Sorties cinéma du 8 avril 2015

  • Mis à jour : 8 avril 2015

Critiques extraites de Télérama et autres magazines dont Allociné et Première

Sorties du mercredi 8 avril 2015

TELERAMA AIME BEAUCOUP

Cotation 4/5

- « LOST RIVER » - Film fantastique - Tous publics avec avertissement - Date de sortie : 08 avril 2015 - Réalisé par : Ryan Gosling - Avec : Christina Hendricks, Saoirse Ronan , Iain de Caestecker - Durée : 1h45min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2014 - Distributeur : Le Pacte

Note de la presse : 3.4/5

Note du public : 3.3/5

Critique  : CinémaTeaser ( Renan Cros )3Gosling ne tranche pas entre le conte de fées déglingué ou le cauchemar adouci et cette demi-teinte du fond jure un peu avec le jusque-boutisme de la forme. Il n’empêche que petit à petit, on se laisse véritablement happer par ce film incontrôlable et peut-être incontrôlé. Il y a de véritables visions de cinéma dans ce premier long-métrage bordélique, qui chasse les monstres à grand coup de cauchemar.

Synopsis  : Dans une ville qui se meurt, Billy, mère célibataire de deux enfants, est entraînée peu à peu dans les bas-fonds d’un monde sombre et macabre, pendant que Bones, son fils aîné, découvre une route secrète menant à une cité engloutie. Billy et son fils devront aller jusqu’au bout pour que leur famille s’en sorte.

- « JAMAIS DE LA VIE » - Thriller – Date de sortie : 08 avril 2015 - Toutes les sorties de la semaine - Réalisé par : Pierre Jolivet - Avec : Olivier Gourmet, Valérie Bonneton, Marc Zinga - Durée : 1h35min - Pays de production : France - Année de production : 2014 - Distributeur : Ad Vitam

Note de la presse : 3.6/5

Note du public : 3.4/5

Critique  : PREMIERE (Christophe Narbonne) _2/4 _ Le quinzième film de Pierre Jolivet n’est pas drôle. Il raconte le monde d’aujourd’hui, celui de la précarité, du chômage de masse, de l’isolement. Franck est tout cela à la fois, un gardien de nuit passé par la case "sans emploi" qui survit seul dans une cité après avoir connu les grandes heures du syndicalisme. Jolivet filme sans filtre un homme qui veut rester debout malgré les vents contraires que fait souffler la désescalade sociale. En dépit de sa tendance à enfoncer un peu trop fortement le clou de la misère (alcoolisme, sœur pas sympa, beau-frère triste, vigiles sans papiers, conseillère sociale en galère,…), « Jamais de la vie » capte quelque chose de l’air du temps avec une sincérité évidente. La sous-intrigue polardeuse, elle, donne du relief à cette tragédie d’un homme pas ridicule.

Synopsis  : Franck, 52 ans, est gardien de nuit dans un centre commercial de banlieue. Il y a dix ans, il était ouvrier spécialisé et délégué syndical, toujours sur le pont, toujours prêt au combat. Aujourd’hui il est le spectateur résigné de sa vie, et il s’ennuie. Une nuit, il voit un 4×4 qui rôde sur le parking, et sent que quelque chose se prépare… La curiosité le sort de son indifférence et il décide d’intervenir. Une occasion pour lui de reprendre sa vie en main…

- « LEOPARDI : EL GIOVANE FAVOLOSO » - Biopic - Date de sortie : 08 avril - Réalisé par : Mario Martone - Avec : Elio Germano, Michele Riondino, Massimo Popolizio - Durée : 2h15min - Pays de production : Italie - Année de production : 2014 - Distributeur : Paname Distribution

Note de la presse : 3.8/5

Note du public : 3.2/5

Critique  : PREMIERE (Eric Vernay) _ 2/4 _ Reconnu comme un écrivain majeur, Giacomo Leopardi eut une vie chaotique. Martone fait le portrait de ce poète curieux du monde malgré son infirmité physique, dans une Italie du XIXe siècle en plein bouleversement. Si cette fresque bénéficie d’une photo élégante, son antihéros est monochrome. Ses contemporains, incapables de comprendre son génie, reprochaient à l’auteur un "pessimisme" lassant. Le problème du film est d’échouer à rendre sa puissance évocatrice. La mise en scène est trop conventionnelle pour saisir cet esprit torturé, et malgré les péripéties, de Naples à Florence en passant par les flancs du Vésuve, les comédiens (l’irradiante Anna Mouglalis exceptée) peinent à enflammer la pellicule.

