - Réalisé par : Pierre Carles - Durée : 1h19min - Pays de production : France - Année de production : 2013 - Distributeur : Les films des deux rives

Note de la presse : /5

Note du public : /5

Critique  :

Synopsis  : 1er épisode : Les ânes ont soif
La visite en France d’un champion de la croissance économique passe rarement inaperçue, même lorsqu’elle ne présente qu’un intérêt médiocre. Un serrage de louches sur le perron de l’Elysée avec un président chinois ou une chancelière allemande rameute à coup sûr le ban et l’arrière-ban des troupes journalistiques. Pourquoi alors la presse hexagonale a-t-elle boudé le dernier séjour à Paris de Rafael Correa ? Le 6 novembre 2013, le président équatorien était à la Sorbonne pour décrire le modèle économique en train de s’inventer dans son pays, en insolente rupture avec le dogme de l’austérité et de l’inféodation à la finance habituel. Pierre Carles et son équipe poursuivent leur critique radicale des médias et posent des questions. Le socialisme « du XXI° siècle » ou du « buen vivir », la politique progressiste étatiste et hyper-volontariste conduite par le gouvernement de Rafael Correa depuis la mise en place d’une nouvelle constitution il y a six ans, représente t-elle un espoir pour la gauche française ?
Précédé de : On a mal à la dette
Pour contester le paiement de la dette de son pays, le Président Correa s’est appuyé sur les travaux d’économistes du CATDM (Comité d’Annulation de la Dette du Tiers Monde) comme Eric Toussaint. Depuis quelques années, Toussaint et des « économistes atterrés » (ou non-orthodoxes) tentent d’expliquer pourquoi il est parfaitement légitime de ne pas payer tout ou partie de la dette. En France, c’est le CAC (Comité pour un Audit Citoyen de la dette publique) qui a réalisé ce travail en chiffrant la part « illégitime » de la dette française à 59 % du PIB. Le CAC a montré que depuis une quinzaine d’années les gouvernement successifs ont fait une série de cadeaux fiscaux aux entreprises et aux ménages aisés. Près des deux tiers de la dette publique française s’explique donc par des cadeaux fiscaux et par des taux d’intérêts excessifs mettant l’État dans une situation de surendettement chronique. Leurs arguments trouvent relativement peu d’écho dans les grands médias. Ce court-métrage essaie de donner la parole à ces spécialistes de la dette « illégitime » et, partant, d’une autre politique économique et sociale.

- « ROBIN DES BOIS : LA VERITABLE HISTOIRE » - Comédie - Date de sortie : 15 avril 2015 - Réalisé par : Anthony Marciano - Avec : Max Boublil, Géraldine Nakache, Malik Bentalha - Durée : 1h27min - Pays de production : France - Année de production : 2015 - Distributeur : Mars Distribution

Note de la presse : 1.7/5

Note du public : 2.5/5

Critique  : Les Inrockuptibles _ Par Théo Ribeton_1/4 _ Au-delà de sa faiblesse comique, le film nous inflige un désagréable défilé de copains, moins acteurs que simples invités, donnant à l’ensemble des airs de fête costumée à peine tenue par un désir de comédie.

Synopsis  : Robin des Bois est un sale type. Lui et son compère Tuck ont une éthique très claire dans la vie : ils ne volent que les pauvres, les femmes ou les vieux. Le reste ? Trop risqué. Mais même les sales types ont des rêves, et le leur est de racheter la maison close la plus courue de la ville, le Pussycat. Robin, que rien n’arrête lorsqu’il s’agit de s’enrichir, décide alors d’aller chercher l’argent là où il se trouve et projette de dévaliser la caisse des impôts de Nottingham. Mais sa rencontre avec le gang de Sherwood, des justiciers qui eux volent les riches pour donner aux pauvres, va contrarier ses plans. Petit Jean, Marianne et leurs amis ont en effet eu exactement la même idée que lui : braquer le Shérif de Nottingham.
La (vraie) légende de Robin des Bois peut enfin commencer !

- « ENFANT 44 » - Thriller - Date de sortie : 15 avril 2015 - Réalisé par : Daniel Espinosa Avec : Tom Hardy, Gary Oldman, Noomi Rapace - Durée : 2h16min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2014 - Titre original : Child 44 - Distributeur : SND

Note de la presse : /5

Note du public : 3.3/5

Critique  :

Synopsis  : Hiver 1952, Moscou. Leo Demidov est un brillant agent de la police secrète soviétique, promis à un grand avenir au sein du Parti. Lorsque le corps d’un enfant est retrouvé sur une voie ferrée, il est chargé de classer l’affaire. Il s’agit d’un accident, Staline ayant décrété que le crime ne pouvait exister dans le parfait État communiste. Mais peu à peu, le doute s’installe dans l’esprit de Léo et il découvre que d’autres enfants ont été victimes « d’accidents » similaires. Tombé en disgrâce, soupçonné de trahison, Léo est contraint à l’exil avec sa femme, Raïssa. Prenant tous les risques, Léo et Raïssa vont se lancer dans la traque de ce tueur en série invisible, qui fera d’eux des ennemis du peuple...

Adaptation du roman de Tom Rob Smith

-  « LES GORILLES » - Comédie - Date de sortie : 15 avril 2015 - Réalisé par : Tristan Aurouet - Avec : JoeyStarr, Manu Payet, Alice Belaïdi - Durée : 1h21min - Pays de production : France - Année de production : 2014 - Distributeur : EuropaCorp

Note de la presse : /5

Note du public : 2.7/5

Critique  :

Synopsis  : Alfonso, agent blasé et brutal du Service de Protection des Hautes Personnalités, est obligé de faire équipe avec Walter, jeune recrue inexpérimentée, fasciné par le monde du show-biz.
Ce duo improbable est chargé de la protection de Jal-Y, jeune star du R’n’B, menacée par son ex, un criminel en cavale.

- « LE CHATEAU DE SABLE » - Film d’animation Courts métrages Enfants - Date de sortie : 15 avril 2015 - Réalisé par : Co Hoedeman - Durée : 45min - Pays de production : Canada - Année de production : 2015 Distributeur : Cineam Public Films

Note de la presse : /5

Note du public : /5

Critique  :

Synopsis  : Programme de trois courts-métrages :

>Tchou-Tchou (1972) – Une fille et un garçon s’amusent dans une ville de cubes, de cylindres et de cônes qu’ils ont eux-mêmes bâti. surgit un dragon qui va bousculer leurs blocs et tout déranger ! Comment écarter cet intrus ?

>Le Théâtre de Marianne (2004) – Le théâtre de Marianne est le domaine d’une petite marionnette qui fait vivre sous sa baguette 3 saltimbanques, silhouettes en volume sorties de son chapeau. Chacun exécute son numéro, non sans difficulté... puis la maladresse de l’un, l’espièglerie de l’autre autant que l’esprit enflammé du troisième engendrent quelques surprises.

>Le Château de sable (1977) – Un petit homme de sable construit, avec l’aide de ses amis, un château pour se protéger du vent. mais la tempête arrive et ne lui facilite pas la tâche !

A partir de 4 ans