bandeau 1 bandeau 2 bandeau 3 bandeau 4 bandeau 5

Cultures & Cinémas

Vous êtes ici : Accueil > LES FESTIVALS PARTENAIRES DE CULTURES & CINEMAS > Festival Couleur Café _ Projection du film "Soleils"

Festival Couleur Café _ Projection du film "Soleils"

  • Mis à jour : 23 décembre 2014

La 1ère Edition du Festival Couleur Café, après les expositions du photographe Paul Sika et l’initiation aux instruments de musique d’Afrique au Musée d’Ethnographie de Genève (MEG), a poursuivi sa revue des cultures africaines avec la projection du film « SOLEILS » d’Olivier Delahaye et Dani Kouyaté. Cette avant-première a permis au nombreux public du Grütli de découvrir un film surprenant sur la forme et passionnant sur le fond.

Ce road-movie à trois dimensions est une découverte de l’identité africaine au-delà de tous les préjugés. C’est d’abord un voyage dans une espace restreint (budget oblige) mais néanmoins très varié car le Burkina Faso s’y prête, avec une photographie magnifique. C’est également une ballade à travers l’histoire qui nous mène du XIII° siècle avec l’empire Mandé jusqu’au XXIème siècle avec Nelson Mandela. Ce fut l’occasion de découvrir en suivant Sotigui Kouyaté, le chasseur griot qui essaie de redonner la mémoire à sa petite nièce Dokamisa, Voltaire, Hengel, Savorgnan De Brazza et le Président Aboubacar Sangoulé Lamizana, deuxième président de la République de Haute-Volta. Autant de découvertes désagréables lorsqu’elles mettent en évidence les préjugés occidentaux sur l’Afrique que surprenantes lorsque l’on voit qu’au XIII° siècle existait déjà une Charte qui ressemble beaucoup à nos déclarations des droits de l’homme, et que la sagesse a guidé longtemps les actions des responsables africains. De quoi faire taire ceux qui prétendent que l’Afrique n’a pas d’Histoire.
Enfin c’est une floraison de récits, de contes philosophiques et de dictons africains qui amusent tant par leur style direct que par leur bons sens. Pour n’en citer qu’une seule : « L’arbre qui est dans le marigot ne devient pas crocodile pour autant ».

Comme l’explique Olivier Delahaye, « Soleils » est un conte philosophique construit sur le modèle du Candide de Voltaire, filmé à l’africaine par Dani Kouyaté. Ce réalisateur et metteur en scène entré très jeune à l’Institut Africain d’Études Cinématographiques de Ouagadougou a poursuivi ses études à Paris pour devenir titulaire d’un Diplôme d’Études Approfondies de Cinéma. Pour autant Dani Kouyaté en s’éloignant des poncifs du cinéma occidental filme avec une fraîcheur qui dynamise le cinéma africain. Il nous avait déjà fait entrevoir l’étendue de son talent dans « Keïta ! L’héritage du Griot » en 1995.

William Makosso, président de l’association « Couleur Café » a remercié vivement les deux réalisateurs pour cette transmission culturelle qui permet de faire découvrir une Afrique sur l’angle de l’espoir « Le seul qui nous fait pas défaut quand tout va mal ». Il a rappelé que le Festival se poursuivra jusqu’au dimanche 14 décembre avec le concert de Caramel Brown et Dobet Gnahoré donné au Théâtre Pitoëf le samedi à partir de 20h et les contes de Hassane Kassi Kouaté dimanche à 13h30. Pour en savoir plus : www.couleurcafé.ch