Synopsis  : Italie. XVIIIe siècle . Giacomo Leopardi est un enfant prodige. Issu d’une famille aristocratique, il grandit sous le regard implacable de son père. Contraint aux études dans l’immense bibliothèque familiale, il s’évade dans l’écriture et la poésie. En Europe, le monde change, les révolutions éclatent et Giacomo se libère du joug de son père ultraconservateur. Génie malheureux, ironique et rebelle, il deviendra, à côté de Dante, le plus célèbre poète italien.

-  « HISTOIRE DE JUDAS » - Drame - Date de sortie : 08 avril 2015 - Réalisé par : Rabah Ameur-Zaïmeche - Avec : Nabil Djedouani, Mohamed Aroussi, Rabah Ameur-Zaïmeche - Durée : 1h39min - Pays de production : France - Année de production : 2015 - Distributeur : Potemkine

Note de la presse : 4.1/5

Note du public : 3.1/5

Critique  : PREMIERE (Eric Vernay) _ ¾ _ Une relecture iconoclaste de la Bible, dans laquelle le réalisateur réhabilite le "traître" Judas en prônant la réinvention perpétuelle du texte sacré. Divinement éclairé, ce film minimaliste confère mystère, sensualité et souffle contemporain à une histoire que l’on croyait connaître par cœur.

Synopsis  : Après une longue ascèse, Jésus rejoint les membres de sa communauté, soutenu par son disciple et intendant, Judas. Son enseignement sidère les foules et attire l’attention des résistants, des grands prêtres et de l’autorité romaine. Quand il chasse les marchands du Temple, Judas se révèle être le gardien des paroles du maître.

-  « JACK » - Drame - Date de sortie : 08 avril 2015 Réalisé par : Edward Berger - Avec : Ivo Pietzcker, Georg Arms, Luise Heyer - Durée : 1h43min - Pays de production : Allemagne - Année de production : 2013 - Titre original : Jack - Distributeur : Diaphana

Note de la presse : 3.5/5

Note du public : 3.0/5

Critique  : Clapmag.com ( Eric Parmentier )_ ¾_ Sans égaler la puissance des exemples susmentionnés, Jack s’offre néanmoins comme un récit d’apprentissage attachant et bien écrit, une odyssée filmée à hauteur d’enfant, avec un jeune acteur prodigieux dans le rôle titre.

Synopsis  : Fonceur, tenace et plein de ressources, Jack, dix ans à peine, est déjà seul responsable de sa famille : son petit frère Manuel, six ans, et leur mère célibataire aimante, mais totalement immature, Sanna, qui travaille la journée et fait la fête la nuit. Mais cet homme de la maison en culottes courtes n’est pas infaillible et un événement va venir bouleverser le quotidien de ce trio. Les services de protection de l’enfance décident alors de retirer la garde des deux garçons à la jeune femme et de placer Jack dans un centre d’hébergement.
.

TELERAMA AIME UN PEU

Cotation 3/5

- « DARK PLACES » - Thriller - Date de sortie : 08 avril 2015 - Réalisé par : Gilles Paquet-Brenner –( Avec : Charlize Theron, Nicholas Hoult , Chloë Grace Moretz - Durée : 1h53min - Année de production : 2014 - Distributeur : Mars Distribution

Note de la presse : 2.6/5

Note du public : 3.4/5

Critique  : Les Inrockuptibles par Théo Ribeton
Bon gré, mal gré, l’intrigue trouve son chemin, mais se réduit peu à peu à une série de dévoilements simplistes, comme si la sophistication narrative de Flynn perdait ses plumes sous le coup de la réalisation maladroite et Paquet-Brenner.

Synopsis  : 1985. Libby Day a huit ans lorsqu’elle assiste au meurtre de sa mère et de ses sœurs dans la ferme familiale. Son témoignage accablant désigne son frère Ben, alors âgé de seize ans, comme le meurtrier. 30 ans plus tard, un groupe d’enquêteurs amateurs appelé le Kill Club convainc Libby de se replonger dans le souvenir de cette nuit cauchemardesque. De nouvelles vérités vont émerger, remettant en cause son témoignage clé dans la condamnation de son frère.

