bandeau 1 bandeau 2 bandeau 3 bandeau 4 bandeau 5

Cultures & Cinémas

Vous êtes ici : Accueil > EVENEMENTS CINEMA > Les sorties > Sorties 2015 > Sorties cinéma du 25 février 2015

Sorties cinéma du 25 février 2015

  • Mis à jour : 25 février 2015

Critiques extraites de Télérama et autres magazines dont Allociné et Première

Sorties du mercredi 25 février 2015

TELERAMA AIME BEAUCOUP

Cotation 4/5

- « BIRDMAN » - Comédie dramatique - Date de sortie : 25 février 2015 - Réalisé par : Alejandro Gonzalez Inarritu - Avec : Michael Keaton, Zach Galifianakis, Edward Norton - Durée : 1h59min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2014 - Distributeur : 20th Century Fox

Note de la presse : 4.0/5

Note du public : 4.1/5

Critique  : Cinenews.be ( Sophie Rizzi ) _ Une comédie noire et pourtant tellement attachante. Une fable amusante sur les espoirs déçus où s’entremêle réalité et fiction. On notera l’interprétation magistrale de Michael Keaton qui lui vaut d’ailleurs une nomination aux Oscars en tant que meilleur acteur.

Synopsis  : À l’époque où il incarnait un célèbre super-héros, Riggan Thomson était mondialement connu. Mais de cette célébrité il ne reste plus grand-chose, et il tente aujourd’hui de monter une pièce de théâtre à Broadway dans l’espoir de renouer avec sa gloire perdue. Durant les quelques jours qui précèdent la première, il va devoir tout affronter : sa famille et ses proches, son passé, ses rêves et son ego... S’il s’en sort, le rideau a une chance de s’ouvrir...

- « HUNGRY HEARTS » - Drame - Tous publics avec avertissement - Date de sortie : 25 février 2015 - Réalisé par : Saverio Costanzo - Avec : Adam Driver, Alba Rohrwacher, Roberta Maxwell - Durée : 1h53min - Pays de production : Italie - Année de production : 2014 - Distributeur : Bac Films

Note de la presse : 3.6/5

Note du public : 3.2/5

Critique  : PREMIERE (Vanina Arrighi de Casanova) _ Dans la galerie de portraits des mères obsessionnelles, Alba Rohrwacher vient de s’octroyer une place bien à part : le personnage qu’elle compose est en effet un monstre d’entêtement et de détermination d’autant plus déroutant qu’elle ne s’exprime que par des murmures. Une tonalité en accord avec l’image de "Hungry Hearts", drame sentimental délicat qui glisse à pas feutré vers l’horreur. Le précédent film de Saverio Costanzo, "La Solitude des nombres premiers", était virtuose, tournoyant, parfois boursouflé. Ici, dès la toute première séquence – la meilleure scène de coup de foudre qu’on ait jamais vue –, le décor, exigu et anxiogène, impose une autre ambiance et préfigure la sensation d’enfermement qui parcourt le film. La mise en scène, resserrée sur les visages et sur les corps, eux-mêmes confinés dans des espaces trop petits, accompagne l’étouffement de ce couple et l’aliénation progressive de la mère obsédée par le bien-être de son enfant. Refusant l’alimentation conseillée pour un bébé et le moindre avis médical, ne jurant que par son instinct maternel, elle se replie dans un déni dangereux qui conduit le père, pourtant incroyablement compréhensif, à prendre des mesures. Le trouble qui s’installe dans le couple, le conflit larvé et la méfiance grandissante construisent peu à peu une tension finalement insoutenable, qui conduit à une résolution radicale, à la fois inattendue et inéluctable. Adam Driver et Alba Rohrwacher, qui dansent ce ballet beau et macabre avec une justesse et une douceur étonnantes, emmènent le film vers de nouveaux rivages, très éloignés du flirt giallo de "La Solitude."

Synopsis  : Jude est Américain, Mina Italienne. Ils se rencontrent à New York, tombent fous amoureux et se marient. Lorsque Mina tombe enceinte, une nouvelle vie s’offre à eux. Mais l’arrivée du bébé bouleverse leur relation. Mina, persuadée que son enfant est unique, le protège de façon obsessionnelle du monde extérieur.
Jude, par amour, respecte sa position jusqu’à ce qu’il comprenne que Mina commence à perdre contact avec la réalité.

