Sorties cinéma du 18 mars 2015

  • Mis à jour : 18 mars 2015

Critiques extraites de Télérama et autres magazines dont Allociné et Première

Sorties du mercredi 18 mars 2015

TELERAMA AIME BEAUCOUP

Cotation 4/5

- « LES CHEBABS DE YARMOUK » - Documentaire - Date de sortie : 18 mars 2015> - Réalisé par : Axel Salvatori-Sinz - Durée : 1h18min - Pays de production : France - Année de production : 2014 - Distributeur : Docks 66

Note de la presse : /5

Note du public : /5

Critique  : PREMIERE (Eric Vernay) _ Dans le plus grand camp de réfugiés palestiniens du Moyen-Orient, quelques amis attendent une vie meilleure. Ces "chebabs" en stand-by existentiel refusent de tourner en rond comme les oiseaux au-dessus de leur tête. Tourné clandestinement en Syrie juste avant la révolution, ce documentaire brosse leur portrait sous la forme d’un huis clos dans un immeuble. Désespéré et poignant.

Synopsis  : Les Chebabs sont un petit groupe de garçons et de filles qui se connaissent depuis l’adolescence. Aujourd’hui au seuil de l’âge adulte, ils ont une véritable soif de vivre et d’absolu, mais sont tous confrontés à des réalités complexes. Entre le besoin de liberté et l’appartenance au groupe, le désir de révolte et la perspective d’un vie bien rangée, les choix sont difficiles ; mais tout l’est plus encore quand on est réfugié palestinien dans le camp de Yarmouk, en Syrie

- « LE FAUSSAIRE » - Documentaire - Date de sortie : 18 mars 2015 - Réalisé par : Sam Cullman,Jennifer Grausman - Durée : 1h29min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2014 - Titre original : Art & Craft

Note de la presse : /5

Note du public : /5

Critique  : PREMIERE ( La rédaction de Première) _ Depuis plus de trente ans, Mark Landis parcourt les États-Unis sous diverses identités pour duper les conservateurs de musée avec ses copies de tableaux. Bien connu des médias, ce grand être voûté à la voix doucereuse fascine par la précision de ses faux. Tourné comme un film noir jazzy, "Le Faussaire" relate la traque de ce gentleman-escroc par ses admirateurs, mais aussi par les conservateurs dont il a blessé l’ego. Le documentaire se révèle plus palpitant encore lorsqu’il tente d’ explorer la psyché tortueuse de cet orfèvre de la triche si difficile à cerner. Et c’est avec une étonnante virtuosité, captée par une caméra complice – mystifiée ? – que Landis incarne tour à tour l’artiste incompris, le génie monomaniaque puis l’orphelin en plein complexe freudien. Insaisissable jusqu’au bout.

Synopsis  : 6 identités, 30 ans d’activités, 46 musées dupés. Mark Landis est l’un des plus grands faussaires des temps modernes. Donateur d’une centaine d’œuvres copiées, le cas Landis a bouleversé le monde de l’Art aux États-Unis. Incompris, haï, poursuivi, l’imitateur de génie continue aujourd’hui d’intriguer par ses méthodes, ses motivations et sa personnalité déroutante. Comment a-t-il pu imiter autant d’artistes, de Walt Disney à Picasso ? Payera-t-il pour ses activités ? Qui se cache derrière Le Faussaire ?

- « TU DORS NICOLE » - Drame - Date de sortie : 18 mars 2015 - Réalisé par : Stéphane Lafleur - Avec : Julianne Côté, Catherine St-Laurent, Marc-André Grondin - Durée : 1h33min - Pays de production : Canada - Année de production : 2014 - Distributeur : Les Acacias
Note de la presse : /5

Note du public : /5

Critique  : CinémaTeaser ( Renan Cros ) _ Naviguant en équilibre sur le fil ténu du charme bizarroïde, TU DORS NICOLE peut nous faire à tout moment décrocher. Mais l’attention singulière du réalisateur aux corps de ses acteurs, la manière dont il réussit à écrire un film à la fois très concret et parfaitement en apesanteur, maintient l’attention.