Adaptation du roman « Les lieux sombres » de Gillian Flynn

- « POURQUOI J’AI PAS MANGE MON PERE » - Film d’animation -Date de sortie : 08 avril 2015 - Réalisé par : Jamel Debbouze - Avec : Jamel Debbouze, Mélissa Theuriau , Arié Elmaleh - Durée : 1h35min - Pays de production : France - Année de production : 2014 - Distributeur : Pathé Distribution

Note de la presse : 3.3/5

Note du public : 2.8/5

Critique  : aVoir-aLire.com _ Par Frédéric Mignard
Cette expérience française de Motion-Capture n’est ni le désastre redouté, ni le spectacle populaire fade qu’il pouvait laisser transparaître au premier abord, il suinte l’effort, la volonté de transcender les préjugés et ne trahit jamais la pertinence politique de Jamel.

Synopsis  :
L’histoire trépidante d’Edouard, fils aîné du roi des simiens (les pré-humains), qui, considéré à sa naissance comme trop malingre, est rejeté par sa tribu. Il grandit loin d’eux, auprès de son ami Ian, et, incroyablement ingénieux, il découvre le feu, la chasse, l’habitat moderne, l’amour et même... l’espoir. Généreux, il veut tout partager, révolutionne l’ordre établi, et mène son peuple avec éclat et humour vers la véritable humanité... celle où on ne mange pas son père.
D’après l’œuvre « The evolution man de Roy Lewis »
Existe en version 3D

- « LILLA ANNA » - Courts métrages Film d’animation Enfants - Date de sortie : 08 avril 2015 - Réalisé par : Per Ahlin ,Lasse Persson - Avec : Dominique Besnehard, Nathalie Fort - Durée : 45min - Pays de production : Suède - Année de production : 2013 - Titre original : Lilla Anna och Långa farbrorn - Distributeur : Folimage

Note de la presse : /5

Note du public : /5

Critique  :

Synopsis  : Lilla Anna découvre le monde qui l’entoure en compagnie de son oncle, un oncle aussi grand qu’elle est petite, aussi peu aventurier qu’elle-même est courageuse ! Lors de leurs aventures, ils cueillent des pommes, vont à la pêche, font du ski…

D’après les albums Lilla Anna et son Grand Oncle de Inger et Lasse Sandberg
A partir de 3 ans

- « LES MESSAGERS » - Documentaire - Date de sortie : 08 avril 2015 - Réalisé par : Laetitia Tura ,Hélène Crouzilla - tDurée : 1h10min - Pays de production : France - Année de production : 2013 - Distributeur : Prima Luce

Note de la presse : 3.5/5

Note du public : /5

Critique  : PREMIERE (Mathias Averty) _1/4_ Témoignages de migrants qui ont tenté de franchir les frontières hermétiques de l’Europe. Minimaliste et nécessaire, ce doc à fleur de peau dénonce avec humanisme un sujet dramatique, mais son manque d’ambition cinématographique étouffe son éloquence

Synopsis  : Du Sahara à Melilla, des témoins racontent la façon dont ils ont frôlé la mort, qui a emporté leurs compagnons de route, migrants littéralement et symboliquement engloutis dans la frontière. « Ils sont où tous les gens partis et jamais arrivés ? »

- « ADY GAZY » EN PROJECTION - DEBAT en présence du réalisateur le Jeudi 30 avril au Cinéma Voltaire à 20h30
Documentaire - Date de sortie : 08 avril 2015 - Réalisé par : Lova Nantenaina - Durée : 1h24min - Pays de production : France Madagascar - Année de production : 2014 - Distributeur : Laterit

Note de la presse : /5

Note du public : 3.3/5

Critique  : PREMIERE (Eric Vernay) _ 2/4_ À Madagascar, on a le verbe plus riche que le compte en banque. La preuve avec ce film qui met en lumière une tradition orale pour raconter un peuple débrouillard. Si le film ronronne, il captive quand il s’attarde sur le système D local.