Adaptation du roman Il bambino indaco de Marco Franzoso

- « A 14 ANS » - Drame - Tous publics avec avertissement - Date de sortie : 25 février 2015- Réalisé par : Hélène Zimmer - Avec : Athalia Routier, Galatéa Bellugi, Najaa Bensaid- Pays de production : France - Année de production : 2014 - Distributeur : Ad Vitam

Note de la presse : 3.7/5

Note du public : 2.6/5

Critique  : PREMIERE (Damien Leblanc) _ De Jacques Doillon à Céline Sciamma, en passant par Abdellatif Kechiche, le film sur l’adolescence est devenu un genre à part entière, dans lequel le croisement entre éducation sentimentale et férocité verbale permet diverses expérimentations. La première réalisation d’Hélène Zimmer, qui décortique le temps d’une année scolaire l’instabilité des relations affectives entre collégiennes issues de la classe moyenne, se distingue par la sérénité de sa mise en scène, faisant d’autant plus ressortir la brutalité dérisoire des querelles. Si la cinéaste force un peu le trait lors des séquences où l’on aperçoit des parents à bout de nerfs, l’élégance qu’apportent la directrice de la photo Caroline Champetier ("Holy Motors") et le monteur Yann Dedet (qui a travaillé pour Truffaut et Pialat) se met au service d’un trouble discret mais durable.

Synopsis  : Le quotidien de trois jeunes filles dans leur dernière année avant le lycée. Sarah se demande quel garçon choisir, Louise espère trouver un toit plus paisible chez sa grand-mère, et enfin Jade s’interroge sur sa place dans ce trio

- « LOIN DE MON PERE » - Drame - Interdit au -16 ans - Date de sortie : 25 février 2015 - Réalisé par : Keren Yedaya - Avec : Maayan Turjeman, Tzahi Grad, Yaël Abecassis - Durée : 1h35min - Pays de production : Israël - Année de production : 2014 - Titre original : Harcheck Mi Headro - Distributeur : Sophie Dulac Distribution

Note de la presse : 1.8/5

Note du public : 2.9/5

Critique  : Toutlecine.com ( Camille Esnault ) _ Malheureusement la réalisatrice ne parviendra jamais à (...) transcender son sujet et faire plus de son long-métrage, qu’un enchaînement de scènes barbares.

Synopsis  : Moshe et Tami sont en couple. Moshe a cinquante ans, Tami est à peine entrée dans la vingtaine. Ils vivent une relation cruelle dont Tami ne semble pas pouvoir se libérer. Tami et Moshe sont père et fille.

Adaptation du roman Loin de son absence de Shez

- « RED ARMY » - Documentaire - Date de sortie : 25 février 2015 - Réalisé par : Gabe Polsky - Durée : 1h25min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2014 - Distributeur : ARP

Note de la presse : 4.2/5

Note du public : 3.2/5

Critique  : Le Monde ( Thomas Sotinel ) _ Cette histoire a été amplement documentée en images. Fidèle à la manière documentaire américaine qui sacrifie tout au récit et n’accorde aux matériaux d’archive d’autre statut que ceux d’éléments narratifs, Gabe Polsky n’expliquera jamais ce qui relève du cinéma de propagande, des films personnels, du reportage.

Synopsis  : "Red Army" c’est le nom de l’équipe de hockey soviétique qui, durant la guerre froide, réussit à battre les grandes équipes de l’Ouest. La préparation et l’entrainement des sportifs étaient une véritable machine à fabriquer des champions... Et à les broyer, aussi. Seul son capitaine, Slava Fetisov, héros de la nation, osera tenir tête au régime.