Synopsis  : Profitant de la maison familiale en l’absence de ses parents, Nicole écoule paisiblement l’été de ses 22 ans en compagnie de sa meilleure amie Véronique. Alors que leurs vacances s’annoncent sans surprise, le frère aîné de Nicole débarque avec son groupe de musique pour enregistrer un album. Leur présence imposante vient rapidement ébranler la relation entre les deux amies. L’été prend alors une autre tournure, marqué par la canicule, l’insomnie grandissante de Nicole et les avances insistantes d’un garçon de 10 ans. Tu dors Nicole observe avec humour le début de l’âge adulte et son lot de possibles.

- « GENTE DE BIEN » - Drame - Date de sortie : 18 mars 2015 - Réalisé par : Franco Lolli - Avec : Brayan Santamaria, Carlos Fernando Perez, Alejandra Borrero - Durée : 1h26min - Pays de production : Colombie - Année de production : 2014 - Titre original : Gente de bien - Distributeur : Ad Vitam

Note de la presse : /5

Note du public : /5

Critique  : StudioCiné Live ( Laurent Djian ) _ Banale au début, cette chronique bifurque vers le conte moral. Bien vu.

Synopsis  : Eric, 10 ans, se retrouve à vivre du jour au lendemain avec Gabriel, son père qu’il connaît à peine. Voyant que l’homme a du mal à construire une relation avec son fils et à subvenir à leurs besoins, Maria Isabel, la femme pour laquelle Gabriel travaille comme menuisier, décide de prendre l’enfant sous son aile.

TELERAMA AIME UN PEU

Cotation 3/5

- « UN SORT POUR ELOIGNER LES TENEBRES » - Documentaire - Date de sortie : 18 mars 2015 - Réalisé par : Ben Rivers ,Ben Russell - Durée : 1h38min - Pays de production : Estonie France - Année de production : 2013 - Titre original : A Spell to Ward Off the Darkness - Distributeur : Zootrope Films

Note de la presse : /5

Note du public : /5

Critique  : PREMIERE (1Hendy Bicaise)_ Dans "Two Years at Sea", Ben Rivers filmait un homme reclus. Il suit désormais un nomade s’invitant dans des communautés isolées. La caméra serpente et quelques indices (suivez les triangles !) donnent l’illusion fascinante d’ un voyage défiant le temps et l’espace.

Synopsis  : Un homme intègre une communauté libertaire dans une petite île d’Estonie. Il s’isole ensuite en pleine Finlande septentrionale où il décide de vivre en ermite. Et devient enfin le chanteur d’un groupe de black-métal néo-païen en Norvège. Une expérience utopique, sonique et transcendante sur les trois moments de la vie d’un homme

- « HACKER » - Thriller - Tous publics avec avertissement - Date de sortie : 18 mars 2015 - Réalisé par : Michael Mann - Avec : Chris Hemsworth, Tang Wei, Viola Davis - Durée : 2h13min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2014 - Titre original : Blackhat - Distributeur : Universal Pictures International France

Note de la presse : /5

Note du public : /5

Critique  : StudioCiné Live ( Clément Sautet ) _ Un faux pas dans la filmographie de Mann. Le moins fort émotionnellement, le plus banal aussi, à force de ressembler à tant d’autres films d’action burnés faute de matière grise. Qu’on me dise que c’est une blague. Le cinéma de Mann est bouleversant mais ce "Hacker" est jonché de maladresses de novice.