Synopsis  :
« Les Chinois fabriquent les objets, les Malgaches les réparent. » Il y a ceux qui font des chaussures à partir de pneus, ceux qui fabriquent des lampes à partir de boîtes de conserves, ceux qui fabriquent du savon et des médicaments à partir d’os de zébus… Rien ne se perd, tout se transforme. À Madagascar, les gens défient la crise avec inventivité sans jamais rien perdre de leur identité et de leur sens de l’humour. En s’appuyant sur une tradition orale toujours digne, souvent enjouée ou cocasse, parfois désemparée ou révoltée, mais jamais amère.

- « LILI POM ET LE VOLEUR D’ARBRES » - Film d’animation Courts métrages Enfants - Date de sortie : 08 avril 2015 - Réalisé par : Fabrice De la Rosa ,Michaël Journolleau - Durée : 44min - Année de production : 2005 - Distributeur : Les films du Whippet

Note de la presse : /5

Note du public : 3.0/5

Critique  :

Synopsis  : Lili est dans tous ses états ! Va-t elle retrouver sa maison-pomme qu’on lui a dérobée ? Non loin de là, un petit homme abat les arbres sans état d’âme pour se construire une cabane. De l’autre côté de l’atlantique, un petit poisson rouge rêve de nager dans l’océan. Ah si j’avais de grandes jambes, je pourrais rejoindre ce petit agneau perdu dans la forêt et secourir le pêcheur pris entre les mailles de pirates…

A partir de 4 ans

- « L’ASTRAGALE » - Drame - Date de sortie : 08 avril 2015 - Réalisé par : Brigitte Sy - Avec : Leïla Bekhti, Reda Kateb, Esther Garrel - Durée : 1h37min - Pays de production : France - Année de production : 2014 - Distributeur : Alfama Films

Note de la presse : 3.6/5

Note du public : 3.4/5

Critique  : PREMIERE (Isabelle Danel) _ Après un premier long autobiographique racontant l’amour entre un détenu et une cinéaste venue tourner en milieu carcéral ("Les Mains libres", 2010), Brigitte Sy creuse le même sillon avec l’adaptation de "L’Astragale". Ce qui l’intéresse, c’est la passion, irraisonnée et empêchée par les circonstances. Dans un noir et blanc élégant, sublimant la reconstitution d’époque, le film révèle une étonnante modernité. Jamais exotique, le milieu des petits malfrats à l’argot fleuri est observé à bonne distance et avec des cadres quasi documentaires. Quant au couple Leïla Bekhti-Reda Kateb, tous deux excellents, il est aussi évident qu’électrique.

Synopsis  : Une nuit d’avril 1957. Albertine, 19 ans, saute du mur de la prison où elle purge une peine pour hold-up. Dans sa chute, elle se brise l’os du pied : l’astragale. Elle est secourue par Julien, repris de justice, qui l’emmène et la cache chez une amie à Paris. Pendant qu’il mène sa vie de malfrat en province, elle réapprend à marcher dans la capitale. Julien est arrêté et emprisonné. Seule et recherchée par la police, elle se prostitue pour survivre et, de planque en planque, de rencontre en rencontre, lutte au prix de toutes les audaces pour sa fragile liberté et pour supporter la douloureuse absence de Julien.

TELERAMA N’ AIME PAS, MAIS CE N’EST PAS UNE RAISON POUR NE PAS Y ALLER

Cotation : 2/5

- « LOBA » - Documentaire - Date de sortie : 08 avril 2015 - Réalisé par : Catherine Béchard - Durée : 1h25min - Pays de production : Espagne - Année de production : 2015 - Distributeur : Iberi Films Distribution

Note de la presse : /5

Note du public : 3.4/5

Critique  : PREMIERE (Isabelle Danel)_1/4_ Guère de forme dans ce doc sur l’accouchement, mais un enjeu : évoquer la dictature de l’hôpital, la médication à outrance, la disparition des sage-femmes. Le témoignage de l’une d’entre elles est crucial. Mais la réalisatrice, par ailleurs ostéopathe, mélange tout en opposant naturopathie et médecine traditionnelle.

Synopsis  : A travers les témoignages de ses patientes et de ses amies sages femmes, Catherine, guérisseuse-osteopathe, nous invite à un voyage en France, en Catalogne, au Mexique et à Cuba pour comprendre intimement comment est vécu l’accouchement aujourd’hui. En sa compagnie, nous découvrons pourquoi et comment a évolué l’accouchement vers plus de médicalisation. Et pourquoi le métier de sage femme est aujourd’hui menacé.