TELERAMA AIME UN PEU

Cotation 3/5

- « LE DERNIER LOUP » - Film d’aventures - Date de sortie : 25 février 2015 - Réalisé par : Jean-Jacques Annaud - Avec : Feng Shaofeng, Shawn Dou, Ankhnyam Ragchaa - Durée : 1h58min - Pays de production : Chine - Année de production : 2014 - Titre original : Wolf Totem - Distributeur : Mars Distribution

Note de la presse : 3.5/5

Note du public : 3.7/5

Critique  : PREMIERE (Christophe Narbonne) _ Il faut bien l’avouer : après le très scato "Sa Majesté Minor" et le lénifiant "Or noir" (qui avait ses moments), on pensait Annaud proche de la retraite. "Le Dernier Loup" prouve de façon spectaculaire qu’il ne fallait pas enterrer trop vite le "tycoon" des années 80. En deux séquences d’anthologie (la traque initiatique d’une meute de loups et la charge de cette dernière), il rappelle au public gavé de blockbusters sans signature que le cinéma d’action n’est pas qu’une affaire de pros de la palette graphique et qu’on peut instiller de l’émotion à de pareils morceaux de bravoure. Portrait d’un étudiant chinois chargé d’"éduquer" des bergers de Mongolie en 1969, "Le Dernier loup" ne manque par ailleurs pas d’ambition humaniste et de souffle romanesque. Il n’est pas idiot de le rapprocher de "Danse avec les loups" avec lequel il dialogue vingt-cinq ans plus tard.

Synopsis  : 1969. Chen Zhen, un jeune étudiant originaire de Pékin, est envoyé en Mongolie-Intérieure afin d’éduquer une tribu de bergers nomades. Mais c’est véritablement Chen qui a beaucoup à apprendre – sur la vie dans cette contrée infinie, hostile et vertigineuse, sur la notion de communauté, de liberté et de responsabilité, et sur la créature la plus crainte et vénérée des steppes – le loup. Séduit par le lien complexe et quasi mystique entre ces créatures sacrées et les bergers, il capture un louveteau afin de l’apprivoiser. Mais la relation naissante entre l’homme et l’animal – ainsi que le mode de vie traditionnel de la tribu, et l’avenir de la terre elle-même – est menacée lorsqu’un représentant régional de l’autorité centrale décide par tous les moyens d’éliminer les loups de cette région.

Adaptation du roman Le totem du loup de Jiang Rong

- « LES CHEVALIERS DU ZODIAQUE_ LA LEGENDE DU SANCTUAIRE » - Drame - Interdit au -12 ans - Date de sortie : 11 février 2015 - Réalisé par : Sam Taylor-Johnson - Avec : Jamie Dornan, Dakota Johnson, Jennifer Ehle - Durée : 2h5min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2014 - Titre original : Fifty Shades of Grey - Distributeur : Universal Pictures International France

Note de la presse : 2.4/5

Note du public : 2.5/5

Critique  : PREMIERE (Damien Leblanc) _ Ce manga puis dessin animé culte apparu à la fin des années 80 a séduit une génération de fans par sa réinterprétation belliqueuse et échevelée de la mythologie grecque et de l’astrologie. Ce reboot, qui remplace l’onirisme du dessin original par une esthétique de synthèse rappelant les adaptations de "Final Fantasy" et "d’Albator", condense le vaste arc narratif du Sanctuaire sans jamais parvenir à rendre attachants Seiya, Shiriû ou Ikki, intrépides guerriers qui doivent affronter l’armée des 12 Chevaliers d’or pour protéger la déesse Athéna. Chargée de mettre en mouvement des personnages inexpressifs et des combats sans âme, la réalisation propose quelques plans stimulants mais échoue à sauver cette glaciale épopée du néant émotionnel.

Synopsis  : Au commencement, il y avait une Déesse chargée de protéger la Terre, Athéna. Gardienne de l’équilibre, elle fut cachée des Forces du Mal. Quand sa vie est menacée, Seiya et les Chevaliers de Bronze endossent leurs armures. Ce sont les Protecteurs d’Athéna, les Chevaliers du Zodiaque. Pour sauver leur Déesse et l’avenir de la Terre, ils vont devoir atteindre le Sanctuaire du Grand Pope et y affronter sa légendaire armée des 12 Chevaliers d’Or. La plus grande bataille des Chevaliers du Zodiaque débute aujourd’hui.