Synopsis  :. À Hong Kong, la centrale nucléaire de Chai Wan a été hackée. Un logiciel malveillant, sous la forme d’un outil d’administration à distance ou RAT (Remote Access Tool), a ouvert la porte à un autre malware plus puissant qui a détruit le système de refroidissement de la centrale, provoquant la fissure d’un caisson de confinement et la fusion de son cœur. Aucune tentative d’extorsion de fonds ou de revendication politique n’a été faite. Ce qui a motivé cet acte criminel reste un mystère.
Un groupe de hauts gradés de l’APL (Armée populaire de libération chinoise) charge le capitaine Dawai Chen, spécialiste de la défense contre les cyberattaques, de retrouver et de neutraliser l’auteur de ce crime. À Chicago, le Mercantile Trade Exchange (CME) est hacké, provoquant l’inflation soudaine des prix du soja.
Carol Barrett, une agente chevronnée du FBI, encourage ses supérieurs à associer leurs efforts à ceux de la Chine. Mais le capitaine Chen est loin de l’idée qu’elle s’en était faite. Formé au MIT, avec une parfaite maîtrise de l’anglais, l’officier chinois insiste pour que ses homologues américains libèrent sur le champ un célèbre hacker détenu en prison : Nicholas Hathaway.
Pour Hathaway, rompu à la dureté de la vie carcérale et farouchement insubordonné, c’est peut-être la dernière chance de retrouver une vie normale. Pour ce, il va devoir démasquer l’auteur du logiciel malveillant, le localiser et l’appréhender. Alors que la claustrophobie de la prison fait place, sans transition aucune, au chaos de la liberté, Hathaway a du mal à reprendre ses marques. Il trouve chez Lien Chen, la jeune sœur de son ami Dawai Chen, une alliée. Les trois amis font corps avec Carol Barrett et le marshal Mark Jessup, chargé d’assurer le retour d’Hathaway en prison, pour tenter d’identifier et de neutraliser la dangereuse organisation criminelle qui agit dans l’ombre avec une dextérité et une vitesse impressionnantes. Pistant d’insaisissables indices numériques de Chicago à Los Angeles, puis Hong Kong, la Malaisie et Jakarta, les pisteurs se font repérer par leur proie qui inverse les rôles. Alors qu’il tente de se frayer un chemin à travers le continent asiatique, Hathaway a l’étrange intuition que la motivation des criminels est plus sombre et plus ambitieuse qu’il ne l’avait d’abord envisagée.
Au sein du groupe, les tensions initiales se dissipent pour faire place à une réelle cohésion alors même que les risques et la faillibilité de l’entreprise se font plus grands.

- « STILL ALICE » - Drame - Date de sortie : 18 mars 2015 - Réalisé par : Richard Glatzer ,Wash Westmoreland - Avec : Julianne Moore, Kristen Stewart, Kate Bosworth - Durée : 1h41min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2014 - Titre original : Still Alice - Distributeur : Sony Pictures Releasing France

Note de la presse : /5

Note du public : /5

Critique  : PREMIERE (Stephanie Lamome) _ Avec le climax lacrymal où l’ex-reine de l’éloquence fait un speech en s’accrochant comme une folle à son Stabilo pour réciter ses mots. Seul le fatal dénouement nous est épargné. Dans le rôle de Meryl Streep, Julianne Moore reste digne et parvient même, dans une scène où sa famille parle d’elle comme si elle n’était pas là, à nous faire comprendre d’un regard qu’elle "revient" par intermittence.

Synopsis  : Mariée, heureuse et mère de trois grands enfants, Alice Howland est un professeur de linguistique renommé. Mais lorsqu’elle commence à oublier ses mots et qu’on lui diagnostique les premiers signes de la maladie d’Alzheimer, les liens entre Alice et sa famille sont mis à rude épreuve.
Effrayant, bouleversant, son combat pour rester elle-même est une magnifique source d’inspiration.

Adaptation du livre L’Envol du papillon de Lisa Genova

- « BIG EYES » - Comédie dramatique - Date de sortie : 18 mars 2015 - Réalisé par : Tim Burton - Avec : Amy Adams, Christoph Waltz, Danny Huston - Durée : 1h45min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2014 - Titre original : Big Eyes - Distributeur : StudioCanal

Note de la presse : /5

Note du public : /5

Critique  : PREMIERE (Gérard Delorme) _ Pour son meilleur film depuis longtemps, Burton renoue avec la Californie et avec les scénaristes d’ "Ed Wood" afin d’évoquer l’histoire de Margaret Keane, peintre pionnière d’ une forme d’art populaire opposé à la peinture élitiste. Installée à San Francisco en 1955 avec sa fille, Margaret épouse un bateleur de génie qui l’aide à faire fortune en vendant ses tableaux dont il s’attribue la paternité. Grâce à un scénario si fluide qu’il a l’air de s’être écrit tout seul, le cinéaste illustre la trajectoire dramatique, touchante et parfois comique d’une femme à la fois naïve et déterminée, idéalement incarnée par Amy Adams. Pour ne pas la vampiriser, Christoph Waltz simplifie à l’excès son personnage de margoulin dont on ne fait que deviner les zones d’ombres potentiellement fascinantes.