- « THE HUMBLING » - Comédie dramatique - Date de sortie : 08 avril 2015 > Toutes les sorties de la semaine Réalisé par : Barry Levinson - Avec : Al Pacino, Greta Gerwig, Nina Arianda - Durée : 1h52min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2014 - Titre original : The Humbling - Distributeur : Metropolitan

Note de la presse : 2.2/5

Note du public : 2.6/5

Critique  : PREMIERE (Gérard Delorme) _2/4_ Film écrit, réalisé et interprété par une génération qui a vécu les années 60, décennie d’excès et de liberté, et qui n’en est jamais revenue. La précision est importante parce qu’elle souligne la cohérence et la légitimité de ce projet qui peut paraître ridicule au jeune public. Al Pacino s’est certainement senti proche du personnage du roman, dont il a acheté les droits il y a des années. Sous couvert de fiction, il s’y livre avec un mélange de pudeur et d’exhibitionnisme, sans chercher à masquer les aspects de sa condition d’acteur vieillissant. Guetté par la démence, la fatigue et l’impuissance, son personnage cherche auprès de Pegeen (fracassante Greta Gerwig) une possible troisième jeunesse et un prétexte pour remonter sur les planches. C’est à la fois drôle et tragique et c’est fait exprès.

Synopsis  : Célèbre comédien de théâtre, Simon Axler sombre dans la dépression au point de devenir suicidaire lorsqu’il perd soudainement et inexplicablement son don. Pour tenter de retrouver le feu sacré, il entame une liaison avec une lesbienne deux fois plus jeune que lui. Mais très vite, leur relation sème le chaos tandis que d’anciennes connaissances du couple réapparaissent dans leur vie...

Adaptation du roman « Le rabaissement » de Philip Roth

- « CLOCHETTE ET LA CREATURE LEGENDAIRE » - Film d’animation - Date de sortie : 08 avril 2015 - Réalisé par : Steve Loter - Avec : Mae Whitman, Rosario Dawson, America Ferrera - Durée : 1h16min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2015 - Titre original : Tinker Bell and the Legend of the NeverBeast - Distributeur : Disney

Note de la presse : 2.3/5

Note du public : 3.9/5

Critique  : PREMIERE (Isabelle Danel) _ Noa s’aventure dans la caverne d’une créature poilue aux yeux verts et à queue serpentine. Elle l’apprivoise, le baptise Grognon et doit lutter contre Nyx, chef des Éclaireuses, persuadée que la bestiole va anéantir la vallée des Fées. Hormis l’arnaque du titre (Clochette n’a qu’un rôle secondaire), cette aventure aux pays des fées zélées et ailées est plutôt réussie. Le thème évoque la différence et la capacité de voir au-delà des apparences et l’intrigue, à laquelle s’annexe une légende obscure pour les tout-petits auxquels le film est destiné, est bien construite. L’ensemble manque de surprise mais on y trouve des morceaux de bravoure, tels l’attaque des aigles, la construction des tours de pierre ou l’envol de Grognon grâce à la poudre de fées.

Synopsis  :
Peu après le passage d’une étrange comète verte dans le ciel, la tranquillité de la Vallée des fées se voit troublée par un énorme rugissement que même Nyx, la fée éclaireuse en charge de la sécurité des lieux, n’est pas capable d’identifier. En bonne fée des animaux, Noa décide de pousser un peu plus loin l’enquête et découvre que ce cri provient d’une gigantesque créature blessée à la patte et cachée au fond d’une grotte. Malgré son allure effrayante, cet animal qui ne ressemble à aucun autre et qu’elle baptise bientôt "Grognon", cache un vrai cœur d’or.
En l’apprivoisant un peu plus chaque jour, Noa remarque l’attitude étrange de Grognon : il n’a de cesse en effet d’empiler de grandes colonnes de pierre dans chacun des endroits de la Vallée des fées où se prépare le passage des saisons. Intriguée, elle le laisse pourtant faire et tente de démontrer à Clochette et ses amies - mais aussi à Nyx et à l’ensemble des fées éclaireuses qui veulent le capturer avant qu’il ne détruise tout sur son passage -, que son nouvel ami vaut bien plus que l’aspect terrifiant qu’il inspire au premier abord...
Qui sait d’ailleurs si cette créature ne pourrait pas être celle dont parle une vieille légende, celle-là même qui sauverait la Vallée d’un orage capable de la réduire à néant ?