- « LA DUCHESSE DE VARSOVIE » - Drame - Date de sortie : 25 février 2015 - Réalisé par : Joseph Morder - Avec : Andy Gillet, Alexandra Stewart, Rosette - Durée : 1h26min - Pays de production : France - Année de production : 2014 - Distributeur : Epicentre Films

Note de la presse : 3.2/5

Note du public : 3.2/5

Critique  : PREMIERE (Bernard Achour) _ Dans le registre de la stylisation poussée à son paroxysme, ce film rejoint les chefs-d’oeuvre d’artifice que sont "Coup de coeur", de Coppola, "Smoking/No Smoking", de Resnais ou "Dogville", de von Trier. Ici, ce sont les retrouvailles entre une grand-mère au passé douloureux et son petit-fils en plein spleen existentiel que Morder met en scène dans des décors entièrement peints et qu’il transcende grâce à une réalisation qui tutoie la splendeur. Paradoxalement, le point faible de cet impressionnant geste de cinéma réside dans l’intention qui tient sans doute le plus à coeur à son auteur. Morceau de bravoure émotionnel annoncé, la confession de l’aïeule, aussi intense et respectable que naïvement écrite et convenue, parasite la fascination ambiante, avant qu’elle ne reprenne par bonheur ses droits lors de l’épilogue.

Synopsis  : Valentin est un jeune peintre qui vit dans le monde imaginaire de ses tableaux. Lorsqu’il retrouve sa grand-mère Nina, une émigrée juive polonaise dont il se sent très proche, il lui confie son manque d’inspiration et sa solitude. Au fil de ces quelques jours passés ensemble dans un Paris rêvé, Valentin exprime de plus en plus le besoin de connaître le passé que Nina a toujours cherché à dissimuler...

- « INUPILUK _ LE FILM QUE NOUS TOURNERONS AU GROENLAND » - Courts métrages - Date de sortie : 25 février 2015 - Réalisé par : Sébastien BETBEDER - Avec : Thomas Blanchard, Thomas Sciméca, Ole Eliassen - Durée : 1h6min - Pays de production : France - Année de production : 2014 - Distributeur : UFO Distribution

Note de la presse : 3.3/5

Note du public : /5

Critique PREMIERE (Isabelle Danel) _ Betbeder n’arrête jamais de tourner : la preuve par deux. Le premier court met en scène l’arrivée en France d’Inuits confiés à Thomas (Blanchard) et à Thomas (Scimeca) qui les emmènent découvrir la tour Montparnasse, la dune du Pilat... Dans ce faceà- face, le vrai et le faux se mêlent. De découvertes en sensations, c’est drôle, émouvant, inattendu. Un régal. Dans le second film, le cinéaste esquisse, toujours en compagnie des deux Thomas, le scénario du futur long qui doit se tourner dans le village des Inuits en question. Sympathique, même un peu inabouti. Il n’empêche que ce double programme révèle deux acteurs épatants et confirme le ton doux-amer et original d’un auteur à suivre.

Synopsis  : 2 moyens métrages :
* Inupiluk : Ce soir, comme 2 ou 3 fois par semaine, Thomas rejoint Thomas au café, là où ils ont leurs habitudes. Mais l’esprit de Thomas est ailleurs : son père, explorateur, immobilisé suite à un accident, l’a chargé d’accueillir ses amis inuit Ole et Adam pour leur 1ère visite à Paris, leur 1ère sortie hors du Groenland…
* Le film que nous tournerons au Groenland : Sébastien Betbeder et ses comédiens Thomas Blanchard et Thomas Scimeca se donnent rendez-vous pour imaginer le scénario du film qu’ils tourneront dans un an au Groenland, à Kullorsuaq – une suite à INUPILUK. On y retrouvera les personnages de Ole et Adam, c’est même le fondement du projet, mais ce qui s’y déroulera, ils ne le savent pas encore…

TELERAMA N’ AIME PAS, MAIS CE N’EST PAS UNE RAISON POUR NE PAS Y ALLER

Cotation : 2/5

- « LE PROJET ALMANAC » - Film fantastique - Date de sortie : 25 février 2015 - Réalisé par : Dean Israelite - Avec : Jonny Weston, Sofia Black D’Elia, Sam Lerner - Durée : 1h46min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2014 - Distributeur : Paramount Pictures France

Note de la presse : 2.5/5

Note du public : 3.1/5

Critique  : CinemaTeaser _ Par Ilan Ferry
Si l’on peut regretter qu’il utilise un peu trop le postulat temporel comme alibi, le résultat reste très sympathique, notamment grâce à son joli casting de nerds esseulés.