Synopsis  : BIG EYES raconte la scandaleuse histoire vraie de l’une des plus grandes impostures de l’histoire de l’art. À la fin des années 50 et au début des années 60, le peintre Walter Keane a connu un succès phénoménal et révolutionné le commerce de l’art grâce à ses énigmatiques tableaux représentant des enfants malheureux aux yeux immenses. La surprenante et choquante vérité a cependant fini par éclater : ces toiles n’avaient pas été peintes par Walter mais par sa femme, Margaret. L’extraordinaire mensonge des Keane a réussi à duper le monde entier.
Le film se concentre sur l’éveil artistique de Margaret, le succès phénoménal de ses tableaux et sa relation tumultueuse avec son mari, qui a connu la gloire en s’attribuant tout le mérite de son travail.

Biopic de l’artiste contemporaine Margaret Keane

- « UN HOMME IDEAL » - Drame - Date de sortie : 18 mars 2015 - Réalisé par : Yann Gozlan - Avec : Pierre Niney, Ana Girardot, André Marcon - Durée : 1h43min - Pays de production : France - Année de production : 2015 - Titre original : Un homme idéal - Distributeur : Mars Distribution

Note de la presse : /5

Note du public : /5

Critique  : StudioCiné Live ( Christophe Chadefaud ) _ Le thriller espéré n’est pas celui qui défile sur l’écran. (...) Reste à ce film l’interprétation impeccable de Pierre Niney (...) Sa dégringolade réaliste fonctionne à défaut de véritablement surprendre.

Synopsis  : Mathieu, 25 ans, aspire depuis toujours à devenir un auteur reconnu. Un rêve qui lui semble inaccessible car malgré tous ses efforts, il n’a jamais réussi à être édité. En attendant, il gagne sa vie en travaillant chez son oncle qui dirige une société de déménagement…
Son destin bascule le jour où il tombe par hasard sur le manuscrit d’un vieil homme solitaire qui vient de décéder. Mathieu hésite avant finalement de s’en emparer, et de signer le texte de son nom...
Devenu le nouvel espoir le plus en vue de la littérature française, et alors que l’attente autour de son second roman devient chaque jour plus pressante, Mathieu va plonger dans une spirale mensongère et criminelle pour préserver à tout prix son secret…

- « ANTON TCHEKHOV - 1890 » - Drame - Date de sortie : 18 mars 2015 - Réalisé par : René Féret - Avec : Nicolas Giraud, Lolita Chammah, Robinson Stévenin- Durée : 1h36min - Pays de production : France - Année de production : 2014 - Distributeur : JML

Note de la presse : /5

Note du public : /5

Critique  : StudioCiné Live ( Xavier Leherpeur ) _ Une fois l’intro un rien scolaire déposée, le film se balade avec pertinence et liberté dans la vie de Tchekhov. René Féret, aidé par l’interprétation de Nicolas Giraud, signe un film combinant délicatesse de l’esquisse à une belle fermeté du geste cinématographique.

Synopsis  : Été 1890. Anton Tchekhov se débat joyeusement entre une fratrie fantasque, une maîtresse possessive, son quotidien de médecin et une notoriété naissante. Mais l’un de ses frères tombe malade, Anton ne réussit pas à le soigner et celui-ci meurt. Dévasté par cet échec, il remet en cause sa pratique de la médecine et sa vocation d’écrivain.
Tchekhov s’exile alors sur l’Ile de Sakhaline, à 10 000 kilomètres de Moscou, pour recueillir la parole de milliers de bagnards sur leurs conditions de vie misérables et ainsi « payer sa dette à la médecine ».

TELERAMA N’ AIME PAS, MAIS CE N’EST PAS UNE RAISON POUR NE PAS Y ALLER

Cotation : 2/5

- « LE PRESIDENT » - Comédie dramatique - Date de sortie : 18 mars 2015 - Réalisé par : Mohsen Makhmalbaf - Avec : Misha Gomiashvili, Dachi Orvelashvili, Ia Sukhitashvili – Pays : Iran - Durée : 1h45min - Année de production : 2014 - Titre original : The President - Distributeur : Bac Films

Note de la presse : /5

Note du public : /5

Critique  : PREMIERE (Isabelle Danel) _ Après une scène d’ouverture spectaculaire qui voit le despote plonger une ville entière dans le noir d’un simple coup de fil, la fable politique se déroule sans véritable surprise. On saisit bien la parabole sur la violence qui engendre la violence, l’idée du film étant venue au réalisateur iranien (en exil depuis le milieu des années 2000) lors du renversement de plusieurs dirigeants arabes. Dans des décors d’un autre temps, le message de bon aloi produit des images au sens très actuel. Reçu cinq sur cinq.