- « CAKE » - Drame - Date de sortie : 08 avril 2015 - Réalisé par : Daniel Barnz - Avec : Jennifer Aniston, Adriana Barraza, Anna Kendrick - Durée : 1h48min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2014 - Distributeur : Warner Bros Pictures France

Note de la presse : 2.4/5

Note du public : 3.2/5

Critique  : PREMIERE (Stephanie Lamom) _ 2/4 _ À la suite d’un accident qui a coûté la vie à son fils, Claire, pétrie de chagrin et de colère, souffre de douleurs chroniques l’obligeant à prendre des médicaments dont elle est accroc. Seule sa femme de ménage, qui la trimballe en voiture en position horizontale comme si elle était déjà morte, la supporte encore. Coproductrice du film, Jennifer Aniston sacrifie son balayage californien pour faire la tronche dans "Cake" et s’offrir une perf tout en grimaces, à contre-emploi de ses rôles de filles sympa. Moche et drôlement sarcastique, force est de reconnaître qu’elle arrive à déjouer les pièges attendus du pathos. Et finit par remporter sa part du gâteau.

Synopsis  : Claire Bennett va mal. Il n’y a qu’à voir ses cicatrices et ses grimaces de douleur dès qu’elle fait un geste pour comprendre qu’elle souffre physiquement. Elle ne parvient guère mieux à dissimuler son mal-être affectif. Cassante et parfois même insultante, Claire cède à l’agressivité et à la colère avec tous ceux qui l’approchent. Son mari et ses amis ont pris leurs distances avec elle, et même son groupe de soutien l’a rejetée.
Profondément seule, Claire ne peut plus compter que sur la présence de sa femme de ménage Silvana, qui supporte difficilement de voir sa patronne accro à l’alcool et aux tranquillisants. Mais le suicide de Nina, qui faisait partie de son groupe de soutien, déclenche chez Claire une nouvelle fixation. Tout en s’intéressant à la disparition de cette femme qu’elle connaissait à peine, Claire en vient à s’interroger sur la frontière ténue entre vie et mort, abandon et souffrance, danger et salut. Tandis qu’elle se rapproche du mari de Nina et de leur fils, Claire trouvera peut-être un peu de réconfort.

TELERAMA N’A PAS D’AVIS A VOUS DE VOIR

- « LES ENQUETES DU DEPARTEMENT : V / PROFANATION » - Thriller - Interdit au -12 ans - Date de sortie : 08 avril 2015 - Réalisé par : Mikkel Norgaard - Avec : Nikolaj Lie Kaas, Fares Fares, Pilou Asbaek - Durée : 1h59min - Pays de production : Danemark - Année de production : 2014 - Titre original : Fasandraeberne - Distributeur : Wild Bunch

Note de la presse : 3.2/5

Note du public : 3.2/5

Critique  : PREMIERE (Gérard Delorme) _3/4_ Deuxième adaptation d’une saga de cinq romans, "Profanation" voit les deux détectives spécialistes des affaires classées s’intéresser au meurtre d’un frère et d’une sœur en 1994. Les soupçons s’étaient à l’époque portés sur les pensionnaires d’un collège de riches, devenus des notables brutaux protégés par leur fortune. Ce n’est pas tant leur impunité que leur mépris qui provoque la colère des détectives et celle du spectateur. On pense à "Millenium", mais avec des méchants moins caricaturaux et une intrigue plus ambiguë. Pour assurer l’unité des cinq épisodes, Nørgaard s’est appuyé sur deux interprètes excellents mais aussi sur des moyens artistiques et techniques ambitieux. Si la suite conserve le même niveau, cette série sera une belle réussite.

Synopsis  : En 1987, un double-meurtre défraye la chronique. Malgré les soupçons qui pèsent sur un groupe de pensionnaires d’un internat, la police classe l’affaire, faute de preuve…
Jusqu’à l’intervention, plus de 20 ans après, du Département V : l’inspecteur Carl Mørck, et Assad, son assistant d’origine syrienne, spécialisés dans les crimes non résolus. Ensemble, ils rouvrent l’affaire qui les amène à enquêter sur trois des notables les plus puissants du Danemark.