Synopsis  : Et si vous aviez une seconde chance… Que feriez-vous ? Que changeriez-vous ? Seriez-vous prêt à tout tenter ? Quatre adolescents font une découverte qui va changer leur vie : une machine aux possibilités infinies … mais aux conséquences parfois irréversibles. Ils vont vivre une expérience hors du temps.

- « ANNIE » - Comédie musicale - Date de sortie : 25 février 2015 - Réalisé par : Will Gluck - Avec : Jamie Foxx, Quvenzhané Wallis, Rose Byrne- Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2014 - Distributeur : Sony Pictures Releasing France

Note de la presse : 1.9/5

Note du public : 3.2/5

Critique  : PREMIERE (Bernard Achour) _ Quand l’immense John Huston adapta ce succès de Broadway en 1982, la consternation fut unanime. En découvrant le présent remake, on se dit qu’à côté, c’était du Bob Fosse. L’histoire "urbanisée" (effluves de hip-hop dans l’adaptation musicale), connectée (domotique, Internet, smartphones à tous les étages) et "modernisée" (les héros sont désormais noirs) reste pourtant la même : une gamine pauvre découvre que son vrai père est un richissime industriel. Pour le reste, c’est un festival de grimaces, de chorégraphies d’école maternelle et de bons sentiments déversés jusqu’à l’overdose. Sans oublier la contre-performance de Quvenzhané Wallis, la minuscule et nucléaire révélation "des Bêtes du Sud sauvage". Elle a grandi d’environ trois mètres mais régresse artistiquement d’autant d’années-lumière.

Synopsis  : Alors qu’elle était bébé, les parents de la petite Annie l’ont laissée en promettant de revenir la chercher un jour. Depuis, Annie garde espoir, même si la vie dans le foyer d’accueil de la méchante Miss Hannigan est loin d’être facile.
Sa rencontre avec Will Stacks, homme d’affaires impitoyable et candidat aux élections municipales à New York, va tout changer. Sur les conseils de Grace, sa brillante vice-présidente, et de Guy, son directeur de campagne prêt à tout, Stacks recueille Annie d’abord parce que c’est un excellent argument électoral… Stacks se voit comme le bienfaiteur et l’ange gardien de la fillette, mais grâce à son assurance et à son inébranlable optimisme, Annie pourrait bien inverser les rôles…
Adaptation de la comédie musicale Annie de Broadway

TELERAMA N’A PAS D’AVIS A VOUS DE VOIR

- « TRACERS » - Thriller Action - Date de sortie : 25 février 2015 - Réalisé par : Daniel Benmayor - Avec : Taylor Lautner, Marie Avgeropoulos, Adam Rayner - Durée : 1h33min - Pays de production : Etats-Unis - Année de production : 2014 - Distributeur : Metropolitan

Note de la presse : /5

Note du public : 3.1/5

Critique  :

Synopsis  : Simple coursier, Cam a du mal à joindre les deux bouts et croule sous les dettes. Un jour, il renverse à vélo Nikki. Il tombe instantanément sous le charme de cette fille séduisante et complexe.
Nikki fait partie d’un gang des rues qui pratique le parkour. Mais au-delà des aptitudes athlétiques et des prouesses, le gang a d’autres activités parfaitement illégales. Fasciné par la jeune femme, Cam la suit bientôt dans son monde de dangers. Le parkour va l’entraîner vers des territoires où il ne s’était jamais aventuré, et Cam va bientôt décrocher un job qui peut lui rapporter gros en bossant pour le chef du gang, Miller. Mais les limites sont de plus en plus floues… S’il ne veut pas y laisser sa peau, Cam va devoir trouver comment se sortir de cet univers inimaginable et inattendu.