Synopsis  : Le président et sa famille dirigent leur pays d’une main de fer, profitant d’une vie luxueuse pendant que ses sujets vivent dans la misère. Du jour au lendemain, un violent coup d’état met fin à cette dictature et le président devient l’homme le plus recherché du pays.
Avec son petit-fils de 5 ans, il tente alors de rejoindre la mer où un navire les attend pour les mettre hors de danger. Grimés en musiciens de rue, ils se retrouvent confrontés à la souffrance et à la haine que le Président a suscitées.

- « L’ANTIQUAIRE » - Thriller - Date de sortie : 18 mars 2015 - Réalisé par : François Margolin - Avec : Anna Sigalevitch, François Berleand, Michel Bouquet - Durée : 1h33min - Pays de production : France - Année de production : 2014 - Distributeur : Margo Cinema

Note de la presse : /5

Note du public : /5

Critique  : PREMIERE (Damien Leblanc) _ Une jeune femme enquête sur les tableaux volés à sa famille durant l’Occupation et découvre d’inavouables secrets. François Margolin se réclame ici du thriller engagé mais les faiblesses d’écriture et la direction d’acteurs en roue libre (voir la confrontation entre Bouquet et Hirsch dans un escalier) plombent un message historique pourtant précieux.

Synopsis  : Esther, jeune femme de 30 ans, part à la recherche de la collection de tableaux volés à sa famille, juive, pendant la Guerre.
En cours de route, elle met à jour des secrets de famille profondément enfouis...

- « INDESIRABLES » - Drame - Date de sortie : 18 mars 2015 - Réalisé par : Philippe Barassat - Avec : Jérémie Elkaim, Béatrice de Staël, Bastien Bouillon - Durée : 1h36min - Pays de production : France - Année de production : 2013 - Distributeur : Zelig Films

Note de la presse : /5

Note du public : /5

Critique  : PREMIERE (Gérard Delorme) _ Franc-tireur habitué aux thèmes dérangeants, Philippe Barassat suit dans Indésirables un infirmier au chômage qui devient accompagnant sexuel pour handicapés. Le film vaut surtout pour son sujet, que le cinéaste a étudié en détail pour en explorer les nombreuses implications, quitte à aller à rebours des idées reçues, notamment en matière de prostitution. La confrontation de la normalité avec la monstruosité transforme le personnage principal jusqu’à un point de fusion qui rappelle "Freaks", comme lors d’une séquence où les handicapés invitent l’infirmier à partager leur condition, l’espace d’ une journée. La franchise est de rigueur, tant dans la représentation des situations sexuelles que dans le regard porté sur les personnages, une partie des acteurs étant réellement handicapés.

Synopsis  : Aldo, jeune infirmier sans souci est très amoureux de Lucie, étudiante dont il partage la vie. Il perd son emploi. Pour continuer à payer les études de sa fiancée, il devient accompagnant sexuel pour personnes handicapées, poussé par deux amis de Lucie, non voyants, qui lui trouvent de bonnes raisons morales et de le faire.
Les rencontres se suivent et ne se ressemblent pas, de la douce et sentimentale Stéfana au cynique Emmerich, en passant par l’étrange couple formé par Andréas et sa soeur mutique... Sa nouvelle activité, qu’il cache à Lucie, l’entraîne dans des expériences insolites et dérangeante, dont il sortira profondément transformé.

TELERAMA N’A PAS D’AVIS A VOUS DE VOIR

- « LOUISE » - Comédie - Date de sortie : 18 mars 2015 - Réalisé par : Jean-François Gallotte - Avec : Claudine Baschet, Charlotte Sohm, Julie Marboeuf - Pays de production : France - Année de production : 2014

Note de la presse : /5

Note du public : /5

Critique  : PREMIERE (La rédaction de Première) _ Jean-François Gallotte a l’ambition louable de faire un grand film social avec peu de moyens. Il a soigné ses personnages et s’évertue à rendre hommage à une certaine culture révolutionnaire et féministe, mais son histoire d’amitié entre une vieille femme et sa dame de compagnie se saborde par des lourdeurs scénaristiques et un amateurisme qui mettent mal à l’aise.

Synopsis  : Une jeune femme, 20/25 ans, regard arrogant ainsi apparaît-elle sur une photo dans le film. Nous savons qu’elle porte le même prénom que Louise Michel. Mais qui est-elle ? Qu’est-ce qui la relie à Madeleine ? Quel lien ? Amical ? Familial ? Est-elle morte ? Ou est-elle encore en vie ? Madeleine lui parle, l’attend, la voit, la cherche et l’espère… Et si ce n’était que l’illusion d’un esprit qui lentement, inexorablement vacille et que Madeleine cache ?

- « LES PORTES DU SOLEIL_ ALGERIE POUR TOUJOURS » - Action - Interdit au -12 ans Date de sortie : 18 mars 2015 - Réalisé par : Jean-Marc Mineo - Avec : Zakaria Ramdane, Smaïn, Lorie - Durée : 1h30min - Pays de production : Algérie - Année de production : 2013 - Distributeur : Kanibal Films

Note de la presse : /5

Note du public : /5

Critique  :

Synopsis  : Un sympathisant de l’OAS, structure clandestine qui visait à maintenir l’Algérie française, s’installe à Oran où il crée une organisation mafieuse pour frapper le pays. Mais il doit affronter un super agent secret, spécialiste des arts martiaux, prêt à tout pour défendre l’Algérie et détruire cette organisation.

- « LA DOUBLE CROISEE » - Date de sortie : 18 mars 2015 - Réalisé par : Jean-Charles Atzeni - Avec : Lucie Bernier, Samir De Luca - Durée : 1h20min - Pays de production : France - Année de production : 2013 - Distributeur : Les films du Saint-André des Arts

Note de la presse : /5

Note du public : /5

Critique  :

Synopsis  : Lucie filme comme une touriste pour tenir la promesse faite à son amie Clémentine : lui ramener le plus d’images possible de ce que vivra leur équipe de rugby féminin venue disputer un tournoi près de Paris.
Kader filme en retrait. Étranger au monde, il capte les images de ce qui l’entoure sans autre intention que l’archivage, cherchant inconsciemment chez les autres les traces de son propre passé.
Au hasard d’une balade, les caméscopes de Lucie et de Kader se croisent. Leurs images se mêlent alors et donnent naissance au film de leur rencontre : « la double croisée ».

- « DIVERGENTE 2 : l’insurrection » - Film de science-fiction – Date de sortie : 18 mars 2015 - Toutes les sorties de la semaine - Réalisé par : Robert Schwentke - Avec : Shailene Woodley , Theo James , Octavia Spencer - Durée : 1h59minPays de production : Etats-Unis - Année de production : 2015 - Titre original : Insurgent - Distributeur : SND

Note de la presse : /5

Note du public : /5

Critique  : The Wrap ( Alonso Duralde ) _ Le film prend un coup de fouet quand des vétérans comme Winslet, Octavia Spencer ou Naomi Watts apparaissent pour une scène ou deux. Mais la plupart du temps, tout se passe comme dans n’importe quel film sur de beaux et jeunes héros dans des vêtements futuristes, qui se frappent ou se tirent dessus.

Synopsis  : Dans un monde post-apocalyptique où la société a été réorganisée autour de 5 factions (Audacieux, Erudits, Altruistes, Sincères et Fraternels), Tris a mis à jour un complot mené par la faction dominante, les Erudits, dirigés par Janine. Abandonnant une ville à feu et à sang, à la recherche d’alliés, Tris et Four sont désormais traqués par les autorités. Janine décrète la loi martiale pour anéantir les Divergents, tandis que la guerre entre les factions prend de l’ampleur. Pourquoi les Divergents sont-ils une menace pour la société ? La découverte d’un objet mystérieux, hérité du passé, pourrait bien bouleverser l’équilibre des forces...

Suite du film Divergente de Neil Burger
Adaptation de la série de romans de Veronica Roth